A l'attaque !·Actualité·Au collège·Chez moi·Enseignement·Faut que je fasse mieux·Mes projets·Partager les maths·Quel beau métier·Tous ensemble !

L’année prochaine

Les jeux sont faits, mes décisions sont prises. Je sais quel projets développer l’année prochaine, au collège, en club maths, sur le plan éditorial, sur le plan académique. Je sais quelle certification je vais passer. Je sais dans quelle direction je m’orienterai du point de vue associatif. Et je sais quelles classes j’aurai : 6e et 4e.

En 6, ça roule. ma programmation et ma progression me conviennent. Le timing est bien calé, les activités rigolotes, efficaces selon moi. Je garde. J’aurai un élève aveugle, donc je vais enrichir d’activités que toutes et tous puissent réaliser, y compris cet élève. C’est le moment de tendre de nouvelles cordes à mon arc.

En 4e, ma programmation de l’année dernière me plaisait, mais elle laisse trop peu de place à la différenciation. Je sais déjà, car j’au trois classes de 5e, que j’aurai des élèves en très grande difficulté, et un nombre inédit pour moi d’élèves embêtés par des troubles de l’attention. Il faut que je me débrouille pour viser haut, mais adapter à toutes et tous. Et là, au niveau 4e, je dois réfléchir. Je ne suis pas à l’aise en plan de travail car je suis hyper attachée à une culture de classe basée sur les activités ; il faut donc que je pense. J’ai des pistes.

Et du taf.

A l'attaque !·Activité rigolote·Actualité·Allez les jeunes !·Au collège·BRAVO!!!·Chez les élèves·Culture mathématique·Cycle 3·Evénement·Je suis fan·Maths pour tous·Mes projets·Quel beau métier·Sixième·Tous ensemble !

Demain, mes champions

Demain, c’est la finale du rallye IREM dans mon académie. Quand j’ai annoncé ça à mes 6e2, ils étaient si contents, tellement fiers… Il faut dire que moi aussi, même si je n’y suis pour rien ; et puis ces élèves-là sont partis d’un niveau pas si solide, avec une cohésion de groupe très pointilliste, et voilà, j’ai maintenant en face de moi des collégiens qui la jouent collectif et sont des « résoluteurs de problèmes » sans pitié. Et ça, j’y suis peut-être pour quelque chose. J’espère que demain ils profiteront et s’amuseront. Ils le méritent : depuis le début de la semaine, ils s’entraînent tous les jours. A chercher des problème, à trouver des solutions, à s’expliquer leur démarche, à s’écouter. C’est bien le plus difficile, s’écouter, mais ils le savent et s’entrainent tous ensemble en se régulant les uns les autres. C’est assez émouvant, en fait. Alors même s’ils arrivent cinquièmes sur cinq classes finalistes, ils sont en finale, et je les ai vus vraiment se préparer.

Rholala, j’ai hâte. On va partir en fin de matinée, aller prendre un bus, prendre métro, traverser l’agglo, découvrir l’université pour la plupart, pique-niquer, et même il ne pleuvra même pas. Les élèves vont chercher, chercher, chercher, participer à un jeu collaboratif de calcul mental et recevoir leurs prix ; et puis il y aura sans doute un goûter. Ensuite, retour épuisés, re-transports en commun, mais à l’heure de pointe… Et nous rentrerons cuits.

C’est bientôt demain ?

A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Actualité·Chez les collègues·Chez moi·Culture mathématique·cycle 2·Enseignement·Expo de maths·Faut que je fasse mieux·Je suis fan·Maths pour tous·Merci !·Mes projets·Partager les maths·Quel beau métier·Tous ensemble !

Mais où qu’y sont mes neurones ???

Baaaah chais pas.

Marion est arrivée ce matin à 8h30, elle est repartie à 19h. On a mangé vite fait ce midi et on a bossé, bossé, bossé sur notre ouvrage de CP. Avec une grande efficacité d’ailleurs, et un bonheur partagé. Mais là, je veux bien qu’on me parle lennnnteeeemennnt.

