BRAVO!!!·C'est bien pratique·Genre·Lire·Mes projets·Tous ensemble !

Des mangas contre les stéréotypes genrés

Avec mes élèves de sixième, nous participons à un concours sur les stéréotypes et lesCapture d’écran 2019-03-10 à 16.13.26 clichés hommes-femmes, sur une proposition de notre documentaliste. Je ne sais pas trop ce que cela va donner, mais jusqu’ici ils ont de bonnes idées. À ce sujet, la Fondation Ipsen, sous l’égide de la Fondation de France, propose « 3 mangas mettant en scène des femmes scientifiques confrontées aux préjugés et aux stéréotypes qu’elles subissent chacune dans leur domaine. » Sur ce site, on peut demander un exemplaire de chaque manga. C’est fait pour moi, et j’espère les recevoir bientôt, car cela tomberait à pic vu notre concours !

Allez les jeunes !·Chez moi·Genre·Question d'élèves·Tous ensemble !

Nuances de féminisme

Question d’une élève aujourd’hui : « Madame, il y a plein d’affiches féministes dans la classe en fait. Vous êtes féministe ? »

Depuis sa question, j’ai réfléchi. Si le féminisme c’est ça :

Capture d’écran 2019-01-22 à 18.38.22.png

alors d’une certaine façon oui, je suis féministe. Pourtant, je ne me vois pas ainsi : je me vois plutôt « genro-égalitariste ». Plus tous-ensemble que les-femmes-d’abord. Même si le féminisme n’impose pas les-femmes-d’abord. Mais il faut toujours veiller à ne pas verser dans le les-gars-tous-pourris, surtout avec de jeunes gens. Mais c’est vrai que je réagis vite au sexisme. Trèèèèès vite.

Mon élève de sixième va-t-elle comprendre cette nuance ?

Allez les jeunes !·Chez les élèves·Genre·histoire des maths·Je suis fan·Si si c'est drôle

Rousseau, il a pas croisé ma mère…

Aujourd’hui, première lecture de Je suis Sophie Germain. Je lis aussi aux élèves la citation de Rousseau que j’avais prévue, pour qu’ils comprennent dans quel contexte était née Sophie Germain, et qu’ils mesurent la difficulté pour elle d’apprendre les mathématiques et de se faire reconnaitre comme mathématicienne :

« Ainsi toute l’éducation des femmes doit être relative aux hommes. Leur plaire, leur être utiles, se faire aimer et honorer d’eux, les élever jeunes, les soigner grands, les conseiller, les consoler, leur rendre la vie agréable et douce, voilà les devoirs des femmes dans tous les temps et ce qu’on doit leur apprendre dès leur enfance.  »

Et encore : « La recherche des vérités abstraites et spéculatives, des principes, des axiomes dans les sciences, tout ce qui tend à généraliser les idées n’est point du ressort des femmes. (…) Elles n’ont pas non plus assez de justesse et d’attention pour réussir aux sciences exactes.»

La réaction des élèves a été tout à fait sympathique : ils étaient médusés. Ils n’en croyaient pas leurs oreilles. L’un d’eux m’a dit : « Mais madame, il a pas dit ça pour de vrai quand même ? C’est pas possible … Bah Rousseau, ça se voit qu’il a jamais croisé ma mère…« 

Unknown.jpg

 

A l'attaque !·Apprendre·Ca fait pas du bien aux maths·Chez les élèves·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Décrochage·Dur dur·Formation·Genre·Lire·Pour mes étudiants·Tous ensemble !

Quand les maths font vraiment mal

C’est un titre assez terrible, l’anxiété des maths, dans un article trouvé sur le Café Péda.

Capture d_écran 2018-05-15 à 10.44.13

Capture d_écran 2018-05-15 à 10.22.54Le RIRE, réseau d’information pour la réussite éducative, propose « un bref survol du thème de l’anxiété chez les jeunes », avec des ressources pour réfléchir à l’anxiété des jeunes, surtout lorsqu’elle devient problématique. Car l’anxiété est aussi « normale », et ne peut pas être éliminée de nos existences. En revanche, elle peut devenir excessive, handicapante, vecteur de souffrances.

Parmi les ressources, un dossier est consacré à l’anxiété des maths. On lira ici que « les régions du cerveau activées pendant un épisode d’anxiété des mathématiques semblent être les mêmes que pour la perception de la douleur. Toutefois, les chercheurs n’ont pas pu établir avec précision l’intensité de cette douleur. Par ailleurs, ils ont pu constater que cette région du cerveau, qui est associée à l’anxiété des mathématiques, est aussi impliquée lors d’une expérience de rejet social. Les plus hauts niveaux d’anxiété des mathématiques et de douleur ont été enregistrés avant les exercices mathématiques. Ce qui veut dire que l’anticipation serait plus douloureuse que l’exécution. À la lumière de ces résultats, les chercheurs comprennent un peu mieux pourquoi les gens souffrant d’un haut niveau d’anxiété à l’égard des mathématiques ont tendance à fuir les situations pouvant leur occasionner de la douleur. » L’article initial est , en anglais. Dans sa conclusion, les auteurs expliquent ainsi que ce ne sont pas les mathématiques elles-mêmes qui provoquent la douleur, mais l’anticipation de la tâche mathématique, qui conduit l’individu à la fuite, en réaction.

