Activité rigolote·APMEP·C'est bien pratique·Club maths·Culture mathématique·En classe·Expo de maths·Je suis fan·Jouer·Manipuler·Maths par les jeux·Maths pour tous·Mes projets·Tous ensemble !

Lixso

Voici un premier jeu ramené du salon culture et jeux mathématiques : Lixso. C’est un jeu collaboratif, ou bien à un joueur, avec aussi des règles à deux ou quatre joueurs.

J’ai repéré Lixso grâce aux collègues du groupe Jeux de l’APMEP, qui ont l’oeil aiguisé pour dénicher des pépites. Et quand je suis arrivée sur le stand, j’ai constaté qu’il était très attractif pour les jeunes, groupés autour des plateaux, à jouer tous ensemble en débattant et en argumentant tel ou tel choix. J’en ai ramené un pour moi et un pour mon mari : en Ulis je pense que c’est très adapté aussi.

Le principe est simple :

  • Il faut paver le plateau avec les pièces en angle droit ;
  • Lorsqu’une couleur est indiquée, avec le symbole correspondant, c’est qu’il faut placer là la pièce de cette couleur ;
  • Lorsque le fond de la case est uni, on pose ce qu’on veut (mais il n’y a qu’un choix, en fait) ;
  • Une pièce ne doit pas toucher une pièce de même couleur, que ce soit par un côté ou par un sommet.

Voilà, vous savez tout. Voici un début et une fin de partie avec mon amie Christelle hier dans le train :

Le jeu est simple, rapide à expliquer, aisément manipulable, et amène à exercer sa logique, par déduction, par élimination, par disjonction. Il y a un travail sur les dispositions de pièces à mener, par rotation, pour bien percevoir toutes les possibilités sans répétition, et j’ai vu avec plusieurs joueurs que c’est un objectif consistant. Les 6 niveaux de difficulté permettent de s’adapter. De mon côté, je compte l’utiliser en classe en projetant, pour faire réfléchir les élèves aux stratégies.

A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Actualité·APMEP·Chez les élèves·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Chez les parents·Chez moi·Culture mathématique·Evénement·Expo de maths·Je suis fan·Manipuler·Maths et société·Maths par les jeux·Maths pour tous·Merci les copains·Ouaaaaaaaaaaaaah !!!·Partager les maths·Tous ensemble !

Dernière journée au salon

En partant au Salon culture et jeux mathématiques, je me disais bon, je vais écrire des tonnes d’articles là-bas. Hé bé non : je n’ai pas arrêté, de tôt le matin à tard le soir. J’en ai pour un drôle de bout de temps à vous raconter mes aventures… Mais avant cela, je vais profiter à fond de ma dernière journée ici, avant d’aller dormir une journée entière demain (en fait non, mais pourtant ce serait utile). Je suis sûre que cette journée sera aussi riche en rencontres, en découvertes et en émerveillements.

Pour patienter un peu, voici un résumé de ma journée d’hier :

Si je résume, c’était une magnifique journée, avec au coeur toutes les personnes passionnées avec qui j’ai échangé. Bon, le dessert était bien chouette aussi. Et l’enseigne pizzeria, ce n’est pas parce que j’y ai mangé, c’est une photo de balade mathématique pour faire chercher à mes élèves de 5e et de 4e si l’ombre est une translation de l’enseigne.

Bon, je suis parée, j’ai ma valise et mon grand sac à dos tous les deux pleins pleins de maths ; en route, et en chemin, petit dej !

A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Actualité·Allez les jeunes !·école·BRAVO!!!·Chez les élèves·Culture mathématique·Cycle 3·Dur dur·Evénement·Expo de maths·Maths pour tous·Partager les maths·Quel beau métier·Tous ensemble !

Mathématiques et émotions

Un de mes ateliers s’appuie sur l’album Il était une forme. C’est une nouvelle activité, pour moi, destinée au cycle 3. J’ai découvert l’album il y a quelque temps, j’en ai fait quelque chose à l’occasion du Salon des jeux mathématiques et je l’ai testé avant de venir dans la classe de Christelle, en CE1, sans sa dernière partie, difficile pour des élèves de cycle 2. Ca a bien marché.

Sur le stand recherche du Salon, j’ai mis en oeuvre l’atelier Il était une forme, avec des enfants de cycle 3. Je ne savais pas comment cela prendrait, car c’était quand même une nouveauté, jamais déployée en cycle 3, dans un contexte différent. Et puis les élèves de Christelle sont tellement ouverts à tout, quand je viens les voir, que je savais que des choses peuvent fonctionner avec eux et pas avec d’autres.

Bref, je l’ai déployé avec deux groupes de classes assez différentes de CM2. Dans les deux cas, l’atelier a été un succès. Pourtant j’ai senti les réticences de certains enfants au départ : on parle d’émotions, de ressentis, de sentiments, et même si j’insiste au départ sur le fait qu’on peut imaginer quelqu’un qu’on connaît, quelqu’un qu’on ne connaît pas, un animal qu’on aime, pour quelques enfants c’était difficile émotionnellement. Certaines et certains ont foncé tout de suite, ont senti quoi faire, on associé forme et émotion, en étant capable de verbaliser pourquoi et comment. D’autres se sont mis en retrait et je les ai aidés doucement : nous sommes passés parfois par un personnage de fiction, Naruto ayant un grand succès.

