A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·BRAVO!!!·C'est bien pratique·Chez les collègues·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Maths ailleurs·Maths et BD·Maths par les jeux·Maths pour tous·Merci !·Partager les maths·Tous ensemble !

MATHéMAGIE

J’ai fait récemment la connaissance de Sébastien Reb, professeur de maths en collège, fondateur et coordinateur du laboratoire inter-degré de Puisaye-Forterre. La spécialité du laboratoire, c’est d’étudier les maths à travers la magie. Et les ressources sont accessibles à tous, par exemple dans les publications MATHéMAGIE. Ce sont des pépites, qui regorgent d’idées à utiliser en classe. En voici des extraits :

Mais ce ne sont que de tout petits extraits ; il y en a plein plein plein, et pour tous les niveaux et tous les goûts. Pour ma part, je suis en train de tout catégoriser et de faire tranquillement mon marché, en veillant bien à associer les auteurs dans les documents pour que les sources soient visibles sur les documents que j’utiliserai en classe.

Quel boulot incroyable tout cela représente ! Car en plus des situations, il y a les explications et les solutions…

A l'attaque !·Actualité·BRAVO!!!·Chez les collègues·scandale·Tous ensemble !

AESH : dans quelles conditions ?

Les AESH, nos collègues, travaillent en ce moment dans des conditions déplorables, tout comme nous. Mais elles et eux, en plus, ont un salaire absurde. Leur rôle est pourtant décisif pour des milliers d’enfants, et pour leurs enseignants.

A l'attaque !·Actualité·Chez les collègues·Culture mathématique·Dur dur·Enseignement·L'éducnat·Maths et société·Maths pour tous·Partager les maths·Tous ensemble !

Désir de maths : en panne ?

Aujourd’hui, le 13/14 abordait ce thème, avec Anne Cortella (enseignante-chercheure, maître de conférences, membre du bureau de la commission française pour l’enseignement des mathématiques) et Sébastien Planchenault (professeur et formateur de Mathématiques, rattaché à l’académie de Versailles, président de l’APMEP) :

https://www.franceinter.fr/emissions/le-13-14/le-13-14-du-vendredi-21-janvier-2022

Tout de suite, Bruno Duvic a montré quel est l’air du temps : alors qu’Anne Cortella affirmait que les mathématiques sont indispensables au citoyen, il a demandé :

Pardon, pourquoi les mathématiques sont indispensables à la formation du citoyen ? L’histoire on voit bien, l’éducation morale et civique on voit bien, les maths pourquoi, ça m’intéresse ?

Quand mon mari prof d’histoire-géo a entendu ça, ça l’a bien fait rire. On nous avance sans cesse l’argument de « pour construire l’avenir il faut connaître le passé ». Quand on voit comment nos politiques se conduisent, et qu’ils sont cultivés justement en histoire (prétendument), on peut douter. Anne Cortella a d’ailleurs mentionné que ce point de vue sur la nécessité de l’histoire scolaire est peut-être une idée préconçue. Puis elle a développé en quoi les mathématiques peuvent développer la capacité de raisonner (non exclusivement : toutes les disciplines y contribuent, les maths d’une façon toute particulière) qui permet aux personnes de comprendre le monde, de développer leur esprit critique.

La pénurie des profs de maths a été évoquée, avec des solutions comme augmenter le niveau global de la population en maths, améliorer les conditions de travail des enseignants.

Sur les mathématiques au lycée, Sébastien Planchenault a exposé la situation au lycée, et a affirmé la capacité de la communauté mathématique à être force de proposition pour construire pour l’avenir. L’enseignement scientifique a été questionné, car la réalité n’est pas du tout ce que le projet prévoyait. Les conséquences à moyen terme sur certaines formations, comme la préparation au concours de professeur des écoles aussi.

