Activité rigolote·Allez les jeunes !·Au collège·Calcul mental·En classe·Evaluer·Je suis fan·Maths par les jeux·Maths pour tous·Nouvelles technologies·Sixième

Le défi tables

Hier et aujourd’hui, en groupes, nous avons mené un défi de calcul mental grâce à l’application « Défi tables« , qui est décidément super. Je travaille le calcul mental à fond sur cette période, car j’en ai besoin en particulier pour le thème fractions et le thème priorités : si les élèves n’ont pas automatisé suffisamment le calcul mental, comment peuvent-ils comprendre les mécanismes que je vais leur faire découvrir ?

Les élèves se sont affrontés, deux par deux, et l’application Challonge gérait les rencontres.

J’avais choisi comme réglages :

pour Défi tables :

  • vingt calculs
  • quinze secondes
  • toutes les tables de 2 à 11
  • classique et opérations à trou

pour Challonge :

  • single stage
  • double elimination (pour la finale)
  • ronde des perdants

Les élèves ont beaucoup aimé, et d’ailleurs plusieurs sont revenus aujourd’hui, dans l’autre groupe, alors qu’ils étaient déjà là hier. Je pense essayer bientôt avec la classe entière, et comme Challonge permet de gérer plusieurs tournois en même temps, j’ouvrirai un autre tournoi pour tous ceux qui sont éliminés à partir des demi-finales du tournoi principal. Ainsi les élèves resteront en activité. Là, c’était bien ainsi, car les élèves encourageaient leurs camarades, mais avec toute la classe je préfère les lancer sur une autre activité.

Capture d_écran 2018-04-06 à 18.15.51

Les points principaux que j’ai trouvés positifs sont que :

  • des élèves en difficulté ou se vivant comme en difficulté ont été parfois excellents, ce qui leur a fait beaucoup de bien ;
  • les élèves résolvent plein plein de calculs, et ils en redemandent !
  • ils doivent apprendre à réguler le stress lié au temps limité, et parfois à la volonté de performance ;
  • certains élèves ont eu le triomphe bien trop peu modeste, et cela a permis d’en parler avec eux et que leurs camarades leur expliquent comme cela pouvait être pesant. Alors ils ont changé de comportement.

 

Activité rigolote·Allez les jeunes !·Au collège·Calcul mental·Cinquième·En classe·Je suis fan·Nouvelles technologies·Tous ensemble !

160 calculs chacun, au bas mot

Mercredi, en cinquième, j’avais prévu des corrections d’exercices, une réactivation de méthodes liées à la somme de relatifs et aux simplifications d’écritures, et un défi : le défi relatifs. Je voulais procéder comme avec ma collègue il y a peu, mais à l’échelle de la classe entière et sur un temps plus long. Nous avons donc dégainé les tablettes et nous avons lancé l’application « défi relatifs » de l’académie de Dijon.

Dans un premier temps, les élèves se sont échauffés : ils ont joué, l’un après l’autre (je dispose d’une tablette par binôme), selon les réglages indiqués sur les fiches que je leur avais distribuées, et en passant de niveau lorsque je les y autorisais. Pour accéder au niveau supérieur, il fallait avoir obtenu au moins 70% de réussite. Sinon, on recommençait simplement pour améliorer son score. Je craignais que l’élève qui ne joue pas s’impatiente, et j’avais prévu des exercices, mais commette les avais déjà indiqués sur Pronote en remplissant mon cahier de textes à l’avance, mes élèves les avaient déjà faits ! J’avoue avoir été très agréablement surprise… En tout cas, ils sont restés calmes, remplissant la fiche de scores du camarade qui jouait, lui expliquant ses erreurs, l’encourageant ou le remontant si’l se décourageait. Très bien.

À ce stade, ils remplissaient donc la partie individuelle puisqu’ils jouaient seuls :

Une fois que les premiers ont eu terminé le niveau 4, ils ont commencé à jouer par deux, en choisissant « défi ». Et les élèves ont géré au bout d’un moment les scores et les rencontres. Ca, ça leur a beaucoup plu, autant le jeu que  l’organisation choisie.

