APMEP·Apprendre·école·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Culture mathématique·cycle 1·cycle 2·Cycle 3·Didactique·Enseignement·Expo de maths·Faut que je fasse mieux·Formation·hommage·Je suis fan·L'éducnat·Lire·Maths pour tous·Partager les maths

Question de RMD (référent mathématique de circo/départemental)

Deux collègues m’ont posé des questions sensiblement identiques, alors qu’ils ou elles s’engagent dans l’aventure de référent mathématique : que puis-je leur conseiller comme ressource ?

C’est hyper délicat, cette question : j’ignore tellement de choses… Et puis à quel moment un ouvrage devient-il une référence pour moi ? Enfin, je SAIS que je vais oublier des références d’ouvrages qui comptent pour moi, qui m’aident dans mon métier d’enseignante et de formatrice. Mais en même temps, en tout humilité, je peux partager ce qui me vient. Cela ne signifie pas qu’ils sont LES références ; mais ce sont les miennes aujourd’hui, là tout de suite, un dimanche matin d’été. C’est un mélange de manuels, d’ouvrages de didactique, de publications associatives… Mon bazar, quoi.

Pour le cycle 1 et le CP, je dirais d’emblée les petites histoires de Nathalie Sayac, parce qu’elles balaient tous les thèmes en posant les fondamentaux didactiques, sont accessibles aux enfants, outillent simplement les enseignants.

Pour l’accès au nombre, évidemment les Brissiaud Premiers pas vers les maths, apprendre à calculer à l’école et comment les enfants apprennent à calculer me semblent indispensables, ainsi que d’avoir mis le nez dans Les Noums. Je suis également toujours près Mes premières mathématiques de Stella Baruk, dont le guide du maître est un outil extraordinaire, et je révise souvent Les Numéras de Serges Petit et Annie Camenisch. Le site ACE est une autre ressource que je compulse régulièrement. J’ai besoin de ces différentes méthodes pour me forger mes propres repères, en fait.

Je relis très souvent les ouvrages de Roland Charnay, qui ont l’avantage de concerner tous les niveaux de l’école et tous les domaines. Ce sont des ouvrages clair, pratiques, en lien avec le quotidien des enseignants.

Il me manque une brochure sur le nombre et le calcul, avec une couverture un peu verte, mais pas moyen de me souvenir de ce que c’est… Pourtant je la lis souvent ! Est-ce de l’ADIREM ? Rhaaa, zut !

En géométrie, je lis beaucoup Valentina Celi et Claire Bielle-Winder (le Pliox, quelle pépite !).

Sur les grandeurs et mesures, j’aime bien ce bouquin, vers lequel je reviens régulièrement :

Evidemment, il y a les ouvrages comme Passerelles ou celui en anglais sur la corde à linge, qui me sont tout à fait indispensables. J’en parle dans cet article.

Il y aussi les deux guides récents sur les problèmes, que je trouve super : celui pour l’école, mais aussi celui pour le collège, qui m’est aussi utile pour l’école.

https://eduscol.education.fr/document/32206/download?attachment

J’aurais bien cité plus d’albums, mais je ne vais pas le faire car ils sont des supports mais porteurs explicitement en eux-mêmes de didactique.

Enfin, une ressource absolument fondamentale pour moi, ce sont les publications de l’APMEP. Lorsque vous êtes membre de l’APMEP, vous recevez Au fil des maths. Franchement, c’est une publication d’une incroyable qualité, qui renouvelle mes connaissances, me fait explorer des champs que j’ignorais, remet en question ma façon de penser. Et dans Au fil des maths, il y en a pour tous les niveaux d’enseignement, dont le premier degré. Par exemple, si j’ouvre l’exemplaire que j’ai là sous la main (le n°544, avril-mai-juin 2022), je trouve plusieurs articles explicitement tournés vers l’école :

L’APMEP a publié récemment un hors série spécialement premier degré. Une mine en accès libre :

Si vous souhaitez rejoindre l’APMEP, pour une première adhésion, vous cotiserez 30€. Avec 6€ de plus pour les frais de port, deux brochures vous sont offertes, et croyez-moi, vous ne pourrez plus vous en passer. En tout cas, moi, je ne peux pas.

https://www.apmep.fr/Adherer-S-abonner,5804
Actualité·APMEP·BRAVO!!!·Chez les cadres·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Culture mathématique·Enseignement·Enseignement supérieur·Evénement·hommage·Je suis fan·Maths et société·Maths pour tous·Merci les copains·Partager les maths·Tous ensemble !

