C'est bien pratique·Chez les collègues·cycle 1·cycle 2·Cycle 3·Cycle 4·Expo de maths·Maths en vidéo·Maths pour tous

Des vidéos pour voir des maths

Guillaume m’a envoyé un lien vers des vidéos qui mettent en image des notions, des concepts et des propriétés mathématiques : le site s’appelle Maths visuals.

Effectivement, il y a là une mine de vidéos utilisables en classe :

Deux belles découvertes, grâce aux commentaires de lecteurs… Vous êtres top, merci !!!

A l'attaque !·Activité rigolote·Actualité·Allez les jeunes !·Au collège·Chez les élèves·Culture mathématique·Cycle 3·Cycle 4·En classe·Evénement·Expo de maths·Je suis fan·Maths par les jeux·Maths pour tous·Tous ensemble !

Semaine des maths : journée 1

La semaine des maths a commencé dignement : au petit déjeuner un de nos garçons a commencé à réfléchir à des croquis car il va s’atteler, avec ses camarades, à la réalisation de statues mathématiques pour la journée régionale de l’APMEP. Dans la foulée, mon mari a déclaré « Par le lemme de Zorn, je te factorise ! », et là je me suis dit que oui, la semaine des maths c’était tout de même quelque chose.

En sixième, nous avons participé au rallye IREM de l’académie. Une de mes classes a été incroyable dans la coopération, la motivation et l’écoute pour débattre de leurs propositions. Ils m’ont bluffée ! En quatrième, nous avons participé à la course aux nombres 2019, et aussi au rallye Algorea.

C’était aussi le jour que j’avais choisi pour distribuer les bonbons aux vainqueurs de la précédente manche.

20190311_102753

Vivement demain !

A l'attaque !·Allez les jeunes !·Chez les élèves·Cycle 4·Dur dur·Faut que je fasse mieux·Je suis fan·Maths pour tous·Quel beau métier

Réapprendre à lire, grandir.

– Tiens-toi correctement, Gauthier. Redresse-toi, tu n’es pas en position de travailler, là.png_leve_dort.png

– Mais j’ai pas envie, pffff, j’en ai trop marre de toute façon, ça m’saoûle.

– Marre des cours de maths?

– Mais non, marre de tout.

– Ça arrive, Gauthier, les coups de ras le bol. Mais tu vois, moi je suis là pour t’apprendre des choses et c’est difficile aussi pour moi quand tu te comportes comme ça. Ça me donne l’impression de ne pas faire mon métier correctement.

– Bah si madame, j’apprends des trucs en maths quand même.

– Oui, les jours où tu t’intéresses, mais je vois bien qu’après tu oublies, parce que c’est super irrégulier… Ça me fait un souci, tu vois. Moi je veux faire apprendre. Parce que je veux vous aider à grandir.

(Gauthier réfléchit, manifestement. Je commence ma séance, les élèves s’engagent bien. Au bout de quelques minutes, Gauthier lève la main)

– Tu veux aller corriger au tableau ?

– Ah non, j’ai rien écouté. Par contre je savais bien que vous m’avez déjà fait grandir, madame, j’ai trouvé !

– Tu as trouvé quoi ? Je ne comprends pas.

Je commence à me crisper, j’en ai conscience. Je refoule mon agacement, provisoirement.

– L’année dernière vous m’avez appris à lire. Vous savez,  je continue à lire depuis. Ca c’est un truc dans grandir, moi je trouve! Non ?

Gauthier m’a dit ça comme ça, devant toute la classe. Je me suis rappelée sa rage de buter sur les mots devant nous, au début du module de fluence.

Je n’étais plus du tout agacée.

Je l’ai envoyé au tableau pour le faire raccrocher à nos wagons mathématiques, dans la foulée.

A l'attaque !·Activité rigolote·Allez les jeunes !·Chez les élèves·Cycle 4·Dur dur·Faut que je fasse mieux·I'm not dead·Maths pour tous·Tous ensemble !

La course aux nombres, au ralenti

Ce matin, en quatrième, nous avons fait notre dernier entraînement de la course aux nombres avant le sujet de cette année, pour de vrai, lundi.

Mes élèves de quatrième sont de niveaux hétérogènes. J’ai une petite tête de classe, toujours à fond, 50% d’élèves qui fluctuent, ne bossent pas à la maison et écoutent la plupart du temps mais ne s’investissent pas toujours vraiment en classe et donc sont irréguliers, mais en progrès réguliers, et puis un groupe d’élèves pas toujours là, qui s’investissent si je m’assois à côté d’eux, mais qui sont difficiles à mettre en mouvement mathématique, même si aucun n’a décroché : j’ai au moins de la participation orale.

