Apprendre·Culture mathématique·En classe·Expo de maths·histoire des maths·Lire·Maths ailleurs·Maths et arts·Maths et BD·Maths et genre·Maths et musique·Maths et société·Maths par les jeux·Maths pour tous·Mots de maths·Numérique

Qu’y a-t-il dans ma bibliothèque de classe ? (1)

Avant de partir, j’ai pris en photo mes livres, dans la bibliothèque de classe. Je vais les référencer tranquillement, pendant les vacances. Mais cela va prendre pas mal de temps car j’en ai beaucoup. Voici les photos, pour commencer.

Il manque d’ailleurs les livres de la bibliothèque à côté de mon bureau ; il faudra que je pense à les indiquer aussi.

A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Apprendre·BRAVO!!!·C'est bien pratique·Chez les chercheurs·Club maths·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Maths et arts·Maths pour tous·Merci les copains·Numérique·Tous ensemble !

Op Art à la Mercat

Christian Mercat m’avait signalé Julio Le Parc, à la suite d’un de mes articles sur l’art contemporain avec des maths dedans. Comme aujourd’hui j’ai un peu de temps, j’ai dépilé mes mails et commencé à étudier les onglets laissés ouverts pour plus tard.

Et vlan, un nouveau bout d’univers en plus à nouveau. Comme ça, paf, un dimanche matin. Après être passée par Vasarely, Sol Le Witt, Morellet, Théo van Doesburg, voici Julio Le Parc. Merci Christian, d’autant que le boulot que tu as accompli est fantastique !

Cette fois, il est question d’Op art (pour art optique). Dans l’Op art, on s’intéresse aux illusions, aux jeux d’optique. Le mouvement est né dans les années 60.

Les œuvres d’op art sont essentiellement abstraites. Les pièces donnent l’impression de mouvement, d’éclat de lumière et de vibration ou de mouvements alternés. Ces sollicitations visuelles placent le corps du spectateur en situation instable, entre plaisir et déplaisir, plongé dans une sensation de vertige proche de certains états d’ivresse légère. Ce phénomène est parfois renforcé par le caractère monumental des pièces, parfois des environnements, voire dans le cas d’art optico-cinétique de réelles sources de lumière jaillissant de l’ombre. (Wikipedia)

Capture d’écran 2020-06-28 à 10.24.00

Christian Mercat propose, accessible à tous, un livre numérique très riche, dans lequel il (et Thijs et Patrick Clément, aussi) s’appuie sur des oeuvres de Sol Le Witt, Morellet, Le Parc et Riley (mais pas seulement : il faut aussi plonger dans la rubrique Divers) pour nous permettre d’y entrer plus avant, en comprenant leur construction, avec l’aide de GeoGebra. On peut agir sur les représentations, et elles sont reliées à des notions mathématiques pour les éclairer.

En particulier de très nombreuses pièces sont intéressantes à modéliser mathématiquement. C’est ce que ce livre s’attache à faire.

C’est juste génial.

Pour la plupart des productions proposées, des thèmes sont associés.

Je vais profiter de l’été pour intégrer plusieurs de ces pages à mes programmations de cinquième et de quatrième, et peut-être aussi de sixième. Quant à mon club maths et arts, il vient de se trouver nourri d’un coup !

Capture d’écran 2020-06-28 à 10.38.08

A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Apprendre·Chez les collègues·Culture mathématique·Expo de maths·Faut que je fasse mieux·Je suis fan·Maths et arts·Merci !·Mes projets

Abstrait, concret : de l’art, des maths

Un collègue m’a malicieusement lancée sur l’art concret, il y a quelques semaines. C’est resté sur ma liste de choses à faire, et aujourd’hui, enfin je peux y mettre le nez.

