Apprendre·Culture mathématique·En classe·Expo de maths·histoire des maths·Lire·Maths ailleurs·Maths et arts·Maths et BD·Maths et genre·Maths et musique·Maths et société·Maths par les jeux·Maths pour tous·Mots de maths·Numérique

Qu’y a-t-il dans ma bibliothèque de classe ? (1)

Avant de partir, j’ai pris en photo mes livres, dans la bibliothèque de classe. Je vais les référencer tranquillement, pendant les vacances. Mais cela va prendre pas mal de temps car j’en ai beaucoup. Voici les photos, pour commencer.

Il manque d’ailleurs les livres de la bibliothèque à côté de mon bureau ; il faudra que je pense à les indiquer aussi.

A l'attaque !·Actualité·Au collège·école·C'est bien pratique·Chez les cadres·En classe·Evénement·L'éducnat·Tous ensemble !

Organiser la classe : des propositions du ministère

Le ministère a publié un document qui propose des organisations de classe. J’avoue qu’il y a des idées auxquelles je n’ai jamais pensé. Et pourtant, aménager la classe est une de mes lubies furieuses…

Il en aura fallu, du bruit, pour qu’enfin on réfléchisse en haut lieu au niveau de la classe, la vraie, celle où les élèves et leurs enseignants posent leurs pieds.

En tout cas, ce document me donne des idées d’organisations à tester, pour la rentrée. Des aménagements d’aménagements.

A l'attaque !·Actualité·Au collège·C'est bien pratique·Chez moi·En classe·Mes projets

Des îlots spiralaires non euclidiens ?

J’ai bien réfléchi, avec mon mari et les enfants, et nous avons trouvé une solution pour faire rentrer 30 élèves dans une salle de classe de dimensions normales. Franchement, heureusement qu’on est là. Comme on n’a pas la télé, à la place on réfléchit, messieurs-dames, non mais sans blague. Il s’agit d’un concept innovant, voire révolutionnaire :

Les îlots inversés.

Je crois qu’on va faire un tabac avec ça. En fait, c’est une « vraie » pédagogie inversée : les élèves travaillent en se tournant le dos, et même bavardent de dos. Alors évidemment il faut réfléchir à définir le « 1m latéral » : où commence le latéral ? Mais enfin, si on passe son temps à chipoter, on n’est pas sortis du sable.

IMG_6620

Ou alors nous avons eu une autre idée, si vous êtes dubitatifs sur la première :

Les îlots de côté.

Donc là, on place les élèves à côté de leur table. Booon, ce n’est pas hyper pratique pour écrire, mais on se débrouillera. Et là ils sont à 1m les uns les autres. La moitié ne voit pas le tableau, mais c’est d’un autre âge, le tableau, dans la pédagogie de demain.

IMG_6621

Ou alors nous avons encore eu une idée, qui sonne bien EducNat :

Les îlots spiralaires.

IMG_6623

C’est joli, une spirale.

Et puis sinon on pourrait faire

Les îlots non euclidiens

C’est ma version préférée, mais je ne sais pas trop à quoi ça ressemble. On pourrait ré-interroger le concept de parallélisme, au passage. Et puis ça pose autrement la question des distances : en géométrie sphérique, le plus court chemin n’est pas la ligne droite !

Mais d’ailleurs pourquoi on ne change pas de mesure, juste ? C’est peut-être ça la solution ? Faut que je ressorte mes cours de mesure et intégration de monsieur Calbrix.

Enfin, à tous ceux qui vilipendent les profs et se lamentent sur leur manque de bonne volonté, d’inventivité, d’adaptabilité, je dis hahaaaa, toc ! (parce que j’ai de la répartie, autant que de talent en dessin)

Sur ce, je vais me coucher. Il est possible que les péripéties institutionnelles m’aient fatiguée plus que prévu… 😉

A l'attaque !·Actualité·Allez les jeunes !·Au collège·Au collège à la maison·En classe

Le cours du mercredi 3 juin

Aujourd’hui, nous avons terminé les tâches en cours, réactivé les aires et découvert le calcul de l’aire des triangles quelconques (vraiment quelconques : rectangles, isocèles, équilatéraux, scalènes ou rien de tout cela).

Voici notre programme du jour :

IMG_6450

Je vais donc poster ici :

  • La vidéo de correction de la tablette de chocolat,
  • Une vidéo sur l’aire du triangle,
  • Un coup de pouce sur les hauteurs d’un triangle.
  • Une autre vidéo, sur les agrandissements-réductions, dont nous avons parlé ce matin en classe au collège.

C’est parti !

A l'attaque !·Actualité·Au collège·Chez moi·Dur dur·En classe·Manipuler·Maths par les jeux·Maths pour tous·Tous ensemble !

Reprise : prête.

IMG_6360

Bon, comme je ne suis pas dans ma salle, j’amène mon matériel pour les manip, un jeu à faire à distance si besoin et de quoi filmer.

Ce n’est pas idéal, tout ça. Mais quand même, je suis heureuse de retrouver des « classes ». Et demain après-midi, je retrouve les élèves en distanciel.

