Actualité·APMEP·BRAVO!!!·Chez les cadres·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Culture mathématique·Enseignement·Enseignement supérieur·Evénement·hommage·Je suis fan·Maths et société·Maths pour tous·Merci les copains·Partager les maths·Tous ensemble !

Séquence émotion à l’APMEP

Ce soir, au local de l’APMEP, c’est la fête : nous fêtons les APMEPiens et les APMEPiennes qui partent du bureau : Lise, Luca, Agnès, Michel et Sébastien. Alors on papote, on chante, on se souvient et on fait des projets. L’investissement de toutes ces belles personnes fait de l’APMEP ce qu’elle est. Heureusement, aucun ne quitte l’association : elles et ils continuent de s’investir. Parce que c’est un projet de société qui nous porte, et l’envie de le partager.

Bon, pour la chanson j’ai seulement sélectionné trois couplets…

A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Actualité·APMEP·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Culture mathématique·Enseignement·Evénement·Maths et société·Maths pour tous·Partager les maths·Tous ensemble !

Et donc les maths au lycée en 2022 ?

L’ADIREM, l’APMEP, l’ARDM, la CFEM, Femmes & Mathématiques, la SMAI la SMF et la SFdS, à la suite de leur demande d’audience auprès du nouveau ministre de l’Éducation Nationale, ont été reçues jeudi 16 juin 2022 par Madame Julie Benetti, conseillère du Ministre et Monsieur Thomas Leroux, Conseiller aux affaires pédagogiques et aux savoirs fondamentaux. Le bilan de cette entrevue est ici, et donne lieu à un communiqué commun aux sociétés savantes citées en préambule :

On constate actuellement que la réforme du lycée a entraîné une baisse du niveau mathématique et scientifique général, un accroissement des inégalités de genre, territoriales et sociales, ainsi qu’une forte diminution du vivier scientifique et de sa polyvalence pour les années à venir. Ces problèmes proviennent surtout de la structure du lycée général [1] et mettent en danger la capacité du pays à pourvoir aux besoins en compétences scientifiques du monde économique dans un avenir proche.

Depuis plusieurs mois, le collectif des sociétés savantes et associations de mathématiques et de sciences [2]représentants de la communauté des universitaires, des professeurs des classes préparatoires et du second degré alerte sur ces problèmes. Elle demande la mise en place rapide d’un groupe de travail pour proposer des modifications des structures des deux classes terminales du lycée applicables dès la rentrée 2023, et d’inclure dans ce groupe la communauté éducative et scientifique, à la fois actrice de terrain et experte sur le sujet de l’enseignement et de la formation scientifique.

Les représentants de la communauté mathématique ont demandé à deux reprises une audience auprès du ministre de l’Éducation Nationale. Suite à la dernière demande, une délégation a été reçue au ministère de l’Éducation Nationale par Julie Benetti, conseillère du ministre, et Thomas Leroux, conseiller aux affaires pédagogiques et aux savoirs fondamentaux.

Il ressort de cette rencontre qu’aucune réflexion n’est actuellement envisagée par le ministère portant sur l’architecture du lycée qui est l’une des principales causes des problèmes signalés. En revanche, des engagements sont déjà pris pour alléger les programmes de l’option maths complémentaires de terminale pour s’ouvrir aux élèves ayant choisi l’option de première de 1 h 30 de mathématiques. D’autres allègements de programme sont également prévus en seconde et en spécialités maths en première. Nous rappelons que la CFEM, Commission Française pour l’Enseignement des Mathématiques [3], constitue le référent national sur l’enseignement des mathématiques associé à la Commission Internationale sur l’Enseignement des Mathématiques, et que, de nouveau, elle n’a été ni associée ni même consultée au préalable pour ces nouvelles décisions.