Théo van Doesburg a fondé l’art concret peu avant sa mort. J’ignorais complètement l’art concret, et les connexions avec l’art abstrait sont très intéressants à observer et à penser. Il y a là une réflexion en lien direct avec les mathématiques. Il faut absolument que je creuse, car je manque de culture sur l’art moderne et l’art contemporain.

manifeste-francais-vecto

Cet article de Registre des arts m’a aidée à comprendre et en même temps établit un parallèle frappant avec l’exercice des mathématiques :

Le terme « art concret » est introduit dans le langage artistique en toute conscience par Theo van Doesburg en opposition au terme d’ « art abstrait » en 1924. « Art concret » ne signifie cependant pas « art figuratif » ; au contraire, le terme « concret » caractérise clairement un art qui n’est pas abstrait dans la mesure où il n’abstrait ni ne déforme les modèles empruntés à la nature.
Par conséquent, l’art concret opère une différenciation entre l’art abstrait et non figuratif. Le terme d’ « art concret » signifie plutôt tout art basé sur les lignes, les surfaces et les couleurs et qui suit le plus souvent un principe géométrique clair.
Les principes fondamentaux importants de l’histoire de l’art furent par conséquent ceux du mouvement de Stijl et du Bauhaus.
L’art concret matérialise le spirituel et n’a aucune signification symbolique. Doesburg explique que « la peinture est un moyen de concrétiser la pensée de manière optique ».
Max Bill écrit en 1947 : « Le but de l’art concret est de concevoir des objets destinés au spirituel, de même que l’homme crée des objets destinés à un usage matériel. (…) La dernière conséquence de l’art concret est la pure expression d’une mesure et d’une loi harmonieuses ».

C’est fou, non ?

Ici, j’ai lu ceci :

C’est l’artiste suisse Max Bill qui donne une réelle impulsion à ce mouvement dès 1936 en diffusant en Suisse les thèmes de l’art concret à travers diverses manifestations et publications. Il publie en 1949 un texte significatif : la Pensée mathématique dans l’art de notre temps qui transforme la conception mathématique en champ d’investigation artistique.  Les œuvres peuvent alors, selon Max Bill, faire « l’économie de l’abstraction », puisqu’elles sont « issues de leurs moyens fondamentaux et suivent leurs lois propres, sans références extérieures à l’apparence naturelle ». (…) Il s’agit dès lors de « réaliser un art mesurable, valable pour tous, avec des formes qui pourront s’adapter à toutes les situations, être comprises de tous les publics, afin de créer un langage universel, identique à celui de la science ou de la musique ». (Serge Lemoine)

Ouhaaa. Voilà que mon univers s’élargit encore… Mais là, j’ai l’impression d’avoir ouvert une grande porte, annoncée en particulier par ma découverte de Morellet. Il faut que je voie. Il faut que je trouve où voir de telles oeuvres.

 

 

Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Lire·Maths et arts·Mots de maths

Spirale et poésie

Dommage que je n’aie pas lu ce poème la semaine dernière : la spirale était le thème de Regards de géomètre, par Maths en Scène. Mais aujourd’hui il m’a touchée alors je vous en fait profiter, puisque ma maman m’en a fait elle-même profiter :

Amis, ne creusez pas vos chères rêveries ;
Ne fouillez pas le sol de vos plaines fleuries ;
Et quand s’offre à vos yeux un océan qui dort,
Nagez à la surface ou jouez sur le bord.
Car la pensée est sombre ! Une pente insensible
Va du monde réel à la sphère invisible ;
La spirale est profonde, et quand on y descend,
Sans cesse se prolonge et va s’élargissant,
Et pour avoir touché quelque énigme fatale,
De ce voyage obscur souvent on revient pâle !

Victor Hugo, « La pente de la rêverie », du recueil Les Feuilles d’automne

Hugo_-_Œuvres_complètes,_Impr._nat.,_Poésie,_tome_II.djvu

A quoi ça sert les maths ?·Apprendre·Chez les chercheurs·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Maths et arts·Maths pour tous·Merci !

François Morellet

Nathalie Sayac, didactitienne des mathématiques, qui est à présent aussi directrice de l’INESPE de chez moi, m’a fait découvrir l’oeuvre de François Morellet, que j’ignorais complètement. Débordée de travail, je n’avais pas eu le temps de me pencher sur cet artiste formidable ; voilà qui est réparé.

François Morellet est un artiste français né en 1926 et mort en 2016. Il s’est nourri d’influences du monde entier, pour créer une oeuvre comme je n’en avais jamais vu. La  question de la représentation et le conflit subjectivité/objectivité, associés à un intérêt manifeste pour les mathématiques (les formes géométriques, les concepts, le hasard, π…) s’articulent avec un naturel incroyable.