Séquence émotion à l’APMEP

Ce soir, au local de l’APMEP, c’est la fête : nous fêtons les APMEPiens et les APMEPiennes qui partent du bureau : Lise, Luca, Agnès, Michel et Sébastien. Alors on papote, on chante, on se souvient et on fait des projets. L’investissement de toutes ces belles personnes fait de l’APMEP ce qu’elle est. Heureusement, aucun ne quitte l’association : elles et ils continuent de s’investir. Parce que c’est un projet de société qui nous porte, et l’envie de le partager.

Bon, pour la chanson j’ai seulement sélectionné trois couplets…

A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Actualité·APMEP·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Culture mathématique·Enseignement·Evénement·Maths et société·Maths pour tous·Partager les maths·Tous ensemble !

Et donc les maths au lycée en 2022 ?

L’ADIREM, l’APMEP, l’ARDM, la CFEM, Femmes & Mathématiques, la SMAI la SMF et la SFdS, à la suite de leur demande d’audience auprès du nouveau ministre de l’Éducation Nationale, ont été reçues jeudi 16 juin 2022 par Madame Julie Benetti, conseillère du Ministre et Monsieur Thomas Leroux, Conseiller aux affaires pédagogiques et aux savoirs fondamentaux. Le bilan de cette entrevue est ici, et donne lieu à un communiqué commun aux sociétés savantes citées en préambule :

On constate actuellement que la réforme du lycée a entraîné une baisse du niveau mathématique et scientifique général, un accroissement des inégalités de genre, territoriales et sociales, ainsi qu’une forte diminution du vivier scientifique et de sa polyvalence pour les années à venir. Ces problèmes proviennent surtout de la structure du lycée général [1] et mettent en danger la capacité du pays à pourvoir aux besoins en compétences scientifiques du monde économique dans un avenir proche.

Depuis plusieurs mois, le collectif des sociétés savantes et associations de mathématiques et de sciences [2]représentants de la communauté des universitaires, des professeurs des classes préparatoires et du second degré alerte sur ces problèmes. Elle demande la mise en place rapide d’un groupe de travail pour proposer des modifications des structures des deux classes terminales du lycée applicables dès la rentrée 2023, et d’inclure dans ce groupe la communauté éducative et scientifique, à la fois actrice de terrain et experte sur le sujet de l’enseignement et de la formation scientifique.

Les représentants de la communauté mathématique ont demandé à deux reprises une audience auprès du ministre de l’Éducation Nationale. Suite à la dernière demande, une délégation a été reçue au ministère de l’Éducation Nationale par Julie Benetti, conseillère du ministre, et Thomas Leroux, conseiller aux affaires pédagogiques et aux savoirs fondamentaux.

Il ressort de cette rencontre qu’aucune réflexion n’est actuellement envisagée par le ministère portant sur l’architecture du lycée qui est l’une des principales causes des problèmes signalés. En revanche, des engagements sont déjà pris pour alléger les programmes de l’option maths complémentaires de terminale pour s’ouvrir aux élèves ayant choisi l’option de première de 1 h 30 de mathématiques. D’autres allègements de programme sont également prévus en seconde et en spécialités maths en première. Nous rappelons que la CFEM, Commission Française pour l’Enseignement des Mathématiques [3], constitue le référent national sur l’enseignement des mathématiques associé à la Commission Internationale sur l’Enseignement des Mathématiques, et que, de nouveau, elle n’a été ni associée ni même consultée au préalable pour ces nouvelles décisions.

La proposition actuelle d’alléger les programmes sans toucher à l’architecture du lycée, non seulement ne répond pas aux besoins, mais conduit à de nouveaux impacts inquiétants pour les poursuites d’études :

• L’option de 3 h de maths complémentaires de terminale devenant accessible après l’option de 1 h 30, alors que son accès est pour l’instant réservé aux seuls élèves ayant suivi la spécialité maths [4], ce parcours sera donc nettement insuffisant, en contenu et en horaire, pour accéder à de nombreuses formations de l’enseignement supérieur où les disciplines scientifiques jouent un rôle important voire essentiel : économie, gestion, STAPS, géosciences, santé, biologie, chimie, informatique, physique. Cela risque d’impacter de manière majeure le recrutement via parcoursup et remet en question les stratégies des élèves pour leur poursuite d’étude.

