Apprendre·Culture mathématique·En classe·Expo de maths·histoire des maths·Lire·Maths ailleurs·Maths et arts·Maths et BD·Maths et genre·Maths et musique·Maths et société·Maths par les jeux·Maths pour tous·Mots de maths·Numérique

Qu’y a-t-il dans ma bibliothèque de classe ? (1)

Avant de partir, j’ai pris en photo mes livres, dans la bibliothèque de classe. Je vais les référencer tranquillement, pendant les vacances. Mais cela va prendre pas mal de temps car j’en ai beaucoup. Voici les photos, pour commencer.

Il manque d’ailleurs les livres de la bibliothèque à côté de mon bureau ; il faudra que je pense à les indiquer aussi.

Actualité·Chez les chercheurs·Education·Enseignement·Lire·Merci Nourdin·Numérique

Le numérique à l’école ?

Mon ami Nourdin m’a envoyé cette vidéo :

Comme il se trouve que nous festoyons ensemble ce soir, avec notre comparse Hélène, entre auteurs de la mallette (je vous ai parlé de la MaMaN ? Oui ? Ici ? Et aussi ? Ah, bon.), nous allons pouvoir en parler, et débattre : je pense que nous n’allons pas avoir accroché sur les mêmes points.

61PxmBSfbaL

Ce que je n’aime pas, ou pas trop :

  • Le titre : « le désastre de l’école numérique », c’est trop et, surtout, comme le montre à mon sens le début de la vidéo de Philippe Bihouix, c’est gratuit. Philippe Bihouix explique tout au début qu’il s’agit d’une sorte de provocation (« Ca naît de la volonté de lancer un débat, qui n’a pas eu lieu » : d’accord, mis ce titre relève exactement de la même démarche). Le sous-titre, aussi : j’aurais préféré « pour un débat sur les écrans à l’école », ou « Plaidoyer pour une utilisation raisonnée et évaluée des écrans ». L’excès me rend méfiante, quand bien même il est là pour appâter le lecteur ;
  • À la question (que j’aime) : « apprend-on mieux avec le numérique, l’auteur dit « La réponse est non ; d’abord, on a très peu d’études ». Alors dans ce cas comment répondre non ? Mais peut-être est-ce le montage et/ou la vidéo elle-même qui donne cette contradiction, et sans doute devrais-je surtout lire le bouquin ;
  • Le temps d’écran a des conséquences néfastes sur les jeunes, mais pas seulement : si en effet 50% de l’enseignement se faisait en numérique, ce qui me semble parfaitement aberrant, on imagine aisément que les jeunes auraient les yeux carrés, comme je disais à nos enfants lorsqu’ils étaient petits. Mais le numérique apporte aussi des plus-values irremplaçables comme représenter une figure par un logiciel de géométrie dynamique, permettre une automatisation de certains exercices, etc. ;
  • L’opposition avec « l’école d’avant » (c’est quoi l’école d’avant ? Avant quoi ?) que je trouve caricaturale ;
  • La valorisation de l’ennui. D’accord, l’ennui est éducatif, en un sens. Comme l’explique Boimare, un élève doit réussir à gérer l’attente, car il est dans un groupe. Cet apprentissage d’une certaine frustration et d’un type de contrôle est indispensable et constructif. Mais dans une classe, la part d’ennui doit être maîtrisée. Sinon, l’enseignant va vite se retrouver en difficulté. Et puis je ne crois pas qu’un élève soit en classe pour s’ennuyer. Il doit être capable d’attendre, mais ce n’est pas de l’ennui, à mon sens. Peut-être je joue sur les mots et nous sommes d’accord, cela dit.

51nK2EOUtDL._SX258_BO1,204,203,200_

Ce que j’aime :

  • On n’apprend pas forcément mieux avec le numérique, « on apprend mieux parce qu’on fait de la pédagogie active, quand l’élève produit du contenu ». Le numérique participe des pédagogies actives, à mon sens, mais il n’y a pas d’exclusivité du numérique, c’est vrai ;
  • Le numérique ne permet pas tout : il n’est pas une panacée pour remédier, rendre attentif et motiver à long terme ;
  • La classe inversée n’a pas besoin forcément de numérique ;
  • Les visions écologique et sociale des conséquences du numérique éducatif ;
  • Les nuances sur la gamification. Là, on n’est justement dans une réflexion qui n’est pas caricaturale.

