A l'attaque !·Enseignement·Evénement·Quel beau métier·Tous ensemble !

Bonne rentrée à tous !

Et voilà, c’est parti. Profitez-en, profitons-en, de ce moment et de tous les autres. Même les difficiles, les délicats, les fatigants, et aussi les beaux, les drôles, les touchants, les émouvants. Et surtout profitons de faire apprendre, au quotidien, inlassablement, petit à petit, comme on construit un monde.

IMG_3072

C’est beau, de faire apprendre. Même si ce n’est pas facile-facile tous les jours.

A l'attaque !·Actualité·Chez les cadres·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Chez moi·Formation·Je suis fan·Mes projets·Quel beau métier·Tous ensemble !

Les affaires reprennent

Oh, là, un mail qui valide mon projet de CP… Et là, un autre qui me donne le feu vert pour le CE1… Ah tiens, zou, c’est parti pour les Maths en Scène… Un projet pour ces sixièmes-ci, avec des maths dedans ? Ok ! Et un projet pour ces sixièmes-là, avec de l’histoire dedans ? Je marche !

IMG_2917

Ouhlala j’adore cette période ! Où est-ce que j’ai rangé mon cahier à projets moi ? Ahhh, le voilà.

 

A l'attaque !·Actualité·Patatipatata·Quel beau métier·Y a pas qu'le boulot dans la vie !

Ce petit parfum de rentrée

Encore deux semaines. C’est long, deux semaines : c’est le temps des vacances interpériodes, dans l’année. Mais évidemment, l’été, cela signifie aussi que le temps de rentrer approche. Et pour ma part, dans une semaine je retourne au collège pour terminer l’aménagement de ma classe (j’ai déménagé, vous vous souvenez ? C’est ici,  et encore ), pour le premier conseil d’administration de l’année, pour photocopier les premières séquences, pour rencontrer inspecteurs et collègues pour se mettre d’accord sur le plan de bataille… Alors c’est vrai que le temps du bilan approche.

Est-ce que j’ai profité à fond de ma famille ? Oui !

Et des amis ? Oui !

Est-ce qu’on a avancé les travaux de notre nouvelle-maison-futur-gîte ? Oui, pas mal du tout, et ça rend super bien.

Est-ce que j’ai bossé ? Heu, oui, mais là juste ce qu’il faut…

Est-ce que j’ai appris des choses ? Oui ! J’ai lu, écouté la radio… Et suivi plein de tutoriels de bricolage. J’ai appris de nouvelles recettes de cuisine et je sais faire du crochet, maintenant.

Est-ce que je suis reposée ? Oui, merci, ça va bien.

Est-ce que je suis contente d’y retourner ? Bin oui, même si la perspective de mettre le réveil à sonner ne m’enchante pas. Mais je vais retrouver des élèves, transmettre du savoir et des compétences, les aider à grandir et à s’émanciper. J’ai de beau projets, je suis super bien entourée et j’ai la chance inestimable d’avoir un métier qui me passionne et que j’aime.

Pas mal, comme bilan. Equilibré, et tout.

Bon en attendant, je vais profiter à fond de ma semaine.

images.jpg

Chez les cadres·L'éducnat·Lire·Quel beau métier·Tous ensemble !

Bon prof, mauvais prof, juste prof.

Ici, sur Agoravox, un enseignant de mathématiques devenu chef d’établissement propose un billet qui m’a intéressée.

L’auteur rebondit sur des réactions d’internautes suite à la grève de la correction du bac, qui a permis à bon nombre de nos concitoyens de nous balancer des seaux d’injures. Son but est de leur faire prendre du recul, d’apporter de l’objectivité. Bon, au vu des commentaires à son billet, pas sûr que ce soit tout à fait réussi, mais c’était prévisible.

Dans un premier temps, monsieur « Alain » affirme que  » Les enseignants du second degré (et a fortiori du supérieur) sont les meilleurs spécialistes dans leur matière : aucun ingénieur n’a le niveau d’un étudiant en master de mathématiques par exemple (ce qui est normal, les buts étant différents, mais ce qui donne un critère de comparaison sociétale objectif) « . Je ne sais pas si je suis d’accord, mais en fait je n’en sais rien car je ne connais pas le niveau d’un ingénieur. Mais tout de même, je voyais beaucoup d’ingénieurs, à l’ESPE, devenir profs de maths et donc obtenir un M2 sans difficultés.

Ensuite, l’auteur met en lumière la pléthore d’initiatives d’enseignants pour aider les élèves. Il prend deux exemples et écrit : « de telles actions ont été mises en place par des dizaines de milliers d’enseignants avec autant de dévouement et souvent de bénévolat depuis des dizaines d’années. »

Et cela l’amène à mon passage préféré : qu’est-ce qu’un bon prof ?  » « un bon prof » dépend d’innombrables facteurs qu’on ne maîtrise qu’en partie. » ;  » On peut être un soi-disant « bon » prof une année, dans un établissement et moins bon ailleurs ou plus tard, voire plus bon du tout. » Je suis bien d’accord, et je trouve ça assez extra. Nous illustrons nous-mêmes le principe d’éducablité, et notre compétence est remise en cause à chaque changement important d’environnement professionnel. Cela crée un challenge et permet d’évoluer, à n’importe quel moment de sa carrière. Et puis en avoir conscience pousse à l’humilité.

