A l'attaque !·Actualité·école·Chez les cadres·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Enseignement·Evaluer·Faut que je fasse mieux·Formation·Je suis fan·L'éducnat·Maths pour tous·Mes projets·Tous ensemble !

Formation Normandie Inclusive

Deuxième jour de formation pour outiller les équipes (entières, agents inclus) en établissement sur l’école inclusive. Qu’est-ce que c’est chouette de travailler efficacement toutes et tous ensemble, et de contribuer à un projet éducatif et de société ! En termes d’ingénierie de formation aussi je m’enrichis. Comme quoi travailler ensemble en intermétier et former un collectif pour partager et diffuser, c’est aussi possible… Tout dépend où on se trouve, en fait.

Cette semaine a décidément été bien intense, et j’ai du boulot pour le weekend car mes seuls moments habituellement libres ont là été dévolu recevoir des formations. Mais c’était passionnant et je suis contente.

A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Actualité·école·Chez les chercheurs·Culture mathématique·cycle 2·Didactique·En classe·Enseignement·Expo de maths·Je suis fan·Lire·Maths pour tous·Merci !·Ouaaaaaaaaaaaaah !!!·Partager les maths·Tous ensemble !

Mini projets, maxi maths : beau début de weekend !

Aujourd’hui en arrivant au bureau de l’APMEP, lorsque j’ai ouvert mes mails, j’ai eu une très jolie surprise : Stella Baruk m’a envoyé un commentaire sur notre ouvrage, à Marion Michel et à moi, Mini Projets, maxi maths. Alors là, lire un tel commentaire m’a fait tellement plaisir : « varié, original, parfois inattendu, et toujours ambitieux, d’une ambition qui est celle de débusquer dans les actions les plus quotidiennes les mathématiques qui peuvent s’y cacher, ou au contraire s’y introduire », « l’explicite de la parole »… Hé, Marion, regarde :

Bravo à votre co-auteure et à vous. Votre bonheur de travailler ensemble est on ne peut plus manifeste.

A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Actualité·Allez les jeunes !·école·Chez les élèves·Chez les collègues·Chez moi·cycle 2·En classe·Enseignement·Faut que je fasse mieux·Je suis fan·Maths et musique·Maths pour tous·Merci les copains·Partager les maths·Séquence·Tous ensemble !

Claire à l’école

Aaaaah, voilà qui me fait tellement plaisir : aujourd’hui j’ai repris mes interventions en école. J’ai commencé par la classe de mon amie Christelle, en CE1 en REP, pour tester deux séances d’une séquence qui fera l’objet d’un chapitre du Mini projets, maxi maths de CE1, que Marion Michel et moi sommes en train d’écrire. Cela m’a vraiment plu, me retrouver en classe, sur ma petite chaise, album à la main. Les enfants ont eu la gentillesse de partager leurs ressentis, leurs réflexions, leurs propositions avec simplicité, et j’ai bien noté de corriger quelques boulettes… Il faut vraiment tester ses séances avant de les écrire !!! Ces moments sont irremplaçables et indispensables.

J’ai pu aussi revoir les enseignants et enseignantes de l’école, que je connais bien maintenant, mais que je n’ai pas vu depuis longtemps : entre les temps du covid et un emploi du temps qui m’a empêchée d’aller me promener beaucoup dans les classes des autres l’année dernière, nous n’avions pas échangé depuis un bon moment ! J’en ai profité pour amorcer d’autres projets…

Vivement la prochaine fois !

Actualité·APMEP·APMEP journées 2022·Approcher les maths·Au collège·école·BRAVO!!!·C'est bien pratique·Chez les collègues·Culture mathématique·cycle 2·Cycle 3·Cycle 4·Enseignement·Evénement·Expo de maths·hommage·Je me prendrai au sérieux un autre jour·Je suis fan·Jouer·Lire·Manipuler·Maths par les jeux·Maths pour tous·Merci !·Merci les copains·Ouaaaaaaaaaaaaah !!!·Partager les maths·Si si c'est drôle·Tous ensemble !

