Je suis fan·Activité rigolote·Chez les collègues·Au collège·Evénement·Tous ensemble !

Star Jean de la Varende Wars

Aujourd’hui, mon collège a vécu une journée toute particulière : une journée Star Wars.

Les élèves sont arrivés ce matin dans un établissement décoré, avec des stormtroopers et compagnie dans tous les coins. Ils se sont rendus en cours (assez ébahis) au son du thème principal de Star Wars, ils ont déjeuné Star Wars, ils ont répondu à un quizz Star Wars, réfléchi à des énigmes Star Wars, le tout avec effets sonores et visuels… Plusieurs enseignants ont joué le jeu et avaient prévu des contenus en lien avec Star Wars.

Capture d’écran 2017-12-12 à 18.17.58.png

J’ai trouvé l’initiative vraiment super : dans la catégorie « créons une culture commune », c’est top. Les élèves et les enseignants pourront se référer à cette journée, et elle aura forcément transformé le collège, sans nuire aux apprentissages : on peut s’amuser (d’une façon organisée, et qui respecte les règles de vie commune) et travailler. On travaille même mieux… Si, si !

Les personnels qui ont préparé l’évènement se sont donné un mal de chien. Pour les voir vus oeuvrer hier, je suis admirative. C’est vraiment chouette de voir une telle belle énergie juste au service des élèves.

A l'attaque !·Allez les jeunes !·Au collège·C'est pas des maths!·Chez les élèves·Décrochage·Evénement·Je suis fan·Lire·Sixième

C’est parti pour réapprendre à lire v2 !

Et voilà, tout est calé ! Pour la deuxième année, ma collègue prof doc et moi allons animer le dispositif réapprendre à lire dans notre établissement. J’ai donc consacré une partie de mon weekend à finaliser l’organisation : nous commençons par la moitié de nos sixièmes, et nous avons calé les dates. 16 heures à trouver, ce n’était pas tout à fait simple, mais nous avons tout calé d’ici à Noël, ce qui est idéal. Ensuite, il m’a fallu taper les document d’information aux parents, celui pour les collègues, puis celui pour les chefs et la vie scolaire. J’ai réservé les salles, et il me reste encore à demander l’installation du logiciel partout dans les salles infos, réimprimer des documents de remédiation (j’ai donné mon jeu plastifié à des collègues…) et tout sera prêt.

C’est un très gros boulot, mais la partie la pire est passée : l’organisation et la paperasse. Maintenant, il reste le plus agréable : la remédiation elle-même. L’année dernière, alors que nous avions la tête dans le guidon et aucun recul, ça a été du bonheur. Alors cette année, je m’apprête à profiter !!! Nous allons aider des enfants à réapprendre à lire, ça va marcher et ça va tout changer par eux… Nous, nous allons nous sentir utiles, car nous l’aurons effectivement été !

20171119_170315

 

Chez les collègues·Culture mathématique·Evénement·Maths pour tous

Le one maths show

Cela faisait longtemps que j’en avais entendu parler, hé bien voilà, j’ai assisté à un One maths show de François Sauvageot. Il s’agit d’un spectacle interactif, « qui se veut une improvisation ». Ce spectacle existe depuis plusieurs années, et a beaucoup évolué. François Sauvageot cherche à partager un regard, son regard, pour échanger avec le public. Il ne cherche pas à imposer un savoir vertical : ce qui l’intéresse, c’est le débat. Mais là, nous étions très très nombreux, et cela ne permettait pas réellement un débat, forcément.

Pour être honnête, j’ai été beaucoup plus séduite par le spectacle d’hier, car le propos mathématique était précis et consistant. Et puis j’ai appris des choses. Là, il s’agit vraiment d’un One man show, au sens où François Sauvageot papote, saute d’un thème à l’autre, et s’engage de façon personnelle sur divers thèmes. C’était tout  fait sympathique, mais c’est moins mon truc, dans le format proposé. J’aurais bien aimé qu’il développe les points de maths qu’il a évoqués ou présentés. Il reste que c’est vraiment un personnage sympathique, naturel, accessible, engagé et généreux, ce qui justifie d’ailleurs l’exercice.

Dans son discours, François Sauvageot a présenté les maths comme refuge : le monde est violent, je ne comprends pas le monde, alors je me réfugie dans les maths. Les maths sont toujours là pour moi, sans que je n’aie besoin de quoi que ce soit, de qui que ce soit. Elles m’accueillent de façon inconditionnelle. Même si je n’ai ni le savoir ni le niveau mathématique de François Sauvageot, je ressens tout de même ce qu’il évoque. De la même façon, il a présenté les maths comme espace de créativité absolue, de liberté totale, en dehors de toute contrainte concrète. Et ça, c’est sans doute ce qui me plaît le plus : en maths, on peut tout réimaginer, on peut décider que telle règle ou telle contingence n’est plus d’actualité. Et on réinvente. C’est une façon de rendre l’utopie réelle, au moins pour soi.