• L’allègement prévu des programmes de la spécialité maths et de la seconde remet en question l’ambition ministérielle d’un programme plus exigeant que dans l’ancienne série S, qui permettait d’améliorer la formation des futurs scientifiques. Alors qu’on observe actuellement une diminution de moitié des profils d’élèves à spécialité maths/sciences comparé à avant la réforme du lycée [5], cette décision inquiète.

Depuis cinq ans, le ministère reste sourd aux alertes de l’ensemble de la communauté et de la société civile. Il semble se désintéresser de nos propositions constructives alors que les choix actuellement retenus conduisent la France à une situation de pénurie déjà visible des compétences scientifiques nécessaires pour répondre aux défis technologiques, numériques, climatiques, énergétiques, de la biodiversité des années à venir.

https://www.apmep.fr/Communique-des-societes-savantes
A quoi ça sert les maths ?·Actualité·Apprendre·Chez les chercheurs·Culture mathématique·Evénement·Partager les maths

Manjul Bhargava, explorateur des mathématiques

 Quelques dizaines de pages par le mathématicien Manjul Bhargava résolvent un problème mathématique vieux de plus de 80 ans : le mathématicien hollandais Bartel Leendert van der Waerden avait formulé en 1936 une conjecture sur la proportion de polynômes dont le groupe de Galois est « aussi gros que possible ». Mais personne n’avait réussi à le démontrer, jusqu’à Manjul Bhargava.

Il faut être explorateur, naturellement curieux et bien informé (pour faire de la recherche en mathématiques). Bhargava a eu l’idée de répartir les polynômes en trois paquets, et d’utiliser une technique de résolution différente pour chacun des trois paquets. Il est vraisemblable que les mathématiciennes et mathématiciens les plus compétents du domaine auraient fini par avoir les bonnes idées pour résoudre le problème pour chacun des paquets, mais encore fallait-il penser à ce découpage !

Béranger Seguin, doctorant en géométrie arithmétique à l’université de Lille
A quoi ça sert les maths ?·Allez les jeunes !·BRAVO!!!·Chez les chercheurs·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Maths et arts·Maths pour tous·Merci les copains·Ouaaaaaaaaaaaaah !!!·Partager les maths·Représenter·Tous ensemble !·Vidéos

Anamorphoses : Matthieu Robert-Ortis

On peut toujours compter sur les ami(e)s, décidément, que ce soit pour relire un manuscrit (merci Richard), pour débloquer une soutenance (merci Alice), pour donner la pêche (merci Caroline), pour rendre les projets possibles (merci Nadine), pour m’accueillir au pied levé dan sa classe (merci Aline), pour écrire un livre (merci Marion) ou pour partager des merveilles (merci Nourdin, Sonia, et toute la troupe…). Là, c’est Sonia Marichal qui m’a envoyé ceci :

C’est très, très fort :

La révolution des girafes, Matthieu Robert-Ortis

C’est un sculpteur français, Matthieu Robert-Ortis, qui réalise ces magnifiques sculptures qui dépendent du point de vue adopté par l’observateur.

L’anamorphose est une figuration et une abstraction, et la métamorphose est une figuration, une abstraction et une figuration.

Matthieu Robert-Ortis

Les références de Matthieu Robert-Ortis sont Georges Rousse, Félice Varini et Markus Raets. Connaît-il François Abélanet ?Ce pourrait être une belle rencontre.

A quoi ça sert les maths ?·Actualité·Chez les chercheurs·Culture mathématique·Enseignement·Expo de maths·Lire·Maths et société·Maths pour tous·Partager les maths·Tous ensemble !

Maths et démocratie

David Bessis a livré un entretien à l’Humanité du 16 au 22 juin 2022.

David Bessis revient sur ce qu’il identifie comme les deux préjugés les plus tenaces face aux mathématiques : leur aspect inné (ce qu’il développe de façon très efficace en fin d’interview) et le fait qu’elles seraient une affaire de logique, alors qu’elle sont affaire d’intuition selon lui.

Contrairement à une idée reçue, manipuler des notions abstraites est une activité physique. Quand vous imaginez un cercle, vous le voyez dans votre tête, et ça correspond à une activité cérébrale qu’on peut mesurer.

