A l'attaque !·Activité rigolote·Allez les jeunes !·Apprendre·Chez moi·Expo de maths·Faut que je fasse mieux·Je suis fan·Merci les copains

Le pied de Pi, en vrai et en vert !

Grâce aux conseils, encouragements et traductions d’AnneLucie, François, Séverine, Nathalie et Sophie, ma fille a réussi ce matin à faire (du premier coup) le pied droit du Pi taille moyenne.

YES !!!

Bon moi par contre, pas moyen de produire quelque chose de correct. Cet après-midi, on va essayer de comprendre quelle erreur je commets.

A l'attaque !·BRAVO!!!·Chez les cadres·Compétences·Enseignement·Faut que je fasse mieux·Formation·Je suis fan·Lire·Tous ensemble !

Les vertus indispensables de l’introspection

Sur Prépaclasse.fr, un article interroge, ou plutôt préconise des éléments de la déontologie de l’enseignant. Le terme qui revient est plutôt l’éthique, mais il me semble à moi qu’on est dans la déontologie, car les coméptenes présentées sont assez clairement professionnelles. EN même temps, difficile pour un enseignant de séparer en permanence éthique et déontologie… Bref.

Vincent Breton, un ancien maître formateur, actuellement IEN si j’ai bien tout suivi, expose avec clarté les non négociables de la posture professionnelle de l’enseignant.

Hé bien moi, ça m’a fait du bien de lire son texte. Parce qu’il est sans concession, parce qu’il est exigeant, parce qu’il est juste. Monsieur Breton lutte contre l’insidieux, la pensée courte, et mise sur l’intelligence humaine, et la nécessité d’une introspection continue et honnête. Partant de fait que certaines conduites d’adulte sont « toxiques et génèrent des troubles », Vincent Breton propose de les mettre en lumière.

Voici de grands titres de l’article, mais, s’il vous plaît, allez le lire dans son intégralité. Si j’étais encore formatrice à l’ESPE, je proposerais ce texte à la pré-rentrée.

  • Chacun a sa place à l’école : il faut en être convaincu à l’intime. Chacun peut et doit y progresser. Notre école doit être une école inclusive et celle du respect d’autrui.
  • Évaluer les compétences d’une personne, n’est pas juger (au sens de condamner) la personne.
  • Enseigner le respect ou tout autre notion ou compétence suppose que l’on sache appliquer pour soi même les préceptes que l’on veut diffuser.
  • L’auto-culpabilisation ne sert à rien. L’enseignant doit être capable de recul et de revenir sur un incident. Il doit analyser la fiabilité de ses convictions propres, les « zones grises ». Il doit savoir s’autoréguler, savoir lâcher prise (sans laisser faire) pour mieux agir.
  • Une posture éthique qui respecte la dignité d’autrui ne serait rien sans action et engagement, sans innovation. Il faut par une action résolue et réfléchie savoir se débarrasser de ce qui ne marche pas.
  • Adopter une posture éthique, ce n’est donc pas seulement s’inscrire dans un cadre de valeurs, c’est s’engager comme acteur de transformation.

Je pense forcément au poème d’Hugo :

Ce mot que vous croyez que l’on n’a pas entendu,
Que vous disiez si bas dans un lieu sourd et sombre,
Court à peine lâché, part, bondit, sort de l’ombre !

Il vous échappe, il fuit, rien ne l’arrêtera.
….
Et va, tout à travers un dédale de rues,
Droit chez l’individu dont vous avez parlé
.

Dans son article, Vincent Breton écrit ceci :

« A l’heure des réseaux sociaux, la critique d’autrui a pris une ampleur considérable. Elle est dans un premier temps assez confortable et permet de se défausser à bon compte. »

Même si le propos est annexe par rapport à l’objectif visé, en voici encore un que je partage, profondément. C’est si triste, tous ces cris, toutes ces certitudes absurdes, lorsque le vrai est relatif, humain, et le fruit de mélanges.

