Activité rigolote·Allez les jeunes !·Au collège·Calcul mental·En classe·Evaluer·Je suis fan·Maths par les jeux·Maths pour tous·Nouvelles technologies·Sixième

Le défi tables

Hier et aujourd’hui, en groupes, nous avons mené un défi de calcul mental grâce à l’application « Défi tables« , qui est décidément super. Je travaille le calcul mental à fond sur cette période, car j’en ai besoin en particulier pour le thème fractions et le thème priorités : si les élèves n’ont pas automatisé suffisamment le calcul mental, comment peuvent-ils comprendre les mécanismes que je vais leur faire découvrir ?

Les élèves se sont affrontés, deux par deux, et l’application Challonge gérait les rencontres.

J’avais choisi comme réglages :

pour Défi tables :

  • vingt calculs
  • quinze secondes
  • toutes les tables de 2 à 11
  • classique et opérations à trou

pour Challonge :

  • single stage
  • double elimination (pour la finale)
  • ronde des perdants

Les élèves ont beaucoup aimé, et d’ailleurs plusieurs sont revenus aujourd’hui, dans l’autre groupe, alors qu’ils étaient déjà là hier. Je pense essayer bientôt avec la classe entière, et comme Challonge permet de gérer plusieurs tournois en même temps, j’ouvrirai un autre tournoi pour tous ceux qui sont éliminés à partir des demi-finales du tournoi principal. Ainsi les élèves resteront en activité. Là, c’était bien ainsi, car les élèves encourageaient leurs camarades, mais avec toute la classe je préfère les lancer sur une autre activité.

Capture d_écran 2018-04-06 à 18.15.51

Les points principaux que j’ai trouvés positifs sont que :

  • des élèves en difficulté ou se vivant comme en difficulté ont été parfois excellents, ce qui leur a fait beaucoup de bien ;
  • les élèves résolvent plein plein de calculs, et ils en redemandent !
  • ils doivent apprendre à réguler le stress lié au temps limité, et parfois à la volonté de performance ;
  • certains élèves ont eu le triomphe bien trop peu modeste, et cela a permis d’en parler avec eux et que leurs camarades leur expliquent comme cela pouvait être pesant. Alors ils ont changé de comportement.

 

A l'attaque !·Allez les jeunes !·Apprendre·CAPES·Enseignement supérieur·Evaluer·Je suis fan·Nouvelles technologies·Pour mes étudiants

Souriez, vous êtes flashés

Je suis une adepte de Plickers. Toutes mes questions flash ne passent pas par Plickers cependant : parfois c’est plus pertinent sur papier (dès qu’un souci visuel peut intervenir), parfois c’est plus pertinent avec un diapo chronométré (pour le calcul mental). Mais Plickers, c’est génial : ça marche comme sur des roulettes et l’export des données est très bien fait : on obtient les scores, sous forme de pourcentage, par élève, par groupe, avec comme filtre tout ou partie des questions, ou question par question. Cela s’adapte bien à mon mode d’évaluation. Et puis on peut aller rechercher instantanément les anciens scores et reposer des questions chutées, ce qui, je l’espérais, permet de mémoriser et de progresser.

Du coup, cette année, j’ai aussi proposé des Plickers à mes étudiants : à mes étudiants qui préparent le concours de professeurs des écoles, et à mes étudiants qui périrent préparent le CAPES. Aujourd’hui, je vais commencer par analyser les réponses de mes étudiants qui préparent le CAPES.

Mon objectif, avec eux, était de leur faire retenir des éléments de programmes, et de leur apporter des informations plus générales, sur le fonctionnement des établissements et quelques spécificités de l’Éducation Nationale, qu’il faut qu’ils connaissent. Ce n’était pas forcément très rigolo à apprendre ; c’est pourquoi j’ai choisi le biais de Plickers, qui amuse toujours petits et grands. Je leur en ai donc proposé un à chaque séance, et nous avons à chaque fois pris le temps de corriger de façon complète, en se référant aux programmes, ou en développant lorsqu’il en était besoin. L’idée était aussi, pour moi, que ces futurs enseignants comprennent qu’ils doivent savoir tout un tas de choses, et l’étendue du spectre de notions à assimiler. En tout, je leur ai posé au moins une cinquantaine de questions différentes.

Il y a d’abord les questions réussies du premier coup. Pas tant que ça finalement. Par exemple :

 

 

Les questions les plus réussies sont celles qui font référence à la gestion des incidents (ce qui est une très bonne chose), à la structure des établissements (les filières en particulier), aux programmes de la section S (normal, mes étudiants en sortent).

