Allez les jeunes !·C'est pas des maths!·Ca fait pas du bien aux maths·Chez les élèves·Quel beau métier·Si si c'est drôle

Le Cosplay qui fait VRAIMENT peur

Deux hommes passent devant moi.

– (moi) Je peux vous prendre en photo?

– Oui, allez-y !

– Merci beaucoup!

– Et vous vous êtes déguisée en quoi, hahaha?

– En prof de maths.

Les deux garçons, parfaitement synchronisés :

– Aaaaaaaaaaaaaaah !

Et ils s’enfuient en courant chacun de leur côté.

Mais heuuuuu chuis gentille moi!

Culture mathématique·Expo de maths·Mauvaise foi inside·Si si c'est drôle·Y a pas qu'le boulot dans la vie !

iande, ma mystérieuse inconnue

En sortant du rectorat, je suis tombée en arrêt devant ce panneau :

20180615_142506

Alors là, je m’interroge : que vaut iande ?

On a plusieurs niveaux de malhonnêteté : soit on considère que les tirets dont des signes « – » et alors on a pour système de trois équations et deux inconnues (ou trois équations et six inconnues, d’ailleurs) :

Capture d’écran 2018-06-15 à 17.23.21.png

Soit on considère que les tirets sont des tirets, et cela donne :

Capture d_écran 2018-06-15 à 17.24.42

Il demeure que je suis de toute façon perplexe devant la dernière ligne : « iande au choix » serait en fait un événement, dont on prendrait la racine carrée du contraire ? Ouhlala… En plus le « x » de « choix » sort de la racine.

Je n’ai pas dû tout comprendre… Je me demande bien de quoi parle cette pancarte. C’est bizarre de mettre des maths tordues comme ça en pleine rue.

 

Culture mathématique·Décrochage·Maths pour tous·Si si c'est drôle·Tous ensemble !

Pépère ? Ah non, pépère, non.

« Ah, vous êtes prof ? Ah c’est bien… Moi j’aurais pas pu. Les métiers pépère, comme ça, ça ne me convient pas du tout. Vous passez votre temps à dire les mêmes choses, et puis les jeunes de maintenant… »

Je souris et je cherche ma monnaie silencieusement. Nous sommes mercredi. Je viens de finir de rédiger des bulletins de visite, de préparer un dossier pour travailler mes projets l’année prochaine, de corriger des copies de cinquième, de répondre à mes étudiants de l’ESPE sur leur travail de rédaction de projet collaboratif, d’échanger avec des collègues Unknown.pngsur les avantages et les inconvénients du sans-note. Ce matin, j’ai accueilli dans ma classe des élèves de CM2 du secteur. Hier, j’ai passé la matinée dans une classe de grande section à Veules-les-Roses, le midi à échanger avec une enseignante et un CPC, et l’après-midi à co-animer une formation sur l’évaluation de l’épreuve orale du brevet des collèges à Cléon. La veille encore, j’ai travaillé les fractions avec mes sixièmes, puis je suis allée à Dieppe dans une classe de collège, puis j’ai passé quelques heures dans une classe de lycée. Demain, j’ai cours avec mes cinquièmes, puis je vais à Pont de l’Arche, puis dans un lycée rouennais. En trois jours j’ai travaillé avec des jeunes de 3 à 17 ans, et ils m’ont semblé bien sympas, globalement. Et puis avec des adultes, aussi, et c’était agréable aussi.

Mais ça ne m’agace pas du tout, ce que me dit ce monsieur. Il ne connaît juste pas mon métier, et d’ailleurs je ne réalise sans doute pas ce qu’est le sien. Et si je souris, c’est parce que je pense à ce début de semaine, qui m’a un tantinet épuisée mais qui est aussi si riche, si épanouissant. Je lui expliquerais bien comme il est incroyable, ce métier, comme il est magnifique, comme il laisse libre, comme il n’a rien de routinier, comme on m’alloue de l’autonomie, comme il me donne l’occasion de travailler en équipe, mais j’aurais tant de choses à dire, et puis il a des choses à faire, lui aussi. Et est-ce si grave d’ailleurs ?

« Vous êtes prof de quoi, au fait ? Ah, de maths en plus ! Oh bah j’aurais pas dit ça, en vous voyant, comme ça ».

Ah. Et vous m’auriez vue prof de quoi ?

« Prof pour les petits, ou alors un truc sympa, vous voyez, le dessin ou la musique, ou peut-être l’histoire ».

Vous savez, les maths aussi ça peut être sympa. Et même franchement super.

Là, c’est lui qui a souri et est resté silencieux.