Si on choisit une règle c’est parce que celle-ci évite d’autres choix. Et ma règle principale c’est d’en faire le moins possible, faire le moins possible de choix, de faire le moins possible de décisions subjectives.

Entretien avec Daniel Soutif, 1999, Images de la culture : François Morellet.

Ce blog propose un regard complet et intéressant sur Morellet. À lire un peu sur cet homme, il avait l’air d’une personne hors du commun, dotée d’un humour et d’un recul particuliers. D’autres sources m’ont intéressée, que je cite plus bas, et surtout le dossier CQFD, très complet, et les ressources de Pompidou, qui a organisé une rétrospective en 2011. J’aurais aimé connaître l’oeuvre de François Morellet plus tôt…

Composées d’éléments géométriques simples, ses œuvres sont construites selon une planification stricte, reposant souvent sur une trame systématique, contrebalancée par le hasard, une dimension ludique revendiquée par un artiste qui se qualifiait de « rigoureux rigolard ».

Source : fondation Louis Vuitton

« Les arts plastiques doivent permettre au spectateur de trouver ce qu’il veut, c’est-à-dire ce qu’il amène lui-même. Les œuvres d’art sont des coins à pique-nique, des auberges espagnoles où l’on consomme ce que l’on apporte soi-même. L’Art pour, l’Art pour l’Art, est fait pour ne rien dire (ou tout dire). »

Du spectateur au spectateur ou l’art de déballer son pique-nique, 1971.

Je vous présente juste très rapidement deux oeuvres qui m’ont frappée :

Capture d’écran 2020-06-15 à 07.41.19

François Morellet a réalisé de nombreuses oeuvres basées sur π. Ici, chaque néon-quart-de-cercle forme un angle avec le suivant (l’angle étant formé en reliant les extrémités des néons) égal à dix fois chaque décimale de π. C’est très bien expliqué dans la vidéo de Pompidou, et je trouve ça génial.

seule-droite-traversant-2-carrc3a9s-dans-2-plans-diffc3a9rents-1978-pompi

Cette oeuvre s’intitule « Seule droite traversant 2 carrés dans 2 plans différents » (1978, Centre Pompidou). Le titre suffit…

Merci à Nathalie Sayac. J’espère que j’ignore encore plein plein de si belles découvertes : quel plaisir d’agrandir mon univers !

Estuaire 2009

A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Allez les jeunes !·Au collège·Club maths·Compétences·Culture mathématique·Cycle 3·Cycle 4·Evénement·Expo de maths·histoire des maths·Je suis fan·Lire·Manipuler·Maths et arts·Maths et BD·Maths et genre·Maths et musique·Maths et société·Maths par les jeux·Mes projets·Tous ensemble !

LeS clubS mathS de 2020-2021

L’année à venir, j’espère mettre en place un club maths tentaculaire, qui sera plutôt quatre clubs maths. En voici la description :

Le club maths, version 2020-2021

Le club maths a rencontré un franc succès pendant l’année scolaire 2019-2020. Davantage d’élèves y ont participé : la fréquentation moyenne a été de 35 élèves le lundi, et 32 élèves le vendredi.

Pour l’année 2020-2021, si les conditions sanitaires permettent de réactiver le club, les élèves et moi avons repensé son fonctionnement.

Voici ce que nous proposons :

  • Lundi, club « Jeux et culture mathématiques »
  • Mardi, club « Maths et arts »
  • Jeudi, club « Programmation »
  • Vendredi, club « Maths et histoire, histoires de maths »

Une évolution majeure pour cette année est que chaque club a son référent : un élève, qui est particulièrement intéressé par le thème du club correspondant et donc je connais les qualités, va jouer un rôle particulier :

  • Etre force de proposition pour les orientations à prendre dans le club ;
  • Participer à l’animation ;
  • Poursuivre le travail du club les jours où je ne suis pas là, ou en dehors de la plage horaire du club ;
  • Animer avec moi le blog du club.

Ces référents sont déjà désignés et ont tous accepté.

Sans titre

 

Le club « jeux et culture mathématiques »

Le jour : le lundi midi, 12h30-13h30, sauf le premier lundi du mois.

