C'est bien pratique·Chez moi·cycle 2·Cycle 3·Formation·Manuels scolaires·Tous ensemble !

Des fiches et des méthodes : précisions

En début d’année j’avais élaboré des fiches qui présentent des méthodes que je vois utilisées en classe en cycle 2 et 3 :

  • ACE
  • Picbille
  • MHM
  • La méthode Singapour parla Librairie des écoles
  • Les Numéras
  • Mes premières mathématiques

J’en ai pas mal discuté, cette semaine, avec différentes personnes, et beaucoup de collègues m’ont demandé d’y accéder. Je remets donc un lien pour aller télécharger les versions courtes ou les versions longues. Mais quelques remarques s’imposent :

  • Dans chaque cas, la description tient en une page (c’est la version courte), et contient, dans la version longue, des extraits qui me semblent représentatifs, sur 7 pages. Je voulais un format synthétique pour pouvoir, quand je le transmets, qu’il soit vraiment lu.
  • À l’exception de la méthode de Singapour de la Librairie des écoles (que je n’ai pas réussie à contacter efficacement jusqu’ici), toutes les fiches ont été validées par un des auteurs. Cela m’a obligée à la neutralité.
  • Mon but n’était pas ni promouvoir telle ou telle méthode, ni de la déprécier. L’objectif est avant tout de comprendre et de mémoriser les principes, les spécificités, les objectifs de ces travaux. Dans ma mission de formation, auprès des enseignants, je comprends mieux de quoi il retourne et je dispose d’un répertoire de références.
  • Du fait de cette volonté de neutralité, l’analyse des points de vigilance, les leviers, les points d’entrée dans l’enseignement sont peu développés. Mon approche n’est pas comparatiste, et n’a rien d’institutionnelle : ce n’est pas une référence. Un collègue m’a fait remarquer que la co existence de telles fiches sur l’ensemble des méthodes pourrait laisser à penser que toutes les méthodes se valent, alors qu’il y a aussi une efficacité de l’enseignement à questionner. C’est voulu : je me place dans un contexte d’accompagnement, dans lequel je chemine avec mes collègues, et je ne prescris pas.

Ces fiches sont donc bien à envisager en ce sens : elles constituent un résumé propre et une première approche réflexive rapide pour des professeurs des écoles. Elles ouvrent le débat, et permettent au formateur de développer la réflexion commune, avec les enseignants qu’il accompagne.

PS : merci à Miguel, dont j’ai repris les propos pour les échanges qui font réfléchir et formuler plus clairement…

Chez les collègues·Culture mathématique·Cycle 3·Evénement·Expo de maths·Lire·Manuels scolaires·Maths par les jeux·Maths pour tous

La semaine des maths, version rusée

Pour la semaine des maths, Génération 5 met à disposition des enseignants des activités issues du kit pédagogique « Maths en-Vie » ainsi que du cahier d’exercices “P’tit Rusé cycle 3” : c’est à découvrir ici.

Pour le cycle 3, il y a les défis du p’tit rusé. Sur la page dédiée, on trouve des exemples :

Mais il y a aussi une activité Jouons avec les formes qui se joue avec un logiciel à télécharger. Ce logiciel est une version spéciale du logiciel présent dans le kit pédagogique Maths en-Vie, qui permet de manipuler les 20 photos proposées dans l’activité. Il s’agit de catégoriser, mais comme le logiciel est accessible seulement sur PC et que j’ai un mac, il faudra que j’attende d’être au collège et d’avoir du temps devant moi pour tester.

J’aimerais bien feuilleter les guides ; je vais voir si la BU de l’ESPE en a acquis. Il y a tant de publications intéressantes que je me donne un budget de dépenses, et là je dois m’arrêter… Quelqu’un parmi vous a un avis, déjà, car il l’aurait commandé ?

A l'attaque !·Apprendre·Chez les chercheurs·Culture mathématique·Expo de maths·histoire des maths·Lire·Manuels scolaires·Maths ailleurs·Maths et société·Mes projets·Mots de maths

Lire, découvrir, apprendre : la démonstration comme prétexte

Ce matin, je me suis penchée sur le dossier démonstration de cultureMATH que j’ai vu apparaître plusieurs fois dans mes pérégrinations numériques ces jours-ci.