Nous avons agrémenté notre journée d’une tâche indispensable : mesurer précisément le temps de cuisson d’une de nos séquences. C’était pour le travail, évidemment, que nous avons goûté avec attention nos petits gâteaux. C’était sympa, la pause « Marion et Claire font la cuisine » :

Et puis nous avons eu des échanges d’anthologie. Comme quand il a fallu produire un étiquetage pour indiquer 7 unités, pour prendre une photo, et que Marion ne savait pas trop quoi prendre pour l’écrire, parmi le monceau de paperasses qui recouvrait la table de ma salle à manger. « J’écris quoi ? Sur quoi ? » m’a-t-elle dit ; « N’importe quoi, fais comme on fait tout le temps en classe », lui ai-je répondu. Et hop, mon « 7U » est apparu dans la seconde. C’est l’histoire de notre vie professionnelle : à partir d’un objectif didactique bien défini et ambitieux, faire avec ce qui nous tombe sous la main, sans se prendre la tête avec des éléments de décor. Des maths, pas de chichis.

Bon allez, demain je retourne à mon mémoire sur artefacts, instrumentation et instrumentalisation.

Et je vais voir les Bad Guys, aussi, parce que ça fait longtemps que je veux construire une séquence dessus. Là encore, ce sera purement professionnel, évidemment. J’y vais en scientifique, voyez-vous.

A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Actualité·Allez les jeunes !·Au collège·BRAVO!!!·C'est bien pratique·Chez les élèves·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Chez moi·Compétences·Culture mathématique·Cycle 3·Cycle 4·En classe·Enseignement·Evénement·Expo de maths·Je suis fan·Manipuler·Maths en scène·Maths et arts·Maths pour tous·Merci !·Partager les maths·Quel beau métier·Représenter·Tous ensemble !

Bilan du projet anamorphoses

Voici le résumé d’un projet « Regards de géomètre » qui a abouti, en avril 2022, avec la venue de l’artiste François Abélanet. Ce projet, filé depuis la rentrée de septembre, a été passionnant foisonnant et productif. Il nous a permis de faire des maths, et pas seulement. Il reste à finaliser : terminer quelques anamorphoses en bonne voie, finir de préparer les affichages… et exposer !!!

Le projet « Anamorphoses » a commencé d’émerger pour moi l’année dernière ; je voulais m’engager dans Maths en Scène, participer au projet Regards de géomètre. Et là, le covid. Alors j’ai accepté d’abandonner puisque les conditions ne permettaient pas d’aller au bout, et j’ai patienté.

Pendant les vacances d’été, j’ai commencé à fureter sérieusement, pour me trouver un thème. J’avais décidé de le définir moi-même : l’année précédente, laisser le choix aux élèves avait été peu productif. Décider me permettait aussi de choisir un thème qui me porte : pour emmener les élèves, il faut une énergie authentique, de l’allant, de l’enthousiasme. Avec ma fille, nous avons visité des expositions, comme souvent en vacances ; beaucoup d’expositions. Deux m’ont fourni des idées de projets que j’avais vraiment envie de réaliser : l’œuvre π-piquant de François Morellet (après un détour à Pompidou), et les illusions en général (après une visite au Musée des illusions).

Pi piquant numéro 3, 1988, François Morellet.

Zut, deux idées. Comment faire ? Cette année, j’ai des sixièmes et des cinquièmes. J’aurais pu scinder les projets par niveau ; mais non, je tenais à un aspect complètement collectif.

Alors finalement, j’ai décidé de conserver les deux projets. Les illusions se sont précisées en anamorphoses, comme projet phare, et π-piquant est le projet bonus.

J’ai travaillé pour pouvoir démarrer dès la rentrée : collecter des éléments de culture, découvrir des artistes, préparer des supports pédagogiques (un support est en fin d’article), toujours mettre en lien avec les maths, adapter ma programmation, tisser les projets au fil de l’année, poser des jalons, rendre possible. Maths en scène accompagne tout au long de l’année : c’est l’association qui trouve les intervenants (un intervenant scientifique, un intervenant artistique), finance leur intervention, met à disposition un lieu d’exposition et des animations pour la fin de l’année scolaire. Avec l’appui bienveillant et compétent de la coordinatrice de Normandie, Nadine Amossé, nous avons été accompagnés par des professionnels fantastiques, comme Nathalie Sayac ou François Abélanet.

