Activité rigolote·Chez les collègues·Culture mathématique·Expo de maths·Maths et société

Choix de graphiques et esprit critique

François Geffrier, ici sur Twitter, s’est arrêté sur ce graphique, issu du journal Le Parisien :

dxl3am-xgaah-z7

Voilà une bonne entrée en matière pour chacune de mes classes. Je vais leur demander simplement : que comprenez-vous de ce graphique ? Qu’en pensez-vous ?

Je pense qu’habitués aux Avez-vous vu l’erreur duduesques, ils vont chercher la faille. Or j’ai vérifié, la courbe est réalisée correctement : 1cm en abscisse pour une année, 1cm en ordonnée pour environ 0,77%. Le titre est peu précis (évolution par rapport à quoi ? L’article ne le précise pas explicitement non plus), mais il correspond à ce qui est représenté.
Si cela ne vient pas d’eux-mêmes, je voulais que les élèves me donnent leur sentiment par rapport à cette évolution. Et en quatrième, j’aimerais bien que nous calculions l’augmentation en pourcentage par rapport à 2011. Comme nous avons passé la semaine dans les taux, cela tombe à pic. Pour les sixièmes d’ailleurs pourquoi pas, si nous organisons le travail en collectif.

capture d_écran 2019-01-19 à 19.14.04

capture d_écran 2019-01-19 à 19.15.41

le tarif des autoroutes graphique

le tarif des autoroutes graphique

Culture mathématique·Expo de maths·Maths par les jeux·Merci les copains·Nouvelles technologies

Les fractales, ça roule !

Mon fils m’a fait découvrir ce jeu :

Il s’agit d’un jeu qui s’appuie sur les fractales, open source, tracé en rayons temps réel. On déplace une bille qui se promène à la surface de fractales en évolution, pour atteindre le drapeau d’arrivée le plus rapidement possible. L’auteur écrit : « Ce jeu est le résultat d’un moteur de physique fractal que j’ai développé et qui permet des collisions rapides avec des fractales et d’autres objets procéduraux ».

A l'attaque !·Activité rigolote·Apprendre·Culture mathématique·Cycle 3·Cycle 4·Expo de maths·histoire des maths·hommage·Je suis fan·Mes projets

Sophie Germain Bientôt dans ma classe

Anne Boyé et Christine Charreton ont publié en 2017 un petit livre intitulé « Je suis Sophie 1777_COUV_sophiegermain.qxpGermain », aux éditions Jacques André Editeur. C’est un livre clair et instructif, qui se lit rapidement et facilement (et pour cause : il est écrit pour des élèves). Il retrace la vie de Sophie Germain. Comme j’ai décidé de lire des extraits d’ouvrages littéraires qui parlent de mathématiques ou de culture mathématique à mes élèves, j’ai décidé de leur en lire au moins des extraits, sinon tout : ils aiment que je leur lise à haute voix, mais sans doute aimeraient-ils suivre un livre entier. Je leur lis parfois trois minutes, parfois cinq, parfois dix si nous finissons en avance une activité, et ça marche bien : les élèves m’en reparlent, ensuite. Là, c’est l’histoire d’une vie, et en plus d’une mathématicienne, ce qui permet d’attendre trois objectifs en même temps : cultiver quant à l’histoire des maths, travailler les inégalités filles-garçons et discuter maths et filles.

Je pense que je commencerai par lire cette citation de Rousseau dans l’Émile (1712-1778, et Sophie Germain est née en 1776), que j’ai trouvée déjà dans un article d’Anne Boyé sur Sophie Germain, dans le bulletin de l’APMEP n°523 :

« Ainsi toute l’éducation des femmes doit être relative aux hommes. Leur plaire, leur être utiles, se faire aimer et honorer d’eux, les élever jeunes, les soigner grands, les conseiller, les consoler, leur rendre la vie agréable et douce, voilà les devoirs des femmes dans tous les temps et ce qu’on doit leur apprendre dès leur enfance.  »

Et encore : « La recherche des vérités abstraites et spéculatives, des principes, des axiomes dans les sciences, tout ce qui tend à généraliser les idées n’est point du ressort des femmes. (…) Elles n’ont pas non plus assez de justesse et d’attention pour réussir aux sciences exactes.»

