école·Chez moi·Formation·Manuels scolaires·Question de grand·Tous ensemble !

Les liens qui nous unissent

J’ai fait du ménage dans ma dropbox, et j’y suis allée un peu fort. Du coup, vous n’avez plus accès aux fiches descriptives de méthodes du premier degré que j’avais confectionnées (ACE, Picbille, MHM, La méthode Singapour par la Librairie des écoles, Les Numéras, Mes premières mathématiques). Voici donc ce lien, qui devrait être opérationnel (et sinon, il faut me le signaler).

A toutes fins utiles, je rappelle que

  • Dans chaque cas, la description tient en une page (c’est la version courte), et contient, dans la version longue, des extraits qui me semblent représentatifs, sur 7 pages. Je voulais un format synthétique pour pouvoir, quand je le transmets, qu’il soit vraiment lu.
  • À l’exception de la méthode de Singapour de la Librairie des écoles (que je n’ai pas réussie à contacter efficacement jusqu’ici), toutes les fiches ont été validées par un des auteurs. Cela m’a obligée à la neutralité.
  • Mon but n’était pas ni promouvoir telle ou telle méthode, ni de la déprécier. L’objectif est avant tout de comprendre et de mémoriser les principes, les spécificités, les objectifs de ces travaux. Dans ma mission de formation, auprès des enseignants, je comprends mieux de quoi il retourne et je dispose d’un répertoire de références.
  • Du fait de cette volonté de neutralité, l’analyse des points de vigilance, les leviers, les points d’entrée dans l’enseignement sont peu développés. Mon approche n’est pas comparatiste, et n’a rien d’institutionnelle : ce n’est pas une référence. Un collègue m’a fait remarquer que la co existence de telles fiches sur l’ensemble des méthodes pourrait laisser à penser que toutes les méthodes se valent, alors qu’il y a aussi une efficacité de l’enseignement à questionner. C’est voulu : je me place dans un contexte d’accompagnement, dans lequel je chemine avec mes collègues, et je ne prescris pas.

Ces fiches sont donc bien à envisager en ce sens : elles constituent un résumé propre et une première approche réflexive rapide pour des professeurs des écoles. Elles ouvrent le débat, et permettent au formateur de développer la réflexion commune, avec les enseignants qu’il accompagne.

A l'attaque !·Activité rigolote·Apprendre·Chez moi·Culture mathématique·Expo de maths·Formation·histoire des maths·hommage·I'm not dead·Je suis fan·Maths pour tous·Mes projets·Tous ensemble !

Le sphérique c’est fantastique

Voilà. J’ai fini ma première version d’une formation sur la géométrie que je dois animer en juin. J’y ai passé un nombre d’heures effrayant, j’ai lu plusieurs dizaines d’articles, j’ai travaillé avec quatre collègues chercheurs, utilisé tous les contenus récoltés dans l’année dans les classes des écoles, j’ai enquiquiné collègues et IPR… J’ai même infligé la présentation de la dernière partie à mon mari, histoire de voir si c’est intelligible : à force de bosser dessus, je me comprends, mais quelqu’un d’autre le peut-il ?

Mais j’ai un premier contenu, qui va pouvoir maintenant être discuté. J’ai réussi à le faire, entre prep de cours, prep de formations interdegré, copies, et malgré un joli mal de dos.

Je suis HS. Et ravie : j’adore la géométrie, l’enseignement et la formation. Alors déjà, de base, même si j’ai dépensé une énergie importante, je me suis régalée. Mais en plus, j’ai pu réinvestir ce que m’avaient appris Élisabeth Hébert, Christian Vassard et Guillemette Le Hir en formation il y a vingt ans, avec leur générosité et leur compétences extraordinaires : ils m’avaient fait découvrir la géométrie sphérique. Ils avaient agrandi mon univers, et je n’ai jamais oublié cette journée-là. J’attendais de pouvoir réinvestir tout ça.

C’est fait. Je suis très contente. En fait, peut-être cette (toute petite) partie devra-t-elle sauter, car ce n’est qu’une proposition qui va être discutée. Mais de toute façon, j’ai passé un bon moment à remettre tout ça en ordre dans ma tête, à me replonger dans les démonstrations, à radiographier cette géométrie magnifique et inhabituelle dans mon quotidien tellement euclidien.

Capture d’écran 2019-05-18 à 17.13.08.png
A lire ici
A l'attaque !·Activité rigolote·Chez les collègues·Formation·Message·Télévision·Vidéos

Enseigner la compréhension, avec ou sans pingouins

Lors d’une formation, la collègue formation nous a diffusé une publicité de Canal plus qui m’avait amusée à l’époque. La formation, extra d’ailleurs, porte sur la compréhension, le langage scolaire, l’explicite, la charge cognitive, tout ça.

Regardez donc cette vidéo en pensant à vos cours, et à vos élèves.

PS : je sais que ce sont des manchots et pas des pingouins. Mais j’aime beaucoup le mot pingouin.

A l'attaque !·Activité rigolote·Apprendre·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Chez moi·Didactique·Faut que je fasse mieux·Formation·I'm not dead·Maths pour tous·Merci les copains·Mes projets·Quel beau métier·Tous ensemble !

