Mes projets

Et si…

Supposons que j’aie le choix… Unknown

Et si j’arrêtais la formation continue ?

Et si j’arrêtais le collège ? Si je n’avais plus de classes ?

Et si j’arrêtais tout, sauf le collège ?

Et si je changeais d’établissement ?

Et si je reprenais des études ?

Et si je ne me consacrais qu’à l’ESPE ?

Et si je devenais professeur des écoles ?

Et si je préparais l’agreg ?

Et si je prenais le temps ?

Et si j’allais préparer le dîner ?

A l'attaque !·Chez moi·Cinquième·Evaluer·Manipuler·Maths et arts·Maths par les jeux·Mes projets·Sixième

Le prix des bonnes idées

En ce moment, je suis dans deux mini projets avec mes classes : les pavages de l’Alhambra avec mes sixièmes et l’élaboration d’un jeu de cartes des relatifs avec mes cinquièmes. J’ai déjà parlé ici des pavages de mes sixièmes, et aujourd’hui, après une journée dense, j’avais à vérifier leurs productions, les évaluer et tracer des axes de symétrie pour qu’ils mettent en couleur dès demain. Et cela ne pouvait pas attendre : il faut continuer sur notre lancée sans interrompre le bel enthousiasme de ces jeunes gens.

20171114_190206

Voilà, c’est fait.

Et puis ensuite, alors qu’honnêtement je me serais bien calée dans un fauteuil pour lire le dernier Spirou fraîchement arrivé, bin non ! Il fallait aussi évaluer les jeux de cartes des cinquièmes ! Et alors là, cela n’a pas été de la tarte ! Voici ce que j’avais demandé :

Capture d_écran 2017-11-14 à 19.09.03

Le but est qu’ensuite les élèves jouent à la bataille pour consolider la comparaison de relatifs. Ils vont en comparer plein plein plein, et avec la répartition des nombres, il est probable qu’ils doivent réfléchir.

La constitution du jeu, le fait de chercher à suivre les consignes, de réussir à le faire, est en soi un exercice. Il y a la comparaison, le vocabulaire. Les élèves ont passé une heure là-dessus. Je les ai évalués aujourd’hui car là aussi, il faut passer à l’activité elle-même avant la suite du thème. mais j’ai dû tout retrier, vérifier que chaque étape était bien accomplie… Le boulot qui fait mal à la tête très très vite ! Heureusement ma fille m’a aidée, et j’ai fini de façon bien plus agréable et accélérée.

Bon, ayé. J’ai fait mes devoirs.

A l'attaque !·Activité rigolote·Allez les jeunes !·Au collège·Chez les élèves·Je suis fan·Maths et arts·Mes projets·Sixième

Grenade : les élèves et moi, on fait le mur.

Hier, j’ai mené la première séance sur les pavages de l’Alhambra. Nous avons travaillé la partie mémorisation, que nous allons réinvestir la semaine prochaine, et nous avons restitué les pavages dans leur contexte géographique et historique. À peine les ai-je affichés au tableau que les élèves me parlaient joyeusement de symétrie axiale… « Pourquoi me parlez-vous de symétrie ? » leur ai-je demandé ? « Faut bien que ça se rattache à des maths madame, faire des dessins ça va pas vous suffire, ça c’est sûr ! Ahana, on vous connaît !!! » Certes.

Unknown

libros-dibujar-la-alhambra-2

J’ai distribué à chacun son plan de pavage. Et là, ça s’est corsé. Au vu de la réaction générale, entre panique et perplexité, je me suis dit que j’avais peut-être tapé un peu fort… Les élèves avaient un mal fou à se repérer sur la feuille de tracé, par rapport au pavage lui-même. Et j’avais négligé la difficulté liée à l’agrandissement de fort coefficient.  Comme chacun avait un pavage différent, je me retrouvais à devoir aider tout le monde en même temps sur un support différent. Au secours !!! C’est ce qui arrive quand on s’embarque avec entrain dans une activité sans avoir réfléchi longtemps. Mais bon, nous étions justement embarqués, alors il fallait bien trouver un moyen de ne pas couler ; et puis j’aime bien quand il y a des problèmes : ça permet de chercher des solutions.