Capture d’écran 2019-07-24 à 19.17.05

A quoi ça sert les maths ?·Actualité·Apprendre·Ecouter·Je suis fan

GrammaireS, mathématiqueS, langueS : tout au pluriel !

Dans la chronique de Hoedt et Piron de leur série Tu parles !, l’épisode du 21 juillet dernier est très chouette et je vous en conseille l’écoute. Cet épisode revient sur la déclaration de Jean-Michel Blanquer à l’Assemblée Nationale : il n’y a « qu’une grammaire, comme il n’y a qu’une langue, une République », mais surtout pose la question de l’unicité de la grammaire et de ce qui définit une langue.

La conception des grammaires et des langues m’a fascinée et m’a rappelé comme j’aimais « la » grammaire lorsque j’étais élève, comme j’ai pu aimer l’allemand, le latin, le grec, mais aussi l’anglais dans leurs structures (je ne suis pas monomaniqaue des langues à déclinaisons, nonnonnon, mais c’est vrai que c’est bien structuré, quand même…)

Pour qu’il n’y ait qu’une langue, il faudrait qu’il n’y ait qu’une seule personne, qui dise une chose à un moment. Sinon, aussitôt la langue varie.

Pierre Encrevé

C’est pas beau et hyper mathématique, ça ???

A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·BRAVO!!!·C'est bien pratique·Chez les collègues·Culture mathématique·cycle 2·Cycle 3·Cycle 4·Expo de maths·Je suis fan·Maths par les jeux·Mes projets·Tous ensemble !·Vidéos

La magie des maths

Il existe des ouvrages de mathémagie, comme ceux de Dominique Souder. Ils sont dans ma classe, et je les exploiterai à fond dès le rentrée. Mais aujourd’hui, en parallèle des 5 minutes de Lebesgue, j’ai découvert les tours de mathémagie proposés par l’université de Laval.

Capture d’écran 2019-07-22 à 14.47.57

C’est vraiment très bien fait. Pour chaque tour, l’enseignant dispose d’une vidéo, d’une fiche de déroulé, avec des propositions de scénarios selon le temps dont il dispose, des prolongements, la solution. C’est très efficace.

Capture d’écran 2019-07-22 à 14.48.13

Voilà encore un contenu bien riche à explorer… Combien encore de pépites que j’ignore ???

A quoi ça sert les maths ?·Apprendre·BRAVO!!!·C'est bien pratique·Chez les chercheurs·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Maths en vidéo·Maths pour tous·Tous ensemble !

Les cinq minutes de Lebesgue

Je ne connaissais pas, et heureusement j’ai découvert le site Les 5 minutes de Lebesgue. Ce site propose des vidéos animées par un enseignant-chercheur ou un chercheur en mathématiques, en 5 minutes, sur un sujet de son choix.

J’ai visionné pour le moment ces quatre-là, et cela m’a beaucoup plu.

Je me vois bien utiliser celle de François Sauvageot avec des élèves de cycle 4, celle sur les infinis en club maths. Celle de Patrick Dehornoy m’a chatouillé la curiosité : elle donne faim d’en savoir davantage dans des domaines où je manque de culture. Et celle de Pierre Perruchaud est classée carré rouge mais tout à fait accessible (Et rigolote : « Je multiplie par dt, parce que j’ai envie », m’a tout à fait ravie… Ainsi que la conclusion :-D) ). Évidemment, on reste parfois sur sa faim ou le propos génère un chouia de frustration, mais c’est bien normal et plutôt rassurant : expliquer des choses compliquées en 5 minutes, là où arriver à les comprendre a pris des années, ce n’est pas possible. En revanche, cultiver, transmettre, faire comprendre des éléments, donner envie d’en savoir plus, montrer les maths sous un jour humain, attachant, tout ça c’est possible, même en cinq minutes.

Capture d’écran 2019-07-22 à 10.48.54

Je crois bien que je vais toutes les regarder, sauf sans doute les noires, et encore : je vais quand même essayer. Tout ce que je risque c’est d’apprendre des choses.