La proposition actuelle d’alléger les programmes sans toucher à l’architecture du lycée, non seulement ne répond pas aux besoins, mais conduit à de nouveaux impacts inquiétants pour les poursuites d’études :

• L’option de 3 h de maths complémentaires de terminale devenant accessible après l’option de 1 h 30, alors que son accès est pour l’instant réservé aux seuls élèves ayant suivi la spécialité maths [4], ce parcours sera donc nettement insuffisant, en contenu et en horaire, pour accéder à de nombreuses formations de l’enseignement supérieur où les disciplines scientifiques jouent un rôle important voire essentiel : économie, gestion, STAPS, géosciences, santé, biologie, chimie, informatique, physique. Cela risque d’impacter de manière majeure le recrutement via parcoursup et remet en question les stratégies des élèves pour leur poursuite d’étude.

• L’allègement prévu des programmes de la spécialité maths et de la seconde remet en question l’ambition ministérielle d’un programme plus exigeant que dans l’ancienne série S, qui permettait d’améliorer la formation des futurs scientifiques. Alors qu’on observe actuellement une diminution de moitié des profils d’élèves à spécialité maths/sciences comparé à avant la réforme du lycée [5], cette décision inquiète.

Depuis cinq ans, le ministère reste sourd aux alertes de l’ensemble de la communauté et de la société civile. Il semble se désintéresser de nos propositions constructives alors que les choix actuellement retenus conduisent la France à une situation de pénurie déjà visible des compétences scientifiques nécessaires pour répondre aux défis technologiques, numériques, climatiques, énergétiques, de la biodiversité des années à venir.

https://www.apmep.fr/Communique-des-societes-savantes
A l'attaque !·Actualité·APMEP·BRAVO!!!·Chez les collègues·Je suis fan·Maths et société·Merci !·Tous ensemble !

L’APMEP change de président(e)

Aujourd’hui et demain, c’est le dernier et premier bureau de l’année, et le dernier comité de 2021-2022. Sébastien Planchenault est encore notre président, mais pour encore quelques heures seulement. Evidemment Sébastien va rester très présent dans l’association : comment pourrions-nous nous passer de lui, de ses compétences et de ses éclats de rire ? Ce n’est pas rien, d’assurer la présidence sur ces années agitées en gardant le sourire !

En attendant, nous bossons sur les journées de Jonzac.

Enseignement·Je suis fan·Chez les collègues·L'éducnat·Tous ensemble !·Chez les cadres·Evaluer·bac·Actualité·BRAVO!!!·Merci !

Le lycée Saint Saens à Rouen

Ma fille Alice a terminé sa scolarité de lycéenne. Elle a passé le bac. Elle l’aura, et si elle ne l’avais pas eu elle n’aurait pas repiqué, car son spectre autistique a fait de ce bac une épreuve incroyable.

Devant les obstacles qui se dressaient devant elle, et de ce fait devant nous, j’ai alerté, demandé de l’aide au ministère de l’éducation nationale, à monsieur et madame Macron, à des ministres, des députés, des sénateurs. J’ai reçu une réponse du cabinet du Premier ministre, qui m’a avisée que le ministère de l’éducation nationale me répondrai. J’ai ensuite reçu une réponse du ministère de l’éducation nationale, qui m’a dit que pour le principe d’équité, ma fille devait passer le grand oral sans aménagement de l’entretien. Et puis rien d’autre.

Nous avons donc fait simple : elle a écrit son grand oral, son accompagnatrice l’a lu, et a ensuite informé le jury qu’elles s’en allaient toutes les deux et que ce n’était pas grave. Parce que le jury était un peu déstabilisé, forcément, et embêté : les collègues veulent bien faire les choses, en général.

Alice est ressortie fatiguée mais apte à communiquer avec moi, et tournée vers de nouveaux projets. Le but est donc atteint : traverser sa scolarité secondaire sans s’abîmer. Avec en cadeau bonus le bac, pour lequel elle a bossé avec un grand sérieux.

Sauf que seuls, nous n’aurions sans doute pas réussi ; au moins pas ainsi, mais peut-être pas du tout.