Dans la rubrique questions, je voudrais lire les exemples d’innovations non numériques. Parce que je ne crois pas à l’existence de l’innovation, hors nouvelles technologies, justement. Mais je pense que là c’est juste un point de désaccord sémantique.

Culture mathématique·cycle 1·cycle 2·Cycle 3·Didactique·Evénement·Expo de maths·Formation·Je suis fan·Lire·Manipuler·Maths pour tous·Merci Hélène·Merci Nourdin·Mots de maths·Tous ensemble !

Connaissez-vous la MaMaN ?

La Mallette À Maths de l’Académie de Normandie , appuyée sur le si beau plan Villani-Torossian, a été conçue par trois auteurs : Claire Lommé, Hélène Portail et Nourdin Témagoult. Tous les trois enseignent les mathématiques en collège, et Nourdin Témagoult et Claire Lommé ont été RMA (référents mathématiques académiques) pour l’académie de Normandie pour l’année scolaire 2019-2020. Nicolas Gendreau, IA-IPR en Normandie, a soutenu et appuyé ce travail. Cette mallette a été conçue comme un regroupement d’activités pour le premier degré, testées dans le cadre de la mission de RMA : dans des classes de premier degré, lors des formations académiques. Ainsi, les activités et ressources présentées ont été choisies de façon subjective, en lien avec les expériences de terrain des auteurs. Les fiches présentées ont été pensées pour être déployées sans difficulté. Elles sont donc courtes, et vont à l’essentiel. Elles s’adressent parfois aux enseignants, parfois aux formateurs, et le plus souvent aux deux simultanément. Nous vous souhaitons une belle aventure mathématique !

Capture d e cran 2020-06-29 a 18.45.46

La Mallette À Maths de l’Académie de Normandie, version numérique, ne contient évidemment pas le matériel que contiennent les mallettes physiques, tel que les cordes à treize noeuds ou des albums. Mais le covid ayant retardé la remise des mallettes aux RMC normands, il nous a semblé souhaitable de diffuser ces documents dès la fin de l’année scolaire 2019-2020, à tous ceux que cela intéresse.

Nous vous souhaitons une bonne lecture, et surtout des moments d’apprentissages, partagés, vivants, surprenants, et, comme le sont les mathématiques elles-mêmes, passionnants.

Claire Lommé, Hélène Portail et Nourdin Témagoult.

Le lien vers la MaMaN.

Chez les collègues·Chez moi·Culture mathématique·cycle 1·cycle 2·Cycle 3·Didactique·Evénement·Expo de maths·Formation·Je suis fan·Lire·Manipuler·Maths pour tous·Merci Hélène·Merci Nourdin·Message·Tous ensemble !

La mallette en numérique : c’est aujourd’hui.

Aujourd’hui est un grand jour pour mes amis Nourdin Témagoult, Hélène Portail et moi. Nous avons reçu l’autorisation du chef (Nicolas Gendreau, un de nos super IA-IPR) de publier numériquement le contenu de la Mallette à Mathématiques de l’Académie de Normandie destinée aux enseignants et formateurs du cycle 1 au cycle 3, autrement appelée :

Capture d e cran 2020-06-29 a 18.45.46

La MaMan, c’est pour nous une formidable aventure : des jours de réflexion commune,  de partage, de mutualisation, de cogitations, de débats, de corrections dans un sens puis dans l’autre, de découpages (mais ça, vous ne l’aurez pas en numérique ; la version physique de la mallette, qui sera remise à tous les RMC normands, contient quelques merveilles supplémentaires impossibles à glisser dans un espace numérique). Il y a beaucoup de nous dans la MaMaN. Le produit du travail de nos neurones, les traces de nos expériences dans les classes, aux côtés des élèves, des enseignants et des formateurs, et puis surtout il y a beaucoup de coeur : nous avons essayé avec beaucoup d’authenticité (et donc sans doute tout plein de défauts aussi) de produire des contenus utiles, qui aident nos collègues et les enfants. Des contenus qui soient didactiquement solides, pédagogiquement costauds, faciles à s’emparer et à mettre en oeuvre, et qui donnent envie à tout le monde. De belles mathématiques, partagées, accessibles, ambitieuses.

