Activité rigolote·Chez les collègues·Mes projets

Dudu power

Ils sont trop fort, ces Dudu… Ah tiens, ils seront là aux journées nationales de l’APMEP, chouette ! Voici leur dernière idée : après l’Albert Clock, l’Albert Chrono. La description est ici de façon complète.

On rentre le nombre de minutes qu’il reste avant telle ou telle échéance, et hop, on obtient un chronomètre qui indique ce temps sous forme de fraction d’heure.

Prenons un exemple tout  fait au hasard : à l’heure où j’écris, il reste 4h30 avant l’ouverture des journées. J’entre cette durée dans l’appli des Dudu, et hop :

Capture d’écran 2017-10-21 à 08.30.13.png

Essayons autre chose. Maintenant, si je suis mon horaire, il me reste 29 minutes avant d’aller fureter au château des Ducs de Bretagne. Cela donne :

Capture d’écran 2017-10-21 à 08.32.32.png

Ah bin oui, c’est moins rigolo, mais rien qu’avec ça je peux réfléchir avec mes élèves: pourquoi est-ce une fraction « transparente » ? Maintenant qu’il me reste 27 minutes, pourquoi vais-je obtenir :

Capture d’écran 2017-10-21 à 08.33.41.png

Je pense que je vais utiliser cette appli à la rentrée, comme réactivation de ce que nous avons vu en cinquième avant les vacances, sur les fractions mais aussi sur les critères de divisibilité et les nombres premiers. En dix minutes je pense que j’attrape mon auditoire, ils réfléchissent, les souvenirs remontent et la parole se réveille.

A l'attaque !·Apprendre·Décrochage·Formation·Mes projets·Pour mes étudiants·Question de grand·Tous ensemble !

En nos troubles

Alors que mon collège baigne en eaux troubles et est fermé le temps de sécher, je récupère deux heures… Or un de mes collègues stagiaires m’a demandé des ressources sur les TDAH, les troubles liés à un déficit de l’attention et à l’hyperactivité. J’ai commencé par farfouiller dans les ressources qui remplissent mes disques surs, mais tout cela datait, et c’est typiquement le genre de domaine dans lequel les connaissances évoluent rapidement. Alors j’ai cherché et je suis tombée sur ce documentaire, que je trouve intéressant. Le découpage en chapitres fait qu’on peut le regarder à son rythme.

Capture d’écran 2017-10-16 à 07.29.50.png

Dans la rubrique collège, je vous conseille cet onglet :

Capture d’écran 2017-10-16 à 07.32.51.png

Le site propose un compte-rendu de conférence de Michel Lecendreux, qui date… de 2005, mais résume bien pour ceux qui voudraient savoir ce que recouvrent les TDAH. Michel Lecendreux explique que l’hyperactivité n’est pas un mythe : c’est une réalité, un trouble neuro-développemental avec en son centre l’inattention. Il se caractérise par des symptômes, non significatifs en eux-mêmes, mais qui sont « en excès », que ce soit à la maison, à l’école ou dans les activités de loisirs. Les garçons sont plus concernés que les filles par l’hyperactivité.

Dès la crèche, on remarquera chez ces enfants des troubles du sommeil, une mauvaise tolérance à la frustration, de l’agressivité.Généralement, c’est à l’entrée au Cours Préparatoire que le diagnostic est posé, et il s’assortit souvent de troubles des apprentissages du calcul ou de la lecture (dyscalculie, dyslexie).

Pour être diagnostiqué de TDAH, l’enfant doit présenter au moins 8 symptômes pour l’inattention, 3 symptômes pour l’impulsivité, 6 symptômes pour l’hyperactivité. L’aspect chronique, répétitif, des comportements est très important. En fonction de l’âge, les symptômes vont évoluer.