La question posée en introduction de ce dossier est : « Comment l’enseigner et comment amener les élèves en position de comprendre et de se convaincre de la nécessité de démontrer ?« 

Plusieurs ressources sont proposées, qui amènent le lecteur à naviguer dans la didactique, la pédagogie, l’histoire, l’épistémologie, la philosophie. Commençons par :

Les actes du colloque Inter-IREM Épistémologie et Histoire des mathématiques de 1989

Les communications sont regroupées en quatre axes :

Je n’ai pas tout lu, là, ce matin… Ma découverte du jour est, grâce à Rudolph Bkouche, GonsethFerdinand Gonseth. Mais j’ai aimé me promener dans les réflexions sur la vérité, sur axiome/postulat, sur la révolution des mathématiques non euclidiennes, j’ai aimé apprendre sur Arbogast, retrouver l’axiome du choix, qui avait totalement bouleversé mon année de licence…

Comme j’aimerais en savoir plus sur l’histoire des mathématiques !

Dans les jours qui viennent, je vous raconterai les deux autres ressources proposées.

A l'attaque !·école·cycle 2·Enseignement·Formation·Manuels scolaires·Mes projets·Tous ensemble !

Des fiches et des méthodes : généralités

Dans le cadre de ma mission de formation dans le premier degré, j’ai élaboré une série de fiches liées à des « méthodes » (le terme est mal choisi, j’y reviendrai), avec des extraits qui illustrent mon propos. J’ai ainsi construit une fiche sur :

  • la MHM (Nicolas Pinel)
  • les Numéras (Serge Petit)
  • Picbille (Rémi Brissiaud)
  • Le méthode de Singapour de la Librairie des Écoles (Monica Neagoy)
  • ACE (Pascal Percheron)
  • Mes premières mathématiques (Stella Baruk)

Dans presque chaque cas, il s’agit de travaux collectifs, je ‘n’ai indiqué que le nom de la personne dont j’ai compris qu’elle avait piloté.

Je me suis donné comme contrainte de faire tenir la description en une page, de l’organiser toujours de la même façon, de soumettre la production aux auteurs et de choisir ensuite des extraits qui me semblent représentatifs, sur 7 pages. Comme ça, ça fait 8 pages en tout, et je peux imprimer sur deux A3.

La contrainte de soumettre la production aux auteurs m’a permis de veiller à rester objective : il y a des « méthodes » que je préfère à d’autres, forcément. Cela m’aussi permis de rencontrer ces auteurs ou de communiquer directement avec eux, et c’était très chouette. Je les remercie d’ailleurs de leur accueil et de leur bienveillance, du temps qu’ils ont bien voulu me consacrer. Mais le but n’était pas de promouvoir telle ou telle. Pour moi l’objectif était avant tout de comprendre et de mémoriser les principes, les spécificités, les objectifs de ces travaux. Il fallait que je sache de quoi je parle, de quoi on me parle. Ainsi je comprends mieux ce qui se passe en classe lorsque j’en vois une mise en oeuvre, mais je dispose aussi d’un plus large panel de propositions pour apporter des réponses à des préoccupations de professeurs des écoles.

Je vais fond publier ici mes fiches, de façon progressive : Serge Petit et Nicolas Pinel m’ont autorisée à publier avec les extraits, et pour ACE j’ai eu l’accord du super-CPC-spécialiste-d’ACE Frédéric Le Mevel, et les contenus sont de toute façon en ligne.

Stella Baruk a validé ma fiche, mais j’attends de savoir si je peux publier des extraits ou seulement la fiche, car il s’agit d’un manuel qui s’achète, il y a donc des questions de droits d’auteur.

Je n’ai pas réussi à joindre la Librairie des écoles ni Rémi Brissiaud, malgré plusieurs tentatives, mais je ne désespère pas de trouver le bon réseau pour y parvenir.

N’hésitez pas à me faire parvenir vos retours, quels qu’ils soient, et à me proposer d’autres ressources : je suis partie sur celles que je connais ou que vois déployées en classe, mais je suis prête à aller plus loin maintenant !