Cette mallette se trouve ici

(sur un espace Tribu ouvert à tous, et pas qu’aux Normands.)

Nous attendons avec impatience vos retours, critiques négatives incluses : la mallette sera évolutive. Nourdin a déjà vu une coquille dans un dessin géométrique, et nous allons corriger cela.

N’hésitez pas non plus à poser vos questions : « nos » RMC normands ont suivi nos formations et connaissent certains contenus, et notre style. Mais ce n’est pas le cas de tous parmi vous et peut-être vous demanderez-vous où nous avons voulu en venir dans tel ou tel contenu. Alors demandez-nous : nous clarifierons les fiches dans ce cas.

Pour ma part, je suis très fière de notre travail, tout perfectible soit-il. J’ai une impression très forte à le publier : la mallette a guidé notre année, nous a pris beaucoup de temps et d’énergie. Et là, pouf, ça y est.

Bonne lecture, et bonne aventure mathématique !

A quoi ça sert les maths ?·Apprendre·C'est bien pratique·Chez les cadres·Chez les collègues·Culture mathématique·Expo de maths·Formation·Je suis fan·Lire·Lycée·Maths et société·Mots de maths

Des probas éclairées

Un collègue m’a signalé cet article de Culture maths : Les probabilités ont la cote !, publié le 16 juin dernier par Karim Zayana, IG, et Olivier Rioul, enseignant universitaire. C’est un long et lumineux article, que j’ai trouvé très très intéressant et donc je n’ai pas pu décoller une fois ma lecture entamée. Et je me suis bien amusée à sa lecture : il utilise des notions de lycée, mais les contextualise, m’a apporté de nouveaux savoirs, en particulier dans le vocabulaire et quant aux applications concrètes. Les représentations choisies permettent de mieux comprendre, en reposant son attention.

L’article retrace d’abord l’apparition des probabilités « bayésiennes » dans les programmes scolaires. Puis il évoque de la  fameuse question de notation :

Capture d’écran 2020-06-26 à 07.40.50

L’article présente la mécanique de la formule de Bayes, et des applications. J’aime bien l’explication de la vraisemblance :

Capture d’écran 2020-06-26 à 07.44.20

Capture d’écran 2020-06-26 à 07.48.59

Rhooo c’est tout simple et c’est chouette, je ne savais pas, moi, que ça s’appelait la formule des cotes.

De nombreux débats ont eu lieu sur de possibles erreurs judiciaires qui auraient pu être évitées par une application correcte de la formule de Bayes

Je vous conseille particulièrement la lecture du paragraphe 3, qui présente avec beaucoup de simplicité (et donc de talent) ce qu’est le conditionnement et ce qu’est la causalité.

Capture d’écran 2020-06-26 à 07.56.41

Dans la suite de l’article, on parle médecine et tests, avec le « paradoxe » du diagnostic. Puis des spam. Et dans les deux cas, c’est toujours une lecture accessible et vraiment intéressante .

Capture d’écran 2020-06-26 à 08.15.23

Une conclusion pour mon article sur ce bel article :

Aussi stupéfiant cela soit-il, une connaissance trop ponctuelle accroît parfois localement l’incertitude. Ainsi libellé, il s’agit d’un vrai sujet de controverse philosophique.

A quoi ça sert les maths ?·Chez les collègues·Culture mathématique·Expo de maths·Lire·Maths pour tous·Mes projets·Tous ensemble !

