A quoi ça sert les maths ?·Culture mathématique·Je suis fan·Maths en vidéo·Télévision

Etre ou ne pas être une mathlète

 Lorsque mes enfants étaient petits, nous avions encore la télé, et ils regardaient les Super Nanas. J’aimais bien, les Super Nanas. En en reparlant ce soir à table mon fils m’a trouvé un épisode des Super Nanas intitulé La reine des maths, et en VO » Mathlete ».

Au début de l’épisode, Rebelle (la dure à cuire qui castagne) essaie de se faire aimer d’une de ses camarades qui joue les mauvaises élèves volontaires. Mais elle est acceptée en cours de maths approfondies, ce qui la sépare de la jeune fille et la met face à un dilemme, ce qu’on appellerait en ce moment un conflit de loyauté : peut-elle assumer d’être « bonne en maths » alors qu’elle veut rouler des mécaniques ? Et puis les choses dégénèrent et elle se retrouve face au monstre des maths, qui a ratatiné tous ses camarades, et ses soeurs.

Rebelle se retrouve donc à de voir résoudre quelques questions mathématiques, dont deux sont visibles pour le spectateur :

D’abord elle doit résoudre une équation en x, en tout cas c’est ce que j’ai compris de ce qu’elle dit.

Capture d’écran 2018-03-28 à 20.13.37.png

Or cette expression n’est pas une équation. En revanche c’est vrai qu’elle est égale à 4, ce qui est identifiable par exemple en factorisant le numérateur sous la forme (x+4)^2. De ce fait, après simplification, cette expression (et non x) vaut 4, à condition que x soit différent de -4, qui est valeur interdite. Rebelle aurait quand même pu le préciser ; c’est important, d’exclure les valeurs interdites, tsssss.

Ensuite, elle doit déterminer la valeur d’une limite :

Capture d’écran 2018-03-28 à 20.14.08.png

Alors là, respect : en maths approfondies, le prof avait demandé d’appliquer le théorème de Pythagore avec des nombres comportant des racines, ce qui était relativement costaud pour des choupinettes hautes comme trois pommes comme les Super Nanas, que je plaçais au collège. mais là, pas facile, la limite : il faut que Rebelle sache que la limite de sin(x)/x est égale à 1 lorsque x tend vers 0, et qu’elle effectue mentalement un changement de variable du type X=7x pour se ramener à la limite de 7sin(X)/X, avec X qui tend lui aussi vers 0, forcément. Ensuite elle est lancée, et elle balance au vilain monstre équilatéral des y, des racines, des signes d’intégration… Forcément, le monstre est défait.

Conclusion : on peut être dure à cuire ET forte en maths.

Deuxième conclusion : il faut se méfier des triangles équilatéraux.

Rhalala, les Super Nanas, quelle leçon de vie.

C'est pas des maths!·Question de grand·Télévision

Le revers de la gloire

C’est rigolo, je reçois des questions sur mon passage à France 3 Normandie. Je vais y répondre en vrac. Mais avant, je remercie tous ceux et celles qui m’ont envoyé des messages tellement gentils. Franchement, cela m’a vraiment touchée. Rien que pour ça, ça valait le coup d’y aller…

  • Tu connaissais les questions ?

Non, sauf la première. Du coup, j’avais appris bien par coeur ma réponse. je la connaissais sur le bout des doigts. Et arrivée en plateau, j’ai répondu autre chose. Pas loin dans l’idée de ce que j’avais appris, mais pas du tout pareil, quand même. Il n’y a vraiment rien à faire, quoi que je fasse je suis naturelle. C’est parfois compliqué à gérer d’ailleurs…

  • Après on te montre l’interview ?

Non, car c’est en direct. Le présentateur continue son journal.images

  • Tu étais aussi détendue que tu en avais l’air ?

C’est gentil, mais non, pas du tout. Je n’étais pas non plus une boule de nerfs. J’ai eu le trac avant, mais la maquilleuse était bavarde et je me suis concentrée sur elle, je lui ai posé des tas de questions sur sa vie. Une fois lancée, le moment des titres a été difficile et ensuite j’ai juste parlé au monsieur, en me concentrant pour faire comme si il n’y avait que lui et moi.

  • En sortant tu étais soulagée ?

Non, pas du tout. J’avais l’impression d’avoir complètement loupé ma réponse à la dernière question. Je ne me souvenais plus de ma réponse, j’avais l’impression d’avoir répondu « Euuuuuuuarghboaaaaarf », en gros. Il faut dire que le présentateur m’avait prévenue qu’il me poserait trois questions, et qu’il pensait ne pas aller plus loin, mais qu’au cas où il m’en posait une dernière, je devais être très très synthétique. J’aurais eu besoin de quelques heures pour bien répondre, et ça m’a prise au dépourvu. Dans la voiture, je me suis tranquillisée : tout le monde a le droit à l’erreur, je m’en remettrai, j’aurais préféré assurer, mais bon il n’y a pas mort d’homme, et l’exercice n’était pas facile. Et puis en voyant le replay, je me suis rendu compte que j’avais dit ce que je pensais. J’aurais juste voulu parler de la formation continue, mais je n’ai pas eu le temps.

  • Ca fait quoi de se voir ?

Rien. J’ai été filmée plusieurs fois, en classe, en interview, je filme souvent des séances pour les analyser avec mes étudiants ou pour moi-même, et je n’ai plus aucun problème avec mon image. Je n’aime pas spécialement me voir, mais cela ne me dérange pas non plus. Maintenant, je connais cette image. Et puis c’est moi, voilà, avec mes défauts.

  • On t’a obligée ?