Toujours sur Fance Inter et toujours aujourd’hui, on avait déjà parlé maths :

A l'attaque !·Allez les jeunes !·Apprendre·Au collège·C'est bien pratique·Calcul mental·Chez les élèves·Chez les collègues·Compétences·Culture mathématique·Décrochage·Dur dur·Je suis fan·Manipuler·Maths pour tous·Mes projets·Mots de maths·Représenter

Vers la multiplication

Dans mon collège, nous avons cette année accueilli un élève, en sixième, qui ne sait pas lire. Appelons-le Sorenn. En arrivant, Sorenn ne connaissait pas son alphabet, ni le code qui permet de déchiffrer, même pas dans son principe. En mathématiques, il sait additionner, mentalement pour des nombres pas trop désagréables, et soustraire s’il peut le réaliser sur les doigts. Il ne connaît pas le sens de la multiplication.

Un mystère, c’est comment il a ou arriver en sixième dans ces conditions : pas de dossier de quoi que ce soit, pas de notif MDPH, un dossier scolaire vide de toue particularité alors qu’il a toujours été scolarisé. Juste des évaluations, calamiteuses, et des mentions de bonne volonté.

Je travaille avec Sorenn deux heures par semaines depuis le mois de novembre. Parfois, c’est difficile : il a une histoire de vie douloureuse et n’est pas toujours en mesure de s’assoir ou de réfléchir à des concepts. Je le comprends, mais je veux et je dois lui apprendre des choses. Alors je m’adapte : j’essaie de l’emmener le plus loin possible, et quand vraiment c’est contreproductif ou qu’il risque de souffrir, je contourne la difficulté. Nous jouons à la bataille navale pour travailler le repérage et la logique élémentaire, nous allons chercher des formes géométrique dans le collège, dans la cour, pour les nommer, les décrire, les dessiner à main lever puis de façon instrumentée en revenant en classe, nous mesurons la hauteur au-dessus de mon tableau pour déterminer si un affichage peut ou pas y rentrer, etc. C’est un défi permanent, mais je suis seule avec lui, ce qui me permet cette adaptation. C’est passionnant.

Pendant plusieurs semaines, Sorenn a appris avec moi à prononcer les lettres de l’alphabet. En capitales, en cursive. En script, c’est encore difficile mais on progresse. Sorenn arrive à lire des mots entiers, tant qu’il n’y a pas de ou, de eu, de in et leurs variantes. Il parvient à copier des phrases simples et courtes. Il sait à présent comparer des nombres entiers, jusqu’au million, même avec des zéros mal placés, et à résoudre des problèmes additifs. Il réalise des figures et verbalise de façon structurée le programme de construction. Il a progressé d’une façon fantastique, grâce à de supers outils sur lesquels je me suis reposée. Mais voilà, le script coince sévèrement et le stresse terriblement. Quand il commence à se lever et à tourner façon lion en cage, je sais qu’il y a péril. Je parviens parfois à le récupérer sur la même tâche, parfois pas.

Comme il fatigue de cet apprentissage de la lecture et de l’écriture, aujourd’hui j’avais piqué une ressource qu’utilise mon mari pour lui faire comprendre la multiplication : sur l’école de Crevette, il a trouvé ces fiches :

Ces fiches m’ont plu : il y en a plusieurs, et même un effectif assez important, ce qui permet de travailler le sens, d’expliquer les enjeux, et ensuite d’automatiser et de laisser en autonomie de façon graduelle. Ensuite, elles commencent par travailler la commutativité de la multiplication, ce qui est à mon sens absolument fondamental et pas du tout évident. Ce matin, en une heure, nous avons travaillé sur trois fiches de chaque exemple ci-dessus. J’avais bricolé des outils supplémentaires (des fiches pour représenter en faisant appel à la commutativité, de différentes façons), sorti du matériel, nous avons rangé, dérangé, organisé, organisé autrement.

Au final, Sorenn a compris des choses. J’ai l’impression qu’il a vraiment progressé sur le sens de la multiplication, mais cela reste à vérifier, évidemment. Nous avons aussi beaucoup travaillé les symboles d’opération, la façon de les exprimer (Sorenn disait au départ « plus » ou « fois » de façon indifférenciée devant + ou x), ainsi que le signe « = ». C’était passionnant, et épuisant. Je suis ressortie épuisée. Bon après j’ai récupéré, mais sur le coup, j’avais les neurones en cacahuète. En tout cas, il est passé d’une représentation imagée à la représentation symbolique, ce qui est un indicateur favorable.