Pour le reste, c’était moins bien, au départ. Mais comme ces jeunes gens sont motivés, attentifs, cherchent à comprendre, me relancent lorsqu’ils ne sont pas convaincus ou que je n’ai pas été claire, ils ont progressé sur toutes les questions. Voici un choix de questions parmi les plus chutées au départ :

  • Les questions qui portent sur des programmes de sections « méconnues », histoire de leur montrer la variété des formations et des programmes :

C3C

STD2A2STD2A

  • Les questions qui portent sur les nouveaux programmes du collège, pour de tout de suite se décentrer et assimiler l’idée que les choses évoluent (parois, il m’a fallu trois essais pour approcher de mon taux de réussite espéré) :

 

 

Capture d_écran 2018-04-03 à 07.15.01Capture d_écran 2018-04-03 à 07.15.09

not sciennot scien2

  • Des questions sur les contenus des programmes en lycée :

radrad2

recrec2

  • Des questions sur les structures :

UPE2A2UPE2A

 

 

  • Des questions didactiques :

décimaldec

x100x1002

Lors de la dernière séance, j’ai posé à mes étudiants les quinze questions les plus chutées précédemment. Ils sont passés, sur ces questions, de 23% de réussite à 77%. Je suis donc contente : ils ont vraiment bien progressé.

Mon ambition est d’apprendre à manipuler Anki. Je sens bien que c’est un outil qui pourrait me plaire et me correspondre, mais je n’ai pas encore trouvé le temps de m’y mettre. C’est sur ma liste pour cet été.

A l'attaque !·Chez les collègues·Je suis fan·Nouvelles technologies·Pour mes étudiants

Chingview, une visualiseuse dans la poche

J’ai un petit peu de mal à m’y mettre, ce matin. Mais c’est aussi votre faute, à tous, là : ma petite veille numérique matinale m’amène tellement de découvertes que m’enfouir sous mes copies est chouillat frustrant. Alors j’ai ménagé la chèvre et le chou : je me réserve l’analyse d’un article qui m’a alléchée pour après les copies, mais tout de suite je fais joujou avec Chingview.

Capture d’écran 2018-04-01 à 09.22.58.png

J’avais déjà cherché une appli comme celle-ci, j’avais même fait un essai avec l’une d’elles, mais c’était peu concluant. Bon, ce matin, au petit dej, mon mari et moi nous y sommes attaqués et c’est bon, je peux utiliser Chingview. C’est super, car j’ai une visualiseuse en classe, mais je ne la sort pas systématiquement, et là je pourrai capturer spontanément tout ce qui en vaut la peine. Et puis cela signifie que je peux aussi travailler de cette façon à l’ESPE et en animation de formation, ce qui me manquait : à force de travailler sur les traces élèves en classe, c’est devenu un réflexe. Et c’est vraiment utile, car on travaille sur du matériau de base, authentique, qui n’a rien d’anonyme. Je trouve ça un geste professionnel important et pas du tout anodin.

Capture d_écran 2018-04-01 à 08.59.53

Premier essai donc, après avoir téléchargé l’appli Chingview sur son téléphone :

  • on partage la connexion avec l’ordi
  • on se connecte sur l’ordi à l’adresse http://192.168.43.1:8081
  • on prend une photo à partir du téléphone, en tapant du doigt sur le centre de l’écran
  • ensuite, à partir du téléphone ou de l’ordi, différentes manip sont possibles : faire pivoter l’image, changer les couleurs ou la luminosité, changer les format (4/3 ou 16/9), déplacer l’image, zoomer, sauvegarder dans des dossiers que l’on peut réorganiser comme on veut, télécharger l’image, écrire dessus…

Mes essais :

Capture d_écran 2018-04-01 à 09.17.54

Capture d_écran 2018-04-01 à 09.18.11Capture d_écran 2018-04-01 à 09.19.28Capture d_écran 2018-04-01 à 09.19.46Capture d_écran 2018-04-01 à 09.20.29Capture d_écran 2018-04-01 à 09.20.35

Tout est très bien expliqué ici, et j’aurais dû, pour ma part, commencer par écouter les consignes…

J’ai encore un problème avec la sauvegarde dans les dossiers. Je ne sais pas ce que je cafouille, mais j’ai des messages d’erreurs à la pelle et je ne peux pas déplacer dans les dossiers que je crée. Si quelqu’un peut m’aider, j’en serai ravie.

Capture d_écran 2018-04-01 à 09.03.04

Oh, oui, d’accord, je m’y remets… Et après on parlera pédagogiques actives.

Merci à Thomas Castanet, pour ce magnifique outil mis à la disposition de tous !

Activité rigolote·Allez les jeunes !·Au collège·Calcul mental·Cinquième·En classe·Je suis fan·Nouvelles technologies·Tous ensemble !

160 calculs chacun, au bas mot

Mercredi, en cinquième, j’avais prévu des corrections d’exercices, une réactivation de méthodes liées à la somme de relatifs et aux simplifications d’écritures, et un défi : le défi relatifs. Je voulais procéder comme avec ma collègue il y a peu, mais à l’échelle de la classe entière et sur un temps plus long. Nous avons donc dégainé les tablettes et nous avons lancé l’application « défi relatifs » de l’académie de Dijon.