Nous nous sommes entraînés sur quatre sujets. La moyenne, sur 30, est allée de 8 à 12.

Forcément, ça pique. Ça pique les élèves, ça me pique aussi.

Lorsque nous corrigeons, ils se demandent sur pas mal de questions pourquoi ils se sont trompés ou n’ont pas répondu. Souvent aussi ils me disent ne jamais avoir appris telle ou telle notion. Parfois, cela concerne des notions que nous avons étudiées, un ou deux mois auparavant. Parfois, ce sont des notions vues depuis l’école qui pêche : identifier le chiffre des centièmes d’un nombre est une compétence rare dans ma classe ; effectuer des calculs du type 0,3+0,15 aussi. Il y a vraiment un problème.

Mais ce qui l’intrigue surtout, c’est qu’ils ne répondent pas ou répondent mal à des questions sur lesquelles je les sais compétents. Ils me l’ont montré juste avant, pendant la même séance. Est-ce le temps limité qui les bloque ? Par stress, par difficulté de lire autant en si peu de temps, par difficulté à traiter l’information ?

J’étais donc bien embêtée en corrigeant cet après-midi mes courses aux nombres. Lorsque j’ai proposé cette activité aux élèves ce matin, ils ont râlé, d’ailleurs. Or les rallyes et les concours, c’est pour les motiver que je les propose, avant tout.

J’ai réfléchi, et j’ai pris la décision suivante : pour chaque élève, j’ai pris le maximum de ses scores, sur nos quatre entraînements. Chaque élève qui atteint ce score aura des XP facultatifs (l’équivalent d’une note bonus, pour ceux qui ne connaissent pas mon principe de fonctionnement). Et ceux qui atteignent un score de max+3 en auront davantage encore. Idem sur la moyenne de la classe : si j’ai au moins 12 de moyenne, je vais trouver une idée de récompense collective. Et si j’ai au moins 15, quelque chose de mieux encore.

J’espère ainsi motiver mes élèves, et leur faire percevoir que ce qui compte, c’est la progression. C’est de se donner, de faire l’effort, de se lancer, d’engager sa réflexion.

On verra lundi. Mais il va en falloir plus pour me décourager.

A l'attaque !·C'est bien pratique·Chez moi·cycle 2·Cycle 3·Cycle 4·En classe·Je suis fan·Manipuler·Merci les copains·Question de grand

Réaliser un MAGNIFIQUE glisse-nombres pour le tableau

Les grands glisse-nombres, maintenant.

Pour ceux qui n’auraient pas lu, l’article précédent donne les ressources institutionnelles sur l’usage du glisse-nombres.

Les dimensions

  • Le glisse-nombres orange mesure 100cm sur 40cm.
  • Le « bleu » mesure 100cm sur 25cm.
  • Les deux sont réalisés dans du carton de 3mm d’épaisseur.

Sur la photo, devant, c’est un glisse-nombres individuel.

Leurs différences

Le glisse-nombre bleu est plus léger, facile à utiliser au tableau sans manger trop de place.

Le glisse-nombre orange est génial pour montrer l’effet d’une multiplication ou d’une division par 10, 100, 1000… car la bande du haut, fixe, permet de garder une référence. En plus il est magnifique et c’est un cadeau de collègues. Par contre il est lourd et il a tendance à glisser sur le tableau.

La bande de chiffres

Pour réalise la bande qui coulissera dans le glisse-nombres, voici comment je procède :

20190224_134509
L’ancienne bande est HS. Elle était juste scotchée, ce qui n’est pas terrible : le scotche bute quand on coulisse et c’est fragile. Je choisi du bleu, pour la nouvelle bande.
20190224_135117
Je découpe 5 bande de 8,5cm de large dans la longueur des feuilles.
20190224_135439
Une feuille à plastifier me permet de recourir partiellement trois bandes. Je découpe d’autres feuilles pour faire le lien, en chevauchant les bandes…
20190224_135632
… comme ça !
20190224_140255
Ma bande est presque prête : tout est enveloppé dans du papier à plastifier.
Capture d’écran 2019-02-24 à 17.19.34
Je place des trombones à chaque jonction de feuille à plastifier, pour pourvoir déplacer l’ensemble sans catastrophe au moment de plastifier.
20190224_140728
C’est parti. Il faut laisser du mou sinon la tension déplace les feuilles. Et être bien attentif pour faire avancer la bande au rythme de la plastifieuse.