J’ai hâte d’être à demain pour retrouver Sorenn.

A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Apprendre·BRAVO!!!·Chez les collègues·Culture mathématique·Expo de maths·Maths en vidéo·Merci !·Partager les maths·Tous ensemble !·Vidéos

On fait des maths dans un labyrinthe

On fait des maths ? repart en balade, dans une ferme. Stéphane et Adrien nous font partager leurs promenades, et c’est super chouette à nouveau. La cave à fromage fait rêver… Et l’objet mathématique, c’est le labyrinthe et deux méthodes pour en sortir à coup sûr. Suivre le mur de droite (avec une justification par l’absurde), l’algorithme de Trémaux (j’aurais bien aimé tout de suite la justification avec la théorie des graphes, moi, allez, siouplèèèèè !).

C'est bien pratique·Chez les collègues·Je suis fan·Merci les copains·Tous ensemble !

Le dépôt collaboratif : mes prep, tes prep, ses prep

Plusieurs collègues m’ont récemment demandé un accès à mes préparations, aux ressources que j’utilise. Ces ressources sont à disposition, en cliquant sur l’icône Dudu dans le bandeau à droite de l’écran à partir de la page d’accueil de mon blog. Là, juste à droite ! Ensuite, vous suivez « Cours complets, évaluations », puis « Cours et exercices » et j’ai tout déposé dans « Ressources Claire L 2021-2022 ». J’ai mis à jour aujourd’hui, ce qui fait que sans doute certains fichiers ne seront visibles que demain.

Si vous avez envie de participer à l’aventure, vous pouvez déposer des ressources en cliquant sur l’autre icône (qui s’appelle de façon très pertinente « déposer des ressources pour partager). C’est tout simple, vous verrez.

Capture d’écran 2018-09-01 à 08.52.09.png

Et dans ce dépôt, il y a beaucoup d’autres ressources, de beaucoup d’autres collègues qui ont joué le jeu du collaboratif. Merci à eux ! Et merci à Arnaud Dudu, qui héberge et organise tout cela de main de maître.

A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·BRAVO!!!·C'est bien pratique·Chez les collègues·Culture mathématique·cycle 2·Cycle 3·Cycle 4·Je suis fan·Maths en vidéo·Maths et arts·Maths et société·Maths par les jeux·Maths pour tous·Merci !·Partager les maths·Sixième·Tous ensemble !

Culture (très très) classe

Ouh, la jolie pépite que m’a trouvée mon mari ! Culture classe est un site plein plein de ressources centrées sur le cycle 3, mais parfois utilisable avant ou après. Samuel Creusevot, enseignant en CM2 et référent numérique dans l’académie de Versailles, met à notre disposition des fiches claires, utilisables facilement et vraiment très jolies : non seulement les contenus sont intéressantes, mais quel beau design dans tous les types de documents partagés !

Côté maths, il y a le monde des chiffres avec cet en-tête qui, forcément, m’a fait réagir moi aussi 😉

Une vingtaine de petits problèmes sont proposés, tous en lien avec l’environnement des élèves, et peuvent, en plus de mobiliser des savoirs et des compétences, permettre d’avoir un débat ou d’expliquer des éléments du quotidien dont ils n’ont pas connaissance. Parfait pour mes élèves de 6e, et certains problèmes conviendraient très bien pour mes 5e, avec de tout petits prolongements.

Et puis il y a les Petits Turing, dont je suis dores et déjà fan :

Voilà 24 exercices de décryptage variés et bien dosés.Magnifique, j’ai tout téléchargé pour les proposer à mes élèves, qui vont sans aucun doute adorer. En plus en ces temps de classes aux effectifs variant entre 0 et 14, pour cause de cas de covid, de cas contacts, etc., c’est parfait pour donner du travail sympa et qui peut se partager en famille. Ces fiches vont venir enrichir mes piles de travaux facultatifs à disposition. J’entends déjà les « Vous en avez d’autres, madame ? »…

On ne trouve pas que des maths, dans Culture classe, loin de là. On y trouve beaucoup d’histoire, d’anglais, d’arts visuels. Et des fiches « un peu (plus) de culture », que j’aime beaucoup également, en particulier l’explication des expressions.