Modalités : les élèves peuvent s’inscrire à l’avance, ponctuellement ou à l’année. 35 places sont proposées chaque lundi. Lorsqu’on arrive à 35 élèves présents, plus personne n’est accepté.

Activité : chacun peut jouer aux jeux de la ludothèque de classe, lire des ouvrages de la bibliothèque de classe, participer ensemble à des activités manipulatoires, faire de la mathémagie, etc.

Objectifs : développer les capacités de raisonnements (en travaillant les stratégies, en étant capable de réévaluer une procédure pour l’adapter), la communication, la collaboration, la socialisation, la culture générale, dont scientifique.

Sans titre

Le club « maths et arts »

Le jour : le mardi midi.

Modalités : les élèves participent à l’année. L’inscription est possible dans la limite de 25 élèves.

Activité : travailler toute l’année dans le cadre de l’association Maths en Scène, pour participer au concours Regards de Géomètre. En fin d’année, les productions des élèves seront exposées dans un musée ou une salle de spectacle. Un artiste, InkOj, a accepté de suivre le travail du club. Les élèves iront le voir sur un chantier en septembre, et il viendra nous donner des conseils lors de la réalisation de notre production concrète.

Objectifs : développer la culture mathématique, la culture artistique, la capacité à mener des projets, de la conceptualisation à la présentation.

Sans titre

Le club « Programmation »

Le jour : le jeudi midi, 12h30-13h30.

Modalités : les élèves participent à l’année. L’inscription est possible dans la limite de 25 élèves.

Activité : travailler à la programmation par différentes entrées : en mode débranché, sur Scratch voire Python, avec de l’arduino, et pour programmer des actions de robots. En mai, les élèves de ce club participeront au défi FestiRobot.

Objectifs : développer la culture et la compréhension dans le champ de la programmation ; mieux comprendre notre environnement numérique.

Sans titre

Le club « Maths et histoire, histoires de maths »

Le jour : le vendredi midi, 12h30-13h30.

Modalités : les élèves participent à l’année. L’inscription est possible dans la limite de 15 élèves.

Activité : un club de lecture mathématique est organisé, avec des débats organisés autour des œuvres lues. Des lectures à haute voix associées à des activités seront organisées, au sein du collège et si possible des écoles du secteur, des maisons de retraite ; les élèves de l’atelier Automatiser le décodage en cycle 3 pourraient participer. Le club se donnera en début d’année un projet : l’écriture d’un livre, ou la création d’une pièce de théâtre mathématique.

Objectifs : développer la culture mathématique (en particulier au travers de l’histoire des mathématiques et des mathématiciens), la culture littéraire, l’appétence pour la lecture, mener un projet créatif jusqu’à sa réalisation concrète, décloisonner les mathématiques en montrant en actes que sciences, littérature et humanités ne s’opposent pas.

Sans titre

Les conférences mathématiques

Le jour : le premier lundi de chaque mois, entre 12h30 et 13h30.

Modalités : 40 élèves peuvent participer à chaque conférence, sur inscription préalable. Si le format est celui d’un atelier, le nombre de participants est adapté à l’intervention.

Activité : un conférencier (un enseignant, un ingénieur, un chercheur, un passionné pour un thème mathématique, un élève compétent dans un domaine précis) anime une conférence ou un atelier sur un thème de son choix, susceptible d’intéresser des élèves de collège. Les interventions peuvent éventuellement se faire à distance avec le conférencier, pour permettre d’écouter des chercheurs éloignés géographiquement.

Objectifs : familiariser les élèves à des notions mathématiques qui ne font pas forcément partie des programmes, montrer que les mathématiques font partie de la vie, de l’histoire, sont utiles ; faire découvrir les métiers liés aux mathématiques ; lutter contre les stéréotypes sociaux et de genre dans l’abord et l’accès aux mathématiques.

Sans titre

Voilà. je crois que ça va être super chouette. Mes élèves semblent enthousiastes, et moi aussi !

A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Actualité·Allez les jeunes !·Au collège·Club maths·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Maths et arts·Maths pour tous·Merci !·Mes projets·Tous ensemble !

InkOj : collaboration engagée !