Et justement, c’est alors que j’ai eu un réflexe salvateur. J’ai dit à mes élèves : « Si vous faites une figure juste et propre et qu’ensuite vous la coloriez selon les règles que nous avons fixées, et faut qu’ça pète, souvenez-vous bien de cette règle-là, hé bien vos oeuvres, nous les accrocherons dans la classe pour renouveler la déco. » Et paf, enthousiasme général. Puis question collective : « Mais où, madame ??? Y a plus de place ». C’est tout à fait vrai, il n’y a plus de place. Un élève a proposé « Au plafond, il reste de la place encore », mais cela ne me plaisait pas. J’ai proposé à la place des décimales de pi, sur le mur du fond, mais les élèves ne voulaient pas, cette fois. C’est vrai qu’elles sont belles, mes décimales. Alors nous sommes tombés d’accord : tout autour du tableau. Je remiserai mes belles affiches actuelles dans le placard, je les conserverai (ce sont des travaux d’élèves et les sixièmes trouvent ça « dégoûtant » et « immoral » (!!!) de les jeter, ce que de toute façon je n’aurais pas fait, parce que j’y tiens).

À partir de là, tout s’est organisé : du tutorat (« madame je peux aller lui expliquer, le sien j’ai compris ! »), davantage de volonté (« Non mais je vais y arriver, madame, je vous appelle si vraiment j’trouve pas ») et des appels au secours nettement plus constructifs. Comme quoi les obstacles didactiques, parfois ça se surmonte à coup de motivation.

La consigne était de finir pour lundi. Mais j’ai eu peur que les élèves butent quand même sur des difficultés, alors aujourd’hui nous avons consacré les vingt dernières minutes de la séance à retravailler nos pavages. Sauf que cinq élèves avaient fini le leur déjà, et que pratiquement tout le monde avait bien avancé ! Mes élèves m’ont fait remarquer que je les avais sous-estimés (mais tout de même, quatre ou cinq avaient besoin d’aide), mais ils ont pu continuer à avancer, car c’est un gros gros boulot, quand même. Les plus rapides ont eu le droit de choisir un deuxième pavage (le premier avait été imposé en fonction du niveau de chacun), et ils auront un beau carré bleu d’objectif dépassé.

Maintenant, je vais ramasser tout ça lundi, vérifier que c’est bien, agrandir leurs productions et leur rendre. Ils devront trouver un ou plusieurs axes de symétrie et colorier en respectant ladite symétrie.

Je crois que je vais avoir un super beau mur hyper magnifique. Peut-être même que ma classe va être encore plus belle que l’Alhambra.

A l'attaque !·Activité rigolote·Culture mathématique·Maths et arts·Mes projets·Sixième

Séquence Grenade : sixième

J’ai réfléchi entre les cours à ce que je voudrais faire sur Grenade avec mes élèves de sixième. Je compte me lancer mercredi, car je les ai deux heures d’affilée. Je pourrai ainsi changer de thème d’une heure à l’autre.

Pour rappel, car j’ai eu des questions suite au précédent article, une attaque nocturne est, dans notre système maths et jeux de rôles, une activité qui permet d’introduire un thème d’étude, de façon non anticipée. L’attaque nocturne vient contrarier notre progression, l’interrompt, et nous la réglons avant de poursuivre notre chemin. Parfois cela vient de moi, comme ici, mais plus souvent ce sont des questions ou des problèmes (comme le chewing-gum de Clara) qui les amènent à la classe. Une bonne attaque nocturne rapporte des XP à l’élève qui la propose, car il a su identifier dans son environnement un contenu en lien avec les maths et il participe à la vie de la classe.

Voici ce que j’ai imaginé pour le moment, et je suis preneuse de toutes les idées, critiques et remarques. Vous allez voir, il n’y a absolument rien d’original là-dedans ; je surfe juste sur ma vague Grenade, et je vais l’exploiter comme fil directeur dans l’année. Et puis de cette façon nous abordons les pavages et les frises. Et de toute façon, une attaque nocturne doit se traiter de façon spontanée. Les années suivantes cela peut donner lieu à un contenu plus développé, lorsque cela en vaut la peine. Par exemple nous nous référerons au chewing-gum de Clara, plus tard, comme réactivation.