Géométrie in progress

Énième jour de prise de chou intensive sur le thème de la géométrie en élémentaire, pour préparer une formation que j’aimerai dans une autre académie. Mes collègues formateurs m’ayant envoyé leurs plans, leurs ressources, voire pour certains leurs contenus, j’ai pu cogiter sur des bases hyper riches et solides.

Je m’étais dit boooon, c’est dimanche, vas-y mollo cocotte, tu es relativement à jour GFVW2453.jpg(traduisez : tu es débordée de façon raisonnable), alors tu réfléchis et tu jettes un plan plus ou moins définitif mais global, et on verra dans la semaine et le week-end prochain, ça te laissera le temps de réfléchir encore. Et puis paf, je suis littéralement tombée dedans. Pourquoi tel collègue insiste sur ce point et tel autre non, ou pourquoi celui-ci fait-il ce choix-ci et celui-là ce choix-là, etc. Passionnant. Absolument passionnant. J’ai hyper avancé, pratiquement bouclé le premier module (il y en a deux), et je sais ce que je mets dans le deuxième. En plus, j’ai compris des tas de choses que je n’avais pas comprises, en particulier quant à la progressivité en géométrie au cycle 2, quant aux choix très très variés des manuels. J’ai pu réinvestir les cours que j’avais reçus de Catherine Houdement, utiliser les super travaux d’Édith Petitfour qui vient dans ma classe depuis plusieurs années… Alors j’y ai passé mon dimanche, mais je me suis éclatée.

C’est vraiment ça qui est super quand on est formateur : on apprend encore plus. On n’a pas le choix : on doit comprendre pour expliquer, on doit éclairer toutes les zones d’ombre pour pouvoir expliciter, on doit se cultiver pour être le plus réactif possible.

J’adore.

Formation·Je suis fan·Mes projets·Quel beau métier

La maîtresse de la maîtresse

En faisant mes courses au Super U du coin, je croise un petit garçon qui se met à agiter frénétiquement les bras dans tous les sens en m’appelant : « Claiiiiiiiiire, coucouuuuu ! » Je lui fais coucou aussi et j’entends sa maman lui demander qui je suis. Il lui répond « C’est la maîtresse de la maîtresse ! »

C’est rigolo, car si je suis bien aussi là pour former mes collègues, je n’ai jamais présenté les choses ainsi : avant tout, je vais dans les classes pour comprendre la réalité de terrain du premier degré, pour comprendre qui sont des enfants de cet âge, pour expérimenter. Jamais non plus mes collègues PE ne m’ont présentée ainsi. Sans doute une enseignante aura dit quelque chose aux enfants en ce sens. Je trouve ça très chouette, car très naturel.

Je ne vais plus aller qu’une dernière fois dans chaque classe… La fin de ma mission de formation approche, et j’ai bien conscience que cette année, grâce à la confiance que m’ont accordée les cadres, les enseignants, les enfants, j’aurai vécu une aventure extraordinaire, qui a déjà modifié mes propres pratiques pédagogiques : j’ai beaucoup appris, et mon arc ressemble à une harpe, à force de nouvelles cordes.

053bc98c-e2be-11e4-8c24-bc5aa1ba54eb.jpg

A l'attaque !·Chez les collègues·Faut que je fasse mieux·Formation·Je suis fan·Mes projets·Mots de maths·Tous ensemble !

Un pour tous ?

Ce matin, j’ai croisé ce tweet de Christian Mercat (abonnez-vous donc à son fil ici, vous ne serez pas déçus) :

Capture d’écran 2019-05-11 à 09.34.52

Il se trouve que je suis plongée, depuis un petit moment, dans une préparation de formation en géométrie pour des formateurs du premier degré. Hier j’ai analysé tous mes manuels de cycles 2 et 3 pour aller à la pêche aux  »  » « définitions »  »  » (si si, il faut bien trois paires de guillemets) du rectangle.

Mais je n’avais pas ce point de vigilance en tête, en sélectionnant les manuels. Et pourtant, maintenant que je le vois là, grâce à monsieur Mercat et madame Grenier, il est indispensable :

Un parallélogramme   →   tout parallélogramme, n’importe quel parallélogramme

qui a un angle droit    →   un au moins, un angle droit ou plus

est un rectangle           →   fait partie de la famille « rectangle »

C’est fascinant de charge d’implicite, de complexité et en même temps, pour un public averti, de précision. Le truc, c’est que nos élèves ne sont  pas, pour la plupart, un public averti.

Je vais relire tout ce que j’ai mis de côté : j’ai relevé les différentes  »  »  » définitions  »  » « , qui souvent (mais pas toujours !) sont des propriétés (même pas caractéristiques, parfois), mais je n’ai pas veillé à ça. A priori, je pense que ce genre de difficulté doit se rencontrer davantage en cycle 4 qu’en cycle 3, et en principe très peu en cycle 2. À confirmer…

J’aime bien celui-ci, aussi, que je trouve intéressante :

Si un segment est un diamètre d’un cercle, alors le centre du cercle est le milieu du segment.