A l'attaque !·Actualité·Apprendre·Chez moi·Evénement·I'm not dead·Je suis fan·Quel beau métier·Tous ensemble !

Les journées nationales : échauffement

Je suis arrivée à Nantes hier. Le choc a été brutal : après une pause dans la maison de Julien Gracq avec une visite individuelle, une promenade le long de la Loire, avec juste le chant des oiseaux et l’odeur des arbres, voici la rue des Petites écuries et ses restaurants agrippés les uns aux autres, dans le tumulte de la soirée, le crissement du tram, le grondement des avions, le vacarme de la nuit… J’ai des petits yeux.

Mais ce n’est pas grave (enfin, si je dors les nuits à venir… Sinon mes ateliers vont prendre l’eau !) : j’ai des tas de projets. D’abord, aller visiter le château tout juste voisin, voir l’exposition colombienne, et puis aller joyeusement ensuite à l’ouverture des journées, avec sa première conférence :

Capture d’écran 2017-10-21 à 08.16.40.png

Là-bas, je vais retrouver des collègues que je connais et que je n’ai pas le plaisir de rencontrer si souvent. Je vais aussi retrouver des collègues que je ne connais que numériquement, et que je n’ai jamais rencontrés. Je vais être parmi des passionnés, des joyeux, des enflammés, des discrets aussi, et en tout cas des profs de maths qui consacrent leur premier weekend de vacances à échanger autour de leur métier. C’est pas beau, ça ???

AfficheJN_Nantes.jpg

En attendant de partir en vadrouille, je vais commencer par trier mes documents pour les ateliers.

Enseignement·Nouvelles technologies·Chez les chercheurs·Apprendre·Formation·Tous ensemble !·Actualité

Classe inversée en questions

Sur les Cahiers pédagogiques, Sylvain Connac, chercheur en sciences de l’éducation à l’université de Montpellier, revient sur la classe inversée. La classe inversée a fait l’objet d’un stage que j’ai animé récemment, pendant lequel j’ai bien compris que nous n’étions pas d’accord, certains stagiaires et moi. lire cet article m’a confortée dans mon analyse.

Sylvain Connac rappelle ce qu’est initialement le concept de classe inversée : les élèves lisent un chapitre d’ouvrage avant le cours, puis, une fois en classe, posent les questions que cette lecture a suscité chez eux. L’enseignant répond aux interrogations, anime les débats, attise les questionnements, et régule.

Les pratiques se sont extraordinairement diversifiées, en lien avec la classe inversée, en particulier dans la partie collective. Pour plus de détails, allez donc lire l’article de monsieur Connac.

De nombreuses critiques ont aussi émergé. Sylvain Connac les considère « comme des signes positifs, montrant une lutte effective contre l’immobilisme, le conservatisme, voire l’élitisme de nos pratiques traditionnelles d’enseignement ». En revanche, il s’interroge :  » Qu’inverse-t-on ? Est-ce la place de l’enseignant ou celle de la transmission des savoirs ? Quelle conception pédagogique ? » Et il écrit :  » il apparait que les capsules n’ont rien à faire en début d’une séquence d’enseignement, encore moins à la maison, au moment où les élèves les plus démunis sont seuls. La raison principale qui nous permet d’étayer cette thèse est que la cognition ne fonctionne pas ainsi. Si les capsules vidéos, aussi bien faites soient-elles, essaient d’apporter des réponses à des questions que les élèves ne se posent pas, le risque est immense que les informations comprises soient oubliées. C’est l’une des fonctions du sommeil, à savoir, procéder à un tri des données reçues par les sens au cours de la phase diurne, pour conserver dans les mémoires à long terme celles qui correspondent à des besoins. (…) En plaçant une capsule vidéo au démarrage d’une séquence d’enseignement, soit on intéresse les élèves qui ont eu l’occasion de se poser les questions relatives à ces savoirs ailleurs et autrement (et on exclut les autres, sans qu’ils ne s’en rendent compte), soit on donne l’impression à ceux qui répondent à la consigne qu’ils sont dans les attendus, alors que visionner de l’information n’est qu’une tâche subalterne. » A mon sens, faire visionner une capsule en début de séquence n’est pas forcément une mauvaise idée : partir d’une leçon étrangère aux élèves et détachée de leurs préoccupations et de leurs questionnements en est une. Proposer une capsule-accroche, une vidéo qui va déclencher la réflexion, en revanche, est un bon point de départ, à condition que les enfants soient tous en mesure d’y accéder, et de s’en emparer intellectuellement.

