Activité rigolote·Allez les jeunes !·Au collège·Chez les élèves·Club maths·Culture mathématique·Je suis fan·Maths par les jeux

Le club maths se mathématise

Au collège, notre club maths est avant tout un club de jeux. Mais les jeux mis à disposition font travailler les mathématiques. Parfois nous organisons des événements : la réalisation du bonhomme de neige, l’utilisation de bouliers chinois bientôt, des séances de programmation aussi. Aujourd’hui, le club avait vraiment la pêche, et c’était bien car moi, pas trop (rien de grave, une mauvaise combinaison de climat, de méchant microbe, de déficit de sommeil et de devoir abandonner la voiture et finir longuement à pieds pour aller bosser, dans la neige). Il faut dire qu’à deux, c’est vraiment mieux, côté punch et animation. En plus c’est un moment d’échange pédagogique entre nous, et ce midi j’ai découvert de nouvelles ressources grâce à ma collègue.

Mais aujourd’hui s’est produit ce que nous attendions depuis longtemps : les élèves ont délaissé les jeux « occupationnels » et ont versé vraiment côté maths. En particulier, nous avions travaillé sur Arithmética le matin en classe, et mes élèves avaient envie d’en faire à nouveau, et aussi de le montrer aux élèves des autres classes. C’était bien, il y avait vraiment de l’agitation mathématique.

Je suis contente, car je m’impatientais un peu. mais je veux que les enfants arrivent eux-mêmes à rentrer dans cette démarche de maths. Les plus grands y parviennent aisément et tôt dans l’année. Pour les sixièmes, c’est plus difficile.

A l'attaque !·Activité rigolote·Apprendre·Calcul mental·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Club maths·Culture mathématique·cycle 1·cycle 2·Cycle 3·Formation·Manipuler·Mes projets

Le boulier chinois

Je me suis enfin attaquée à la mallette du boulier chinois, très beau travail collaboratif de l’ESPE de Bretagne de l’IREM de Brest. Sésamath a participé pour le développement des bouliers virtuels.

Dans ce dossier, on découvre l’utilisation du boulier chinois (et aussi du boulier japonais). Des ressources permettent de bien comprendre, de s’entraîner, d’expérimenter  les schémas mentaux convoqués par son utilisation, mais aussi de visionner et de lire des témoignages d’enseignants, de CPC, etc. qui analysent et proposent des retours d’expérience. Des fiches permettent de construire ses propres bouliers.

Des fiches présentant des mises en oeuvre en classe sont à disposition, de la grande section au CM2. Les productions d’élèves sont très intéressantes.

capture d_écran 2019-01-09 à 15.42.31capture d_écran 2019-01-09 à 15.42.39capture d_écran 2019-01-09 à 15.42.44

Un article est consacré à la classe de sixième, avec de prolongements de l’utilisation du boulier sur les décimaux. Des exercices sont également proposés.

Capture d’écran 2019-01-09 à 15.38.31.png

Alors maintenant que je sais faire joujou avec mon boulier( mais je manque de plasticité intellectuelle, clairement), que vais-je en faire ?

J’hésite entre proposer des activités avec le boulier lors de la prochaine séquence, « la virgule de Stevin », our fractions et décimaux, ou me lancer seulement au club maths.

Me lancer au club maths serait un moyen tranquille d’expérimenter, de comprendre les difficultés des élèves et les différents écueils. Mais c’est peut -être dommage de s’y limiter.

L’autre question est : l’animation de Sesamaths passe-t-elle sur tablettes ? Jusqu’ici, rien de ce que j’utilise sur Sesamaths n’est possible sur les tablettes de ma classe. Et cela va considérablement compliquer les choses si je ne peux pas les utiliser.

Ou alors on fabrique nos bouliers, au club, dans un premier temps.

Mmmmmmh. Mouimouimoui.

Il faut que j’en parle à ma collègue.

Chez moi·Club maths·Maths par les jeux

Nouveau jeu pour cogiter

Nous avons reçu en cadeau un nouveau jeu : Tokyo Highway. Nous l’avons essayé ce matin, dans la brume post-réveillon, ma fille et moi, et nous avons adoré.

Tokyo-Highway-chez-Robin-des-Jeux-Paris.jpg

La règle du jeu m’a d’abord fait très peur. Je trouve qu’elle est exprimée de façon particulièrement alambiquée. Nous n’étions pas trop de deux cerveaux pour comprendre. Mais une fois mis en pratique, c’est finalement assez simple.