 

Séquence Grenade

Première partie : mémorisation

C’est la première activité explicite sur le geste d’attention et la mémorisation dans l’année. Les élèves sont prévenus a priori de l’objectif et du fait qu’ils vont devoir restituer des éléments que je vais leur transmettre.

 Je projette à mes élèves la carte de l’Espagne et je leur montre où est Grenade, en leur disant «Grenade est une ville située au sud de l’Espagne ». Je nomme l’Andalousie.

Capture d_écran 2017-11-06 à 18.35.35

J’annonce que nous allons travailler sur un palais appelé l’Alhambra. J’insiste sur l’orthographe du mot, avec le « h » entre le « l » et le « a ».

 Je lis le texte suivant :

 L’Alhambra de Grenade est un des monuments majeurs de l’architecture islamique, témoin de la présence musulmane en Espagne du VIIIe siècle au XVe siècle. Le nom féminin Alhambra provient de l’arabe, Qalat al Hamra c’est-à-dire « le château rouge » en raison de la couleur que prennent les murs du monument au coucher du soleil.

L’Alhambra est un ensemble fortifié de bâtiments situés sur une colline de Grenade. L’origine de l’Alhambra remonte à 1238 avec l’entrée à Grenade du premier souverain nasride, Mohammed ben Nazar. Chaque souverain reprenait le palais de son prédécesseur et en édifiait de nouvelles parties.

Je demande aux élèves s’ils ont des questions et je projette les trois photos de l’Alhambra.

Capture d_écran 2017-11-06 à 18.35.29

Je commente rapidement les photos, puis je leur distribue la fiche de restitution.

Capture d_écran 2017-11-06 à 18.35.14

Une fois que les élèves ont répondu, nous restituons ensemble et j’appelle à réfléchir à ce qu’ils ont retenu, et pourquoi. J’en interroge plusieurs pour fixer la mémorisation des réponses. Nous évoquons divers schémas possibles de mémorisation.

J’avertis les élèves que je les réinterrogerai ; je les encourage à parler de ce dont ils se souviennent à la maison ou entre eux. Le but est de leur montrer qu’ils sont capables de mémoriser, mais qu’on ne mémorise durablement que ce qui prend sens et qui est réactivé de façon pertinente.

 

Deuxième partie : réactivation de la symétrie axiale et institutionnalisation 

Je présente au tableau les 24 pavages que j’ai plastifiés, tenus par des aimants. Je demande aux élèves de les observer. Je leur demande s’ils en voient qui sont « symétriques », et je les laisse réfléchir.

J’envoie au tableau un élève qui met à part les pavages « non symétriques ». À partir de sa proposition, je demande une proposition de définition de « symétrique ». J’ai comme objectifs :

  • D’entendre « symétrie axiale » ou « axe ». il faudra sans doute plusieurs étapes avant d’y parvenir ;
  • D’entendre « plier », superposition », tout ce qui fait référence aux acquis de l’école ;
  • De voir la question des couleurs apparaître.

J’envoie au tableau des élèves qui tracent sur les pavages plastifiés des axes dont ils pensent que ce sont des axes de symétrie. Nous devons arriver à avoir identifié des figures avec un, deux, plus de deux axes de symétrie.

Je demande aux élèves une formulation qui ne comporte pas les idées de pli et de superposition. Je veux faire émerger progressivement la notion de médiatrice, il faut donc que les mots « milieu » et « perpendiculaire » émergent. Les élèves peuvent venir tracer ce qu’ils veulent sur les motifs. Je veux aussi que la conservation des mesures soit évoquée.

 À l’issue de ce débat, plusieurs élèves reformulent. Je leur demande de prendre une feuille de brouillon et, par binôme, d’y noter une définition de ce que sont deux points symétriques par rapport à un axe. Je ramasse ces feuilles, qui me serviront pour l’institutionnalisation.

 

Troisième partie : construction et symétrie

Étape 1

Je distribue un des pavages par binôme. J’utilise la nature de la figure et le nombre d’axes de symétrie comme variable didactique. Je distribue aussi les feuilles de construction. Chaque binôme doit d’abord construire le motif, sans couleurs. Pour cela, les deux membres du binôme discutent de la marche à suivre, puis le réalisent tous les deux. Ils ne passeront à l’étape suivante que lorsque j’aurai validé les deux constructions.