François Abélanet est arrivé la veille de notre premier jour en classe avec lui. Dès son arrivée, nous nous sommes mis au travail. Je n’avais alors pas encore bien mesuré l’intensité des deux jours à venir : des kilomètres de marche dans le collège, des kilogrammes transportés ici et là, des merveilles à venir, des élèves vraiment formidables. Heureusement, dans cette entreprise, l’administration, l’intendance et la vie scolaire de mon collège me soutenaient ; Marie Bayard-Hamdoun, enseignante d’arts plastiques, Laura Arevalo, qui me suit en classe, Marjorie, toujours là au bon moment et prête à donner un coup de main et même Marion, une autre étudiante venue en renfort, ont rendu tout cela possible. Et Olivier et Seb, qui ont pourvu à nos besoins de marqueurs, d’escabeau, ont baladé 200kg de bâche gracieusement offerte et livrée au collège ! par la société BS2I à Honfleur.

Et après ? Après, des réalisations extraordinaires, décidées et réalisées par les élèves, grâce à des dispositifs inventés par François Abélanet rien que pour mes élèves : des machines à anamorphoses en même temps ingénieuses et pédagogiques, produits de cogitations fructueuses, à base de « lasers à chats » (j’ignorais que ces instruments existaient…), de perles en bois et plexiglas. Le principe est simple, mais la réalisation géniale : on place le dessin à anamorphoser contre le plexiglas, et un laser mobile vient indiquer sur le support où tracer.

Difficile de tout raconter : il y a trop à dire et je suis encore étourdie de ces journées si denses, suivies de soirées de travail et de mises en place bien matinales. Si je devais retenir deux points saillants, à chaud, ils seraient les suivants : d’une part, les élèves ont toujours fait des liens avec les maths. C’était facile, parce que j’avais assez bien anticipé (nous avions analysé au filtre des mathématiques les œuvres de Varini, Rousse, Zinn, Boucq, Ok Go, Holbein, des jeux vidéo…), et surtout parce que François a été très mathématique dans son approche : lors de la première rencontre avec les élèves, il a posé les bases et donné les consignes. J’ai noté ses mots : segment, parallèle, projection, distance, sécante, similitude, alignement, perpendiculaire, intersection, droite, cercle, perspective, dimensions… De quoi alimenter nos déjeuners et dîners, car parfois nous n’étions pas d’accord sur l’usage de certains de ces mots. Alors nous avons échangé, des géométries non euclidiennes aux éléments d’Euclide, de questions de 3D à la différence entre solide et volume…

Nous avons travaillé en particulier autour de l’alignement, des passages d’une dimension à plusieurs dimensions, de la proportionnalité et de ce qu’est une projection. Mais l’année prochaine ces mêmes élèves retravailleront à partir des anamorphoses réalisées pour travailler le théorème de Thalès.

L’intervention de François Abélanet en classe, pour préparer la réalisation de nos anamorphoses

D’autre part, je m’attendais à devoir veiller à l’investissement des élèves comme à du lait sur le feu. Hé bien non. Tout s’est fait très naturellement, et chacun est allé par-ci, par-là, dans le respect des consignes (assez cadrées, et anticipées), mais avec de la souplesse. Rarement nous avons dû recadrer l’activité, et jamais les comportements. Le luxe !

Finalement, les élèves ont réalisé deux anamorphoses géantes, sur des bâches, et cinq anamorphoses sur des lieux du collège, dans la salle d’arts plastique et une sale de maths.

