A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·BRAVO!!!·C'est bien pratique·Chez les collègues·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Maths ailleurs·Maths et BD·Maths par les jeux·Maths pour tous·Merci !·Partager les maths·Tous ensemble !

MATHéMAGIE

J’ai fait récemment la connaissance de Sébastien Reb, professeur de maths en collège, fondateur et coordinateur du laboratoire inter-degré de Puisaye-Forterre. La spécialité du laboratoire, c’est d’étudier les maths à travers la magie. Et les ressources sont accessibles à tous, par exemple dans les publications MATHéMAGIE. Ce sont des pépites, qui regorgent d’idées à utiliser en classe. En voici des extraits :

Mais ce ne sont que de tout petits extraits ; il y en a plein plein plein, et pour tous les niveaux et tous les goûts. Pour ma part, je suis en train de tout catégoriser et de faire tranquillement mon marché, en veillant bien à associer les auteurs dans les documents pour que les sources soient visibles sur les documents que j’utiliserai en classe.

Quel boulot incroyable tout cela représente ! Car en plus des situations, il y a les explications et les solutions…

A l'attaque !·Actualité·BRAVO!!!·Chez les collègues·scandale·Tous ensemble !

AESH : dans quelles conditions ?

Les AESH, nos collègues, travaillent en ce moment dans des conditions déplorables, tout comme nous. Mais elles et eux, en plus, ont un salaire absurde. Leur rôle est pourtant décisif pour des milliers d’enfants, et pour leurs enseignants.

A l'attaque !·Actualité·ça m'énerve·bac·Chez les cadres·Dur dur·Evaluer·L'éducnat·Lycée·scandale·Tous ensemble !·Zut.

Inclusion et grand oral

Bon. Je vais tenter de rester calme.

Un élève de terminale qui est autiste, et ne peut pas s’exprimer à l’oral, peut bénéficier d’aménagements. Par exemple, cet élève peut bénéficier de temps supplémentaire pour tout écrire. Et un lecteur lit à sa place.

Jusque là, tout va à peu près bien. L’épreuve risque d’en être une au sens littéral du terme, évidemment, mais admettons.

Là où les choses se corsent, c’est pour l’évaluation : au travers du grand oral, ce n’est pas le fond de ce qui est présenté qui est principalement évalué. C’est la forme. Voici une grille indicative de l’académie d’Amiens :

Vous voyez le souci ? « Qualité orale de l’épreuve », « qualité de la prise de parole en continu », impossible à évaluer ici, sauf à évaluer les compétences du lecteur, qui d’ailleurs de son côté ne connaît a priori rien au sujet, ce qui ne va pas l’aider à être au top de sa prosodie. « Qualité des connaissances » et « qualité des interactions » reposent sur les échanges, leur dynamisme (enfin, dans « qualité des connaissances, l’écrit permettra d’évaluer des choses quand même). Là encore, les questions devront être posées à l’écrit et leur réponse fournie à l’écrit par le candidat. Du point de vue interaction, c’est en décalage avec la fameuse « norme ». « Qualité et construction de l’argumentation », ok, ça peut le faire au travers de l’écrit. En étant positive, je vois deux items sur 5 évaluables.

En plus, la présentation dure seulement 5 minutes, contre des échanges de 10 minutes… Ah et j’oubliais la délicieuse partie « causons orientation à bâtons rompus », qui en plus des mêmes problèmes que précédemment pose une nouvelle difficulté : le candidat, en raison de son handicap, ne peut pas se projeter dans l’avenir. Vu la situation, on le comprend d’ailleurs.

Voilà.

En plus, l’examinateur étant extérieur, il ne connaît pas le handicap du candidat. Il sera briefé, bien sûr. Mais par expérience, il est des examinateurs qui s’en contrefichent, demandent à un candidat dont on a annoncé qu’il ne peut pas interpréter l’implicite… d’interpréter l’implicite, direct comme ça paf, et qui lui mettent une bonne grosse gamelle.

Mais c’est comme ça, on ne peut pas faire autrement, vous comprenez.

Non ?

Moi non plus.

Activité rigolote·Allez les jeunes !·Apprendre·Club maths·Lire·Mes projets·Tous ensemble !

Nouvelles contrées

J’ai acheté aujourd’hui un jeu que j’espère faire jouer à mes élèves lorsqu’ils viennent sur une heure de permanence, ou même au club maths, à partir de livres qui parlent de maths, du bonheur des maths, de la beauté des maths, de l’aventure des maths, bref, vous avez compris je pense. J’aimerais aussi le jouer avec Sorenn. Il s’agit de Nouvelles Contrées. Dans le contexte de la Nuit de la lecture, il me semble adapté de vous en parler aujourd’hui.

Le principe (des règles simplifiées) est celui-ci : Nouvelles contrées est un jeu coopératif. On choisit un livre qu’on aime, on choisit une page et on place à cette page un marque-page. On place un autre marque page 50 pages plus loin. On expose quatre marque-pages sur la table et on tire des défis qui sont aussi sous la forme d’un marque-pages.

L’éclaireur, qui est la personne qui a envie de lire, lit un passage du livre choisi mentalement : les 6 premières lignes de la page de droite. Il choisit un des quatre marque-pages posés sur la table, en fonction de ce qu’il imagine, ressent à la lecture du passage. Son choix est secret. Les autres joueurs choisissent des missions (qui peuvent concerner la forme du texte : des contraintes de ponctuation, par exemple).