Capture d’écran 2017-10-22 à 19.02.41.png

Apprendre·Chez les chercheurs·Evénement·Je suis fan·Tous ensemble !

Marie-Françoise Roy, femme d’exception

Cet après-midi, j’ai assisté à la conférence « Construction de représentations positives : les polynômes les femmes et l’Afrique », par Marie-Françoise Roy.

Marie-Françoise Roy est une mathématicienne de renommée internationale, professeur émérite de l’IRMAR, spécialiste de géométrie algébrique, première présidente de Femmes et Mathématiques, très impliquée dans les échanges avec l’Afrique. Mme Roy a participé à la création de Femmes et mathématiques et en a été la première présidente.

Unknown.png

Marie-Françoise Roy nous a livré une conférence à son image : nous sommes passés des certificats de positivité et polynômes de Bernstein univariés aux mathématiques en Afrique, pour revenir aux certificats de positivité et polynômes de Bernstein, mais multivariés, ceux-là, et nous avons terminé par un chapitre intitulé « Pour les femmes en mathématiques ». Madame Roy a parlé de la DS (oui oui, la voiture), d’algorithme d’Euclide étendu, de personnes incroyables aux vies trop souvent brisées, de polytopes de contrôle et de simplex, d’écriture inclusive et d’autocensure des femmes dans le domaine des maths fondamentales.

Madame Roy a terminé par un extrait d’un texte de Bertold Brecht, datant de 1929, issu de L’exception et la règle. Pour Marie-Françoise Roy, la conclusion s’applique à tout : au raisonnement mathématique, à l’idée même de recherche, au statut de la femme, à notre condition d’humains vivant ensemble sur la Terre.

« Une conduite vous paraît familière, découvrez-la insolite. Sous le quotidien, décelez l’inexplicable. Derrière la règle consacrée, discernez l’absurde. Défiez-vous du moindre geste, fut-il simple en apparence. N’acceptez pas comme telle la coutume reçue, cherchez-en la nécessité.

Nous vous en prions instamment, ne dites pas « c’est naturel » devant les événements de chaque jour.

À une époque où règne la confusion, où coule le sang, où on ordonne le désordre, où l’arbitraire prend force de loi, où l’humanité se déshumanise, ne dites jamais « c’est naturel » afin que rien ne passe pour immuable. »

Bertold Brecht, L’exception et la règle

Je ne connaissais pas Marie-Françoise Roy. Elle est en effet une femme d’exception.

 

Demain, je vous raconte le spectacle de François Sauvageot. Mais comme j’anime un atelier tôt, il est temps de recharger mes batteries.

A l'attaque !·Actualité·Apprendre·Chez moi·Evénement·I'm not dead·Je suis fan·Quel beau métier·Tous ensemble !

Les journées nationales : échauffement

Je suis arrivée à Nantes hier. Le choc a été brutal : après une pause dans la maison de Julien Gracq avec une visite individuelle, une promenade le long de la Loire, avec juste le chant des oiseaux et l’odeur des arbres, voici la rue des Petites écuries et ses restaurants agrippés les uns aux autres, dans le tumulte de la soirée, le crissement du tram, le grondement des avions, le vacarme de la nuit… J’ai des petits yeux.

Mais ce n’est pas grave (enfin, si je dors les nuits à venir… Sinon mes ateliers vont prendre l’eau !) : j’ai des tas de projets. D’abord, aller visiter le château tout juste voisin, voir l’exposition colombienne, et puis aller joyeusement ensuite à l’ouverture des journées, avec sa première conférence :

Capture d’écran 2017-10-21 à 08.16.40.png

Là-bas, je vais retrouver des collègues que je connais et que je n’ai pas le plaisir de rencontrer si souvent. Je vais aussi retrouver des collègues que je ne connais que numériquement, et que je n’ai jamais rencontrés. Je vais être parmi des passionnés, des joyeux, des enflammés, des discrets aussi, et en tout cas des profs de maths qui consacrent leur premier weekend de vacances à échanger autour de leur métier. C’est pas beau, ça ???

AfficheJN_Nantes.jpg

En attendant de partir en vadrouille, je vais commencer par trier mes documents pour les ateliers.