Les hyperactifs sont des enfants qui dérangent ; ils sont bruyants, instables. Ils n’ont pas conscience, pour autant, de la gêne qu’ils provoquent chez les autres. Leur motricité excessive, propre à l’hyperactivité, risque de les mettre en danger. A l’adolescence, 
l’abus de substances nocives est fréquent, de même que les troubles anxieux (de l’ordre de 25 % des enfants hyperactifs seraient concernés), ainsi que la dépression, ou, à tout le moins, la faible estime de soi.

Du point de vue des recommandations aux enseignants, ce qu’on nous conseille correspond à ce dont tous les enfants ont besoin : une attention personnelle, des rappels à la règle, des sanctions si ces règles ne sont pas tenues. C’est sans doute encore plus important avec un enfant TDAH : l’attitude positive inconditionnelle, la priorité accordée aux images pour illustrer le cours, la nécessité d’établir fréquemment un contact visuel (« regarde-moi ! »), de s’approcher régulièrement de lui et de l’encourager, afin de canaliser son attention (lui toucher l’épaule de manière bienveillante, par exemple), d’obtenir un « oui » de validation de sa part après une remarque de l’enseignant (mieux vaut, dans tous les cas, un « non » sur lequel l’enseignant va pouvoir travailler, qu’un faux « oui »), etc.

Le site possède une déclinaison pour l’école :

Capture d’écran 2017-10-16 à 07.47.29.png

Sur Eduscol, on trouve aussi des ressources.

Capture d’écran 2017-10-16 à 07.51.52.png

L’académie de Paris a publié ce document, court et clair :

Capture d_écran 2017-10-16 à 07.55.03

Une vidéo fort québécoise :

Ici, vous trouverez un document belge spécifiquement destiné aux enseignants :

Capture d’écran 2017-10-16 à 08.01.19.png

Et puis pour finir, un document qui aborde tous les aspects quotidiens de la question, de façon un tantinet psychédélique, mais qui apporte encore d’autres éléments pratiques :

Capture d’écran 2017-10-16 à 08.08.32.png

Au final, j’ai bien envie de me pencher sur un module « attention » que je pourrais tester au collège, dans le cadre du décrochage au sens large, puisque j’en suis la référence dans mon établissement. Et cela pourrait aussi donner une formation, si je collecte et j’illustre suffisamment de propositions concrètes.

A l'attaque !·Activité rigolote·Actualité·Allez les jeunes !·Au collège·Chez les élèves·Chez les parents·Evénement·Je suis fan·Mes projets

Les journées de Nantes

Ca approche… La semaine prochaine, je serai en train d’animer un atelier, à cette heure-ci. Je dois mettre la dernière main à un de mes diapos, mais j’ai réussi à finir le montage du film de mes élèves hier, pour l’un des ateliers. Je suis très contente du résultat, et mes élèves ont été absolument super. Ils ont tout compris, et sont d’une bonne volonté touchante pour me rendre service en témoignant. Ainsi que leurs parents, qui ont accepté que leurs enfants soient filmés et que le résultat soit diffusé et mis en ligne. J’ai même des enregistrement en plus pour illustrer les compétences vues par les élèves, pour de futures formations.

J’ai hâte de leur montrer, à mes élèves, en avant-première !

Alors les jeunes, vraiment,

Unknown

A l'attaque !·Activité rigolote·Au collège·Chez les collègues·Je suis fan·Maths par les jeux·Maths pour tous·Mes projets

Mastermind in de gymles, wat een goed idee !

J’ai découvert ici une vidéo qui fait jouer les enfants au mastermind en leur faisant aussi faire du sport :

 

Alors là, je suis franchement fan. J’ai trouvé une collègue d’EPS qui veut bien a priori organiser cette activité avec moi, à condition que je sois présente. Cela tombe bien : j’avais envie de l’organiser, mais à condition d’être présente.