Une page publicitaire

Voici la page de pub que j’ai proposée à Jonzac. Elle était valable là-bas, mais pas seulement : l’APMEP expédie chez vous les brochures de vos rêves !

Si j’en ai le cran, la prochaine fois je vais plus loin, et pour les journées du Havre c’est l’apothéose… Ou alors je me dégonfle, on verra.

A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Algo et compagnie·école·BRAVO!!!·C'est bien pratique·Chez les cadres·Chez les collègues·Culture mathématique·cycle 2·Enseignement·Je suis fan·Maths pour tous·Programmation

Programmer en cycle 2

J’ai lu ce matin Initiation à la programmation, de Catherine Vilaro, conseillère pédagogique, et Didier Fritz, inspecteur de l’Éducation nationale. Il y a un tome pour le CP, un pour le CE1 et un pour le CE2. J’ignore encore si la collection se poursuit en cycle 3, mais ces trois livres sont super. Ils ont été publiés chez Istra en 2 020.

Chaque tome est construit sur le même modèle : par double page, l’élève découvre puis s’exerce. Voici ce que cela donne en CP, CE1 puis CE2 :

Des compléments pédagogiques permettent d’avoir tout le déroulé de la séquence pas à pas, des corrigés (avec des flash code), des explications supplémentaires. La progression est bien faite :

Voilà un outil de qualité, qui permet d’atteindre des objectifs consistants en accompagnant l’enseignant. Bravo !

Actualité·Apprendre·école·Chez les chercheurs·Culture mathématique·Didactique·Enseignement·Evénement·Formation·hommage·Je suis fan·Maths pour tous·Partager les maths·Tous ensemble !

Hommage aux travaux de Rémi Brissiaud : Emmanuel Sander

Emmanuel Sander nous a présenté l’avant dernière intervention : des leviers psychologiques pour les apprentissages mathématiques, quelques défis d’apprentissage pour lesquels les apports de Rémi Brissiaud sont décisifs. Selon Emmanuel Sander, si on veut rentrer dans la pensée de Rémi Brissiaud, il faut s’intéresser aux ressorts, aux leviers de la psychologie. D’autre part, la compréhension et les concepts occupent une place cruciale : qu’est-ce que c’est que comprendre ? Comment peut-on favoriser la compréhension ?

Voici quatre énoncés. Deux questions sont bien réussies en cycle 1, deux non :

Il y a deux problèmes où il est question de perdre des billes, deux où il est question d’en gagner. Alors on peut se dire que la 2 et la 4 sont plus facile. Ou alors on peut observer que les questions 1 et 2 engagent de plus grands nombres, et sont plus difficiles. Pourtant, la simulation mentale, liée à la représentation que l’élève se construit de la situation, fait que dans la problème 1, on peut surcompter ; dans la deuxième, il faut compter en descendant, et c’est difficile. Même chose pour le problème 3, et le 4 est plus facile car on peut enlever 4 de 31. C’est tout à fait contre-intuitif sur le plan de l’analyse de l’énoncé. Le 1 et le 4 sont réussi avec une fréquence autour de 15/20 et les deux autres avec 8/20.

Cela renvoie aux travaux de typologies de problèmes, à la Vergnaud ou à la Riley. Introduire la simulation mentale n’avait encore jamais été fait. Et pourtant, c’est un facteur majeur.

Lorsque la simulation mentale de la situation spontanément évoquée par l’énonce mèneà la solution, la simulation est facilitatrice, alors que lorsque la simulation n’est pas praticable c’est un facteur de difficulté. Par exemple, « quel est le prix de 3 objets à 50 cuzeros ? » versus « quel est le prix de 50 objets à 3 cruzeros ? » donne respectivement, auprès d’enfants brésiliens non scolarisés, 75% et 0% de réussite, parce qu’on peut facilement simuler mentalement la première situation, mais pas la deuxième.