La preuve par 21, et 21 c’est moitié de 42…

DAns le Monde d’aujourd’hui, un article présente le nouveau livre de Yan Pradeau, C.QFD, 21 façons de prouver en mathématiques, chez Flammarion. L’article donne envie de lire le livre, même s’il le présente comme parfois trop peu approfondi. Mais la critique est un compliment : certains passages ou chapitre donnent manifestement envie d’en savoir davantage. Yan Pradeau avait envie de présenter des chemins de recherche et non des résultats. Et il relie à l’activité de recherche mathématique la joie et la plaisir de cette recherche.

On a chargé cette discipline d’un rôle qui n’est pas le sien. (…) Je souhaitais montrer qu’on est un certain nombre de personnes à aimer ça, les maths, à mon petit niveau de professeur de mathématiques. (Yan Pradeau, vidéo en fin d’article)

Sur le site de Flammarion, on lit :

Qu’est-ce que prouver et comment s’y prend-on ? Comment lever les paradoxes de l’infini ? Pourquoi faut-il des axiomes ? Quel crédit accorder à un théorème établi par ordinateur ? Dans cet essai, Yan Pradeau lève le voile sur une activité essentielle des mathématiciens. Une fois n’est pas coutume, il détaille non leurs résultats, mais les chemins qui y mènent. Quand on sait depuis Gödel que tout ce qui est vrai n’est pas forcément prouvable, on mesure l’utilité de cet ouvrage !

Mmmmh, dommage, j’ai acheté mon quotat de livres ce mois-ci (je m’impose un quotat, sinon ce serait n’importe quoi). Et pas sûr que je le trouve dans les rayonnage de ma bibliothèque municipale, même si celle-ci possède un rayon étiqueté culture mathématique, ce qui est déjà très chouette. Pourtant ce bouquin a sa place dans ma bibliothèque de classe. Et j’ai écouté monsieur Pradeau ; son discours m’a BEAUCOUP plu et a résonné.

9782081499638

Rhalala ça me plaît…

L'éducnat·Lire·Tous ensemble !

Tous ensemble !!!!!!!!!

Un article du Monde explicite ce que j’essayais d’exprimer ce matin (sans doute maladroitement, puisque certains lecteurs ont cru que je refusais les contenus institutionnels type banque d’exercices, mais non, pas du tout : je les utilise et je les apprécie comme des outils de référence et vraiment pratiques. Tout comme les documents d’accompagnement et tout ça. Je ne remets pas en cause les outils ; je regrette certains choix politiques et les modes actuels de communication vers les enseignants) :

Capture d’écran 2020-06-23 à 15.38.07

Je ne suis pas d’accord avec tout son discours (par exemple sur la réforme du collège, sur l’efficacité des outils numérique comme la classe à la maison du CNED, et il faudrait discuter plus avant de la formation initiale), mais Blanche Lochmann écrit par exemple :

De quelles réformes les enseignants ont-ils besoin en 2020 ?

Celles des ressources humaines et de l’amélioration du cadre de travail sont les plus importantes. Il faut se demander quels sont les moyens que l’institution peut mettre à la disposition des professeurs pour qu’ils exercent leurs missions dans les meilleures conditions, comment elle peut les soutenir quand ils sont en difficulté, les valoriser ou les encourager dans leur fonction. Bref, comment elle peut les écouter, tout simplement, lorsqu’ils disent ce qui pourrait améliorer leur vie professionnelle, dans une logique de coopération et non plus de contrôle.

Ce sont la médecine du travail, aujourd’hui quasi inexistante, mais aussi l’architecture des bâtiments qui devraient contribuer à un environnement agréable pour tous, l’organisation des emplois du temps, les perspectives d’évolution de carrière, ou encore des crèches pour les personnels, comme l’ont demandé nos collègues dans une enquête menée par la Société des agrégés sur la carrière des femmes.

(…)

J’aurais aimé, pendant ma présidence, voir cet état d’esprit de l’administration de l’éducation nationale changer, laisser un peu de côté son rôle de courroie de transmission pour se mettre au service de l’enseignant, et donc de ses élèves, en prenant plus en compte sa parole.