Pour mon autre classe, pour laquelle les créneaux horaires ne sont pas compatibles, je pense que je vais l’organiser dans la cour. Mais j’ai peur qu’ils tombent et se blessent. Je dois me renseigner sur ce que j’ai le droit de faire :

  • Puis-je organiser une telle activité dans la cour, et les faire courir sur le goudron ?
  • Dois-je préférer l’étendue d’herbe au fond de la cour, mais qui normalement n’est pas autorisée ?
  • Ou bien dans le hall, mais alors cela va être très très sonore…
  • Que fais-je si des enfants ne sont pas en tenue de sport (et je n’ai pas accès aux vestiaires) ?
  • Puis-je trouver quelqu’un qui m’aide à l’encadrement ? Si bobo il y a, je préfèrerais être deux. Et aussi pour évaluer, d’ailleurs, car je ne pourrai pas avoir les yeux partout.

Il faut donc dès à présent que je réfléchisse à la mise en oeuvre.

D’abord, les règles. Sur la vidéo, l’enfant qui fait deviner lève de petits morceaux de bois lorsque le plot est à sa place. C’est possible car manifestement les enfants partent d’une situation de départ où ils disposent d’un plot de chaque couleur, et l’enfant qui fait deviner a lui aussi pour contrainte de choisir une suite dans laquelle aucune couleur ne se répète. Cela me semble très adapté à une situation de départ.

Mais ensuite, j’irais bien plus loin : je pourrais ajouter une couleur supplémentaire et laisser la contrainte « pas de double ». Dans ce cas, je pense prévoir une autre signalétique pour signifier qu’une couleur est proposée à tort. C’est sans doute plus simple que de procéder comme au vrai mastermind, en indiquant « blanc » pour une bonne couleur mal placée et « noir » pour une bonne couleur bien placée. Mais je pense conserver l’idée de lever le morceau de bois indiquant une proposition exacte devant la couleur correspondante : il faut garder un rythme de partie court.

Par la suite, je verrai si je complique encore en enrichissant le champ des possibles. Je peux prévoir une autre couleur encore, au cas où, pour ceux qui tourneraient vite. Ou bien les doubles deviennent possibles.

A ce stade, il faut penser au matériel :

  • des cartes de couleur, plastifiées, c’est facile.
  • des plots de mêmes couleurs que les cartes, ça doit se trouver, mais je n’arrive pas à en trouver de plus de cinq couleurs différentes jusqu’ici. Je cherche.
  • il faut que je dégotte quelque chose qui serve de support en même temps que de cache pour les devineurs. Un carton ne suffit pas, car il faut que ce soit assez long. Là aussi, je dois réfléchir.
  • des plaques de bois : il faut qu’elles soient assez grandes pour être vues de loin, et le bois permet une masse qui doit stabiliser.
  • des chronomètres, je vais en trouver auprès de mes collègues profs d’EPS.

Liste des choses à faire :

  • Consulter la vie scolaire et les chefs pour savoir comment je peux m’organiser : question du lieu ;
  • Trouver le matériel ;
  • Entrainer une ou deux fois mes élèves, sans l’aspect course ou temps limité. Pour cela, préparer une activité de classe ou de groupes. Ou les deux : d’abord de classe, ensuite de groupe, une autre fois, et nous réserverons l’activité combinée logique-EPS pour une autre fois encore. Comme j’ai pas mal de Mastermind dans ma classe, cela me donne un peu envie d’organiser un petit tournoi à partir du matériel dont je dispose, avec le « vrai » jeu. Mais en même temps l’idée est que toute la classe voie ce qui se passe, et ile st sans doute préférable d’utiliser un matériel unique de bout en bout.

Quelles compétences pourrai-je chercher à évaluer ? Par exemple, ça :

Capture d_écran 2017-09-29 à 19.39.05

Bon, je continue à mettre cette « goed idee » en forme.