J’avais peur que cela tourne à la foire, un peu, mais non. Vers la fin, il y avait vraiment de l’agitation, mais pas désordonnée; il y avait du bruit, mais pas hors de propos. Et lorsque nous sommes passés aux quarts de finales, aux demi-finales et aux finales, la classe était calme et positive, encourageant les vainqueurs dans un bon esprit. Quelques élèves sont plus ou moins en difficulté lorsqu’il s’agit d’être « bons joueurs », mais ça aussi c’est un apprentissage, et c’est normal.

Quel bilan au final ?

  • Je ne ferais pas ça tous les jours : c’est intense, tout de même…
  • Avoir des tablettes dans la classe, c’est top. On gère le temps comme on veut, sans avoir besoin d’utiliser la salle info sur une séance complète.
  • Les élèves arrivés en huitièmes/quarts/demi finales ne sont pas forcément ceux qui sont le plus solide en maths, et c’est super !
  • Il faut que je progresse dans la gestion des rencontres. C’est hyper complexe, en fait… Et pour l’ignorante totale que je suis en rencontres sportives, j’ai négligé cette complexité dans mon anticipation.
  • Les élèves ont bossé comme des chefs : ceux qui ont fait le moins d’exercices d’échauffement et des rencontres en ont fait 8, tout de même… Soit 160 calculs, avec entrain et le sourire !!! Jamais ils n’auraient traité autant de questions sur papier. Et dans l’évaluation que je suis en train de corriger, cela se voit : ils sont vraiment compétents. Et puis les « C’est trop super madame ! », « J’adore le calcul mental !!! », « Je peux recommencer, j’ai fait 75% mais je veux faire mieux, je suis sure que je peux y arriver ! », forcément, c’est réjouissant.

Merci à Lise pour ses photos, et pour ses capacités organisationnelles !

A l'attaque !·Au collège·Calcul mental·Cinéma·En classe·Nouvelles technologies

Plus ou moins ou les deux

Nous avons commencé la séquence sur la somme de relatifs, en cinquième. C’est une des seules séances mono-thème de l’année : nous ne travaillons que sur la somme de relatifs, pendant une grosse semaine, puis nous passerons à la suite, en revenant évidemment dessus au travers des séquences à venir.

Voici comment j’ai commencé et comment je compte continuer :

Séance 1 :

  • Activité d’introduction : activité de la wii avec diapo
  • Recherche par les élèves, à finir pour la séance 2 + exercice 33 page 86

Séance 2 :

  • Correction de l’activité wii
  • Correction de l’exercice 33 page 86
  • Vidéo Dudu : la guerre des relatifs
  • Définition ensemble de la trace écrite
  • Exercices 34 et 35 page 86 pour la séance 3

Séance 3 (deux heures) :

  • Correction des exercices 34 et 35 page 86
  • Réactivation des méthodes, contenu de la leçon
  • Simplifier les écritures
  • Les élèves se séparent en deux groupes : une moitié fait le premier défi solo, et l’autre moitié travaille aux exercices 64 et 65 page 89 et 92 et 93 page 83, qui seront à rendre en DM vendredi. Au bout de 20 minutes, on intervertit. Ceux qui vont plus vite avancent dans les défis.
  • Une fois une rotation complète terminée, constitution de binômes pour un défi à deux, dont les modalités dépendent des réussites et des difficultés précédentes des élèves.

Séance 4

  • Plickers somme de relatifs
  • Jeu du chat / défi relatifs puis on intervertit.

En principe, la séance suivante, c’est celle du lundi de la semaine juste avant les vacances, et nous avons calé l’évaluation de février ce jour-là. Ce serait bien que nous ayons tenu nos objectifs pour que je puisse intégrer ces méthodes à l’évaluation.