Capture d’écran 2017-10-20 à 21.10.35.png

Enfin, Sylvain Connac conclut : « Une dynamique s’est créée. Il aurait été suspect qu’elle ait pu trouver les réponses aux questions insolubles des pédagogies efficaces. Son principal atout est de mobiliser des enseignants sur le cœur de leur métier : ce qui aide leurs élèves à apprendre. (…) Son atout second est d’avoir révélé la question de la place des capsules numériques dans un processus d’enseignement. Leurs expériences nous ont permis d’avancer. Nul ne doute que les années à venir continueront à nous faire progresser sur ce périlleux chemin. »

J’aime beaucoup cette approche : je partage l’analyse de monsieur Connac. Malheureusement, je ne l’ai pas aussi bien formulé lors du stage que j’ai animé. Mais surtout, j’aime sa façon positive, dynamique, constructive, d’envisager ce débat.

A quoi ça sert les maths ?·Allez les jeunes !·ça m'énerve·Chez les élèves·Culture mathématique·Lire·Tous ensemble !

Scientifique, littéraire, adjectifs non exclusifs.

Capture d_écran 2017-10-18 à 16.36.51

C’est la question posée par un article du Monde campus. Dans cette question, outre la sempiternelle question de la « suprématie » de la filière scientifique sur les autres, permet de réfléchir au terme de « valeur », appliqué à un individu…

Un jeune bachelier de la filière ES expose son point de vue, dans cet article : selon lui, il existe une « sacralisation » du bac S et des savoirs scientifiques.

Ce jeune homme semble d’abord s’étonner de la volonté de Sciences-Po « d’attirer des élèves aux profils diversifiés, notamment plus d’élèves « avec un parcours d’ingénieur, par exemple, ou de sciences dures », qui étaient pénalisés par la présence de ces épreuves. Des ingénieurs, des mathématiciens, des physiciens à Sciences Po ? Dans une école spécialisée en droit, sciences politiques, économie ou histoire ?« 

Heu oui, pourquoi pas ? Les bacs généraux demeurent assez… généraux. En S, on fait aussi de l’histoire, et pour peu qu’on soit un peu curieux on peut avoir développé des connaissances en sciences politiques, en économie… D’ailleurs alors on pourrait s’offusquer de l’accès de bacheliers L à sciences-po, puisqu’ils ne font pas non plus de sciences éco. Là, je ne suis pas du tout d’accord avec notre bachelier. Plus loin, il semble regretter que les prépas littéraires soient accessibles trop facilement aux scientifiques. Pour ma part, je trouve très bien que des bacheliers scientifiques puissent se lancer dans des études littéraires ; ce décloisonnement est plutôt rassurant. Il est regrettable en revanche qu’il n’existe pas davantage dans l’autre sens. Mais en effet c’est en S qu’on fait le plus de sciences, et l’accès aux connaissances scientifiques semble différent en terme d’autonomie des apprentissages. Il faudrait développer des passerelles, de vraies passerelles, vers les études scientifiques. Nous sommes d’accord là-dessus, l’auteur de l’article et moi.

Notre jeune bachelier fait le constat que la filière S est peuplée de non scientifiques. C’est vrai. Mais pourquoi pas ? Pourquoi faudrait-il absolument catégoriser les lycéens si jeunes ? S’engager dans telle ou telle filière, c’est choisir d’approfondir tel ou tel champ disciplinaire. C’est bien si cela ne rend pas cul-de-jatte dans les autres, non ?

« Quand j’étais lycéen, j’ai pu constater que la sacralisation de la filière S est intégrée par tous : élèves, parents et même certains professeurs. » Par tous, non. Par beaucoup, oui. Et c’est bien la filière S, pas le fait d' »être scientifique », qui est recherché. C’est en effet dommage, car il y a une sorte de déséquilibre. Là, nous sommes encore d’accord.

« Par-dessus tout, il faut se demander : pourquoi les S auraient-ils leur place partout ? Un bagage scientifique permet-il vraiment de s’adapter à n’importe quel domaine ? Un mathématicien aurait-il plus de valeur qu’un historien ou un artiste ?« 

Voilà de bonnes questions. A la dernière, évidemment non, et la question n’a même pas de sens car un individu n’a pas de « valeur ». Pourquoi les S auraient-ils leur place partout ? Le bac S est sans doute en fait le plus général. Et, comme je l’écrivais plus haut, un étudiant motivé peut bûcher pour acquérir une culture économique, littéraire, historique, mais plus difficilement scientifique, s’il est tout seul.

