A l'attaque !·Apprendre·école·BRAVO!!!·C'est bien pratique·Chez les cadres·Chez les collègues·cycle 1·Faut que je fasse mieux·Je suis fan·Quel beau métier·Tous ensemble !

Accueillir tous les enfants l’école

L’académie de Besançon propose ici un dossier qui réunit des ressources pour l’accueil des élèves allophones en maternelle. C’est une pépite. Je ne peux pas lister ici la variété et l’utilité des contenus, mais je peux en donner quelques exemples : on trouvera des livrets d’accueil en une douzaine de langues, parfois assortis d’une version audio, des liens vers le site de l’Onisep qui propose des vidéos expliquant le fonctionnement le l’école primaire, là aussi dans différentes langues, un vade-mecum court et efficace pour l’accueil des familles, issu de l’académie de Paris, des activités de classe, des traductions de mots d’information, des ressources pour approfondir nos connaissances. Autrement dit il y en a pour tous les objectifs et pour beaucoup de cas concrets. C’est un beau travail, utile et très fonctionnel : le site est organisé de façon limpide.

Je vais explorer tout le site pour en dégager des outils qui me serviront au collège : j’ai des idées de transpositions intéressantes pour moi. Et je vais pouvoir me cultiver, grâce à ces ressources.

Actualité·Chez les cadres·L'éducnat·Merci les copains·Réformes·Télévision

« Nouveau » brevet et oral : ?

Une collègue m’a signalé cette interview. Comme je n’ai pas la télé…

A partir de 3 minutes 10, monsieur Blanquer parle du brevet. Il souhaite encourager la capacité à s’exprimer au DNB, avec des pratique d’expression orale… J’avoue être perplexe : il y a une épreuve orale au DNB, aussi importante que celle de maths, celle de français, celle d’histoire-géographie EMC et celle de sciences. Elle vise exactement à atteindre les objectifs cités par notre ministre : argumenter, s’exprimer à l’oral, développer un point de vue. Monsieur Blanquer ne l’a pas mentionnée. Que cela signifie-t-il ? Qu’elle va être renforcée ? Remplacée ? Qu’une autre épreuve se fera à l’oral ? Des langues, peut-être ? Ou la dictée ? 🙂

Ou alors on fait une épreuve de maths à la pythagoricienne.

 

Actualité·Chez les cadres·DNB

Un nouveau brevet ?

C’est à lire ici : Jean-Michel Blanquer envisage une réforme du DNB pour 2021. On approche le rythme d’une réforme du brevet par an. Le DNB, jugé «trop lourd» par le ministre, serait modifié dans le sens d’une valorisation ses engagements civiques des élèves. C’est ce que monsieur Blanquer a déclaré hier en commission des finances de l’Assemblée nationale.

1478639755461.jpg

Actualité·ça m'énerve·Chez les cadres·Réformes

Repérage, suite

J’ai regardé aujourd’hui les repères de sixième. Ils sont ici. Je crois bien que c’est la première fois qu’au collège nous avons des repères de progressivité en terme de périodes. Ce n’est pas le cas pour le cycle 4, mais pour le cycle 3, et donc la sixième, oui. Je suppose que l’idée est d’harmoniser avec l’école.

Capture d’écran 2019-06-03 à 19.18.29.png

J’ignore si ces repères sont prescriptifs ou indicatifs. C’est une information importante pour moi : s’ils sont indicatifs, pour aider les enseignants qui le souhaitent, d’accord. S’ils sont prescriptifs, je voudrais comprendre. Tout est là :

Alors les pourcentages simples, pour moi c’est première période. La multiplication de deux décimaux, j’aurais aimé qu’on nous explicite l’algorithme (j’espère qu’il est bien question de passer par la multiplication d’entiers et de revenir aux fractions décimales pour exprimer l’écriture décimale du résultat, puisque c’est cela qui est porteur de sens), plutôt que nous donner une date de mise en oeuvre. Quant à la quatrième décimale qui arrive en période 2, je vais plutôt choisir de la travailler quand nous en aurons besoin. Peut-être plus tôt, peut-être pas.

Et pour les fractions, j’ai mis cinq ans à construire une programmation et une progression qui m’assurent que les élèves savent toujours, un an après, que 2/7 est le nombre qui multiplié par 7 donne 2 unités. J’ignore si c’est en période 3, mais je ne vais pas changer pour risquer de manquer mes objectifs.