A l'attaque !·Actualité·Au collège·C'est bien pratique·Chez les chercheurs·En classe·Faut que je fasse mieux·Mes projets·Tous ensemble !

Coopératif et distanciation

Sur les Cahiers péda, Sylvain Connac (Maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université Paul-Valéry de Montpellier) a écrit récemment un article pour nous aider à réfléchir au coopératif au retour dans nos classes, tout en respectant les mesures de distanciation.

Sylvain Connac fait d’abord référence aux « contenus noyaux », à ce qu’il faut enseigner. Les attendus publiés récemment par le ministère peuvent aussi contribuer à cette réflexion.

Puis il en arrive à mon point-clef : l’aménagement de la salle.

La disposition géographique des tables et des chaises semble avoir besoin de répondre à trois nécessités : favoriser plusieurs formes de coopération, autoriser quelques déplacements (pour rencontrer un camarade ou l’enseignant) et réduire les croisements entre enfants.

L’article propose un aménagement de salle. Mais je ne suis pas sûre que ce soit consignes-proof : en principe nous devons éviter le face à face, et là c’est peut-être limite. Il faut que je relise les docs : peut-on échapper à l’autobus ? Si oui, c’est vrai que ça change pas mal de choses. Pour la table d’aide, cela me semble compliqué en respectant les consignes. Dans ma classe on l’appelle table d’appui, mais je vois mal comment la conserver.

JPEG - 42.3 ko

Pour favoriser le travail en groupe, Sylvain Connac propose le recours aux ardoises :

À l’aide d’ardoises (distribuées pour un usage personnel), les enfants peuvent alors se présenter mutuellement les réponses qu’ils ont apportées, puis échanger sur leurs désaccords (il ne sert à rien de chercher un terrain d’entente systématiquement commun, une stratégie de complaisance qui ressemble souvent à de l’évitement de penser).

Ensuite, l’enseignant synthétise et on aboutit à une trace écrite.

Ok, ça me plaît et c’est simple. Je fais ça tout le temps en école quand je prends des classes, pourquoi pas en effet au collège ? J’ai envoyé un mail à mon chef pour savoir si le collège peut acheter 30 ardoises.

Sylvain Connac propose aussi le recours au Tétraaide, et ça c’est possible, j’ai le matériel. Je ne suis pas favorable au recours au téléphone portable car tous mes élèves n’en ont pas et je ne pourrai pas maîtriser les contenus des échanges, mais en revanche utiliser Framapad sur les tablettes, que j’aurai au préalable désinfectées (ce n’est pas trop compliqué, c’est tout plat), ça marcherait bien aussi.

Sylvain Connac évoque aussi les quoi de neuf, les projets, les conseils coop.

Bon bon bon, j’avance, chouette. Ça se décoince. Je sens que je vais commencer à poser des idées et à construire. Ouf, ça fait du bien.

Actualité·Au collège·Dur dur·En classe·Manipuler·Mes projets

Ma salle de claaaaaaaasse (ouin)

Ma salle de classe, telle quelle, elle n’est pas covid19-proof. Mais pas du tout : du matériel pour manipuler partout, un coin bricolage, une biblio de classe, des îlots. Des glisse-nombre à volonté, des tablettes (tactiles, forcément !), du matériel de géométrie en libre service, des tubes de colle et des stylos pour les étourdis qui ont oublié les leurs. Des manuels pour que les élèves ne se chargent pas.

Tout ça, bye-bye.

Alors bon, pour le coin lecture et le coin bricolage, ce n’est pas compliqué : je les rendrai inaccessibles, mais au moins je pourrai aller chercher mon matériel lorsque j’en aurai besoin pour mes manip, des références dans des bouquins, pour rendre le cours vivant de la façon que j’aime et qui me correspond. Je manipulerai, moi, pour présenter. Et les élèves me regarderont faire l’hôtesse de l’air sans manipuler eux-mêmes. Les glisse-nombres, à la rigueur je peux leur en donner un définitivement et j’en fabriquerai d’autres l’année prochaine. Le matériel de géométrie, la colle et les stylos, je me les garde. Le manuel, il va falloir que les élèves le trimballent. Tout ça ça se fait. C’est embêtant mais on n’a pas trop le choix.

Le plus dur, ça va être les tablettes, qui me servent vraiment souvent et sont intégrées à mes séquences, et puis de remettre ma classe en autobus. Ça, pour moi, c’est le pire du pire. Mais évidemment que les travaux collectifs sont proscrits. Et là encore, on n’a pas trop le choix.

Cela dit, même si je comprends l’idée, cela signifie pas d’entraide, pas de tutorat. Dur. Très très dur.

Alors je peux envisager tout cela pour finir l’année. Mais je flippe un peu pour septembre. À moins que ce fichu virus n’ait miraculeusement disparu en septembre, ou bien que des traitements suffisamment efficaces aient été trouvés, est-ce la mort du collaboratif pour les mois ou les années à venir ?

Et du club maths, en effet secondaire ?

Et là je pense aux collègues PE. Encore plus à ceux qui enseignent en maternelle. Comment enseigner les mathématiques sans manipuler ?