L’équipe de vie scolaire, en collaboration constante avec l’infirmière, nous ont proposé des aménagements de scolarité auxquels nous n’avions pas pensé, dès la seconde, avec une intelligence et une bienveillance formidables ;

Le secrétariat a été d’une vigilance continue pour nous transmettre les documents, demander les aménagements, vérifiant toujours que la communication fonctionnait ;

L’équipe de direction est montée au créneau pour plaider la cause d’Alice, a organisé ses épreuves de bac, a communiqué avec l’établissement d’accueil pour les épreuves, a répondu aux dizaines de mails et de coups de téléphone de la maman souvent angoissée que j’ai été ;

Des inspecteurs se sont mobilisés, par exemple pour aménager l’épreuve pratique de NSI, avec un naturel et une efficacité désarmants. L’épreuve s’est super bien passée d’ailleurs ;

Les enseignants se sont adaptés, devant des situations inédites. Ils ont été fidèles et constants, acceptant de suivre Alice sur ses trois années pour ne pas changer ses repères (merci David !) ;

Marie, l’AED qui a accompagné Alice, a même pris un jour de congé pour venir avec elle au grand oral… Sans nous le dire, juste comme une évidence.

Personne, mais absolument personne ne nous a jamais dit ni sous-entendu qu’Alice « n’avait qu’à respirer un bon coup de se lancer », par exemple. Toutes et tous l’ont et nous ont respectés, et ont eu l’air de la faire de façon naturelle.

Alors autant je me suis insurgée (et je continuerai) contre l’institution au niveau national, autant aujourd’hui je veux remercier publiquement cette équipe et ces personnes, singulières, qui ont permis qu’Alice arrive au bac. Grâce à elles et eux, Alice forme des projets nouveaux et personnels, qui ne seraient pas possibles sans ce fichu bac.

Mesdames, messieurs, vous avez participé à la construction de la vie d’une jeune personne extraordinaire.

Merci.

A l'attaque !·Actualité·Chez moi·Faut que je fasse mieux·Formation·Lire·Tous ensemble !

Le DE « passeurs en éducation » : c’est fini !

Voilà, j’ai terminé ma soutenance. J’ignore tout à fait comment elle s’est passée ; j’étais moi-même, voilà, charrette comme à l’accoutumée, entre le bac de ma fille, les cours de ce matin et l’état des lieux là tout de suite de mon plus grand, avec en arrière-pensée la vigilance « n’oublie pas de faire les courses » et « qu’est-ce que je prévois comme trace écrite demain sur Geogebra ? ». La vie, quoi. Pour autant, j’ai dit à peu près ce que je comptais dire. Sauf sur les compétences du passeur, ce qui sans doute était important, et dont le référentiel ne m’est revenu qu’après la soutenance. J’aurais dû l’avoir sous la main.

Alors voici deux documents : mon mémoire, d’une part, et une vidéo qui reprend la soutenance.

Je ne partage pas ces documents parce qu’ils sont des références. Ils ne le sont pas. Ils sont des témoins du travail dans lequel je me suis engagée, des étapes, mais pas des travaux aboutis : je suppose que dans quelques mois, quelques années, je ne me comprendrai plus ou je ne serai plus d’accord avec ce que j’ai écrit.

Mais partager me permet d’aller au bout d’une idée : si les élèves ont droit à l’erreur, nous aussi. Publier un travail, même dont on n’est pas satisfait entièrement, c’est constructif. C’est une base de discussion, c’est une trace.

Evidemment, ce que j’espère, c’est vous donner envie de vous former encore. Vous qui me lisez, je sais que vous vous formez de multiples façons. Cette expérience de « passeurs en éducation » m’a vraiment permis de m’outiller, d’accéder à une recherche plus rigoureuse, mieux étayée, de monter en compétences. Je suis contente que ce projet-là s’achève, comme les autres projets que je parviens à mener à leur terme, mais je vais surtout m’employer à poursuivre mes réflexions et mon enrichissement professionnel (parce que financier, ça a l’air compromis : malgré la chaleur le point d’indice est toujours tout gelé).

En attendant, j’ai un état des lieux à faire. Zou.

Chez les collègues·Culture mathématique·Evénement·Je suis fan·Les découvertes de Stéphane·Maths et arts·Maths et société·Maths par les jeux·Maths pour tous·Merci !·Merci les copains·Message·Ouaaaaaaaaaaaaah !!!·Partager les maths·Tous ensemble !

