A l'attaque !·Activité rigolote·Allez les jeunes !·Au collège·Chez les élèves·Chez moi·Club maths·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Mathe auf Deutsch·Maths par les jeux·Maths pour tous·Mes projets·Partager les maths·Tous ensemble !

La saison des clubs

Bon, la rentrée est derrière nous. J’ai pris mes marques, rencontré mes classes plusieurs fois, eu le temps d’évaluer. Et maintenant, les élèves à qui j’avais promis des clubs s’impatientent. Alors c’est parti :

  • Le lundi, c’est Rubiks. Nous sommes inscrits comme club Inter-rubik, la commande de rubiks cubes est partie et je les attends. Nous commencerons lundi prochain s’ils arrivent avant jeudi, et sinon la semaine suivante. J’ai mes animateurs, des élèves qui sont déjà de vrais champions, et 46 volontaires, là où j’en voudrais 55. Nous y sommes presque. Reste à constituer les deux groupes, car nous allons faire des sessions d’une demi-heure chacune chaque lundi midi ;
  • Le mardi, c’est programmation débranchée. Je viens de construire la progression avec ma fille : elle a présenté les ordinateurs à dominos en grand oral l’année dernière, et peut donc me guider de façon très solide. J’ai des choses à préparer, d’autant que nous commençons mardi prochain midi, mais ça va aller. Le début est très mathématique. Et puis après, nous apprendrons ensemble. Là, j’ai une douzaine d’élèves et n’en veux pas davantage ;
  • A partir de vendredi prochain, mais toutes les deux semaines cette année, les Mathmitons reprennent. Une quinzaine d’élèves viennent m’aider à fabriquer le matériel péda que j’ai envie de construire pendant l’année, s’occupent de la classe, la réaménagent lorsque nous avons des nouveautés, etc.
  • Le vendredi midi aussi, mais l’autre semaine, et donc aussi toutes les deux semaines, c’est Mathe auf Deutsch. Nous allons jouer et faire de la programmation, du GeoGebra, tout ça, mais en allemand. C’est donc pour vendredi de la semaine prochaine.

Une fois les clubs démarrés, tout sera en place.

Apprendre·Formation·Tous ensemble !·A l'attaque !·Dur dur·Mes projets·Chez moi·Faut que je fasse mieux

Parler avec les mains, ça prend la tête !

Aujourd’hui je suis allée à mon premier cours de LSF. L’APEDAHN, association des Parents d’Enfants Déficients Auditifs de Haute Normandie, dispense des cours auxquels je me suis inscrite, avec deux de nos enfants. Hé bien j’ai un mal de chien à reproduire les mouvements : comme je confonds gauche, droite, haut et bas, tout ça, c’est très très difficile. Mais peut-être cela m’aidera-t-il à progresser de ce point de vue ! En tout cas je vais m’accrocher, car je voudrais enseigner à des élèves sourds.

Ce qui est vraiment très intéressant pour moi, c’est ce que j’éprouve devant la difficulté, psychologiquement et physiquement. Je lutte contre moi-même et je pense à mes élèves en difficulté dans ma classe.

Bon allez, dodo, car demain journée Brissiaud !

A l'attaque !·Activité rigolote·Au collège·Cycle 3·En classe·Enseignement·Faut que je fasse mieux·Maths par les jeux·Maths pour tous·Mes projets·Numérique·Sixième

Vers les algorithmes en cycle 3

Après la première séance appuyée sur le Turing Tumble, nous avons, avec mes élèves de sixième, avancé vers les algorithmes : ce que je cherche, c’est qu’ils sachent passer d’une représentation (ici physique, sur le Turing) à un algorithme écrit, et ensuite inversement. Nous avons donc repris la mission 1 et nous avons essayé de la mettre en mots. Finalement, j’ai trouvé l’opération plus simple que ce à quoi je m’attendais.

Evidemment, il a fallu échanger sur ce qu’on attendait : doit-on parler de la bille (« il faut écrire la bille elle tombe »), donner des instructions à l’utilisateur (« On met « attends parce que ça met du temps à arriver en bas »‘), ou décrit-on le processus du Turing ? Ce sont des questions compliquées, en fait, avec beaucoup d’implicite, levé par la pratique mais rarement en verbalisant de façon anticipée.

Une fois ces échanges avancés et du vocabulaire défini en grand groupe (tomber-basculer-glisser-aller sur une pièce verte…), les élèves ont proposé :

  • Basculer vers la droite
  • Basculer vers la droite
  • Basculer vers la droite
  • Basculer vers la droite
  • Basculer vers la gauche
  • Basculer vers la gauche
  • Basculer vers la gauche
  • Basculer vers la gauche
  • Basculer vers la gauche
  • Basculer vers la gauche

J’ai pris l’air très, très ennuyée pour leur dire que j’avais pas envie d’écrire tout ça… Immédiatement des élèves ont proposé : « on va dire « basculer quatre fois vers la droite », et j’ai apporté le « répéter ».

Mais là, il ne va rien se passer, ai-je renchéri… Mes billes sont là, en haut, coincées ! Alors des élèves ont réagi tout de suite :

-Faut dire « démarre ! »

-Non, on dit un truc comme « appuie sur le levier »

-On pourrait dire laquelle couleur ?

