BRAVO!!!·Chez les collègues·Culture mathématique·histoire des maths·hommage·Merci les copains·Tous ensemble !

Arnaud à l’affiche !

Sur l’impulsion de Gaëlle Papineau, qui elle-même a trouvé sa source ici, Arnaud Durand a encore frappé : il a traduit les affiches initiales, qui étaient en anglais. Pour ma part, j’ai tout imprimé et à la rentrée, il va falloir faire de la place sur les murs… Hier j’avais vu les premières affiches et je m’étais retenue de quémander les autres : je m’étais dit que si je le suggérais, Arnaud ne résisterait pas à les réaliser, et je voulais ménager ses vacances (et sa famille). Mais voilà, il craqué tout seul (ou en tout cas sans mon intervention) 🙂

Voici ces affiches :

 

Magnifiques, en en français c’est encore plus chouette (même si on pourrait les utiliser pour faire un petit coup d’interdisciplinarité aussi en anglais. Mais elles vont susciter plus d’attrait en français !).

Pour fêter ça et dire merci à Arnaud, j’en ai mitonné une, d’affiche, moi aussi :

Capture d_écran 2018-12-28 à 19.18.11

Passe une joyeuse fin d’année, Arnaud, et merci pour tout !!!

Activité rigolote·Chez les collègues·hommage·Si si c'est drôle

Vanlig pentagon

Alors que je viens juste de terminer la construction de deux meubles Ikea, je tombe sur cette perle de Blogdemaths :

DvcUJ-BX4AAnJrT.png-large.png

Il y a un souci à l’étape 3, qui est chargée d’implicite, mais l’auteur s’en est expliqué : il n’avait pas assez de place pour représenter quelque chose comme dans les étapes 4-5.

En tout cas, c’est super chouette et cela m’a bien amusée. Au moins ça a marché du premier coup. Alors que le premier meuble, j’ai dû en démonter une partie pour recommencer différemment…

Apprendre·Chez les collègues·Culture mathématique·histoire des maths·hommage·Je suis fan

1+1, heuuuuuuuuuuu c’est compliqué.

Aujourd’hui, sur Twitter, j’ai lu ça :

Capture d’écran 2018-08-01 à 20.19.50.png

Je trouve ça absolument complètement épatamment incroyablement fascinant. Et l’extrait est esthétiquement tellement beau… Je suppose que quand mon mari va me lire il va me dire qu’il a mal au cœur rien qu’en regardant ça. Et pourtant, c’est magnifique, et tellement alléchant… N’est-ce pas merveilleux, ce symbolisme mathématique inventé par l’homme ?

Allez les jeunes !·Chez les collègues·Culture mathématique·Enseignement·Formation·hommage·Je suis fan·Maths pour tous·Tous ensemble !

L’APMEP, génératrice de motivation professionnelle

Hier, un de mes stagiaires du second degré est venu faire une intervention dans une séance que j’animais avec des étudiants qui préparent le concours de professeur des écoles. Il voulait faire la promotion de l’APMEP.

Ça a été un vrai bonheur : motivé, l’oeil pétillant, mon jeune collègue a expliqué ce qu’est l’APMEP, à quoi elle « sert », comme c’est important que le premier degré y soit représenté, comme c’est important que nous soyons nombreux à y adhérer, pour la faire vivre. Il a présenté un teaser de la nouvelle brochure Au fil des maths et en a fait la promotion.

Mais surtout, ce qui m’a marquée, c’est que ce jeune collègue a expliqué l’importance de l’APMEP pour lui : il nous a raconté qu’il avait été contractuel pendant plusieurs annéesCapture d’écran 2018-04-07 à 19.25.03.png (après avoir occupé un autre emploi précédemment et pas mal vadrouillé, si j’ai bien compris), mais que l’image qu’il s’était faite du prof en général et du prof de maths en particulier ne lui avait pas donné envie de passer le concours. Et puis il a croisé l’APMEP, et là il a vu des « tas d’enseignants » motivés, curieux, différents, qui inventent plein de choses, qui discutent, qui se réunissent, qui réfléchissent ensemble et évoluent. Et c’est ça qui lui a donné envie de devenir prof de maths : il savait qu’il pourrait faire partie d’une communauté dynamique, ouverte, qu’il y trouverait sa place. D’ailleurs maintenant ce jeune collègue est au comité de rédaction.

C’est pas beau, franchement ???

hommage

Gérald Désir

Gérald était un de mes collègues au lycée Val de Seine. Un prof de lettres qui animait le club théâtre, un homme entier, tonitruant, capable de colères magistrales inoubliables. Il était là pour ses élèves, et pour les collègues à qui il avait donné son estime. Il avait fait face à bien des difficultés, avec discrétion et courage. J’ai appris aujourd’hui qu’il était décédé le mois dernier. C’est Philippe Torreton qui en parle dans une vidéo du Monde.

//www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01637594/src/rf8fms/zone/1/showtitle/1/

Gérald a compté pour moi, dans ma construction professionnelle. Je pense aussi à ses proches, dont son fils avec qui j’ai fait mes études.

Actualité·hommage

André de Peretti

André de Peretti est mort. Il avait 101 ans. Polytechnicien et docteur ès lettres et sciences humaines, il a été directeur du département de psychosociologie de l’éducation à l’Institut National de Recherche Pédagogique (INRP) et il était membre du comité de parrainage des Cahiers pédagogiques. Pour ma part, il m’a tant apporté que je ne l’oublierai pas.

 

Quelques paroles de ce grand monsieur :

 » Les rêves ? J’ai pris l’habitude, militante, de chercher à me placer paisiblement du côté des gens dont les rêves se réalisent. Et vous ? « 

« Oui, il s’agit, plus que jamais en notre temps mouvementé, de résister à la tentation des réactions amères, des dépits et du découragement, devant les faits, notoires, attestant les lourdeurs et les inerties ou dérives opposées aux changements, dans ce qui nous tient le plus à cœur, collectivement, personnellement, unanimement : l’éducation ? Et ce sera notre engagement dans une Résistance… au non-changement, au désenchantement rampant ou proclamé dans nos écoles et dans la presse. »

Qu’est-ce que les évènements liés à Charlie Hebdo vous ont inspiré ?
« Ma première pensée a été pour mes amis juifs, notamment ceux rencontrés en captivité et par la suite. Je me suis souvenu aussi du retour des anciens déportés qui sont parfois restés silencieux des années sur ce qu’ils avaient vécu, de notre effarement et de notre indignation lorsque nous avons entendu leurs récits. Mais nous savions qu’il y avait nécessité à ne pas englober tous les Allemands dans le rejet. Aujourd’hui, on voit combien la situation est complexe, et combien il est important d’analyser les choses vis-à-vis de l’islam : autour des croyances religieuses, l’équilibre est difficile, mais il est possible. Le bien, le beau, le bon gagnent toujours. Il faut pour cela montrer aux élèves le beau des choses, en dehors de tout sectarisme, en dehors de tout mythe identitaire aussi, qui est le principal obstacle à l’éducation. Ce n’est pas d’identité dont il est besoin, mais de variété positive, parmi laquelle chacun pourra se trouver un chemin particulier. »

A lire en entier : cette interview et celle-ci aussi.