Euh non. J’ai su la veille au soir, vers 19h, que le lendemain midi j’étais sur le plateau de France 3. Au départ, je me suis dit « ouhlà non, je ne suis pas capable de ça », et du coup j’ai dit oui (je suis joueuse). Ce sont mes IPR qui m’ont proposé d’y aller : ils savent que j’aime bien l’adrénaline les nouveaux défis, qu’être filmée ne me bloque pas, et surtout que promouvoir les maths me motive vraiment. Et puis bon, c’est France 3 Normandie à midi, en terme d’exposition, ça va… Je crois que je vais pouvoir aller acheter mon pain sans avoir besoin de mettre des lunettes de soleil ! 😀

Activité rigolote·Maths pour tous·Mes projets·Oups·Télévision

1/16e de 100 sang ça fait combien chez les Indiens ?

Hier, nous regardions un épisode de notre série du moment, mon mari et moi. Et là, paf :

C’est une erreur intéressante, qui montre comme les notions de fractions et de pourcentages sont souvent mal maîtrisées. A supposer que l’erreur vienne des scénaristes, elle sera passée inaperçue au moment de l’écriture, des multiples relectures, en passant par l’interprétation, et au final lors du doublage, ce qui n’est pas mal. Et pourtant, « 0,0625% de sang indien », cela aurait pu titiller les oreilles… parce que ça ne fait pas beaucoup. Je vais la montrer à mes élèves, lorsque nous aurons abordé les taux. J’espère qu’ils penseront en termes d’ordres de grandeurs : 1/16 est un nombre compris entre 1/10 et 1/20, donc entre 0,10 et 0,05 (car 1/10 est un dixième et 1/20 est la moitié de 1/10), et donc entre 10% et 5%. Et alors, nous pourrons faire le lien avec 1/16 = 0,0625 = 6,25%.

Activité rigolote·Chez les élèves·Dans les copies·En classe·Evaluer·Maths en vidéo·Maths pour tous·Mots de maths·Sixième·Télévision

Kaamelott en sixième

Aujourd’hui, nous avons travaillé sur une séance de géométrie. Je voulais réactiver perpendiculaire, parallèle, sécant, et inciter encore sur l’importance du langage.

J’ai donc proposé de nouveau (je fais ça tous les ans) un extrait de Kaamelott. Et les élèves avaient une « fiche de visionnage » à remplir :

Fiche vision Kaamelott.jpg

Cette année, j’ai eu envie de consigner les réponses obtenues :

Première question : globalement, j’ai eu comme réponse « trois hommes » ou « quatre hommes », dont parfois « le roi », « le prince », « le sire » ou « le seigneur » voire « un des personnages est de haute importance », ou des précisions du type « ils sont plutôt chevaliers », ou « l’aubergiste », « l’écuyer », « deux prisonniers », et « deux esclaves tout nus ». Ouhlala, que vont imaginer les parents…

Deuxième question :

J’ai obtenu :

  • 10 « dans un château », ou « dans le sous-sol d’un château »
  • 5 « dans la cave »
  • 3 « dans un bar/une auberge »
  • 3 « dans une prison/un cachot »
  • 2 « Au Moyen-Âge » / « Au Moyen-Âge-Antiquité »
  • 2 sans réponse
  • 1 « dans un chêne » (???)

Les deux réponses qui en fait répondent à « Quand se déroule la scène ? » m’intéressent : voilà de quoi retravailler en AP.

Pour la troisième question, le résumé, voici des extraits :

  • « Ce sont des personnes qui discutent de géométrie »
  • « Deux personnes disent n’importe quoi et le roi les contredit »
  • « Deux hommes discutent de comment casser la pierre et ils se trompent de mots. Le roi explique comment employer les bons termes « parallèles » et « perpendiculaires » »
  • « Deux personnes inventent des mots qui n’existent pas »
  • « Ils veulent tracer des parallèles et des perpendiculaires mais sur la pierre on peut pas »
  • « Ils croient que 22 c’est impair »
  • « Ils disent comment se taper dessus »
  • « Ils s’embrouillent. Il y en a un qui a raison et l’autre qui se complique la vie »
  • « Ils font une démonstration de karaté en utilisant des mots inexistants »
  • « Ils sont en désaccord sur des termes géométriques »
  • « Ils veulent couper un taureau »

J’ai obtenu beaucoup de réponses correctes, voire très bien exprimées. A la première fiche de visionnage, sur une autre vidéo, ce n’était pas le cas. Je pense que mes petits élèves commencent à comprendre ce que je veux : ils s’expriment bien davantage.

La question 4 a été réussie par presque tous les élèves, avec des degrés de précision variés. Un élève a écrit :

« Je pense que mon professeur veut que je comprenne que les mots c’est important. Si on ne dit pas les bons précisément on ne comprend pas. Mon professeur veut aussi qu’on ne s’ennuie pas (vidéo marrante) ».

On avance.

Activité rigolote·Apprendre·Chez les collègues·Culture mathématique·En classe·Je suis fan·Maths en vidéo·Maths pour tous·Pour mes étudiants·Sixième·Télévision

Les shadoks comptent aussi

Alors que j’ai traité il y a une semaine de la numération shadok, un article sur blogdemaths propose une explication très complète de leur système, qui revient sur ce que nous avons vu en classe avec mes sixièmes, et avec de très belles maths ensuite.

Capture d_écran 2017-09-26 à 07.24.16

Capture d_écran 2017-09-26 à 07.24.31

Il y a là matière à concocter des activités de la sixième à la spé de terminale S !

Demain, on regarde la vidéo avec mes sixièmes :