Certaines fiches sont soutenues pour des vidéos, comme pour Kandinsky :

C’est toujours un plaisir de découvrir de nouvelles ressources de cette qualité, mais aussi une surprise de ne pas déjà les connaître. Merci monsieur Creusevot !

Apprendre·BRAVO!!!·C'est bien pratique·Calcul mental·Chez les collègues·CRPE·Culture mathématique·Didactique·Expo de maths·Formation·hommage·Je suis fan·Lire·Partager les maths·Représenter

Translation-fusion-projection : addition !

Un article de Culture Maths paru récemment s’intitule :

Cet article est absolument extra. Merci aux collègues qui m’ont amenée à le lire. Et vivement la suite, puisque c’est le premier d’une série…

L’idée annoncée en chapeau est de mettre à notre disposition des réflexions qui nous aident « à construire chez l’enfant un univers mathématique qui donne du sens à l’addition et à la soustraction en les enracinant à l’aide de concepts de géométrie et de logique élémentaires ». Voilà qui est fort alléchant, et la bonne nouvelle c’est que l’article tient tout à fait ses promesses.

On commence avec l’addition : l’addition-translation, l’addition-fusion. Cela fait écho avec ce que je travaille en 5e en ce moment : l’addition de relatifs. Certains élèves pratiquent mentalement l’addition-translation, du type « (-5)+(-8), je me place à -5 sur la droite numérique et je me « déplace » de 5 unités « vers la gauche » ». D’autres préfèrent « j’ai 5 marqueurs-unités négatifs, j’en ajoute 8, toujours négatifs, et ça m’en fait 13 négatifs, donc -13 ». Pour des calculs du type -5+8, on retrouve les mêmes types de représentations mentales, avec une annulation à la Dudu des marqueurs positifs et négatifs deux à deux, tant qu’on peut. Et la fusion est représentée avec le boulier, au travers d’une analyse claire et complète, qui amène à l’addition-projection, super chouette.

Et ensuite, on passe à la soustraction, avec des approches similaires.

Passionnant, cet article, et tellement accessible ! J’aime particulièrement le lien explicite avec les propriétés conceptuelles comme la commutativité de l’addition, la réversibilité addition-soustraction, mais aussi cette façon de multi-représenter. C’est une pépite pour la formation.

Allez les jeunes !·BRAVO!!!·Chez les élèves·Chez les collègues·Je suis fan·Parole·Tous ensemble !·Vidéos

Toute la lumière sur les SEGPA : ouahou !!!

Le festival « Toute la lumière sur les Segpa » existe depuis 11 ans, à Marseille, au cinéma l’Alhambra. Des classes de SEGPA réalisent des courts métrages, récompensés par un jury de professionnels et par les élèves eux-mêmes ; d’autres classes réalisent l’affiche de la journée festival et les trophées. C’est un travail sur l’année, qui apporte des savoirs, des compétences, de la confiance, qui fait penser le rapport à l’école et la relation aux autres. C’est aussi une très belle façon de donner à voir les élèves de SEGPA et le dispositif lui-même.

On a réussi à faire un court métrage, on a découvert différents métiers acteurs, réalisateurs, on a appris à écrire et écouter autour de nous les avis des autres.

Le directeur du cinéma qui accueille et soutient l’événement espère  » se servir de cette polémique, de cet éclairage suscité par la sortie de ce film pour parler de ce qu’est réellement la section Segpa. » Excellente idée !

Pour ma part, j’ai visionné pour le moment quelques films, et je suis admirative du boulot réalisé par les enseignants et de l’investissement des élèves. J’ai adoré le film 2020-2021 du collège Edouard Manet, du début à la fin ; mais chaque film est une belle découverte.

Je suivrai la session 2021-2022, maintenant que je connais ce festival !