Ici et , on trouvera des propositions pour lutter contre l’anxiété, se construire des méthodes qui permettent de la réguler, ou de réguler ses effets. Cet article aborde spécifiquement la régulation du stress lié aux examens. Celui-ci parle de l’anxiété mathématique évaluation, et explique que les filles ont un niveau d’anxiété évaluative en mathématique plus grand, de façon internationale. Il affirme aussi que « d’après les chercheurs, le fait d’être exposé à un modèle féminin ayant réussi dans l’univers des mathématiques ne ferait pas de différence dans la sous-représentation des femmes en science« .

Cet article explique que l’anxiété mathématique nuit aussi aux élèves en réussite : « les résultats d’une recherche menée par des chercheurs de l’Université de Chicago ont mis en lumière un fait étonnant : plus les élèves réussissent bien en math, plus leur performance est diminuée par la présence d’anxiété. Loin de n’être observée qu’aux États-Unis, le lien entre l’anxiété et la performance en mathématique est observé partout dans monde. » Des pistes de solutions sont proposées, mais elles dépendent fortement de la culture du pays concerné : « les chercheurs mentionnent qu’il n’y a pas de forme d’intervention qui fonctionne à tout coup dans toutes les cultures ». L’article initial est ici, toujours en anglais, mais abordable.

Enfin, cet article a pour titre « Les enseignantes du primaire pourraient transmettre leur angoisse des mathématiques aux filles ». Allons bon. Des chercheurs ont constaté, dans une étude internationale, que les enseignantes angoissées par les mathématiques transféraient leur peur aux filles, mais pas aux garçons. En gros, le fait de voir une enseignante stressée par les maths contaminerait les filles, par un phénomène d’identification genrée.

Pour ma part, j’ai trouvé ce dossier très intéressant. Je vais en approfondir la lecture.

 

Allez les jeunes !·Au collège·Chez les élèves·Genre·Je suis fan·Si si c'est drôle·Tous ensemble !

Changements de mentalités en route ?

Au collège, un élève s’adresse à moi lors d ‘une recherche individuelle d’exercice :

– Monsieur, j’ai besoin d’aide, j’ai pas compris.

– Moi c’est madame.

– Oui, bah monsieur ou madame, c’est pareil, on est égaux, et puis dans le fond qu’est-ce qui me dit que vous êtes pas un garçon ? 

– Bin moi, déjà. Je ne me suis pas présentée en me nommant « monsieur Lommé »…

– Oui d’accord mais sinon vous pourriez très bien être un homme tout le temps en jupe et avec de cheveux comme une fille et dans le fond ça changerait quoi ? Le principal c’est que vous expliquiez bien !

– Heu oui, sans doute.

– Non je veux dire, c’est pas sexiste de commencer par dire des gens que c’est des filles ou des garçons ???

– Heuuuu non je ne crois pas, mais c’est intéressant, ton point de vue. Tu as raison quand tu dis que ce n’est pas là l’important. 

– Non mais quand même madame, pour moi c’est important sinon comment je vous appellerais, si je sais pas si vous être monsieur ou madame ? Et puis vous avez des enfants, en plus !

– Un homme aussi, il peut avoir des enfants !

– Ouiiiiiii d’accoooooord mais c’est pas pareil… Non si t’as raison c’est pareil en fait.

– Bon on bosse. Donc, c’est quoi que tu n’as pas compris ?

A l'attaque !·Actualité·Chez les chercheurs·Enseignement supérieur·Genre·Maths pour tous·Tous ensemble !

Et pourtant, mathématique est un nom féminin !

« En 2016, les mathématiques pures constituaient la moins féminisée de toutes les sections du Conseil national des universités, avec 13,6 % de femmes. Sur la période 1995-2015, la proportion de femmes mathématiciennes a stagné autant à l’université qu’au CNRS. Les mathématiques pures sont quasiment la seule discipline universitaire qui soit dans cette situation. On constate qu’il n’y a pas de pente naturelle vers la parité »

C’est ainsi que commence le texte que vient de publier la Société Mathématique de France, intitulé « pour l’égalité hommes-femmes en mathématiques ». Je voues conseille la lecture.

_uranie_et_melpomeene_38456
 » Uranie et Melpomène « de Boullogne Louis, le Jeune ; Uranie est la muse de l’astronomie et de l’astrologie. C’est ce qui se rapproche le plus des maths chez les muses, vu que les maths c’est pas un art, parait-il. Pfff.