Dans un premier temps, les élèves se sont échauffés : ils ont joué, l’un après l’autre (je dispose d’une tablette par binôme), selon les réglages indiqués sur les fiches que je leur avais distribuées, et en passant de niveau lorsque je les y autorisais. Pour accéder au niveau supérieur, il fallait avoir obtenu au moins 70% de réussite. Sinon, on recommençait simplement pour améliorer son score. Je craignais que l’élève qui ne joue pas s’impatiente, et j’avais prévu des exercices, mais commette les avais déjà indiqués sur Pronote en remplissant mon cahier de textes à l’avance, mes élèves les avaient déjà faits ! J’avoue avoir été très agréablement surprise… En tout cas, ils sont restés calmes, remplissant la fiche de scores du camarade qui jouait, lui expliquant ses erreurs, l’encourageant ou le remontant si’l se décourageait. Très bien.

À ce stade, ils remplissaient donc la partie individuelle puisqu’ils jouaient seuls :

Une fois que les premiers ont eu terminé le niveau 4, ils ont commencé à jouer par deux, en choisissant « défi ». Et les élèves ont géré au bout d’un moment les scores et les rencontres. Ca, ça leur a beaucoup plu, autant le jeu que  l’organisation choisie.

J’avais peur que cela tourne à la foire, un peu, mais non. Vers la fin, il y avait vraiment de l’agitation, mais pas désordonnée; il y avait du bruit, mais pas hors de propos. Et lorsque nous sommes passés aux quarts de finales, aux demi-finales et aux finales, la classe était calme et positive, encourageant les vainqueurs dans un bon esprit. Quelques élèves sont plus ou moins en difficulté lorsqu’il s’agit d’être « bons joueurs », mais ça aussi c’est un apprentissage, et c’est normal.

Quel bilan au final ?

  • Je ne ferais pas ça tous les jours : c’est intense, tout de même…
  • Avoir des tablettes dans la classe, c’est top. On gère le temps comme on veut, sans avoir besoin d’utiliser la salle info sur une séance complète.
  • Les élèves arrivés en huitièmes/quarts/demi finales ne sont pas forcément ceux qui sont le plus solide en maths, et c’est super !
  • Il faut que je progresse dans la gestion des rencontres. C’est hyper complexe, en fait… Et pour l’ignorante totale que je suis en rencontres sportives, j’ai négligé cette complexité dans mon anticipation.
  • Les élèves ont bossé comme des chefs : ceux qui ont fait le moins d’exercices d’échauffement et des rencontres en ont fait 8, tout de même… Soit 160 calculs, avec entrain et le sourire !!! Jamais ils n’auraient traité autant de questions sur papier. Et dans l’évaluation que je suis en train de corriger, cela se voit : ils sont vraiment compétents. Et puis les « C’est trop super madame ! », « J’adore le calcul mental !!! », « Je peux recommencer, j’ai fait 75% mais je veux faire mieux, je suis sure que je peux y arriver ! », forcément, c’est réjouissant.

Merci à Lise pour ses photos, et pour ses capacités organisationnelles !

A l'attaque !·Au collège·Calcul mental·Cinéma·En classe·Nouvelles technologies

Plus ou moins ou les deux

Nous avons commencé la séquence sur la somme de relatifs, en cinquième. C’est une des seules séances mono-thème de l’année : nous ne travaillons que sur la somme de relatifs, pendant une grosse semaine, puis nous passerons à la suite, en revenant évidemment dessus au travers des séquences à venir.

Voici comment j’ai commencé et comment je compte continuer :

Séance 1 :

  • Activité d’introduction : activité de la wii avec diapo
  • Recherche par les élèves, à finir pour la séance 2 + exercice 33 page 86

Séance 2 :

  • Correction de l’activité wii
  • Correction de l’exercice 33 page 86
  • Vidéo Dudu : la guerre des relatifs
  • Définition ensemble de la trace écrite
  • Exercices 34 et 35 page 86 pour la séance 3

Séance 3 (deux heures) :

  • Correction des exercices 34 et 35 page 86
  • Réactivation des méthodes, contenu de la leçon
  • Simplifier les écritures
  • Les élèves se séparent en deux groupes : une moitié fait le premier défi solo, et l’autre moitié travaille aux exercices 64 et 65 page 89 et 92 et 93 page 83, qui seront à rendre en DM vendredi. Au bout de 20 minutes, on intervertit. Ceux qui vont plus vite avancent dans les défis.
  • Une fois une rotation complète terminée, constitution de binômes pour un défi à deux, dont les modalités dépendent des réussites et des difficultés précédentes des élèves.

Séance 4

  • Plickers somme de relatifs
  • Jeu du chat / défi relatifs puis on intervertit.

En principe, la séance suivante, c’est celle du lundi de la semaine juste avant les vacances, et nous avons calé l’évaluation de février ce jour-là. Ce serait bien que nous ayons tenu nos objectifs pour que je puisse intégrer ces méthodes à l’évaluation.

Voici les documents sur lesquels je vais m’appuyer pour utiliser la super appli de Dijon :

Capture d_écran 2018-02-10 à 18.35.14

Je ramasserai ces fiches ensuite pour préparer la séance d’après. J’ai trois autres fiches, qui proposent des variations de réglages : avec des décimaux, des opérations à trou, l’écriture simplifiée. Et j’ai prévu une grille pour reporter les résultats au fur et à mesure, histoire de parer à toute éventualité.