Un enfant m’a particulièrement marquée. Il m’a demandé de lui réexpliquer la consigne au moins trois fois. A chaque fois, il m’a dit avoir compris, mais ne s’est pas mis en activité. Il se tenait un peu éloigné de la table, comme pour marquer sa distance. Il était d’ailleurs déjà en marge de l’ensemble du groupe à son arrivée et je l’avais remarqué en ce sens. Je l’ai laissé tranquille un moment, puis je revenais vers lui le plus paisiblement possible. Mais ça ne marchait pas. Je lui ai proposé de représenter des émotions ou des sentiments que je lui proposerai, en m’arrêtant dans la liste que je lui énonçais quand quelque chose lui plaisait. Mais non. Je lui ai proposé de faire le contraire : de dessiner une forme géométrique et de réfléchir, tout seul ou avec moi, à ce que cela pourrait lui évoquer. Mais non.

Et puis à un moment donné cet enfant a écrit dans la partie émotions. Je le regardais de l’autre bout. J’avais envie de bondir à côté de lui, pour voir. Mais j’ai attendu, évidemment. Cet enfant n’avait surtout pas besoin de mes émotions à moi, là. Il a relevé la te^te et m’a regardée, pour la première fois directement, de façon insistante. Alors je suis venue.

Il avait même représenté une forme. Et il avait écrit « Supporter et ne pas ressentir la douleur ».

Puis il l’a effacé.

En partant, il a suivi son groupe, toujours à petite distance. Ils ont disparu de mon champ de vision. Et puis j’ai entendu une petite voix : une enfant du groupe avait rebroussé chemin parce qu’elle avait « oublié de me dire merci ». Elle était toute heureuse de l’activité, toute gaie et cela m’a fait du bien. Juste derrière elle, l’enfant de la douleur se tenait tout droit, s’est un petit peu incliné vers moi et est reparti.

Pfiou.

J’essaie de ne pas tirer de conclusions hâtives de cette histoire : peut-être n’est-ce pas du tout de la souffrance… Mais l’ensemble est tout de même assez bouleversant.

Actualité·Allez les jeunes !·BRAVO!!!·Chez les élèves·Culture mathématique·Evénement·hommage·Je suis fan·Maths pour tous·Merci !·Ouaaaaaaaaaaaaah !!!·Partager les maths·Tous ensemble !

Et maintenant, les olympiades de maths

Aujourd’hui j’ai appris que quatre de mes élèves de quatrième sont lauréats des olympiades de mathématiques. C’est une année incroyable.

Je suis très fière de vous, les jeunes. C’est une magnifique année et vous contribuez à donner du sens à mon investissement. Mais je suis tout aussi fière de J ou M, tellement en difficultés en maths au départ et qui ont tant progressé, ou de M, dyscalculique qui a réussi à construire du numérique en trois ans, ou de F ou C, pour qui venir au collège est si difficile, mais qui sont là en maths.

Quand vous m’offrez une victoire-événement, je suis profondément heureuse. Et quand vous m’offrez des victoires au long cours et des victoires discrètes, ponctuelles mais tellement signifiantes, je le suis tout autant.

Apprendre·Chez les chercheurs·Culture mathématique·Expo de maths·hommage·Je suis fan·Maths et BD·Merci !·Ouaaaaaaaaaaaaah !!!·Tous ensemble !

Dans l’atelier de François Abélanet

Hier, après la multitude d’activités que j’ai eues au Salon culture et jeux mathématiques, et avant un dernier rendez-vous avec deux passionnés de didactique, je suis allée visiter l’atelier de François Abélanet, l’anamorphosiste, que j’ai eu la chance de rencontrer grâce à l’association Maths en scène dans le cadre de la magnifique action de Regards de géomètre dans mon collège l’année dernière. Il est extraordinaire, François. C’est vraiment une belle personne et un artiste incroyable. J’ai passé un moment fantastique. Dans son atelier, il y a des maths partout, mais pas pour les maths : ce sont des maths nécessaires à ses oeuvres, arrivées là naturellement. Il m’a montré qu’il est dans l’hyperbole de taleS, d’ailleurs. Et j’ai vu un Au fil des maths sur la table basse… François a une capacité à expliquer ses démarches de façon très claire et fluide. Et j’adore sa passion, ses idées qui fusent sans cesse, qui interrompent le fil de sa parole pour partir dans une autre direction avant un nouveau virage en épingle à cheveu. Ses projets en cours sont incroyables : il va encore plus loin dans les jeux et les réflexions sur les point de vue et le regard.

Quel beau moment !

Activité rigolote·Actualité·APMEP·Culture mathématique·Evénement·Expo de maths·Je suis fan·Maths pour tous·Merci !·Mes projets·Ouaaaaaaaaaaaaah !!!·Partager les maths·Tous ensemble !

Première journée au salon culture et jeux maths

En trois points :

  • C’était une journée extraordinaire.
  • J’ai des tas d’articles à écrire. Entre les ateliers, les rencontres, les découvertes, les échanges avec les enfants et leurs enseignants, ouhaou.
  • Ce ne sera pas pour aujourd’hui.