Voici les documents sur lesquels je vais m’appuyer pour utiliser la super appli de Dijon :

Capture d_écran 2018-02-10 à 18.35.14

Je ramasserai ces fiches ensuite pour préparer la séance d’après. J’ai trois autres fiches, qui proposent des variations de réglages : avec des décimaux, des opérations à trou, l’écriture simplifiée. Et j’ai prévu une grille pour reporter les résultats au fur et à mesure, histoire de parer à toute éventualité.

Calcul mental·Chez les élèves·Cinquième·Dans les copies·En classe·Evaluer·Maths en vidéo·Maths par les jeux·Maths pour tous

Couper les cheveux en trois quatre

Ma séquence sur les priorités de calcul en cinquième, qui avait commencé par le calcul littéral, est terminée. J’ai évalué une première fois mes élèves, mercredi dernier, et j’étais ravie : 83% de réussite, selon mes critères. Rarement j’obtiens un aussi bon score au premier essai. J’étais très très contente. J’avais même bon nombre d’élèves qui avaient dépassé mes objectifs.

Capture d_écran 2018-01-21 à 15.32.34Capture d_écran 2018-01-21 à 15.31.41

Et puis jeudi, je vois la vidéo Dudu sur les priorités de calcul.Je me dis chouette, je vais leur montrer pour clore le thème (même si évidemment nous aurons besoin d’utiliser les priorités de calcul tout au long de l’année). Mais je la diffuse sans parler de priorités de calcul, sans rien d’explicite. Et là, c’est le drame.

Capture d’écran 2018-01-21 à 15.36.00.png

Après diffusion, je pose deux types de questions à mes élèves : d’abord, il s’agit de donner le résultat de chaque calcul. Ensuite, il faut répondre à la question de l’animateur : quel calcul est celui qui est le plus chuté, parmi un échantillon représentatif (de quoi, je n’en sais rien) de 100 personnes ?

Voici ce que mes élèves ont répondu pour les calculs :

Le premier calcul est réussi par tous, très bien. En même temps, il y avait peu de difficulté dans cet énoncé.

Dans le calcul 2, aucun élève ne s’est trompé sur les priorités, mais se tromper impliquait la manipulation de décimaux, et ça, mes élèves n’aiment pas du tout. Je ne m’explique pas la réponse « 6 », qui concerne trois élèves même pas côte à côte. L’élève qui a répondu « 4 » a pensé que 4 : 4=0.

Dans le calcul 3, ça va nettement moins bien…Plus d’un tiers des élèves se trompent dans la mise en ouvre des règles de priorités, en les ignorant. La réponse « 24 » résulte à mon avis de la même démarche, avec une erreur de table en plus. La réponse « 40 » est assez mystérieuse.

Dans le calcul 4, ça ne va plus tout tout. Moins de la moitié de mes élèves trouvent la bonne réponse. Ceux qui répondent « 0 » ignorent une nouvelle fois les règles et effectuent les opérations dans l’ordre de lecture. Ceux qui trouvent « -3 » ont bien calculé d’abord 4:4, mais ils ont stocké « 1 » mentalement, et en sont repartis. Ils ont donc effectué ensuite 1-4 au lieu de 4-1. A noter que plusieurs élèves n’ont pas commis cette erreur, mais l’ont prédite et ont désigné de ce fait ce calcul comme le plus difficile. Deux élèves n’ont pas répondu, manqués par le temps limité pour répondre.

Le dernier calcul est mieux réussi, mais c’est la fête aux erreurs de calcul et d’étourderie (« Ah madame j’ai pas vu la fin du calcul », « Zut, j’ai vu + au lieu de x », etc.) : c’est le dernier, les élèves sont concentrés sur le fait que c’est la dernière question, ou fatigués.

En tout, j’ai donc environ 70% de bonnes réponses. Si je conjecture le nombre de réponses fausses mais non dues à des erreurs de priorités de calcul, cela m’amène à plus de 80%, cela dit. Finalement, ce n’est pas tant un drame. Mais je reste perplexe : ces calculs étaient plus simples que ceux que j’ai proposés en évaluation. Alors pourquoi autant d’erreurs ? Voici les raisons auxquelles je pense :

  • Certains élèves ont été stressés par l’aspect jeu en temps limité ;
  • La répétition du « 4 » n’est pas favorable cognitivement car il brouille visuellement les repères ;
  • L’enjeu « priorités de calculs » n’avait pas été explicitement annoncé
  • L’erreur d’inversion de la question 4 est sans doute liée au fait que les élèves ont juste écrit la réponse, et pas les étapes de calcul. Dans l’évaluation écrite précédente, ils n’ont pas commis cette erreur.

