A l'attaque !·Activité rigolote·Apprendre·Chez moi·Je suis fan·Mes projets·Patatipatata

Sisi chuis là !

Je reçois pas mal de messages qui s’inquiètent de mon silence. C’est vrai que les deux dernières semaines travaillées, j’ai eu une frayeur, avec les neurones tout de travers. Mais là tout va bien : j’ai fait comme a dit le docteur, je n’ai pas bossé de la semaine. A la place, j’ai décollé du papier peint, de la moquette, poncé, enduit, re-poncé, lessivé, et réfléchi fort, mais pas à mon boulot : nous avons acheté tout récemment une maison que nous aménageons en gîte. Alors on bosse ! C’est très agréable de sentir que ma tête fonctionne paisiblement à nouveau. Et c’est très chouette de voir les travaux avancer, et d’apprendre à faire de nouvelles choses : je développe mes compétences ! (pour le moment je suis en cours d’acquisition, je dirais, globalement)

En tout cas mille merci à ceux qui ont pris des nouvelles, c’est vraiment très sympa de se sentir entourée ainsi.

Je devrais réécrire la semaine prochaine, car mes matinées seront consacrés aux deux tiers au boulot pour bien reprendre les cours et les formations dans une semaine.Et si je bosse, j’ai  des choses à dire. Je répondrai aussi aux messages et aux questions. Mais d’ici là, je retourne à mes tutoriels d’électricité et à mes comparatifs de ponceuses.

A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Allez les jeunes !·Chez moi·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Maths pour tous

Les ratios, ça passe mieux avec du crumble !

Hier, nous avons mitonné de très bons crumbles, avec ma fille, pour les dix-neuf ans d’un de nos garçons. Nous avons utilisé un moule rectangulaire de 30cm sur 27cm pour le crumble pommes-poires et un moule circulaire de 26cm de diamètre pour le crumble pommes-cannelle.

Ma fille a fabriqué la partie crumble proprement dite, pendant que je préparais la préparation de fruits. Au moment de recouvrir les fruits, elle s’est demandé comment répartir sa préparation pour avoir deux crumbles qui aient autant de croûte l’un que l’autre.

Autrement dit : quel est le ratio de crumble pour chacun des moules ?

C’est sympa, parce que ça tombe assez bien sur le plan du calcul. Et ça a bien illustré la notion de ratio pour ma fille, qui ne l’avait pas encore rencontrée.

images.jpg

J’aurais bien mis une photo de nos crumbles, mais on a tout mangé… C’était bon, miam !

A l'attaque !·Activité rigolote·Apprendre·Chez moi·Culture mathématique·Maths ailleurs·Mes projets

Mon cadeau pour les vacances

Hier, juste avant de partir du collège, j’ai reçu le colis que j’attendais avec impatience : quinze bouliers chinois. Je suis contente, car je vais pouvoir travailler leur utilisation pendant les vacances, et en plus j’ai tous nos loulous sous la main pour tester…

J’ai commencé ce soir au dîner. C’est intéressant, car nous n’avons pas les mêmes réflexes : quand l’un de nos enfants représente 37+28 en convertissant des unités en quinaires, mon mari, lui, se met directement en projet sur 40+25 pour ne pas être embêté à coincer dans sa représentation.

Demain, je creuse la question.

A l'attaque !·Actualité·Chez moi·Je suis fan·Patatipatata

Eteindre le réveil

Top. Je suis en vacances. Mon premier mouvement ? Eteindre le réveil. Non pas que ce soit très utile : je vais continuer de me réveiller à l’heure habituelle. Mais sait-on jamais, une petite grasse mat jusqu’à 6h45 n’est pas impossible… Et surtout ce n’est pas le réveil qui me sortira du sommeil.

Que s’est-il passé pendant cette courte période ? Un petit bilan m’est toujours nécessaire pour la laisser derrière moi.

En sixième, nous avons beaucoup parlé proportionnalité, mais aussi division, arithmétique (diviseurs, multiples, critères de divisibilité), distances, programmation, fractions, décimaux, et nous avons participé à deux rallyes.

En quatrième, nous avons commencé par de l’extraction de données, et nous avons travaillé la proportionnalité, la distributivité, les statistiques, les probabilités, les calculs sur les fractions, les pourcentages, l’égalité des produits en croix, l’inégalité triangulaire, le calcul littéral et la règle des signes.Nous avons participé à un concours.

Il y a aussi eu deux réunions parents profs, et des rencontres ponctuelles avec des parents.

Côté formation j’ai animé deux sessions au cycle 2 (les problèmes), une au cycle 3 (la proportionnalité), une à l’ESPE (l’éducation prioritaire), deux pour l’équipe d’un collège (enseigner et évaluer les compétences, et une formation maths), une pour les candidats au CAFFA (déontologie, andragogie et professionnalité du formateur). J’ai aussi participé à une réunion interdegré de préparation des formations à venir, et une autre pour la formation des enseignants contractuels.

Je suis allée dans toutes les écoles que je suis, toutes les semaines. Par contre j’ai loupé un rendez-vous avec une nouvelle enseignante dans le dispositif, à cause d’un coup de grosse fatigue. J’ai préparé huit formations à destination des enseignants du premier degré pour la période suivante.

J’ai participé à une réunion au siège parisien de l’APMEP, suivi un séminaire à l’Ifé à Lyon et j’ai passé un après-midi à échanger avec Stella Baruk.