Ce modèle est important, et ces travaux ont eu de nombreuses retombées : c’est un phénomène très large, étendu en particulier à des énoncés dans lesquels aucune action n’est mentionnée.

L’enjeu est celui du recodage. Distinguer compter en avançant et compter en reculant est dans ce cadre tout à fait fondamental.

Voici un exemple de problème discordant avec la simulation mentale :

Le recodage sémantique est une manière l’élargir les stratégies que par ailleurs les élèves savent mettre en oeuvre.

Rémi Brissiaud a apporté des éléments décisifs pour la recherche et la pédagogie, en étant ancré dans la psychologie, e s’appuyant sur les interprétations des élèves et les processus de résolution, en les accompagnant dans leur développement conceptuel par des situations de résolution de problèmes et des interventions adéquates.

Actualité·Apprendre·école·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Culture mathématique·Didactique·Enseignement·Expo de maths·Formation·Maths pour tous·Partager les maths·Tous ensemble !

Hommage aux travaux de Rémi Brissiaud : Jean-Paul Fischer

Après un autre hommage par Agnès Batton, qui a témoigné de son regard sur la carrière et les apports de Rémi Brissiaud, Jean-Paul Fischer (de ACE) a présenté son intervention, baptisée « La chance versus le pré-enregistrement », et nous a présenté ses travaux.

Comme Brissiaud, monsieur Fischer connaissait l’approche des pédagogues « anciens », avec l’idée du cache pour masquer une partie des unités.

Dans l’alphabet latin ancien, les majuscules étaient orientées vers la gauche. A l’époque romaine, elle se sont orientées vers la droite : auparavant on écrivait de droite à gauche, et les Romains écrivaient de gauche à droite. L’orientation des lettres a suivi. Les enfants ont tendance à faire la même chose, selon le sens d’écriture qu’ils utilisent. Les chiffres, eux, sont toujours majoritairement orientés vers la gauche.

Sur son troisième exemple de découverte-chance, Jean-Paul Fischer pensait que la corrélation serait nulle, car il ne voyait aucune raison qu’il en existe une. Mais il a été surpris du résultat : la corrélation était négative.

Sur ce thème, voici une recherche sur le pré-enregistrement, que critique Jean-Paul Fischer. Dans le pré-enregistrement, on dépose la méthodologie, la question, les résultats attendus sur un site. Ici, les enfants brésiliens, d’une manière stupéfiante, écrivaient b à la place de d et d à la place de b. Or s’ils ne les distinguent pas, on devrait avoir 50% d’erreur à peu près ; de ce fait Jean-Paul Fischer pense qu’il y a une erreur dans l’étude.

J’ai eu du mal à suivre le propos de monsieur Fischer ; peut-être l’effet de début d’après-midi, ou bien une structure de la présentation assez nouvelle vague, et sans explication de certains concepts évoqués. Peut-être ça y est, j’y suis : c’est un éloge de la chance en recherche, plus ou moins. Et ça balance sévère : Jean-Paul Fischer est entier, dans ses jugements.

A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Allez les jeunes !·Au collège·école·BRAVO!!!·Chez les élèves·Chez les collègues·Chez moi·Culture mathématique·En classe·Enseignement·Evénement·Expo de maths·Je suis fan·Maths en scène·Maths et arts·Maths pour tous·Merci !·Merci les copains·Ouaaaaaaaaaaaaah !!!·Partager les maths·Représenter·Tous ensemble !

Regards normands de tout plein de géomètres en herbe

Voici la vidéo du projet Regards de Géomètres normand, soutenu avec énergie, compétence et gentillesse par Nadine Amossé :

APMEP·Apprendre·école·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Culture mathématique·cycle 1·cycle 2·Cycle 3·Didactique·Enseignement·Expo de maths·Faut que je fasse mieux·Formation·hommage·Je suis fan·L'éducnat·Lire·Maths pour tous·Partager les maths

Question de RMD (référent mathématique de circo/départemental)

Deux collègues m’ont posé des questions sensiblement identiques, alors qu’ils ou elles s’engagent dans l’aventure de référent mathématique : que puis-je leur conseiller comme ressource ?