Puis l’éclaireur lit à haute voix le passage. Les autres joueurs peuvent proposer une mission à l’éclaireur, qui la valide ou non, permettant à l’équipe de gagner ou de perdre des points. Les joueurs choisissent un marque-pages que la table, en fonction de la lecture de l’éclaireur. S’ils ont choisi le même, la manche est gagnée et l’équipe se rapproche de la victoire. Sinon, l’éclaireur recule dans le livre et l’équipe subit une pénalité.

Message à mon responsable du club jeux : j’aimerais essayer ce jeu avec tes deux acolytes. Tu serais d’accord ? Si oui, passe lundi matin et je te prête le jeu pour que tu bouquines les règles de ton côté, et ensuite on se fixe un midi juste tous les quatre ? En plus je pense que ça intéressera ta prof de français, si ça marche bien, et tu pourrais lui faire découvrir ensuite !

A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Actualité·ça m'énerve·Chez les chercheurs·Ecouter·Evénement·Maths et société·Maths pour tous·Partager les maths·Tous ensemble !

Maths à l’affiche, suite : l’enseignement scientifique

Encore sur France Inter, toujours aujourd’hui, Cédric Villani est revenu sur l’enseignement scientifique et les mathématiques :

En effet, la rencontre de l’enseignement scientifique et des mathématiques est un flop. Pas seulement pour les raisons énoncées par Cédric Villani, mais aussi parce que c’est une discipline utilisée comme variable d’ajustement des répartitions horaires dans les lycées.

Actualité·Chez les cadres·Evénement·Je suis fan·Tous ensemble !

Les inspecteurs en renfort en Belgique

Alors là, je m’interroge :

Vu le nombre d’enseignants malades ou obligés de garder à la maison leurs enfants malades, il doit y avoir beaucoup d’inspecteurs en Flandres. Ou alors ils vont assurer plusieurs services, en tant qu’inspecteurs ? Cela dit, c’est une bonne idée !

Mais quand les inspecteurs seront tombés malades en classe, soit parce qu’ils nagent dans le virus, soit parce qu’ils se gèlent avec les fenêtres ouvertes, on enverra les recteurs ? Et après les ministres ?

A l'attaque !·Actualité·Chez les collègues·Culture mathématique·Dur dur·Enseignement·L'éducnat·Maths et société·Maths pour tous·Partager les maths·Tous ensemble !

Désir de maths : en panne ?

Aujourd’hui, le 13/14 abordait ce thème, avec Anne Cortella (enseignante-chercheure, maître de conférences, membre du bureau de la commission française pour l’enseignement des mathématiques) et Sébastien Planchenault (professeur et formateur de Mathématiques, rattaché à l’académie de Versailles, président de l’APMEP) :

https://www.franceinter.fr/emissions/le-13-14/le-13-14-du-vendredi-21-janvier-2022

Tout de suite, Bruno Duvic a montré quel est l’air du temps : alors qu’Anne Cortella affirmait que les mathématiques sont indispensables au citoyen, il a demandé :

Pardon, pourquoi les mathématiques sont indispensables à la formation du citoyen ? L’histoire on voit bien, l’éducation morale et civique on voit bien, les maths pourquoi, ça m’intéresse ?

Quand mon mari prof d’histoire-géo a entendu ça, ça l’a bien fait rire. On nous avance sans cesse l’argument de « pour construire l’avenir il faut connaître le passé ». Quand on voit comment nos politiques se conduisent, et qu’ils sont cultivés justement en histoire (prétendument), on peut douter. Anne Cortella a d’ailleurs mentionné que ce point de vue sur la nécessité de l’histoire scolaire est peut-être une idée préconçue. Puis elle a développé en quoi les mathématiques peuvent développer la capacité de raisonner (non exclusivement : toutes les disciplines y contribuent, les maths d’une façon toute particulière) qui permet aux personnes de comprendre le monde, de développer leur esprit critique.

La pénurie des profs de maths a été évoquée, avec des solutions comme augmenter le niveau global de la population en maths, améliorer les conditions de travail des enseignants.

Sur les mathématiques au lycée, Sébastien Planchenault a exposé la situation au lycée, et a affirmé la capacité de la communauté mathématique à être force de proposition pour construire pour l’avenir. L’enseignement scientifique a été questionné, car la réalité n’est pas du tout ce que le projet prévoyait. Les conséquences à moyen terme sur certaines formations, comme la préparation au concours de professeur des écoles aussi.

Toujours sur Fance Inter et toujours aujourd’hui, on avait déjà parlé maths :

A l'attaque !·Allez les jeunes !·Au collège·BRAVO!!!·Chez les élèves·Maths pour tous·Quel beau métier·Tous ensemble !

Sorenn, jour 2 de la multiplication

Aujourd’hui, après ses exploits de la journée précédente, Sorenn est arrivé en courant. Je l’ai entendu du début du couloir. Il a sautillé jusqu’aux fiches que je lui avais préparées, et puis s’est arrêté : hier, il n’avait pas déjeuné et avait faim, alors je lui avais donné mes clémentines. Aujourd’hui, il m’avait ramené des madeleines, pour « faire que c’est un échange ». Puis il a attaqué ses fiches et a tout réussi d’un coup. Il ne fait plus de dessins des objets mais des petits points : sa conceptualisation avance.

Nous avons commencé à apprendre les tables et continué de lire en cursive. Et puis Sorenn était cuit, après 40 minutes de travail intense (il y met du coeur, croyez-moi !). Alors nous avons pris ses fiches et nous sommes allés montrer tout cela au principal adjoint, qui l’a félicité et a soigneusement observé ses fiches.

Il y a des moments comme ça qui touchent et qui marquent, pour les uns et pour les autres.

La semaine prochaine, on entame les tables et on continue d’apprendre la lecture en cursives et l’écriture, par la copie avec le bouquin de Sylvie Cèbe.