A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Actualité·Chez les collègues·Chez moi·Culture mathématique·Cycle 3·Cycle 4·Expo de maths·Maths pour tous·Merci les copains·Mes projets

Activité de saison

Un ami m’a envoyé ces photos ; un prof de maths qui se ballade, ça s’interroge sans cesse, à des moments inattendus :

cloches1[1]cloches2[1]

Cela m’a donné envie de bricoler une petite activité rapide, qui me permette de réactiver la proportionnalité par une entrée intéressante : quels critères pour savoir si une situation est proportionnelle ou non ? En prime, je réactive aussi, dans le même domaine, les agrandissements-réductions. Et puis nous allons forcément aborder bien en face les différentes écritures d’un nombre : fraction, écriture décimale, pourcentage, valeur exacte ou approchée ? Il va falloir faire preuve d’initiative, pour répondre à certaines questions, et j’attends de voir ce que proposeront mes élèves. C’est sans prétention et je ne vais pas passer beaucoup de temps là-dessus, mais l’idée m’a plu.

Capture d’écran 2019-04-14 à 11.26.09.png

Je ne mets pas en ligne le corrigé, car j’ai des élèves qui me lisent…

La page suivante sera ensuite projetée au tableau pour aborder quelques questions intéressantes, comme la place des maths dans l’élaboration de ces cloches, en particulier en lien avec la musique.

Capture d’écran 2019-04-14 à 11.26.16

L’activité complète est ici : Une histoire de vieilles cloches

Et là en version modifiable : Une histoire de vieilles cloches

 

A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Allez les jeunes !·Chez les élèves·Culture mathématique·En classe·Expo de maths·Maths et arts·Maths pour tous

Mes élèves et Maurits Cornelis

Depuis que j’ai introduit les questions de solides et de perspective par Escher, ça ne s’arrête plus : mes élèves empruntent les bouquins sur lui dans la bibliothèque de classe en continu, et ils me font de magnifiques réalisations. Et j’en attends d’autres…

Je suis déjà ravie d’avoir éveillé l’intérêt et la curiosité de ces élèves, ravie aussi qu’ils empruntent des livres, mais cela les amène aussi à aller bien plus loin : nous avons parlé de dimensions supérieures à 3 (deux élèves ont emprunté le DVD Dimensions, qu’ils ont regardé avec leurs parents), et de fil en aiguille nous nous sommes retrouvés à discuter de ce que pouvait bien représenter tout ça :

Capture d’écran 2019-04-04 à 08.15.18C’était très intéressant : en sixième, la notation du triangle et de l’angle est connue ; mes élèves ont compris tout seuls que « A, B, C » désigne trois points. En revanche il a fallu fouiller pour (ABC) : les parenthèses sont liées pour eux à la notion d’infini, mais comment faire avec trois points ? Nous avons eu un joli débat et nous avons évoqué le plan.

Actualité·ça m'énerve·Culture mathématique·Lire·Question de grand

Les maths et monsieur Attali

Jacques Attali a publié sur le blog de l’Express un article intitulé « Les maths, et nous ». Allons bon.

Monsieur Attali commence par rappeler que le niveau baisse, « avec des conséquences tragiques sur le niveau de nos ingénieurs, de nos chercheurs, de nos entreprises ». Il attribue cela à la réforme des maths « modernes ». Bourbaki fait long feu, tout de même…

Monsieur Attali note des progrès : « Tout cela est réparable, et on s’y emploie, avec un espoir d’y réussir, en particulier, récemment, en s’inspirant de méthodes utilisées à Singapour », méthodes qu’il décrit de façon caricaturale.

Et puis Jacques Attali décrit les qualités (désuètes selon lui) nécessaires à un auteur2exercice harmonieux des mathématiques :  » la concentration, l’entêtement, la répétition, le par cœur, la capacité à reconnaître ses points faibles et à chercher à les améliorer, le travail en équipe pour se faire expliquer par d’autres pairs ce qu’ils ont compris avant vous. » C’est amusant, car s’il y a du vrai là-dedans, ce n’est guère positif pour les mathématiques. En particulier, il n’évoque pas la capacité à raisonner, à réfléchir. Pourtant, en maths, on réfléchit plus qu’on ne répète, même s’il est vrai que les gammes sont indispensables. Je partage aussi avec monsieur Attali le goût de l’effort et sa promotion. Ainsi que l’accès à ce qu’il appelle « l’investissement mental » à tous, sans considération de CSP.

Mais nos mathématiques ne sont pas les mêmes, manifestement.

A quoi ça sert les maths ?·Apprendre·Chez les collègues·Chez moi·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Merci les copains·Tous ensemble !

L’APEMP, même le dimanche.

Lire l’édito d’Alice Ernoult, intelligent et mesuré, au petit déjeuner. Se régaler à l’avance de la lecture des articles du nouveau Au fil des maths. Compter sur les ressources en ligne pour mes prep aujourd’hui. Finir la journée en corrigeant les travaux facultatifs de mes élèves, made in APMEP. Voir dans mon agenda que la journée régionale approche. Penser à comment m’organiser pour les journées nationales.

Voilà quelques-unes des raisons qui me font m’adhérer à l’apmep.

20190331_085129

Allez les jeunes !·Au collège·Chez les élèves·Culture mathématique·Faut que je fasse mieux·histoire des maths·Je suis fan·Quel beau métier

Bonjour madame, c’est pour savoir qui c’est qui a inventé les maths ?

Un matin au collège, je profite de l’annulation d’une visite en école pour réviser ma formation RMC de la semaine prochaine. Je lance mon diapo, je me saisis de mes notes et c’est parti, j’arpente la salle de classe vide, je déroule mon contenu à haute voix, je révise, je mémorise, je prends mes marques, je cale mes repères.

Au bout d’une heure et demie sans doute, toctoctoc. Un toctoctoc net mais presque confus de me déranger. Je mets le diapo en pause, j’ouvre la porte et je vois là un de mes élèves, souriant et perplexe.

Bonjour madame !

Bonjour, D.

Pourquoi vous parlez toute seule madame ?

Heuuuuu… Je révise une leçon que je veux bien savoir.

Ah d’accord. Vous aussi vous avez des leçons à apprendre ?

Bin oui, tu vois.

Vous allez avoir une interro ?

En quelque sorte, oui, bientôt en plus.

Je venais vous voir madame, parce que je me demandais quelque chose.

Ah oui, quoi donc ?

Qui c’est qui a inventé les maths ?

Je me suis lancée dans une explication au départ assez nébuleuse, et puis j’ai fini par structurer ma réponse, mais tout de même, il m’a cueillie, ce zozo. Nous avons parlé préhistoire et os de loup, Mésopotamie et tablettes d’argile, de l’inexistence de monsieur Mathématiques, de l’impossibilité donc qu’il ait vécu entre xxxx et xxxx. Rhaaa c’est vrai que ce n’est pas de chance.

C’était un chouette intermède, et j’ai repris ma répétition avec l’image de ce collégien repartant tout content d’avoir pu discuter.

J’ai vraiment aimé qu’il s’autorise ainsi à venir toquer à ma porte, avec la certitude que je vais prendre le temps de lui répondre, et qu’il soit capable de me demander pourquoi je parle toute seule.