Étape 2

Une fois les deux constructions validées, les deux élèves du binôme doivent mettre leur motif en couleur, de sorte qu’ils utilisent une symétrie axiale différente l’une de l’autre. La fantaisie et l’originalité sont encouragées : faut que ça pète, et leurs productions renouvelleront notre déco de classe. Une fois débutée en classe, cette partie peut être poursuivie à la maison.

  

Quatrième partie : institutionnalisation

Étape 1

Réactivation des éléments culturels liés à l’Alhambra

Étape 2

Projection de propositions de trace écrite et débat pour décider ce que nous gardons de façon définitive dans le cahier de leçon ; nous l’écrivons alors, en illustrant selon les propositions des élèves.

 

Cinquième partie : consolidation

Exercices réguliers, des questions flash aux exercices de construction.

Bon, il me reste à plastifier mes reproductions, ce que je vais faire tout en préparant le dîner. J’ai une idée de suite d’activité pour les sixièmes, mais avant cela demain je dois réfléchir très vite à mon activité de cinquième. J’ai une trame, mais ce n’est pas abouti. Mais comme je vais à Dieppe demain matin pour animer une formation, j’irai le temps du trajet pour réfléchir tranquillement.

Suite demain, donc.

Culture mathématique·Ici et ailleurs·Maths et arts·Mes projets·Sixième

Attaque nocturne prévue cette semaine

De Grenade, j’ai ramené ce bouquin :

Capture d_écran 2017-11-05 à 18.56.12

Je pense que nous allons nous en servir assez rapidement pour entamer les symétries axiales. Je vais commencer par choisir des motifs. Je ne sais pas encore si je choisi un motif pour deux ou un pour quatre. Ensuite, je pense demander aux élèves de trouver les axes de symétrie, sans tenir compte des couleurs, en réactivant comme cela a été vu à l’école. Puis nous ferons une mise en commun pour en parler.

Capture d_écran 2017-11-05 à 18.56.32

Là, nous devrions pouvoir commencer à modéliser les symétries axiales. Et à ce niveau, je rajouterai comme contrainte que la symétrie respecte aussi les couleurs. De là, je demanderai aux élèves de refaire le pavage grâce au patron fourni dans le bouquin, mais de sorte qu’ils utilisent plusieurs couleurs et respectent deux symétries axiales différentes.

Capture d_écran 2017-11-05 à 19.08.02Capture d_écran 2017-11-05 à 19.07.49

Je ne suis pas sûre d’être très claire… Demain j’extrais des pavages et ensuite je m’attaque à ma fiche de prep. Ce sera plus clair à transmettre alors.

Je vais réfléchir à utiliser ce support aussi en cinquième, pour les transformations.

Allez les jeunes !·Au collège·Chez les élèves·Je suis fan·Mes projets·Sixième

Les stars de sixième 2

Pour les journées de l’APMEP à Nantes, j’avais filmé mes élèves de sixième, qui expliquent le principe maths et jeux de rôles. J’ai des tas de vidéos du coup, dont beaucoup sur leur ressenti par rapport à l’évaluation des compétences, et c’est intéressant aussi. mais je ne l’ai pas mis dans la vidéo pour Nantes, car le thème de l’atelier était Maths et JDR.

Mes élèves et leurs parents ont donné leur accord, alors les voici :

Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Maths ailleurs·Maths et arts·Mes projets

Des pavages plein la tête

L’Alhambra, c’est incroyable. J’ai eu l’impression en même temps d’être extraite de ma réalité et plongée dans un imaginaire incroyable. Et puis mon cerveau tournait à une vitesse fatigante pour capter tout ça, en perdre le moins possible mais aussi noter mentalement tout ce qui pourrait me fournir des activités pour mes élèves. Epuisée, j’étais, à la fin de la journée. Et ravie.

J’ai pas mal d’idées. Pour mes sixièmes, nous allons travailler sur les symétries en allant nettement plus loin que ce que j’avais envisagé jusqu’ici. Mon idée de départ repose sur ce genre de photos :

20171031_13525820171031_142733

Pour les cinquièmes, ce sera, bien sûr, pavages et frises. J’ai des tas de photos mais le chargement est si long que je les posterai une fois revenue en France…