Ce qui est certain, c’est que tous se sont vraiment très bien impliqués. Lorsque nous avons corrigé, beaucoup d’élèves étaient surpris et déçus d’avoir commis des erreurs sur des « choses qu’ils savaient ».

Quant à la prédiction du calcul le plus raté par « les gens », mes élèves n’ont cité que deux calculs possibles, les deux effectivement les plus chutés, avec des tas de bonnes raisons. Une de Capture d_écran 2018-01-21 à 16.05.03ces raisons, qui revient souvent, est liée à leur erreur dans le C : ils ont trouvé qu’obtenir un résultat négatif risquait de gêner les personnes interrogées. En même temps, ce qui est chouette c’est qu’ils se soient autorisés à répondre un nombre négatif alors que nous n’avons pas encore vu les calculs sur les relatifs. out en avons parlé, mais nous ne l’avons pas institutionnalisé.

Capture d’écran 2018-01-21 à 15.36.27.png

Du point de vue des justifications, c’est mieux. Les élèves ont vraiment essayé d’exhiber un ou plusieurs arguments. Il ne manque plus qu’ils écrivent de vraies phrases réponse, qui ne commencent pas par  » D car … », et ce sera vraiment bien.

Ma justification personnelle était : « Le calcul D semble le plus difficile, car il conjugue une difficulté liée aux priorités de calcul (il ne faut pas effectuer le calcul dans l’ordre le lecture, de la gauche cers la droite, car la division est prioritaire sur la soustraction), et la présence de deux opérations parmi les moins populaires : la soustraction et la division. De plus 4 : 4 présente une difficulté supplémentaire, avec sans doute « 0 » pour réponse pour une partie des personnes interrogées ». Je n’avais donc pas prévu l’erreur d’inversion, contre laquelle je mets en garde en classe, car elle est classique, mais que je n’avais pas observée (pour une fois) dans les copies.

Activité rigolote·Calcul mental·Chez les collègues·Maths par les jeux·Maths pour tous·Merci Pierrick

Encore un jeu, mais intersidéral !

Mon mari m’a signalé le jeu Multiplicaboost, qu’il a découvert sur le précieux blog Lutin Bazar.

 

Comme je réfléchis à perfectionner un module pour réapprendre le nombre et le calcul, je me dis que ce serait une acquisition intéressante. Je vais attendre les journées de l’APMEP, au cas où je concepteur soit présent là-bas et consente une petite ristourne pour l’occasion : 27€ le jeu (avec frais de port), ce n’est pas du tout excessif, mais si on veut s’équiper de plusieurs exemplaires, tout de suite ça tape fort !

Capture d’écran 2017-09-30 à 11.52.10.png

Un des atouts principaux, outre évidemment l’aspect ludique, me semble la possibilité de faire jouer des élèves de niveaux différents ensemble en leur proposant à chacun une règle adaptée à leurs difficultés.

Activité rigolote·Calcul mental·Chez les collègues·En classe·Evaluer·Je suis fan·Maths par les jeux·Merci les copains·Nouvelles technologies

L’horloge d’Albert de Claire

Grâce à Sébastien, j’ai mes horloges d’Albert :

Capture d’écran 2017-09-02 à 16.16.33.png

Grâce à seb, j’ai téléchargé l’appli sur mon téléphone et sur la tablette que j’utilise en classe. C’est pratique : il y a un bouton tactile sur la page d’accueil de la tablette, qui déclenche tout de suite l’horloge d’Albert. Un petit paf sur l’écran et hop, on a l’heure dans son format habituel qui s’affiche, histoire de vérifier.

J’ai hâte de l’essayer en classe !