Ensuite, je commencerai la lecture du livre de mesdames Boyé et Charreton (qui en plus m’ont fait une belle dédicace, ce à quoi mes élèves seront sans doute sensibles, car ils aiment imaginer les personnes auteur de ce que nous travaillons ; quand je leur parle d’Arnaud ou de Roland, ils réagissent comme s’ils les connaissaient personnellement). Cela nous donnera l’occasion de croiser quelques notions d’arithmétique, par exemple, dont mes élèves sont en mesure de s’emparer. J’espère qu’ils vont aimer et retenir ! J’aimerais qu’il retiennent la volonté de Sophie pour surmonter le déterminisme social qu’on lui opposait, et aussi que son rêve à elle, c’était les maths.

Si vraiment la lecture intéresse bien mes élèves, je pourrai prolonger par la lecture et l’affichage de ces documents, réalisés par les élèves du club maths du lycée Maurice Genevoix :

 

 

L’APMEP propose aussi des exercices autour de Sophie Germain, mais là ce n’est pas du niveau de mes élèves.

Mon projet suivant est de lire le One Zero Show de Denis Guedj avec des élèves qui partageraient les rôles de la pièce avec moi.

Chez les collègues·Culture mathématique·Je suis fan·Tous ensemble !

Tu sais que tu es avec des collègues de l’APMEP quand…

  • au resto, il y a une conversation sur le zéro à gauche et une sur Weierstrass à droite,
  • on félicite la jeune femme qui nous apporte les plats pour sa pose de voix,
  • on distingue naturellement pédagogique explicite et enseignement explicite,
  • on disserte sur « 22 euros 40 », son sens, sa verbalisation et son écriture, et on décide qu’on paiera 2 240 centimes,
  • on se demande si Walusinski se termine par un i ou un y,
  • on discute pendant un bon moment de la différence entre enseignement et apprentissage,
  • on se sent bien là alors que c’est la première fois qu’on vient,
  • on passe un samedi ensemble avec pour objectif la réussite des enfants.

20190112_164321

A l'attaque !·Activité rigolote·Apprendre·Calcul mental·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Club maths·Culture mathématique·cycle 1·cycle 2·Cycle 3·Formation·Manipuler·Mes projets

Le boulier chinois

Je me suis enfin attaquée à la mallette du boulier chinois, très beau travail collaboratif de l’ESPE de Bretagne de l’IREM de Brest. Sésamath a participé pour le développement des bouliers virtuels.

Dans ce dossier, on découvre l’utilisation du boulier chinois (et aussi du boulier japonais). Des ressources permettent de bien comprendre, de s’entraîner, d’expérimenter  les schémas mentaux convoqués par son utilisation, mais aussi de visionner et de lire des témoignages d’enseignants, de CPC, etc. qui analysent et proposent des retours d’expérience. Des fiches permettent de construire ses propres bouliers.

Des fiches présentant des mises en oeuvre en classe sont à disposition, de la grande section au CM2. Les productions d’élèves sont très intéressantes.

capture d_écran 2019-01-09 à 15.42.31capture d_écran 2019-01-09 à 15.42.39capture d_écran 2019-01-09 à 15.42.44

Un article est consacré à la classe de sixième, avec de prolongements de l’utilisation du boulier sur les décimaux. Des exercices sont également proposés.

Capture d’écran 2019-01-09 à 15.38.31.png

Alors maintenant que je sais faire joujou avec mon boulier( mais je manque de plasticité intellectuelle, clairement), que vais-je en faire ?

J’hésite entre proposer des activités avec le boulier lors de la prochaine séquence, « la virgule de Stevin », our fractions et décimaux, ou me lancer seulement au club maths.

Me lancer au club maths serait un moyen tranquille d’expérimenter, de comprendre les difficultés des élèves et les différents écueils. Mais c’est peut -être dommage de s’y limiter.

L’autre question est : l’animation de Sesamaths passe-t-elle sur tablettes ? Jusqu’ici, rien de ce que j’utilise sur Sesamaths n’est possible sur les tablettes de ma classe. Et cela va considérablement compliquer les choses si je ne peux pas les utiliser.

Ou alors on fabrique nos bouliers, au club, dans un premier temps.

Mmmmmmh. Mouimouimoui.

Il faut que j’en parle à ma collègue.