Les « ponts » et les aimants

Comment faire coulisser la bande ? Grâce à des « ponts » fabriqués en carton à l’arrière :

Ils sont collés au pistolet à colle et laissent peu d’espace, pour que la bande reste tendue.

Sur le glisse-nombres orange, même principe pour la bande du bas. Cette du haut est fixe.

20190224_133715

Les aimants viennent de chez Aleph. Ils sont pratiques car assez puissants et autocollants. Le glisse-nombres bleu en nécessite six et le orange au moins huit, mais dix c’est mieux.

20190224_133702

Voilà. D’autres questions ?

 

A l'attaque !·Chez les collègues·cycle 2·Cycle 3·Cycle 4·Je suis fan·Manipuler·Merci les copains·Question de grand

Réaliser des glisse-nombres individuels

Aujourd’hui, sur ma liste, il me restait « faire 30 glisse-nombres individuels ». Et puis réparer les miens, ceux du tableau. Comme c’est la période des décimaux pour pas mal de collègues en sixième et que j’ai reçu trois questions sur la confection de ces glisse-nombres, voici des réponses (enfin j’espère).

Les glisse-nombres individuels sont assez simples à réaliser, mais c’est hyper long : je viens d’en terminer 32, et découper-plastifier-mettre 18 coups de cutter dans chaque-découper-tricoter la bande dans le support 32 fois, c’est dur dur. Il faut donc d’abord imprimer ici le document (c’est marqué guide-âne, mais c’est bien un glisse-nombres, cycle 2 ou cycle 3 selon les besoins, qui est proposé).

Ensuite, on découpe, on plastifie, puis il faut faire les encoches au cutter. Là, attention à bien prendre le temps, même si c’est très rébarbatif car très répétitif : si les encoches ne sont pas marquées nettement et un peu plus longues que le trait dessiné sur le document, ça va coincer. Cela m’a valu de couper des deux côtés, pour être sûre qu’ensuite le tricotage sera possible (soit 1152 coups de cutter, ahaaahaaaaaaaa).

Ensuite on tricote, une maille au-dessus, une maille au-dessous, en entrant par au-dessous.

Et hop. Ca coulisse, et c’est utilisable avec un bête feutre à condition d’effacer dans la foulée.

20190224_161109.jpg

Je vous rappelle qu’Arnaud Dudu a mitonné un glisse-nombre numérique ici. Pour ma part je ne l’utilise qu’une fois que les élèves ont bien compris, après utilisation du glisse-nombre concret pour ceux qui en ont besoin. Faire glisser la bande de chiffres me paraît les aider à comprendre. Ensuite, c’est celui d’Arnaud qui prend le relai, car cela permet de s’y référer sans avoir besoin de ressortir tout le matériel : un clic et c’est fait.

https://mathix.org/glisse-nombre

Article suivant : les glisse-nombres de tableau.

 

A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Actualité·BRAVO!!!·Chez les collègues·Culture mathématique·cycle 1·cycle 2·Cycle 3·Cycle 4·Evénement·Expo de maths·Je suis fan·Maths par les jeux·Maths pour tous·Mes projets·Tous ensemble !

La semaine Le mois des maths 2019 : un grand cru !

Dans 21 jours, c’est la semaine des maths : c’est la semaine qui contient le 14 mars, jour semainemathsvisuelcadre450.jpgde pi si on le lit 3.14. Cette année, le thème est « Jouons les maths », et c’est un très chouette thème, qui permet des entrées multiples et est d’une une grande ouverture. J’en ai déjà parlé ici pour les généralités et les références institutionnelles, et là pour l’application de Christophe Auclair. Voici une autre super ressource, elle aussi bien dans l’optique de jouer ensemble aux mathématiques, et pas juste de jouer des jeux mathématiques : M@ths en vie a encore frappé avec brio. Vous trouverez sur leur page des défis clef en main, accessibles aux élèves de cycle 1, cycle 2 et cycle 3, dans les domaines Nombres et calculs, Grandeurs et mesures, Espace et géométrie, avec trois types d’activités : prendre une photo répondant à une consigne, résoudre un problème correspondant à une photo ou une vidéo, et écrire des questions et/ou un problème à partir d’une photo ou d’une vidéo. Cela fait donc 27 activités proposées, et pour ma part je ne vais pas voir mes élèves assez souvent pendant cette semaine pour mettre en oeuvre tout ce qui me tente et qui sert si bien mes objectifs pédagogiques.

Je crois que je vais lancer le mois des mathématiques avec mes classes.