« Comme de nombreux étudiants que j’ai rencontrés au cours de mes études, je pense qu’il faut en finir avec l’admiration béate que l’on voue à la « rigueur », à l’« esprit de synthèse et de logique » qu’offre la filière scientifique, et valoriser à leur juste niveau les compétences diverses qu’offrent les autres filières.« 

Cette admiration de la rigueur, de l’esprit de synthèse, de la logique, n’a rien de béat. Ce ne sont d’ailleurs pas des qualités proprement scientifiques, et la filière scientifique n’est évidemment pas la seule à les développer. Et oui, valorisons toutes les compétences. Elles comptent toutes.

Je comprend l’amertume du jeune bachelier qui a écrit ces lignes. Je partage certains points de vue, mais l’excès tue la vérité.

A l'attaque !·Apprendre·Décrochage·Formation·Mes projets·Pour mes étudiants·Question de grand·Tous ensemble !

En nos troubles

Alors que mon collège baigne en eaux troubles et est fermé le temps de sécher, je récupère deux heures… Or un de mes collègues stagiaires m’a demandé des ressources sur les TDAH, les troubles liés à un déficit de l’attention et à l’hyperactivité. J’ai commencé par farfouiller dans les ressources qui remplissent mes disques surs, mais tout cela datait, et c’est typiquement le genre de domaine dans lequel les connaissances évoluent rapidement. Alors j’ai cherché et je suis tombée sur ce documentaire, que je trouve intéressant. Le découpage en chapitres fait qu’on peut le regarder à son rythme.

Capture d’écran 2017-10-16 à 07.29.50.png

Dans la rubrique collège, je vous conseille cet onglet :

Capture d’écran 2017-10-16 à 07.32.51.png

Le site propose un compte-rendu de conférence de Michel Lecendreux, qui date… de 2005, mais résume bien pour ceux qui voudraient savoir ce que recouvrent les TDAH. Michel Lecendreux explique que l’hyperactivité n’est pas un mythe : c’est une réalité, un trouble neuro-développemental avec en son centre l’inattention. Il se caractérise par des symptômes, non significatifs en eux-mêmes, mais qui sont « en excès », que ce soit à la maison, à l’école ou dans les activités de loisirs. Les garçons sont plus concernés que les filles par l’hyperactivité.

Dès la crèche, on remarquera chez ces enfants des troubles du sommeil, une mauvaise tolérance à la frustration, de l’agressivité.Généralement, c’est à l’entrée au Cours Préparatoire que le diagnostic est posé, et il s’assortit souvent de troubles des apprentissages du calcul ou de la lecture (dyscalculie, dyslexie).

Pour être diagnostiqué de TDAH, l’enfant doit présenter au moins 8 symptômes pour l’inattention, 3 symptômes pour l’impulsivité, 6 symptômes pour l’hyperactivité. L’aspect chronique, répétitif, des comportements est très important. En fonction de l’âge, les symptômes vont évoluer.

Les hyperactifs sont des enfants qui dérangent ; ils sont bruyants, instables. Ils n’ont pas conscience, pour autant, de la gêne qu’ils provoquent chez les autres. Leur motricité excessive, propre à l’hyperactivité, risque de les mettre en danger. A l’adolescence, 
l’abus de substances nocives est fréquent, de même que les troubles anxieux (de l’ordre de 25 % des enfants hyperactifs seraient concernés), ainsi que la dépression, ou, à tout le moins, la faible estime de soi.

Du point de vue des recommandations aux enseignants, ce qu’on nous conseille correspond à ce dont tous les enfants ont besoin : une attention personnelle, des rappels à la règle, des sanctions si ces règles ne sont pas tenues. C’est sans doute encore plus important avec un enfant TDAH : l’attitude positive inconditionnelle, la priorité accordée aux images pour illustrer le cours, la nécessité d’établir fréquemment un contact visuel (« regarde-moi ! »), de s’approcher régulièrement de lui et de l’encourager, afin de canaliser son attention (lui toucher l’épaule de manière bienveillante, par exemple), d’obtenir un « oui » de validation de sa part après une remarque de l’enseignant (mieux vaut, dans tous les cas, un « non » sur lequel l’enseignant va pouvoir travailler, qu’un faux « oui »), etc.

