Actualité·Chez les collègues·Chez moi·Formation·Je suis fan·L'éducnat·Si si c'est drôle

Pokebadges ?

Depuis ce matin, la question agite les réseaux sociaux… Infantilisation ou reconnaissance ? Les badges permettraient de valoriser des compétences simplement, sur le terrain, mais ne se substitueront pas à une revalorisation de l’image du métier et salariale… Ce qui est sûr, c’est que cela fait parler !

Pour ma part, je trouve ça très mystérieux : « les badges, c’est encore plus que ça ! » nous dit-on dans la vidéo. Et là, pouf, générique. Du coup je n’ai toujours pas très bien compris à quoi ils servent. À attester de compétences, ok, mais pour en faire quoi ? Et qui les attribue ? Sur quels critères ? Parce que plus qu’un étiquetage, ce qui compte, c’est la valeur du système d’attribution.

Cela dit, les badges ne m’énervent pas plus que ça non plus. Au vu des informations dont je dispose, je n’ai pas d’avis et j’y suis pour le moment indifférente. S’il y a des collègues à qui cela plaît et qui se sentent reconnus grâce à eux, tant mieux !

Ce que je n’aime pas trop a priori, c’est l’aspect Pokemon-attrapez tous. Mais c’est sans doute parce que je sais que je suis très joueuse… C’est un peu dangereux pour moi, ce genre de truc.

En tout cas, il y en a un qui est trop fort : c’est mon mari. Et il est aussi un chouillat facétieux peut-être…

Capture d’écran 2020-06-27 à 20.12.39
Son blog
Chez les collègues·Si si c'est drôle

Zébuclaire ?

Aujourd’hui, j’ai une eu une groooooosse journée. Une de ces journées qui fait qu’on ne se déplace que d’un pas décidé, qu’on déjeune, mais vite fait, qu’on a bien raisonné quand on passe un coup de téléphone, pour être sûre que tout rentre dans le temps imparti et que tous les rendez-vous soient honorés. Mais faire cours, club maths, aide aux devoirs, discuter projets avec les élèves, proposer à des super collègues d’intégrer des projets et échanger dans des réunions pour construire encore d’autres projets, c’était chouette.

Mais une question me taraude : je lui ressemble vraiment, à lui ? C’est la troisième fois dans une seule journée qu’on me dit ça… 😉

zébulon

Je n’ai pas une si belle moustache…

Chez les collègues·Dur dur·Genre·histoire des maths·Je suis fan·Lire·Maths pour tous·Si si c'est drôle·Tous ensemble !

Mais c’est vrai, ça, que devriendoient-ils ?

« Que deviendroient les hommes, si, dans les momens où ils viennent chercher auprès d’une jolie femme le délassement de leurs travaux, ils la trouvoient ensevelie dans la méditation d’un problême géométrique ? » (Graillard de Graville, 1762)

Interrogé sur la question, mon mari m’a répondu : « ah bah oui, ça ça arrive, forcément. Bin l’homme, il va faire autre chose, en attendant la fin de la méditation ».

Il est philosophe, mon mari. Et surtout il sait qu’interrompre une femme dans sa méditation mathématique est dangereux et contre productif.

La source :

A l'attaque !·Activité rigolote·Allez les jeunes !·Au collège à la maison·Chez les élèves·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Manipuler·Si si c'est drôle

And the winner is…

J’ai reçu aujourd’hui une nouvelle représentation de 25%/75% pour traiter la publicité a better world. Cette représentation illustre l’erreur commise, et elle est vraiment top :

Edouard

Alors là, le petit bidule, quelle fraction du grand bidule ? Et du grand bidule initial ?

Actualité·Je suis fan·Si si c'est drôle

Une bonne rigolade

Entre les cours en vidéo du matin et les cours en vidéo de l’après-midi, je ne peux pas regarder la télé : je n’en ai pas. Heureusement, parce que regarder plus de vingt secondes de télévision me met maintenant les nerfs par dessus de tricot de façon assez magistrale. Mais quand même, il y a les copains sur Twitter, qui me permettent de rester dans l’instantanéité des médias. Exemple :

Alors là, moi, j’ai bien ri : le ton docte du monsieur qui dit « c’est très intéressant, regardez ces images nous sommes à l’intérieur de cette école Ronsart de Poissy (…) vous voyez l’espace entre les différents bureaux des élèves , qui est accru, respecté, de plus d’un mètre« . Bah oui, ok, c’est une salle de classe en configuration covid… Il aurait pu aussi s’extasier sur le fait que les bureaux ont quatre pieds, pendant qu’on y est…

Et la femme, qui semble proche de l’hilarité, qui fait remarquer que ces enfants sont sages… « Ils sont assis sur leur chaise, à ce stade, ce qui ne sera peut-être pas le cas toute la journée… » Mais le mieux, c’est la réponse de l’autre femme, qui n’a sans doute jamais vu un groupe classe, ni même un enfant tout seul, je pense :

« Si si si, parce que ils sont obligés, ils vont être obligés. (…) Il va y avoir un temps (…) très conséquent sur l’intégration des nouvelles règles de distanciation. »

Aaaaaah, parce que quand on dit un truc aux enfants, genre une consigne, en fait il suffit de leur dire qu’ils sont obligés pour que ça marche ! Aaaaaaaaaah okééééééééé ! Mais pourquoi on me l’a pas dit avant ? Donc en fait que les élèves écoutent, ne bavardent pas, appliquent une consigne la première fois qu’on leur dit, se parlent gentiment, aient leurs affaires, respectent les règles, ne s’insultent pas, tout ça, c’est tout bête ! Non mais là quand même pour moi, dans ma pratique professionnelle, il y aura un avant-le-déjeuner-du-5-mai et un après-le-déjeuner-du-5-mai. Merci BFM.

Franchement, une rigolade pareille, ça vaudrait presque le coup d’avoir la télé en vrai.

Ou pas, allez…