Nous sommes donc parvenus à ceci :

J’ai posé une dernière question : « mais est-ce que ça va s’arrêter ? » Les élèves m’ont répondu que oui, parce qu’il n’y a plus de billes bleues une fois que les 8 placées en haut sont tombées, et qu’alors le levier actionnera la roue mais comme aucune bille ne sera là pour continuer le cycle, hé bien cela s’arrêtera.

Ce n’est qu’un modeste début et je tâtonne, mais je pense que je vais pouvoir élaborer cette année un dispositif profitable pour les élèves, et efficace rapidement. Mais les activités que j’avais prévues cet été ne sont pas fonctionnelles. C’est trop difficile de passer tout de suite à la verbalisation pour les élèves, et comme ils avancent à des rythmes très très différents je ne peux pas tout gérer. Je les ai remballées vite fait !

A l'attaque !·Activité rigolote·Allez les jeunes !·Au collège·C'est bien pratique·Cycle 3·En classe·Je suis fan·Jouer·Manipuler·Maths pour tous·Mes projets·Programmation·Sixième

L’engouement Turing Tumble

Aujourd’hui, j’ai fait ma première séance de Turing Tumble, avec les élèves de ma classe de sixième. Alors là, waouh, tendance wow-wow-woooow-on-se-calme. La séance s’est très bien passée, mais j’ai un peu dû flanquer tout le monde dehors, et heureusement que j’avais insisté sur les règles :

D’abord, j’ai présenté l’objet, expliqué le principe et ce que nous allions en faire. Nous l’avons examiné, devant, derrière, pour comprendre comment les billes se libèrent.

Selon les élèves, j’ai proposé mes missions ou des missions du livret. Mais je n’ai pas pu les amener tout de suite à écrire les algorithmes en langage naturel : c’était trop tôt, manifestement. Alors j’ai laissé ça pour demain, car j’ai la classe deux heures dans la journée. Je vais pouvoir utiliser l’émulateur du Turing, chouette !

Je vous raconterai demain, mais je suis très contente du départ que cela me permet de prendre : à écouter les élèves, j’ai entendu de vraies tentatives d’anticipation. Or c’est exactement cela que je recherchais : développer le raisonnement en programmation, faire verbaliser l’intuition et les tâtonnements.

A l'attaque !·Allez les jeunes !·Au collège·Compétences·Cycle 4·Décrochage·Evaluer·Faut que je fasse mieux·Maths pour tous·Mes projets·Prof power·Tous ensemble !

Objectif différenciation : lancement

J’ai préparé cet après-midi une vraie différenciation de l’évaluation de quatrième de la fin de la semaine : j’ai des élèves en très grande difficulté, et je veux les faire progresser. Alors je garde les mêmes thèmes, mais je propose des explicitations, des appuis et je décompose des questions. Je change des valeurs, je transforme des questions ouvertes en choix multiples. Je suis contente : c’est la première fois que je réussis à coller à l’évaluation ordinaire tout en donnant vraiment des possibilités de progresser et de continuer à apprendre aux autres. J’ai un regret : je ne le propose que pour quelques élèves que j’ai déjà repérés ou que je connais, et peut-être d’autres en auraient-ils besoin. Mais on. verra plus tard : je ne veux pas proposer non plus des contenus en-deça de ce que les élèves peuvent faire. Je veux les amener le plus haut possible.

J’ai hâte de voir ce que cela va donner. Je vous montrerai les deux versions, mais une fois que les élèves auront composé…

Actualité·Culture mathématique·Ecouter·Evénement·Expo de maths·hommage·Je suis fan·Maths et arts·Maths et musique·Maths pour tous·Mes projets

Z’huit

Demain à 22h30 passe l’Enfant et les sortilèges, de Colette et Ravel, par Colin Laurent, Gordon Laurent, sur France 4. J’espère que mes parents pourront me l’enregistrer, car je n’ai jamais vu une version correcte sur le plan de la qualité image-son. Or dans cet opéra il y a la fameuse scène de l’arithmétique ! Je n’ai pas trouvé comment accéder aux podcasts sur France 4 ; au besoin je farfouillerai.

J’ai écrit ici et sur cet opéra et j’y ai consacré un article dans le livre Vous reprendrez bien un peu de maths ? qui sortira à la fin de ce mois de septembre. Alors je voudrais le voir en entier et dans une version propre !

LE PETIT VIEILLARD :
Deux robinets coulent dans un réservoir ;
Deux trains omnibus quittent une gare,
A vingt minutes d’intervalle,
Valle, valle, valle !
Une paysanne,
Zanne, zanne, zanne,
Porte tous ses œufs au marché !
Un marchand d’étoffe,
Toffe, toffe, toffe,
A vendu six mètres de drap !

L’ENFANT :
Mon Dieu c’est l’arithmétique !

LE PETIT VIEILLARD :
Tique, tique, tique !
Quatre et quatre dix huit,
Onze et six vingt cinq,
Sept fois neuf trente trois.