C’est hyper délicat, cette question : j’ignore tellement de choses… Et puis à quel moment un ouvrage devient-il une référence pour moi ? Enfin, je SAIS que je vais oublier des références d’ouvrages qui comptent pour moi, qui m’aident dans mon métier d’enseignante et de formatrice. Mais en même temps, en tout humilité, je peux partager ce qui me vient. Cela ne signifie pas qu’ils sont LES références ; mais ce sont les miennes aujourd’hui, là tout de suite, un dimanche matin d’été. C’est un mélange de manuels, d’ouvrages de didactique, de publications associatives… Mon bazar, quoi.

Pour le cycle 1 et le CP, je dirais d’emblée les petites histoires de Nathalie Sayac, parce qu’elles balaient tous les thèmes en posant les fondamentaux didactiques, sont accessibles aux enfants, outillent simplement les enseignants.

Pour l’accès au nombre, évidemment les Brissiaud Premiers pas vers les maths, apprendre à calculer à l’école et comment les enfants apprennent à calculer me semblent indispensables, ainsi que d’avoir mis le nez dans Les Noums. Je suis également toujours près Mes premières mathématiques de Stella Baruk, dont le guide du maître est un outil extraordinaire, et je révise souvent Les Numéras de Serges Petit et Annie Camenisch. Le site ACE est une autre ressource que je compulse régulièrement. J’ai besoin de ces différentes méthodes pour me forger mes propres repères, en fait.

Je relis très souvent les ouvrages de Roland Charnay, qui ont l’avantage de concerner tous les niveaux de l’école et tous les domaines. Ce sont des ouvrages clair, pratiques, en lien avec le quotidien des enseignants.

Il me manque une brochure sur le nombre et le calcul, avec une couverture un peu verte, mais pas moyen de me souvenir de ce que c’est… Pourtant je la lis souvent ! Est-ce de l’ADIREM ? Rhaaa, zut !

En géométrie, je lis beaucoup Valentina Celi et Claire Bielle-Winder (le Pliox, quelle pépite !).

Sur les grandeurs et mesures, j’aime bien ce bouquin, vers lequel je reviens régulièrement :

Evidemment, il y a les ouvrages comme Passerelles ou celui en anglais sur la corde à linge, qui me sont tout à fait indispensables. J’en parle dans cet article.

Il y aussi les deux guides récents sur les problèmes, que je trouve super : celui pour l’école, mais aussi celui pour le collège, qui m’est aussi utile pour l’école.

https://eduscol.education.fr/document/32206/download?attachment

J’aurais bien cité plus d’albums, mais je ne vais pas le faire car ils sont des supports mais porteurs explicitement en eux-mêmes de didactique.

Enfin, une ressource absolument fondamentale pour moi, ce sont les publications de l’APMEP. Lorsque vous êtes membre de l’APMEP, vous recevez Au fil des maths. Franchement, c’est une publication d’une incroyable qualité, qui renouvelle mes connaissances, me fait explorer des champs que j’ignorais, remet en question ma façon de penser. Et dans Au fil des maths, il y en a pour tous les niveaux d’enseignement, dont le premier degré. Par exemple, si j’ouvre l’exemplaire que j’ai là sous la main (le n°544, avril-mai-juin 2022), je trouve plusieurs articles explicitement tournés vers l’école :

L’APMEP a publié récemment un hors série spécialement premier degré. Une mine en accès libre :

Si vous souhaitez rejoindre l’APMEP, pour une première adhésion, vous cotiserez 30€. Avec 6€ de plus pour les frais de port, deux brochures vous sont offertes, et croyez-moi, vous ne pourrez plus vous en passer. En tout cas, moi, je ne peux pas.

https://www.apmep.fr/Adherer-S-abonner,5804