 

A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·En classe·Maths pour tous·Mes projets

Des pastèques CUBIQUES

Mes enfants étaient surpris : comment ça maman, tu ne connais pas ? Hé bien non, mes loulous, cela m’a échappé. Il est des choses incontournables qui m’échappent. Mais si ils m’ont signalé la chose, c’est pour me dire que tout de même, c’est un honte : on ne dit pas carrée, puisque cela s’applique à un solide. Ils sont bien éduqués, mes enfants.

 

Je lis donc, sur le lien qu’ils m’ont donné :

Des maraîchers japonais produisent des « pastèques carrées ».

Dans l’article, on lit que déjà en 2013, 400 pastèques cubiques avaient été mises sur les marchés japonais, russes ou encore canadiens. Mais en fait, la tradition est vieille d’environ 40 ans. C’est l’exportation qui est plus récente.

Le côté des pastèques-cubes mesure dix-huit centimètres. Les fruits sont juste mis dans un gabarit en plastique, au cours de leur maturation, et contraints par ce moule à devenir cubiques. Ces pastèques cubiques ne se mangent pas : leur conférer cette forme oblige à les cueillir trop tôt pour pouvoir être consommées. Et elles coûtent jusqu’à 300 fois le prix d’une pastèque sphérique, mais plus généralement autour de 50€.

A l'attaque !·Allez les jeunes !·Formation·Mes projets·Pour mes étudiants·Question de grand

Afficher des maths

Cette année j’enseigne aux professeurs des écoles stagiaires. C’est la première fois et j’ai beaucoup réfléchi, cet été et ensuite aussi, pour élaborer des contenus qui soient en même temps solides du point de vue des contenus mathématiques et utiles, en prise avec la réalité de mes jeunes collègues.

Une de mes ambitions est de les sensibiliser à l’affichage : c’est important, en primaire, l’affichage. Mais il faut le réfléchir, lui donner du sens, le rendre utile, lui aussi. Alors plutôt que de me borner à inciter mes étudiants à y réfléchir, j’ai décidé de résumer un ou deux points qui me semblaient importants, après chaque séance, par un affichage. Evidemment, le mien est à destination d’adultes, ce qui change pas mal de choses. Mais pour ma première fois aujourd’hui, j’ai réfléchi autant que je l’espérais, je me suis posé des tas de nouvelles questions, et c’était assez compliqué au final (sans compter la réalisation concrète..)

Voici ce que cela donne :

Capture d_écran 2017-09-20 à 18.55.07

Capture d_écran 2017-09-20 à 18.54.54

J’ai visé plusieurs objectifs, mais j’ai dû faire des choix, et donc renoncer, aussi :

  • Une affiche plutôt sur les pratiques, une plutôt sur l’organisation pédagogique ;
  • pas trop de choses, pas trop de mots ;
  • des références sans explications à ce que nous avons étudié ensemble ;
  • des focalisations sur le coeur du métier, comme « susciter l’intérêt » ;
  • des précisions à ce qui n’est peut-être pas clair (une progression sur les nombres, en trois mots ; je me suis creusé la tête, pour ça) ;
  • des illustrations et des collages (j’ai collé des bouts de blocs logiques) pour transmettre l’idée de diversification ;
  • le lire-écrire-parler mis en évidence, en maths aussi !!!
  • et j’ai essayé de transmettre l’envi, la pêche, le peps, le sourire, l’énergie…

Alors maintenant, je veux bien des avis, des critiques, des remarques, des idées.

Au collège·Mes projets·Si si c'est drôle·Sixième

Le niveau mystère

– Madaaaaame c’est quoi que ça veut dire l’effet de ce niveau là ?

– Lis-moi ce qui est écrit ; je ne sais pas duquel tu parles.

– Le droit de lancer un … « dévingt » pour avoir un pouvoir.

– Ah oui, je comprends que ça t’intrigue. Quelqu’un sait ce qu’est un D20 ?

– Oui, c’est un bonhomme qui sait tout à l’avance !

images
Le devin, il ne veut pas qu’on le lance !