Activité rigolote·école·C'est bien pratique·Calcul mental·Chez les collègues·Club maths·cycle 2·Cycle 3·Je suis fan·Manipuler·Merci les copains·Mes projets·Tous ensemble !

Des wraps non comestibles

Mon copain Abdel m’a fait découvrir ça :

IMG_1927

Mais qu’est-ce donc, vous demandez-vous, avides de découvrir ce que (peut-être) vous ne connaissiez pas ?

Hé bien voilà : vous disposez d’un wrap ups (tous sont différents dans un set). Au recto, il y a deux colonnes de nombres, et les deux premiers couples de nombres égaux sont indiqués pour démarrer.

IMG_1924

Au verso, il y a des marques en surimpression :

IMG_1928

Il s’agit d’enrouler le fil, en reliant chaque proposition de gauche à la bonne proposition à droite.

IMG_1925.JPG

Une fois qu’on a fini, on retourne pour s’auto-corriger :

IMG_1926

Ca existe pour les quatre opérations, les fractions… Je pense demander à mon établissement d’en commander quelques sets : c’est 10 euros le set et en particulier sur les fractions, ce serait utile en remédiation, et en devoirs faits.

 

 

A l'attaque !·Activité rigolote·Allez les jeunes !·BRAVO!!!·Calcul mental·Chez les élèves·Cycle 3·Sixième·Tous ensemble !·Vidéos

Priorités et bonnes idées

Ce matin, en sixième, nous avons terminé d’étudier les priorités de calcul. Pour clore ce bout de séquence, nous avons visionné cette vidéo :

Elle est vraiment top, pour faire un rapide bilan des priorités de calcul. En plus, ce qui est super, c’est de voir le taux de personnes répondant correctement : mes élèves se sont tout de suite demandé pourquoi tel calcul avait tel score, pourquoi ce classement de difficulté, ce que les personnes qui se sont trompées avaient bien pu répondre. C’était très chouette.

Mais ils sont allés plus loin : au calcul 4+4×4, la majorité des élèves m’a expliqué :

« On effectue d’abord 4×4 parce que c’est prioritaire, ça fait 16, et on ajoute 4, ça donne 20 ».

Mais un élève voyait les choses autrement :

Moi je me dis des 4, dans 4×4, il y en a déjà 4. Si je dois faire 4+4×4, ça me fait un 4 de plus, donc cinq « 4 », et je fais juste 5×4″.

Pas mal, non? On peut se dire qu’il a « juste » compris la multiplication, mais déjà ce n’est pas simple, et on peut aussi envisager sa démarche sous l’angle de la distributivité et de la factorisation.

Ce qui est encore plus chouette, c’est que ses camarades ont voulu comprendre. Il a fallu y passer un peu de temps, mais ça leur a plu. Et lorsque le calcul 4×4–4 est apparu, un autre élève s’est exclamé :

On peut faire pareil que L. : des 4 il y en a quatre, mais on en enlève un, donc ça ne fait plus que trois 4, et 3×4 ça donne 12.

Voilà une séance comme j’aime : tout ça prend du sens, les jeunes se posent des questions, veulent comprendre, s’écoutent et sont prêts à réutiliser ce qu’ils viennent de comprendre.

Capture d’écran 2019-05-15 à 15.03.48.png

Activité rigolote·Calcul mental·Chez les élèves·Chez les collègues·Club maths·Maths par les jeux

Radical-x à tous les niveaux

Aujourd’hui, rebelote pour tester le jeu Radical-x.

D’abord, avec des collègues. Globalement, ils ont trouvé le jeu très intéressant car résistant, et le placement des cartes difficile à comprendre. Il faut, pour certains, s’accrocher pendant la première partie, et après ça roule.

Ensuite, avec des élèves, de 6e et 3e. Ca a bien marché. Les 3e, en particulier, ont joué avec des cartes plus « difficiles » et ont aimé ça.

Enfin, avec des élèves de CE2 et de CM1. C’est sans doute avec eux que les règles sont passées le mieux. Ils ont tout de suite compris le principe des flèches et ont joué correctement avec naturel. Nous avons joué avec +, − et ×, et leur seule difficulté a été de devoir trouver des calculs avec une opération au choix : cela ajoutait de la difficulté, quand réfléchir avec des opérations imposées limite les combinaisons possibles.

Ce jeu a vraiment quelque chose de particulier. Il vaut la peine.

Activité rigolote·Calcul mental·Chez les collègues·Club maths·Maths par les jeux

Radical x

Eric Juban a eu la gentillesse de m’envoyer son jeu, Radical x, pour que je puisse l’essayer et relater ici mes impressions. Je n’ai pour le moment fait qu’une partie, mais je vais déjà donner les premières (impressions).

Le design, d’abord. Radical x tient dans une toute petite boîte cubique. Les cartes sont claires et minimalistes. J’aime bien le packaging, sobre et net.

boite.jpg

Les règles sont en ligne, sous forme de vidéo. C’est pratique car on comprend (presque) bien tout, du coup, avec le chapitrage réalisé. Pour ma part, j’ai eu du mal à comprendre un des cas de placement interdit de cartes, et j’en parlerai à monsieur Juban. Mais c’était clair pour ma fille, qui m’a réexpliqué.