Les cadeaux de Stéphane

Après le grand oral de ma fille, puis un emménagement éclair, suivi d’une petite après-midi de cours et avant trois conseils de classe d’affilée, ce qui au final me fait une journée riche en émotions, j’ai reçu avec plaisir une émotion de plus : un cadeau.

Un cadeau de Stéphane.

Stéphane, c’est un collègue de Lille qui m’envoie des cadeaux. Je lui ai même, il y a longtemps déjà, réservé une catégorie : les découvertes de Stéphane. C’est lui, Match Point, par exemple. Ce n’est qu’un exemple : il a un talent fou.

Parce que je partage sur le blog, pour ce que j’écris.

C’est fou, non ?

C’est trop, clairement. Mais je ne vais pas bouder mon plaisir : j’adore. En plus, les cadeaux de Stéphane sont géniaux. Il me lit régulièrement et sait ce que j’aime. De ce fait, c’est incroyablement adapté à mes passions, mes lubies, ma sentisiblité.

Voyez plutôt :

A l'attaque !·Allez les jeunes !·bac·BRAVO!!!·Chez moi·Evénement·Je suis fan·Lycée·Merci !·Tous ensemble !

Respect

Demain, ma fille passe le grand oral. Demain, elle en aura fini avec sa scolarité de lycéenne.

Elle a si bien travaillé, je suis admirative. Elle s’est battue avec ténacité depuis si longtemps… Elle est fière d’elle, là, ce soir : elle sait parfaitement ses deux sujets.

Peut-être demain rien ne sortira ; l’autisme est ainsi. Mais peu importe. Elle accomplit son exploit.

Elle y sera parvenue grâce aux personnels de son lycée, le lycée Camille Saint Saëns à Rouen. J’écrirai bientôt sur elles et eux, car elles et ils ont rendu possible.

Bon, en attendant dodo : la journée va être… Je n’en sais rien, en fait, ce qu’elle sera. Et ce n’est pas bien grave.

A l'attaque !·Actualité·Au collège·Chez les collègues·Evaluer·Evénement·Je suis fan·Merci Laura !·Ouaaaaaaaaaaaaah !!!·Tous ensemble !

Fin des copies.

Ce matin, c’était la dernière évaluation de sixième. Je me demandais bien comment j’allais corriger en temps et en heure, vu mon emploi du temps tres serré. C’était sans compter Laura, AED en prepro, qui sait bosser comme une ouf. Et puis nous connaissons suffisamment bien maintenant pour savoir exactement comment nous transmettre les infos. Apres une fin de matinee et une pause méridienne toutes les deux le nez dans les copies, elles sont corrigées, évaluées, triées et rangées.

Et moi je pars en CM2 le cœur léger.

C’est un beau travail d’équipe.

A quoi ça sert les maths ?·Allez les jeunes !·BRAVO!!!·Chez les chercheurs·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Maths et arts·Maths pour tous·Merci les copains·Ouaaaaaaaaaaaaah !!!·Partager les maths·Représenter·Tous ensemble !·Vidéos

Anamorphoses : Matthieu Robert-Ortis

On peut toujours compter sur les ami(e)s, décidément, que ce soit pour relire un manuscrit (merci Richard), pour débloquer une soutenance (merci Alice), pour donner la pêche (merci Caroline), pour rendre les projets possibles (merci Nadine), pour m’accueillir au pied levé dan sa classe (merci Aline), pour écrire un livre (merci Marion) ou pour partager des merveilles (merci Nourdin, Sonia, et toute la troupe…). Là, c’est Sonia Marichal qui m’a envoyé ceci :

C’est très, très fort :

La révolution des girafes, Matthieu Robert-Ortis

C’est un sculpteur français, Matthieu Robert-Ortis, qui réalise ces magnifiques sculptures qui dépendent du point de vue adopté par l’observateur.

L’anamorphose est une figuration et une abstraction, et la métamorphose est une figuration, une abstraction et une figuration.

Matthieu Robert-Ortis

Les références de Matthieu Robert-Ortis sont Georges Rousse, Félice Varini et Markus Raets. Connaît-il François Abélanet ?Ce pourrait être une belle rencontre.