Le site possède une déclinaison pour l’école :

Capture d’écran 2017-10-16 à 07.47.29.png

Sur Eduscol, on trouve aussi des ressources.

Capture d’écran 2017-10-16 à 07.51.52.png

L’académie de Paris a publié ce document, court et clair :

Capture d_écran 2017-10-16 à 07.55.03

Une vidéo fort québécoise :

Ici, vous trouverez un document belge spécifiquement destiné aux enseignants :

Capture d’écran 2017-10-16 à 08.01.19.png

Et puis pour finir, un document qui aborde tous les aspects quotidiens de la question, de façon un tantinet psychédélique, mais qui apporte encore d’autres éléments pratiques :

Capture d’écran 2017-10-16 à 08.08.32.png

Au final, j’ai bien envie de me pencher sur un module « attention » que je pourrais tester au collège, dans le cadre du décrochage au sens large, puisque j’en suis la référence dans mon établissement. Et cela pourrait aussi donner une formation, si je collecte et j’illustre suffisamment de propositions concrètes.

Actualité·Chez les cadres·Education·Enseignement·Je suis fan·Réformes·Tous ensemble !

Michel Lussault, honnête homme du XXIème siècle

Une émission de Rue des écoles, sur France Culture, est disponible à écoute depuis quelques jours :

 https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=b95f7ae6-ee99-4d02-ad76-3a3655b15a6b

Je sais les polémiques autour de Michel Lussault, je lis les passes d’armes, et je ne suis pas suffisamment renseignée pour porter un avis sur leurs causes, pour la plupart. Je regrette la violence des mots et les emportements stériles, toujours. Mais là, les propos de Michel Lussault dans la première partie de cette émission ont fait complètement écho à ma façon d’enseigner, de vivre la classe, de croire en l’enseignement.

C’est quand même bien dommage d’en arriver à se déchirer ainsi, dans le milieu de l’éducation, alors que nous sommes tous motivés par le même idéal : faire grandir nos enfants.

A l'attaque !·Actualité·Chez les chercheurs·L'éducnat·Tous ensemble !

« La bombe à retardement des compétences »

Un ami m’a signalé cet article, dans La Tribune.fr. Pour un enseignant, c’est un titre accrocheur, qui réjouit ou fait froid dans le dos, mais qui fait réagir. Et pourtant, il n’est pas du tout question ici des compétences telles que nous les entendons professionnellement. Ahaaahaaa, avouez que vous vous êtes fait avoir.

Capture d’écran 2017-10-08 à 15.26.02.png

L’auteur de cet article, Vikas Pota (directeur général de la Varkey Foundation, « un organisme philanthropique à but non lucratif créé par Sunny Varkey, qui travaille à construire un avenir dans lequel un enseignement de qualité sera à la portée de chacun »), s’inquiète : « le système éducatif a fort à faire pour créer une population de jeunes plus actifs, compétents et flexibles. » Elles sont là, les compétences du titre.

Et monsieur Pota s’inquiète :

  • Les dépenses de la France sont inférieures à la moyenne par élève dans l’éducation primaire ;
  • La part des dépenses consacrées à l’éducation par rapport aux dépenses totales n’est pas folichonne ;
  • Il existe relativement peu de dépenses ou de financement privé consacrés à l’éducation française
  • Le nombre d’enfants par classe en France a légèrement augmenté ces dernières années, alors qu’en moyenne dans l’OCDE, il a légèrement diminué.
  • Le nombre d’enseignants par classe en France est bien inférieur à la moyenne de l’OCDE.
  • Même si le salaire des enseignants est légèrement plus élevé que la moyenne de l’OCDE par rapport à celui de travailleurs d’instruction similaire, les salaires de départ de chaque type d’enseignant étaient moins importants que la moyenne de l’OCDE.

 » L’image globale dépeinte par ces marqueurs est que l’éducation n’est pas prioritaire. (…) Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’enseignement n’est pas particulièrement valorisé par la population dans son ensemble (…) (en 2013 le statut des enseignants en France était légèrement inférieur à la valeur médiane dans les pays examinés) »

 » Il est impossible de créer un excellent système éducatif sans des enseignants motivés, correctement formés et récompensés de manière juste. Pour que la France réussisse dans un monde automatisé et relève le défi qui s’y rattache, elle aura besoin de capital humain. C’est la manière dont elle traite ses enseignants qui déterminera, à terme, si le pays pourra surmonter les difficultés à venir. »

Hé bin c’est pas gagné.