Mon séjour à Nancy pour participer au jury de CAPES est organisé.

Bon, elle était vraiment dense cette période. Ce n’était pas qu’une impression. Alors hop, voilà ce qui s’impose :

ob_9f631f97224e7685f1736d8ffe1353b7_gaston-lagaffe-au-repos

Bonnes vacances ceux qui y entrent, et tenez bon pour les autres !

Chez moi·Patatipatata

Les profs et leur bureau

Vous l’aurez compris, j’adore ce métier, prof. Je l’aime y compris dans le choix du matériel : j’aime choisir mes stylos, mes cahiers, mon agenda. Cela revêt une importance considérable, pour moi. Même le bruit de la plume du stylo que je choisis et le grain du papier sur lequel j’écris ont leur importance. Et aujourd’hui, j’ai changé de bureau.

20190202_173733

Je suis une prof au petit bureau. C’est un bureau tout simple, qui a déjà vécu une vie que j’ignore. Un bureau qui a des recoins, des marques d’écritures incrustées dans son bois sombre. Il a des tiroirs dont tout de suite j’ai su ce qu’ils contiendraient : un pour ce sur quoi je travaille là tout de suite, un pour les documents qu’on m’a prêtés, un tiroir pour mes projets, mais surtout, ce bureau a une qualité sans doute assez unique :

20190202_173757

Il a un tiroir à marrons glacés.

Là c’est sûr, je vais bien travailler.

A l'attaque !·Chez moi·Dur dur·I'm not dead·Merci Pierrick·Y a pas qu'le boulot dans la vie !

Ma cape est au lave-linge

Je suis assez douée pour « fermer les volets », comme je le dis parfois, c’est-à-dire m’isoler dans ma bulle. C’est normal, je fais des maths. Faire des maths, cela permet de naviguer dans des concepts, des espaces et des dimensions régis par d’autres lois, construire des univers mentaux qu’on se lasse pas d’explorer… Mais tout de même, en ce moment, mes volets ne suffisent plus. La société crie, sans que ce cri ne soit une clameur. Je comprends certains cris, d’autres pas. Et forcément je suis confrontée à des cris qui me heurtent, voire me blessent. J’ai beau savoir que je fais mon métier avec coeur, avec bonheur, avec énergie, j’ai beau être bien dans les classes, avec les enfants, j’ai beau y consacrer le plus clair de mon temps, j’ai beau être prête à marcher longuement dans la neige alors que je suis malade, tout ça pour aller enseigner cette merveilleuse discipline que sont les mathématiques, la cacophonie me fatigue et m’agresse. Quand cela se combine avec un pic de boulot de ouf, et un énorme travail inattendu qui me tombe dessus un vendredi soir avec remise des copies dans dix jours, hé bien paf, mon cerveau fait plop.

show_picture.jpg

Voilà pourquoi j’ai moins écrit ces derniers temps. Je ne m’entendais pas réfléchir, les mots qui sortaient n’étaient pas les bons, je ne pouvais plus penser. Super woman est en panne. Certains d’entre vous se sont inquiétés, c’est gentil, merci. Mais ça va mieux.

Je sais que c’est quelque chose qui nous menace tous, les pétages de plombs cérébraux. Une collègue m’a demandé comment j’avais fait pour limiter les dégâts, car elle ne se sent pas très bien non plus. Voilà comment j’ai fait :

  • J’ai écouté les miens. Je me suis freinée à temps, du coup.
  • J’ai fait le point de ce que je devais absolument faire là tout de suite, point de vue boulot, pour ne pas être dysfonctionnelle.
  • J’ai réfléchi à ce que je veux faire.
  • J’ai essayé de définir ce dont j’ai besoin, envie.
  • J’ai lu.
  • J’ai fait des tonnes de cookies avec les enfants.
  • J’ai regardé une comédie musicale.
  • J’ai mis des graines aux oiseaux, fait le tour des fleurs qui soudainement ont fleuri dans mon jardin.
  • J’ai fait des projets, avec mon mari, pour notre famille.

Autrement dit, je me suis rappelée ce qui est fondamental.

Ce qui est fou, c’est le nombre de témoignages que je reçois d’enseignants épuisés, à bout. Parce que ce métier nous passionne, parce que le vivre, c’est croire en un projet de société, pour certains parce qu’ils se sentent obligés d’en faire trop pour ne pas avoir l’air de ne pas en faire assez, nous nous laissons emporter.

Et si on balançait nos capes ?

A l'attaque !·école·Chez les collègues·Chez moi·Formation·Je suis fan·Quel beau métier·Tous ensemble !

Référente premier degré

15484198683028413424382590900213J’arrive à l’école de mon apres-midi de référente. Les enfants accourent vers moi : « Bonjour Claire! Chouette, on va faire des maths et on va reflechir et on va t’expliquer c’est comment dans notre tête ! » Les collègues m’accueillent : « dis tu m’avais parlé d’une ressource, tu pourrais me l’envoyer? Finalement je me dis que ça peut m’être utile » , « Tu sais tes fiches méthodes là dont tu avais parlé, tu me les passerais? Ça m’aiderait à reflechir », « bon, prête à nous aider au rallye maths? », « Regarde, j’ai des jeux super top pour travailler la multiplication. Tu les connais? », « j’ai besoin d’aide pour manipuler des outils informatiques. Tu pourrais m’aider? »

J’adore cette mission. J’adore. J’apprends, j’échange et je me sens utile.