L’anamorphose-cube, dans un coin de la classe, sur laquelle les élèves se sont succédés, pratiquement finalisée en une journée :

Ce que j’oublie, tout de même, c’est la joie. Plusieurs fois, soutenue par l’aide active et rigoureuse de mes collègues, j’ai pu prendre du recul, regarder, écouter. Ce que j’ai ressenti m’a regonflée, moi qui ai eu ce mois-ci des doutes sur mon métier (pour la première fois de ma carrière), à cause du mépris qui émane de mon employeur au niveau national. Là, j’étais tellement à ma place : faire grandir, ouvrir des portes, écouter, permettre en guidant.

Les anamorphoses géantes, réalisées en une journée sur de grandes bâches :

L’anamorphose π-piquant, qui fait le lien entre nos deux projets Regards de géomètre :

Un triangle de Penrose, qui a donné bien du mal aux différents groupes qui l’ont travaillé, pour des raisons de vision-point, alors qu’une vision-ligne permet de déceler des alignements utiles ; ces erreurs nous ont permis de faire encore plus de mathématiques, en comprenant l’erreur et en trouvant les moyens de surmonter les obstacles :

Cette activité, déployée sur deux jours de réalisation, a donné lieu à une proposition d’atelier aux Journées Nationales de l’APMEP, en octobre 2022 à Jonzac.

Des photos, des vidéos, ici, et encore . Et ici et , aussi. Et un support pour faire découvrir des anamorphoses aux élèves :

A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Actualité·Allez les jeunes !·Au collège·BRAVO!!!·Chez les élèves·Chez les collègues·Culture mathématique·En classe·Enseignement·Evénement·Expo de maths·Je suis fan·Maths en scène·Maths et arts·Maths pour tous·Merci !·Merci Laura !·Merci mes loulous·Partager les maths·Quel beau métier·Représenter·Tous ensemble !

La journée en photos

C’est un petit florilège, car j’ai pris des centaines de photos…

Je veux remercier :

  • François Abélanet, qui a été formidable : talentueux et pédagogue ;
  • madame Bayard, prof d’arts plastiques, avec qui j’ai eu plaisir à collaborer ;
  • Laura et Marion, qui ont été d’un appui sûr, ce qui a tout changé dans le confort de ces deux journées ;
  • Alice, qui m’a soutenue, conseillée, et qui a aidé les élèves ;
  • Mon administration, la vie scolaire, Olivier et Seb, qui ont tout rendu possible ;
  • Les parents qui nous ont envoyé de si gentils messages de soutien et de remerciements ;
  • Evidemment, Maths en Scène avec Regards de géomètre : c’est l’association qui impulse les projets et qui permet de concrétiser de belles idées : MERCI !

Et surtout, surtout :

Merci à toutes et tous les élèves, qui ont participé au moins à un moment ou à un autre, qui sont venus en dehors de leur temps de classe pour avancer le projet, qui ont travaillé ensemble, toutes classes confondues, et ont réussi à aller bien plus loin que ce que j’avais imaginé.

Je suis HYPER fière de vous toutes et tous. Le travail réalisé est MAGNIFIQUE.

Bon, maintenant, je vais aller me reposer après ces deux jours intenses ; j’ai pas mal bossé, parcouru 9km rie qu’aujourd’hui dans le collège, en général une échelle dans les bras, et demain matin, direction Caen pour la journée des profs de maths normands.

Dodo.

A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Actualité·Allez les jeunes !·Au collège·BRAVO!!!·Chez les élèves·Chez les collègues·Chez moi·Compétences·Culture mathématique·En classe·Evénement·Expo de maths·Je suis fan·Manipuler·Maths en scène·Maths et arts·Maths pour tous·Merci !·Merci Laura !·Merci mes loulous·Mes projets·Partager les maths·Quel beau métier·Représenter·Tous ensemble !

Mon métier : prof de maths

Je suis joie. une bouffée de bonheur, ce projet.

Actualité·Allez les jeunes !·Apprendre·Au collège·BRAVO!!!·Chez les collègues·Culture mathématique·En classe·Expo de maths·Je suis fan·Manipuler·Maths en scène·Maths et arts·Maths pour tous·Merci !·Mes projets·Partager les maths·Quel beau métier·Représenter·Tous ensemble !