Je suis assez agacée : je voudrais qu’on m’explique plutôt qu’on ne m’ordonne ou qu’on me préconise. Cela me semble être une marque de respect. Quant à la confiance, je ne la lis pas dans ces lignes.

Actualité·Beaucoup de bruit pour rien·Chez les cadres·Cycle 4

Repérage

La semaine dernière, j’annonçais en stage ne pas savoir du tout si nous allions avoir des repères en cycle 4, et que je n’avais eu vent de rien. La plupart des collègues en face de moi espéraient, et moi j’espérais qu’ils ne sortent pas. Et là, paf, ils sont sortis. Côté intuition, je suis au top…

Pour ma part, je préférais ne pas avoir de repères, pouvoir m’adapter, d’autant que les programmes sont déjà explicites. Pouvoir respecter les rythmes d’apprentissage des enfants, pouvoir repousser à plus tard pour attendre le bon moment, pouvoir accélérer pour ceux qui sont prêts, bref différencier en toute liberté, c’est efficace. En même temps, ces repères ne changent pas grand-chose à mes pratiques : si je les regarde en quatrième, classe que j’avais cette année, j’ai fait des choses en plus (les puissances de dix d’exposants négatifs, la double distributivité, les probabilités, les rotations, l’étendue, les histogrammes), et il en manque quelques-unes (la médiane, le théorème de Thalès). De toute façon, disposer de repères n’oblige pas à s’en contenter : ils contiennent les évaluables au sens institutionnel, mais ce ne sont pas des crans d’arrêt. Ce sont des repères. manifestement leur parution ne rime pas avec révolution, dans mon cas.

J’y ai lu des choses que j’aime bien, cela dit :

J’aime bien que l’on considère les formules sur les puissances comme naturelle. J’aime aussi qu’on puisse dire le mot « vecteur ». Et j’adore les calculs qui impliquent ainsi les unités.

Chez les cadres·Chez les collègues·Didactique·Expo de maths·Faut que je fasse mieux·Formation·Je suis fan·Manipuler·Merci les copains·Question de grand·Tous ensemble !

Le glisse-nombres et sa virgule

En début de semaine, un de mes IPR a émis des doutes sur la pertinence de mes glisse-nombres. Depuis, j’y cogite sévère. Et comme j’anime des formations sur décimaux et fractions au cycle 3 de façon intensive, j’en profite pour en discuter avec les collègues.

La question est de savoir quoi faire de la virgule : mon IPR m’a fait remarquer que là où elle est placée, la virgule joue un rôle de séparateur qui peut être sur-interprété par les élèves, comme ils le font quand ils envisagent mentalement la partie entière et une partie décimale qui ne correspond d’ailleurs pas à sa définition mathématique. Et c’est vrai, cette critique. C’est pour ça qu’elle m’a trotté dans la tête depuis.

Alors que faire ?

Proposition 1 : ne pas faire apparaître la virgule, purement et simplement. Problème : mon objectif est que mes élèves conçoivent correctement l’écriture décimale, et pas seulement le nombre décimal. Sans virgule, je n’atteint pas mon objectif.

Proposition 2 : faire apparaître la virgule dans la case des unités. Problème : lorsque ma bande va se décaler, les chiffres vont bouger, mais la virgule aussi, quelle horreur !

Proposition 3 : prévoir une virgule amovible, pour la mettre dans la case des unités ou ne pas la faire apparaître. Problème : à nouveau, l’idée d’une virgule baladeuse me semble contre-productive.

Proposition 4 : dessiner la virgule juste au coin de la case des unités. Ah oui, pas mal.

Proposition 5, idée d’un collègue en formation ce matin : indiquer la virgule associée à l’unité dans la partie « légende » du glisse-nombre et c’est tout. Cette proposition me semble la meilleure, là tout de suite : en même temps elle bloque la virgule avec le chiffre des unités, elle permet d’insister sur la place des chiffres dans la partie glissante.

Je pense opter pour cette dernière solution dans l’immédiat. Elle vient de monsieur Rabouille, professeur de mathématiques au Havre . Et comme ma collègue formatrice est hyper réactive, elle a modifié en direct mon glisse-nombres.

Non mais quelle équipe !