David Bessis, L’Humanité, 16 au 22 juin 2022

Là où je ne suis pas d’accord, c’est quand David Bessis juge le formalisme logique des mathématiques « grotesque et inhumain » (il dit aussi qu’il est nécessaire). On est dans une affaire de goût : je pense que les logiciens et bien d’autres mathématiques peuvent trouver ça beau… Et puis « grotesque », je ne comprends pas : je n’aime pas de tels mots, comme « ridicule », aussi. Ce sont des mots qui empêchent, qui complexent. Puisque ce formalisme est nécessaire, peut-il être grotesque ? (Tiens, voilà un sujet de philo pour le bac 2023 : le nécessaire peut-il être grotesque ?). Bon, je tends une perche à David, s’il passe par ici, histoire de débattre… 😉

Ca, je suis d’accord.

Pour ma part, j’aime autant enseigner des maths appliquées ou à appliquer que des éléments de langage. A partir du moment où ils sont transférables et utiles, bien sûr.

A l'attaque !·Actualité·Apprendre·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Faut que je fasse mieux·Formation·Je suis fan·Maths pour tous·Merci !·Partager les maths·Tous ensemble !

Former pour se former

Mon épopée limousine prend bientôt fin : je suis dans le dernier train de mon trajet ; ensuite métro puis bus, et je retrouverai avec bonheur ma famille, mes bestioles, ma maison. Je suis d’autant plus heureuse de rentrer que l’escapade a été délicieuse à tous égards : je me suis régalée de maths, de transmission, d’échanges, de resto, de la très grande gentillesse de mes hôtes. J’ai découvert l’outil Remédiation Tests de positionnement, je suis en pleine réflexion sur un matériel pédagogique proposé par un formateur pour aider à se représenter les pavés droits (mais je réfléchis encore), j’ai corrigé une erreur grâce à un collègue (je croyais qu’on pouvait percevoir la courbure de la Terre, en mer !), j’ai fait de bien belles rencontres… Jusqu’au looong voyage de retour, où j’ai fermé l’ordi pour discuter avec une élue municipale et aide soignante, toute jeune, pas du tout aux mêmes convictions que les miennes, mais passionnante et vraiment sympa.

14 heures de trajet, 4h30 de formation : une collègue m’a demandé hier « mais pourquoi tu fais ça ? ». Pour plusieurs raisons : j’aime bien bouger, faire des rencontres, découvrir « en vrai » des connaissances numériques, parler de maths, me rendre utile, former, confronter mes contenus à d’autres cultures, travailler en inter-métier, participer à un projet de société en travaillant avec un grand éventail de professionnels de l’éducation. Et plus que tout, former me permet d’apprendre, de me former. Alors c’est vrai, Limoges c’est loin de chez moi. Mais ce petit voyage m’aura permis de rencontrer de bien belles personnes, de tous âges, qui m’ont appris, aussi.

Actualité·BRAVO!!!·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Culture mathématique·Evénement·Je suis fan·Maths et arts·Maths et société·Maths par les jeux·Maths pour tous·Merci !·Ouaaaaaaaaaaaaah !!!·Partager les maths·Tous ensemble !

Mathématiques 2022 : belles, vivantes, pour toutes et tous !

Voilà une double excellente nouvelle ce matin : la SMF vient de remettre à Marie Lhuissier le #PrixdAlembert, pour son travail sur les Contes mathématiques. Et Sign’maths est lauréat du prix Ferrand.

Que la communauté mathématique fasse le choix de récompenser une jeune femme, lumineuse, créative, pour un travail mathématico-humano-artistique, et aussi un travail extraordinaire et collaboratif qui participe à un vrai projet de société inclusive, cela fait un magnifique début de journée !

Activité rigolote·Allez les jeunes !·Au collège·école·BRAVO!!!·Chez les élèves·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Cinquième·Culture mathématique·cycle 1·cycle 2·Cycle 3·Cycle 4·Enseignement·Evénement·Expo de maths·Je suis fan·Manipuler·Maths en scène·Maths en vidéo·Maths et arts·Maths pour tous·Merci !·Ouaaaaaaaaaaaaah !!!·Partager les maths·Représenter·Sixième·Tous ensemble !·Vidéos

L’expo normande de Regards de géomètre, édition 2022

Voici une vidéo réalisée par notre coordo normande, la fantastique Nadine Amossé, pour Regards de géomètre 2022 :

(vidéo retirée à la demande de l’association)

Merci Nadine !!! Et merci à tous les collègues et tous les élèves impliqués !