A quoi ça sert les maths ?·Apprendre·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Maths et arts

Felice Varini

Il a quelques jours, j’ai écrit un article sur les anamorphoses de David Zinn. Un lecteur m’a envoyé deux références d’autres artistes qui pratiquent l’anamorphose, dont Felice Varini. Felice Varini est un artiste suisse qui a réalisé une anamorphose au musée des Beaux-Arts de Rouen, en plus. Sur son site, on découvre ses anamorphoses selon le point de vue idéal, mais aussi « hors point de vue », ce qui est vraiment intéressant et un appui solide pour faire comprendre à nos élèves ce qu’est une anamorphose :

« Cercle et ondes de cercle pour le trapèze » Montrouge 201

Hors point de vue :

Allez, pour le plaisir, une autre (parmi un choix incroyable de productions !) :

"neuf couronnes tangentes par les pôles" Zurich 2014

Hors point de vue à nouveau :

C’est vraiment extraordinaire. Je me demande si monsieur Varini utilise des maths directement, ou s’il procède par intuition, par expérience.

Activité rigolote·C'est bien pratique·Chez les collègues·Je suis fan·Manipuler·Mots de maths·Sixième

Curvica power

Les ressources que j’avais indiquées pour Curvica ne sont plus toutes actives. Un collègue a eu la gentillesse de me donner les nouveaux liens, alors voilà :

En cette fin d’année, mes sixièmes sont vraiment compétents sur les calculs d’aire. Les confusions avec le périmètre, qu’ils rapportent souvent avec eux de l’école, en ont un coup dans l’aile. Curvica y est clairement pour quelque chose !

Capture d’écran 2019-05-21 à 16.45.18.png

A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Apprendre·Chez les collègues·Culture mathématique·Evénement·Expo de maths·Je suis fan·Maths par les jeux·Maths pour tous·Mes projets·Tous ensemble !

De la culture, des maths, des gens, des jeux

Du 23 mai au 26 mai prochains, place Saint Sulpice à Paris se tiendra le vingtième salon Culture de jeux mathématiques.

ban.gif

Y serez-vous ? Ma fille et moi y serons samedi, en tout cas : c’est un événement qui ne se rate pas !

A l'attaque !·Activité rigolote·Apprendre·Chez moi·Culture mathématique·Expo de maths·Formation·histoire des maths·hommage·I'm not dead·Je suis fan·Maths pour tous·Mes projets·Tous ensemble !

Le sphérique c’est fantastique

Voilà. J’ai fini ma première version d’une formation sur la géométrie que je dois animer en juin. J’y ai passé un nombre d’heures effrayant, j’ai lu plusieurs dizaines d’articles, j’ai travaillé avec quatre collègues chercheurs, utilisé tous les contenus récoltés dans l’année dans les classes des écoles, j’ai enquiquiné collègues et IPR… J’ai même infligé la présentation de la dernière partie à mon mari, histoire de voir si c’est intelligible : à force de bosser dessus, je me comprends, mais quelqu’un d’autre le peut-il ?

Mais j’ai un premier contenu, qui va pouvoir maintenant être discuté. J’ai réussi à le faire, entre prep de cours, prep de formations interdegré, copies, et malgré un joli mal de dos.

Je suis HS. Et ravie : j’adore la géométrie, l’enseignement et la formation. Alors déjà, de base, même si j’ai dépensé une énergie importante, je me suis régalée. Mais en plus, j’ai pu réinvestir ce que m’avaient appris Élisabeth Hébert, Christian Vassard et Guillemette Le Hir en formation il y a vingt ans, avec leur générosité et leur compétences extraordinaires : ils m’avaient fait découvrir la géométrie sphérique. Ils avaient agrandi mon univers, et je n’ai jamais oublié cette journée-là. J’attendais de pouvoir réinvestir tout ça.

C’est fait. Je suis très contente. En fait, peut-être cette (toute petite) partie devra-t-elle sauter, car ce n’est qu’une proposition qui va être discutée. Mais de toute façon, j’ai passé un bon moment à remettre tout ça en ordre dans ma tête, à me replonger dans les démonstrations, à radiographier cette géométrie magnifique et inhabituelle dans mon quotidien tellement euclidien.

Capture d’écran 2019-05-18 à 17.13.08.png
A lire ici
Activité rigolote·Chez les collègues·Club maths·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan

Au printemps, on jardine

Il faut aller ici. C’est mathématique, c’est normand, c’est joli, c’est rigolo, c’est super chouette.

Capture d’écran 2019-05-15 à 20.16.38

Vous allez vous retrouver là :

Capture d’écran 2019-05-15 à 20.16.35

Et vous allez suivre les consignes. Sauf si vous n’avez pas envie, mais alors il ne se passera rien. C’est dommage.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et voilà !

Vendredi, je montre ça à mes quatrièmes et je leur demande de m’expliquer comment c’est fait, le rapport avec Pythagore et tout.

A quoi ça sert les maths ?·BRAVO!!!·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Maths et arts

Anamorphoses urbaines

David Zinn est un artiste qui crée des dessins de rue temporaires, à la craie, au fusain, à partir de la configuration de l’environnement : un tuyau, une brique manquante, une craquelure dans le trottoir et hop, son imagination et son talent graphique font le reste. C’est tout à fait remarquable.

David Zinn s’appuie sur l’ « anamorphose paréidolique » ou « anamorphose paréidolaire » : il combine les principes mathématiques des anamorphoses et de la paréidolie, qui est un  phénomène psychologique amenant à reconnaître des formes, des personnes, des animaux dans l’environnement usuel. Le grand classique de la paréidolie, c’est le fait de reconnaître des formes dans les nuages. Là, David Zinn nous aide bien : ses dessins sont si bien réalisés et font appel à un imaginaire tel qu’il faudrait vraiment résister pour ne pas voir ce qu’il induit…

Formation·Je suis fan·Mes projets·Quel beau métier

La maîtresse de la maîtresse

En faisant mes courses au Super U du coin, je croise un petit garçon qui se met à agiter frénétiquement les bras dans tous les sens en m’appelant : « Claiiiiiiiiire, coucouuuuu ! » Je lui fais coucou aussi et j’entends sa maman lui demander qui je suis. Il lui répond « C’est la maîtresse de la maîtresse ! »

C’est rigolo, car si je suis bien aussi là pour former mes collègues, je n’ai jamais présenté les choses ainsi : avant tout, je vais dans les classes pour comprendre la réalité de terrain du premier degré, pour comprendre qui sont des enfants de cet âge, pour expérimenter. Jamais non plus mes collègues PE ne m’ont présentée ainsi. Sans doute une enseignante aura dit quelque chose aux enfants en ce sens. Je trouve ça très chouette, car très naturel.

Je ne vais plus aller qu’une dernière fois dans chaque classe… La fin de ma mission de formation approche, et j’ai bien conscience que cette année, grâce à la confiance que m’ont accordée les cadres, les enseignants, les enfants, j’aurai vécu une aventure extraordinaire, qui a déjà modifié mes propres pratiques pédagogiques : j’ai beaucoup appris, et mon arc ressemble à une harpe, à force de nouvelles cordes.

053bc98c-e2be-11e4-8c24-bc5aa1ba54eb.jpg