Je voudrais travailler avec tous les acteurs de l’Education Nationale. C’est le cas à l’échelle locale : concernant les parents, les chefs, les IEN, les IA-IPR, les IG, c’est le cas, et de façon vraiment collaborative. Ce sont les étages du dessus qui coincent encore.

A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Actualité·école·C'est bien pratique·cycle 1·cycle 2·Cycle 3·Cycle 4·Didactique·Expo de maths·Formation·Je suis fan·Lire·Maths et BD·Maths pour tous·Merci Hélène·Merci les copains·Merci Nourdin·Tous ensemble !

Un avant-goût de mallette ? (lire et faire lire des maths)

Avec mon binôme RMA Nourdin et notre collègue Hélène, nous avons élaboré des mallettes pour les circonscriptions de Rouen-Caen. Objectif : fournir à chaque circo une mallette de maths, avec des outils didactiques à destination des élèves, avec des fiches courtes, simples, concrètes, de prise en main pour l’enseignant, et que chacune de ces activités permette une montée en didactique des professeurs des écoles. Nous avons ajouté des outils pour les profs et pour les formateurs. Nous devions remettre les mallettes en mai, mais voilà, paf le virus.

Comme c’est l’époque des commandes et que je reçois des questions sur ce sujet, nous avons décidé, en accord avec notre super chef, Nicolas Gendreau, de publier la biblio de livres et d’albums qui permettent de faire des maths. Pour le reste, il faudra attendre encore !

Évidemment, nos propositions sont subjectives et non exhaustives, ainsi que nos conseils : il s’agit seulement des livres que nous avons utilisés cette année.

Liste d’ouvrages

Capture d’écran 2020-06-23 à 08.47.15Capture d’écran 2020-06-23 à 08.47.21Capture d’écran 2020-06-23 à 08.47.32Capture d’écran 2020-06-23 à 08.47.42Capture d’écran 2020-06-23 à 08.47.46Capture d’écran 2020-06-23 à 08.47.51Capture d’écran 2020-06-23 à 08.47.55Capture d’écran 2020-06-23 à 08.48.00Capture d’écran 2020-06-23 à 08.48.09Capture d’écran 2020-06-23 à 08.48.14Capture d’écran 2020-06-23 à 08.48.19Capture d’écran 2020-06-23 à 08.48.23Capture d’écran 2020-06-23 à 08.48.30

Actualité·Chez les collègues·L'éducnat·Lire

Encore un peu plus à l’ouest

Sur son blog, Lucien Marboeuf a publié récemment un article intitulé « Dernier couac avant fermeture ». Il dépeint avec réalisme une semaine qui clôt de façon tout à ait représentative cette période-encore-un-peu-plus-à-l’ouest.

téléchargement

Voilà. Parents, sachez que la solution trouvée par certains de nos supérieurs hiérarchiques pour faire entrer tous les élèves en gardant une distance d’un mètre latéral entre eux est de virer les tables des classes, très pratique pour travailler on en conviendra, ça donne une idée de l’absurdité dans laquelle nous plongent les injonctions paradoxales de l’institution (et le zèle de certains à les mettre en œuvre).

Je vous conseille d’aller lire l’article en intégralité : il décrit tellement bien ce que nous vivons au quotidien…

Mercredi, on a la confirmation des propos tenus par le ministre dans la journée sur Public Sénat : « On essaie de faire respecter un mètre, mais dans certaines classes lorsque nous recevrons tous les élèves, parfois, on sera obligé d’avoir un peu moins d’un mètre donc c’est possible d’avoir un peu moins d’un mètre ».

Ok, fin du game. On comprend que le principe est un mètre latéral de distance, mais qu’on n’est pas obligé de le respecter si ce n’est pas possible. L’essentiel était ailleurs : accueillir tous les enfants.

Tout ça pour ça.

C’était quand même pas compliqué de le dire dès le départ, et de demander à n’importe quel enseignant dans quelles conditions c’était faisable, l’affaire était réglée en 5 minutes ! Ils devraient songer à s’entourer de personnes qui connaissent l’école, au ministère, ça ferait gagner du temps à tout le monde.

Capture d’écran 2020-06-20 à 16.59.15