Aujourd’hui, j’étais convenue de retrouver Nicolas Soulabail, dit InkOj,  rue Eau de Robec à Rouen, où il avait un chantier en cours. J’ai parlé de ses beaux pavages de trottoirs ici. Je suis ravie : InkOj a accepté de suivre mon groupe de l’année scolaire à venir sur le projet Regards de géomètre, par l’association Maths en Scène. Auparavant, j’en avais parlé à mes référents clubs (je vais vous présenter notre projet juste après…), qui ont tout de suite adhéré à fond les ballons. Nous nous retrouverons donc en septembre, pour observer InkOj sur un de ses chantiers, et échanger avec lui. De là, nous pourrons réfléchir à notre production concrète ; nous avons déjà des idées, mais peut-être en aurons-nous de meilleures encore !

Merci, Nicolas/InkOj, de nous avoir consacré de ton précieux temps alors que, fidèle à sa légende, le temps normand était rapidement changeant, menaçant de te faire arrêter ton travail…

A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Apprendre·école·BRAVO!!!·C'est bien pratique·Chez les collègues·cycle 2·Cycle 3·Cycle 4·Expo de maths·Maths et arts·Tous ensemble !

Maths et arts à tous les niveaux

Pour qui a envie de lier maths et arts à l’école, le blog d’Azraelleest une super ressource. J’ai d’ailleurs construit des activités à partir des siennes, pour le collège.

Capture d’écran 2020-06-11 à 07.50.05

Un exemple avec Vasarely, mais tout est à retrouver chez Azraelle :GEOMETRIE-ET-ARTS-VISUELS-fiche-1-Vasarely-et-segments-a-la-regle

Et sur Mathelier, les fiches d’Azraelle ont été adaptées pour les dys. Beau travail d’équipe, bravo !

 

A quoi ça sert les maths ?·BRAVO!!!·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Maths et arts·Merci !·Mes projets

De beaux pavages sur de bêtes trottoirs

Un artiste (rouennais ?), également architecte d’intérieur, peint des trottoirs en motifs de carrelage, qui font écho avec les carrelages cachés dans les couloirs des immeubles devant lesquels ils prennent place. Cet artiste, c’est Nicolas Soulabail, dit InkOj. C’est Houria Lafrance, de l’association Maths en scène qui organise Regards de géomètre, qui me l’a signalé. Comme nous étions en centre-ville, nous nous sommes lancées, ma fille et moi, sur ses traces. Je trouve ça une super idée, et la réalisation est très convaincante.

Ici on parle de cet artiste. Moi, j’aimerais bien prendre contact avec lui pour lui proposer une collaboration au collège l’année prochaine… Parce que j’ai des maths à relier à ses travaux !

Activité rigolote·Apprendre·BRAVO!!!·Chez les collègues·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Manipuler·Maths en vidéo·Maths et arts·Mots de maths·Question de grand·Tous ensemble !

Etes-vous polygonalistes ?

Olivier Fanton, qui est enseignant en Normandie, a copié sur les patrons de cube, après cet article. Et il m’a envoyé tout ça. Alors je partage, parce que c’est bien chouette. Cela m’a fait penser au travail d’une de mes élèves de sixième pendant l’année, qui se reconnaitra sans doute… Et puis ensuite, cela ne m’a plus fait penser à rien que je connaissais !

On peut faire un « patron » (je mets des guillemets car il y a débat sur la définition d’un patron : doit-il être fait de faces du solide ?) en décomposant les faces :

patron de cube aux côtés pointus[1]

Celui-ci est accompagné de sa vidéo :

patron de cube avec des triangles[1]

On peut aussi laisser la contrainte de minimalisme de côté :

patron de cube avec des demis carrés[1]

patron de cube en ruban[1]

Avouez que c’est chouette de voir ça sous un autre angle… En revanche, chapeau à monsieur Fanton pour la réalisation. Il faut réfléchir pour produire ces propositions-là !

Et attention, terminons en feu d’artifice : vous en avez assez de respecter la forme des faces ? Vous en avez assez du minimalisme ? Hé bien monsieur Fanton, lui, dit : à bas le polygonalisme !

patron de cube avec des cercles[1]

patron de cube en plan de grotte[1]

J’avoue que ce sont mes préférés…

Merci Olivier !