C’est bon, l’erreur est juste

Qu’elle est belle, cette phrase de Francois Abélanet, faisant le point de notre anamorphose matinale… Il me semble que c’est Nadine Amossé qui a mis Francois en relation avec moi pour mes classes ; c’est vraiment génial car François est très pédagogue, et tout a fait passionné. alors il est passionnant.

A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Actualité·Allez les jeunes !·Au collège·BRAVO!!!·Chez les élèves·Compétences·Culture mathématique·En classe·Evénement·Expo de maths·Je suis fan·Manipuler·Maths en scène·Maths et arts·Maths pour tous·Merci !·Mes projets·Partager les maths·Quel beau métier·Représenter·Tous ensemble !

Mes p’tit(e)s géomètres et leurs regards

Ce matin, nous sommes passés à l’attaque. Les π-piquant sont tous maintenant en cours de réalisation. Après une si longue phase de développement culturel, de conception, d’anticipation des besoins, voilà, nous y sommes et c’est parti très très vite : les élèves ont hyper bien avancé déjà aujourd’hui.

Au programme, un π-ville-des-maths, un π-guirlande (hommage à Morellet qui aimait les oeuvre lumineuses), un π-broderie, des affichages, et panneaux d’interviews des chercheurs et des artistes que nous auront rencontrés…C’était franchement rock, ce matin, mais les élèves ont eu leurs idées, pour le fond et la forme, et je ne suis là qu’en soutien et pour l’opérationnel, et je suis vraiment très fière d’eux, de leurs prises d’initiative, de leur fantaisie, de leur rigueur et de leur attitude collaborative. Un plaisir. Un plaisir qui fatigue, cela dit.

Maintenant, il va falloir broder, construire, peindre, et user des magnifiques recharges de colle à paillettes pour pistolet à colle.

Ce soir François Abélanet arrive et nous fait faire des anamorphoses pendant deux jours ; samedi j’enchaine sur la journée régionale de l’APMEP à Caen, où je participe à l’animation. Dimanche, hé bin dodo.

Chez moi·Ecouter·Enseignement·Merci !·Mes projets·Partager les maths·Patatipatata·Quel beau métier·Tous ensemble !

J’me présente, je m’appelle Claire.

@classededefine m’a fait l’honneur et le plaisir de me demander que nous conversions. Elle m’a fait revenir sur le cheminement, de toute petite à adulte, qui m’a amenée à devenir prof de maths. Nous avons enregistré il y a un moment, et je n’ai pas réécouté après coup nos échanges, jusqu’à aujourd’hui. Comme je m’étais exprimée avec beaucoup de naturel (je ne sais pas trop trop faire autrement, je le crains), j’avais une petite appréhension en écoutant l’émission. Mais finalement, c’est bien moi, tout à fait moi.

Je ne sais pas trop si ce podcast est intéressant pour autrui, mais pour moi c’est une belle mise en perspective, qui, à un moment où le politique me désespère, donne de la profondeur à mon engagement et du sens.

Pfiou, ça fait du bien !

Merci Défine, vraiment.

https://linktr.ee/classededefine
A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Actualité·APMEP·Au collège·Chez les élèves·Chez les collègues·Compétences·Culture mathématique·Cycle 3·En classe·Enseignement·Expo de maths·Je suis fan·Lire·Manipuler·Maths pour tous·Merci les copains·Partager les maths·Quel beau métier·Représenter·Sixième·Tous ensemble !·Vidéos

La carte du collaboratif

Je suis toute fière ce soir : avec olivier Longuet, nous avons eu la chance de pouvoir publier un article dans Au fil de maths sur l’extraordinaire travail des Dudu.

Alors merci aux collègues d’Au fil des maths pour nous avoir fait cette proposition, à Olivier pour ses magnifiques dessins dans lesquels je reconnais ma classe, aux Dudu d’être super… Voilà qui fait un bien fou : faire des maths tous ensemble, partager, mutualiser et faire apprendre nos élèves !

@Arnaud : ok, on y va pour le château. J’en parle à mes élèves dès que je les revois!