Radical x est un jeu combinatoire, de réflexion et de calcul, qui peut se jouer au niveau primaire et à différents niveaux du secondaire, selon quelles cartes on choisit de jouer. Au niveau secondaire, on joue avec quelques fonctions sympa, comme le modulo. Pour gagner, il faut avoir le plus de points, et ces points s’obtiennent en plaçant le plus de cartes possible, globalement : on peut placer toutes ses cartes numériques, ou tous ses opérateurs, pour un point. Si on place tout, on a deux points, et si on joue une carte bonus on a trois points.

La première partie nous a semblé compliquée.Mais j’ai hâte de réessayer, car j’ai bien senti l’intérêt du jeu. En particulier, c’est un jeu de calcul qui va un peu résister aux élèves, y compris de lycée. Ca, ça manquait dans ma ludothèque de classe.

Demain, j’essaie Radical x avec des élèves au collège, et avec des élèves en école. J’aimerais aussi faire une partie avec une de mes collègues PE, qui est très ouverte aux jeux de maths. Et je réessaie avec mes enfants, aussi. Cela devrait me permettre d’avoir un avis plus précis.

Calcul mental·Chez les collègues·Evaluer

Oser écrire ses maths

Le journal du nombre est une super pratique : les élèves écrivent des maths, à partir d’une incitation. Par exemple, au CP, on va demander d’écrire des soustractions. En 4ème, on pourra proposer d’écrire des produits égaux à 1, en utilisant des écritures variées des nombres. Le journal du nombre, c’est un outil qui peut vivre à tous les niveaux d’enseignement. J’ai écrit ici sur cet outil.

Aujourd’hui, une collègue a très bien exprimé l’intérêt du journal du nombre : « Le journal du nombre, pour nous, il joue le rôle d’évaluation. Parce qu’on peut voir ce que l’élève sait faire, mais surtout parce qu’on peut voir ce que l’élève ose faire ». Et ce qu’il ose faire, c’est vraiment acquis. Car dans le journal du nombre, les élèves créent, inventent, sont libres de leurs écrits.

capture-d_c3a9cran-2018-05-02-c3a0-11-39-52.png

C’est chouette, cette réflexion.

Apprendre·Calcul mental·Culture mathématique·Question d'élèves

Un critère de divisibilité par 7

Question de mes élèves aujourd’hui : c’est quoi le critère par 7 madame, il y en a pour les z’ôt’nombres, alors ça doit bien exister.

Oui, il existe un critère de divisibilité par 7 (et même sans doute plusieurs, mais je connais celui-ci) :

  • On supprime le chiffre des unités du nombre considéré.
  • On obtient un nouveau nombre, auquel on retranche le double du chiffre des unités que l’on vient de supprimer.
  • Le nombre de départ est divisible par 7 si la différence que l’on vient de calculer l’est aussi.

Un exemple?

 Prenons un exemple: 157.

  • Je zappe les unités. J’obtiens 15.
  • J’effectue ma soustraction: 15 – le double de 7, soit 15 – 14, ce qui donne 1.
  • 1 n’est dans la table de 7, donc 157 n’est pas multiple de 7.

Cette méthode a des limites : elle n’a d’intérêt que si le nombre de départ est suffisamment grand, mais pas trop non plus. Mais ça, c’est le cas pour tous les critères de divisibilité. Tout de même, par exemple avec 77, cela amène à calculer 7 – 14, et à déclarer que -7 est divisible par 7, ce qui est un peu chaud en sixième.

A l'attaque !·Activité rigolote·Apprendre·Calcul mental·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Club maths·Culture mathématique·cycle 1·cycle 2·Cycle 3·Formation·Manipuler·Mes projets

Le boulier chinois

Je me suis enfin attaquée à la mallette du boulier chinois, très beau travail collaboratif de l’ESPE de Bretagne de l’IREM de Brest. Sésamath a participé pour le développement des bouliers virtuels.

Dans ce dossier, on découvre l’utilisation du boulier chinois (et aussi du boulier japonais). Des ressources permettent de bien comprendre, de s’entraîner, d’expérimenter  les schémas mentaux convoqués par son utilisation, mais aussi de visionner et de lire des témoignages d’enseignants, de CPC, etc. qui analysent et proposent des retours d’expérience. Des fiches permettent de construire ses propres bouliers.

Des fiches présentant des mises en oeuvre en classe sont à disposition, de la grande section au CM2. Les productions d’élèves sont très intéressantes.

capture d_écran 2019-01-09 à 15.42.31capture d_écran 2019-01-09 à 15.42.39capture d_écran 2019-01-09 à 15.42.44

Un article est consacré à la classe de sixième, avec de prolongements de l’utilisation du boulier sur les décimaux. Des exercices sont également proposés.

Capture d’écran 2019-01-09 à 15.38.31.png

Alors maintenant que je sais faire joujou avec mon boulier( mais je manque de plasticité intellectuelle, clairement), que vais-je en faire ?

J’hésite entre proposer des activités avec le boulier lors de la prochaine séquence, « la virgule de Stevin », our fractions et décimaux, ou me lancer seulement au club maths.

Me lancer au club maths serait un moyen tranquille d’expérimenter, de comprendre les difficultés des élèves et les différents écueils. Mais c’est peut -être dommage de s’y limiter.

L’autre question est : l’animation de Sesamaths passe-t-elle sur tablettes ? Jusqu’ici, rien de ce que j’utilise sur Sesamaths n’est possible sur les tablettes de ma classe. Et cela va considérablement compliquer les choses si je ne peux pas les utiliser.

Ou alors on fabrique nos bouliers, au club, dans un premier temps.

Mmmmmmh. Mouimouimoui.

Il faut que j’en parle à ma collègue.