Le jeu se joue de deux à quatre joueurs. Deux c’est rigolo, mais cela doit être encore plus sympa à trois ou quatre.

Chaque joueur a pour objectif de construire une autoroute, pour poser sur ses portions des voitures, de façon à les avoir toutes posées en premier. Mais il y a des contraintes. Des contraintes pour poser construire les piliers qui supportent les routes et les routes elles-mêmes, d’abord (assez simples), et ensuite des contraintes pour poser les voitures, plus délicates à appréhender. Mais bon, après quelques interrogations et une relecture de la règle du jeu, ça roule, c’est le cas de le dire. Pour résumer, lorsque la route que l’on construit passe au-dessus d’une route d’un adversaire et est la seule à passer au-dessus, ou bien pareil mais avec au-dessous, on peut poser une voiture. Il est donc possible de poser plusieurs voitures sur un même tronçon.

Il faut pas mal réfléchir pour choisir sa direction de construction, et anticiper celui pourrait se produire. Il faut aussi bien penser l’utilisation des points de jonction, jaunes : on ne peut construire un pilier que s’il est plus haut ou plus bas d’un niveau que le précédent, sauf si on utilise un point de jonction. Là, on fait ce qu’on veut. Et les points de jonction permettent aussi de construire des embranchements, impossibles à réaliser sinon. Mais il faut faire attention : si la pente excède une différence de trois niveaux entre les piliers, la voiture glisse et badaboum.

Je ne suis pas sûre d’être hyper claire…

Toujours est-il que c’est un drôle de jeu, minimaliste et élégant dans le matériel proposé, expliqué de façon un peu confuse mais finalement simple à mettre en pratique, à mi-chemin entre le mikado (allez donc placer des piliers et des routes dans des endroits peu accessibles, vos verrez) et un jeu de stratégie.

Activité rigolote·Allez les jeunes !·Chez les collègues·Club maths·Je suis fan·Manipuler

Bobby

J’avais vu passer ça, pendant le weekend, issu de ce blog, Mon classeur de maths :

Capture d’écran 2018-12-18 à 18.18.45.png

Comme aujourd’hui c’était club maths, que ma collègue d’arts pla m’a donné des papiers blancs, noirs et orange, et que ma collègue de la salle d’à-côté voulait bien jouer avec moi, nous avons proposé aux élèves la construction. Au total, huit élèves ont participé, notre garçon artiste a finalisé à la maison, et voilà le résultat : c’est Bobby.

J’ai hâte de montrer le résultat aux enfants… Bobby va devenir une star, c’est certain.

Activité rigolote·Chez les collègues·Club maths·Expo de maths·Formation·Manipuler·Maths par les jeux

Jeux avec les nombres

L’objectif de Jeux avec les nombres est de faire que les nombres redeviennent les amis des élèves. Le jeu amène à manipuler, dans une démarche de résolution de problèmes. L’enseignant ne doit pas demander systématiquement à l’enfant de justifier sa démarche : il fait confiance et suppose qu’elle est correcte (ou en tout cas fait comme si il le supposait). Cédric Faure justifie cela en disant qu’il ne faut pas transformer une démarche de réussite en démarche d’échec. Cette formulation me gêne, car cela signifie en fait qu’une démarche fausse ou un gros coup de bol sont valorisés. Je sais que féliciter, encourager accroît la réussite, et j’essaie d’avoir toujours cela présent à l’esprit en classe (et dans la vie) pour mettre en lumière ce qui est bien et beau. Mais j’ai aussi peur de l’effet Jourdain, qui dévalorise l’évaluation de l’enseignant aux yeux des élèves. Ce que j’entends volontiers, en revanche, du discours de monsieur Faure, c’est que cela va permettre d’amener au jeu les enfants, qui vont devenir plus compétents et, de ce fait, justifier leurs démarches d’eux-mêmes : lorsqu’ils savent qu’ils ont compris, ils aiment le dire. Ca, d’accord, je trouve que c’est un bon argument.

20181212_161858.jpg

Je note sur ma liste d’aller voir ce jeu aussi. Ouhlala, deux semaines de vacances ne suffiront pas pour faire tout ce que j’aimerais faire…