Enfin, l’auteur tente de mettre en évidence les qualités professionnelles et humaines de l’enseignant, pour un salaire qui n’a rien d’excessif… Et il explique pourquoi nous sommes fonctionnaires.

Mieux vaut éviter le verbatim des attaques d’internautes à la fin. C’est vraiment si triste…ebm097c

A l'attaque !·Actualité·Chez moi·Mes projets·Quel beau métier·Y a pas qu'le boulot dans la vie !

Et là, paf, je sais que je suis toujours prof.

C’est curieux, le fonctionnement du cerveau. J’ai beaucoup travaillé, l’année qui vient de s’écouler, et j’ai fini par un mois loin de chez moi, en jury de concours et en formations nationales. Je suis rentrée heureuse, de retrouver les miens, ma maison, du travail accompli, et d’être en vacances. Tout de suite, je me suis sentie en vacances. A fond. Il faut dire que quoi que je fasse, c’est à fond. Mais c’est ce genre de « à fond » qui fait se dire « mais jamais je ne pourrai retourner travailler… Je suis trop loin, je n’ai pas l’énergie, je ne sais plus, peut-être. Je n’ai plus l’idées, je ne créée plus ».

Et puis paf, je passe un super mois de juillet, je me repose, je profite de partager du temps avec ceux que j’aime, je continue de réfléchir, aussi, mais différemment. Là on est le 2 août, nous avons bien avancé nos travaux de rénovation d’une nouvelle maison,  je suis parfaitement cuite et fourbue, et je m’assois devant l’ordi. Je lis un mail de mon IPR, et blop-blop-blop, voilà que ça rebouillonne. Des idées, des projets, des pistes… C’est rigolo, car je n’y peux rien. Je ne maîtrise pas.

Finalement je suis toujours prof. Ca va le faire pour reprendre en septembre.

Mais avant ça, je vais profiter d’août !

IMG_8324.jpg

A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Actualité·Chez les collègues·Chez moi·Culture mathématique·Didactique·Formation·Je suis fan·Quel beau métier·Tous ensemble !

Géométrie et pamplemousse

Voilà. Retour dans le train, après deux jours de formation RMC à Lyon. Encore une fois ce fut une expérience unique, riche, et encore une fois j’ai appris et je repars en ayant agrandi mon univers. Encore une fois j’ai fait de magnifiques rencontres. C’est vraiment ce qui est incroyable avec les formations : cela a beau être « encore une fois », c’est toujours différent.

Que retenir en priorité ? Les sourires des collègues stagiaires, joyeusement en activité et engagés pour la réussite des élèves et le développement professionnel des élèves. La gentillesse de notre hôte IPR à l’impeccable organisation, qui nous a chouchoutés et a su nous mettre à l’aise. La disponibilité de Josette, à l’ESPE. Les tartes aux pralines, dont j’ai fait une petite étude comparative, avec un grand soin. Les collègues formateurs, avec qui nous avons papoté et ri mathématiques, didactique… Sous un orage dantesque ! Le contenu de ma formation, qui m’a paru adapté, dont je suis globalement contente. Les bilans des collègues, franchement positifs, et leurs commentaires par-ci, par-là, qui me donnent le sentiment de contribuer à un collectif, d’avoir pu me rendre utile. Le pamplemousse que j’ai découpé pour illustrer un triangle géodésique à trois angles droits. La gentillesse de Christophe, qui m’a guidée jusqu’à la gare. La chance qui m’a été donnée par la DGESCO de changer de thème, d’étendre mon champ de formation, enfin de former dans le domaine disciplinaire. Les super conseils de Miguel, aussi, qui m’a guidée sans rien imposer.

Et puis il y a Stéphane. Stéphane, c’est un enseignant et formateur qui, hier, m’a offert des cadeaux « pour me remercier de ce que je donne par le blog ». Alors là, il m’a scotchée, et même émue, le monsieur du Nord. Comme l’a dit Lalina, collègue formatrice : « bah dis donc tu nous l’as retournée, elle ne dit plus rien ! » J’y reviendrai, car j’ai au moins cinq ou six articles à faire avec ce qu’il m’a apporté.

Et puis la priorité là, tout de suite, c’est d’aller retrouver ma famille, ma tribu, que depuis bientôt un mois je vois si peu, qui me laisse sillonner la France pour mon idéal à moi, changer le monde, à petite échelle, certes, mais c’est quand même un bout du monde et il faut bien commencer quelque part. Ils sont bien patients… Cette fois je ramène des brioches aux pralines. C’était leur commande. Je reste deux jours et je repars à Paris. Après, promis, je me pose : ce sont les vacances…

A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Chez moi·Culture mathématique·Expo de maths·Formation·Manipuler·Maths pour tous·Mes projets·Quel beau métier·Tous ensemble !

RMC, formation 2.2.7

  • 2 pour la vague 2 ;
  • 2 pour mon deuxième thème présenté (je passe de l’accompagnement à la géométrie, pour cette fois) ;
  • 7 comme la septième version de ma préparation.

J’ai tout bien rangé dans mon cartable : mon puzzle, les polydrons, la corde à treize noeuds, de la ficelle, les conditions nécessaires et suffisantes du parallélogramme, des solides en bois, des cubes logiques, des équerres… Et ça c’est juste pour aujourd’hui.

J’ai hâte de voir si elle est bien calibrée, cette formation.