L’ENFANT :
Sept fois neuf trente trois ?

LE CHŒUR DES CHIFFRES :
Sept fois neuf trente trois ?

L’ENFANT :
Trois fois neuf quat’ cent !

LE PETIT VIEILLARD :
Millimètre,
Centimètre,
Décimètre,
Décamètre,

Hectomètre,
Kilomètre,
Myriamètre,
Faut t’y mettre
Quelle fête !
Des millions,
Des billions,
Des trillions,
Et des frac-cillions !

LE CHŒUR DES CHIFFRES :
Trois fois neuf trent’trois !
Deux fois six vingt-sept !
Quatre et sept cinquante neuf !
Deux fois six trente et un !
Cinq fois cinq quarante –trois !
Sept et quat’ cinquante-cinq !
Quatre et quat’ dix –huit !
Onze et six vingt-cinq !

A l'attaque !·Actualité·Chez les élèves·Chez les cadres·Chez les collègues·Chez les parents·Chez moi·Dur dur·Education·Enseignement·Enseignement supérieur·Evénement·Maths pour tous·Mes projets·Prof power·Quel beau métier·scandale·Tous ensemble !

Prérentrée 2022

Je la trouve spéciale, cette rentrée. Pas dans le sens youpi-tralalère, voyez-vous.

Notre métier est de plus en plus difficile, en défaut grave et avéré de reconnaissance et d’attractivité. L’ère Blanquer a été destructrice, alors qu’avant, c’était déjà compliqué. Les démissions sont légions : beaucoup de collègues sont fatigués, démesurés, dégoûtés.

Et pourtant.

Pourtant ce métier reste un métier de coeur, qui porte un projet de société, une volonté de diffuser le savoir, d’émanciper, de constituer un appui pour faire pousser des intelligences plus haut, vers la lumière. On n’enseigne pas par hasard. C’est d’autant plus révoltant de voir toutes et tous ces collègues contraints de s’en détourner alors qu’ils croient toujours en les mêmes valeurs, mais que le gouvernement ne leur a pas donné les moyens, ni témoigné le respect auxquels ils avaient droit. Il les a abandonnés.

Aujourd’hui, le ministère réagit, comme d’habitude, plus qu’il n’agit. Il gigote, en réponse aux impulsions d’urgence qu’il reçoit. C’est absurde. Nous, pendant ce temps, nous enseignons la réflexion, la suspension du temps de l’action pour analyser et anticiper.

Mais en attendant, je souhaite une belle journée à toutes celles et ceux qui sont concernés par cette rentrée : aux élèves qui rentrent demain ou après-demain, aux adultes qui les accompagnent, à tous les personnels. A celles et ceux qui enseignent, qui administrent, qui rendent fonctionnel, qui accueillent, qui gèrent, qui mitonnent, qui soignent, qui accompagnent, qui orientent, qui inspectent, qui forment… Qu’ils aient un diplôme ou un autre, ou pas du tout. Qu’ils tentent l’aventure pour la n-ième fois, ou moins, ou plus. Qu’ils fassent leur boulot par passion ou pas. Qu’ils pensent jeter l’éponge prochainement ou qu’ils espèrent que c’est pour longtemps. Je souhaite aussi une belle journée à toutes celles et ceux qui ont choisi de quitter le navire, en espérant qu’ils seront soulagés de ne pas être dans un établissement scolaire aujourd’hui, la tête pleine de projets.

Et j’attends demain avec impatience : je retrouverai pour la 28ème fois des élèves, que j’apprendrai à connaître et réciproquement, auxquels j’enseignerai cette merveilleuse discipline que sont les mathématiques. Ma classe est prête, mon cartable est prêt, mes projets pour l’année sont prêts, et si j’ai en effet perdu des illusions, que je ressens aussi l’abandon institutionnel, j’ai toujours les mêmes envies, les mêmes espoirs, le même frisson. J’ai bien de la chance.

C’est parti.

Source
Activité rigolote·C'est bien pratique·Chez les collègues·En classe·Je suis fan·Maths par les jeux·Maths pour tous·Merci les copains·Mes projets·Partager les maths·Tous ensemble !

Des automatismes au hasard, j’adore !

Jérôme Urvois est un collègue qui m’écrit, et il m’a donné ses très bonnes idées : pour permettre à ses élèves d’automatiser sans lassitude certains savoir-faire (comme la résolution d’équations, le développement, l’addition de fractions, etc.), il au tableau quelque chose du style ax-b=c, a/b + c/d ou (a+bx)(c+dx), etc… et les élèves lancent un dé pour affecter une valeur aux a, b, c, etc. Le fait de lancer un dé change radicalement la manière appréhende de tels exercices, selon le collègue, que je crois aisément. Il pratique souvent ce type d’activité flash en groupe. Et ce que je trouve super pratique, c’est qu’on peut différencier facilement : on peut confier des dés 6 aux élèves moins à l’aide, des dés 12 ou 20 à d’autres ; j’ai même des dés fractions et des dés relatifs, que je peux donner à certains élèves.

Merci Jérôme, d’avoir partagé et de m’avoir autorisée à mettre des extraits de tes fiches élèves en photo !