BRAVO!!!·C'est bien pratique·Calcul mental·Chez les collègues·Cycle 3·Cycle 4·Expo de maths·Lycée·Merci !·Numérique·Tous ensemble !

Et un petit tour chez Jean-Yves

Jean-Yves Labouche, prof au lycée Français de Taipei, propose sur son site pleiiiin de ressources.

Ses propositions sur la symétrie et Mr Fox, le bonhomme de neige (il est superbe, même si le nôtre a souffert de l’humidité normande…), les tâches complexes sur la proportionnalité… J’ai envie de tester tout ce que je ne connais pas déjà ! Le classeur numérique de Scratch sera sans doute d’une grande aide à beaucoup d’élèves. Et il y a le Classeur (numérique) de mathématiques, constitué de fiches de calcul mental et d’automatismes pour les sixièmes. 

Ces fiches ont pour objectif de développer des automatismes chez les élèves (calcul mental, conversions, utilisation de formules, valeur approchée, critère de divisibilité, …). Le travail se fait en autonomie car chaque fiche contient un QR-Code qui renvoie vers sa correction. Un autre QR-Code renvoie vers une vidéo qui permet aux élèves de s’entraîner en temps limité (comme à l’évaluation qui sera faite en classe).

L’ensemble des fiches (38 fiches) est téléchargeable (format PDF) en deux versions : couleurs ou noir et blanc (téléchargement des deux fichiers en bas de page). Les liens vers les vidéos dévaluations sont à télécharger également en bas de page.

C’est hyper pratique, comme outil.

Il y a vraiment des collègues extraordinaires. C’est tellement chouette !

Activité rigolote·BRAVO!!!·C'est bien pratique·Chez les collègues·Club maths·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Maths par les jeux·Merci !·Merci les copains·Tous ensemble !

Allez, pause : un petit tour chez AlgoRythmes

Je sors la tête de mes mallettes de didactique pour les Référents Mathématiques de Circonscription, un moment, tiens. J’en profite pour dépiler ce que j’ai mis de côté depuis une semaine. Alors pour commencer, une pépite de ma copine AlgoRythmes : un ressource qui propose des tas de jeux qui impliquent les maths, pour nos classes.

Capture d’écran 2020-02-23 à 11.37.41

Voilà ce que j’aurais aimé réaliser, mais je n’en ai pas eu la rigueur. Merci cocotte !

Capture d’écran 2020-02-23 à 11.37.48

A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·école·BRAVO!!!·Culture mathématique·cycle 1·cycle 2·Expo de maths·Je suis fan·Manipuler·Maths et société·Maths par les jeux·Maths pour tous·Mots de maths

Pas n’importe quoi, ces contraires

Hier, avec ma fille, nous sommes allées découvrir la nouvelle exposition de la Cité des sciences et de l’industrie. Mon mari, grâce à son blog, avait reçu des invitations au vernissage presse de l’exposition. Pour nous, il tombait au premier jour de vacances, alors nous avons sauté dans le train et zou.

Alors je commence par la fin : nous avons beaucoup aimé. Cette exposition est bien pensée, très soignée, adaptée aux petits, pour les amener aux apprentissages. Je vous raconte.

Capture d’écran 2020-02-18 à 10.08.39

L’expo Contraires s’inscrit dans la ligne de programmation Petits Curieux. Elle s’adresse aux enfants de 2 à 7 ans, et en effet sert très bien les objectifs du programme de maternelle et de CP. Elle est une illustration assez parfaite de ce paragraphe :  « offrir aux enfants un univers qui stimule leur curiosité, répond à leurs besoins notamment de jeu, de mouvement, de repos et de découvertes et multiplie les occasions d’expériences sensorielles, motrices, relationnelles, cognitives en sécurité ». Les enfants sont amenés  à  « apprendre en réfléchissant et en résolvant des problèmes », évidemment « mobiliser le langage », part très importante de l’exposition, à « agir dans l’espace, sur la durée et sur les objets », à « adapter ses équilibres et ses déplacements à des environnements ou des contraintes variés », « observer, comprendre et transformer des images », « explorer des formes, des grandeurs, des suites organisées », tout ce qui relève de l’exploration de l’espace, du monde, des objets, de la matière… Bref, oui, on est tout à fait dans les attendus pour des enfants de cet âge. En tant qu’enseignant, on ne peut que baver d’envie devant le matériel et les technologies mises en avant.

 

L’exposition propose plusieurs pôles : la rue des mini, le bazar organisé (on y travaillera particulièrement la catégorisation, qui renvoie à moult questions de langage… « Rouge », sommes-nous tous d’accord ? Et « des formes qui se ressemble, que cela signifie-t-il ?), la maison décolorée, le parc dans le ciel (en haut/en bas, endroit/envers…) et l’école étrange.

Les explications sont données en miroir, une partie à lire à l’endroit et l’autre à lire en reflet. C’est l’occasion de parler symétrie axiale, avec des plus grands. En symétrie, est-ce « en contraire » ?

Capture d’écran 2020-02-18 à 10.08.25

La section qui m’a le plus attirée, et où nous avons passé pas mal de temps, c’est école étrange. Oh, elle nous a plu, cette école étrange… Avec ses chaises à l’assise non horizontale, son globe cubique, ses règles aux bords pas droits (comme j’aimerais une telle règle…), elle nous a séduites.

Je reviens avec en projet la confection de ceci pour ma classe :

Capture d’écran 2020-02-18 à 10.05.29

Un coin de la classe est dévolu aux mots des contraires. Là, toute une réflexion serait à engager avec les enfants : noir, est-ce le contraire de blanc ? La notion de contraire est-elle commune au langage courant et au langage mathématique ? (Réponse : non) Les publications proposés autour de l’exposition sont également un support pour organiser des débats avec des petits, quant aux domaines des langages et aux aspects relatifs ou absolus des mots.

Une page m’a fait penser à Stella Baruk et à une question qui lui a été posée lors de sa conférence, avec ses lapins couchés ou debout, ses oranges fraîches ou pourries :

Capture d’écran 2020-02-18 à 10.07.43

Nous avons pas mal tourné autour de « ce qui se pèse », aussi, et regardé, écouté les enfants dans leurs manipulations et leurs questionnements.

Et, même si ce n’était pas dans le champ des mathématiques, j’ai adoré la maison décolorée, et, particulièrement, l’animation des dessins. Ce passage immobilité/mouvement, 2D/pseudo 3D, couleur/incolore, est vraiment très très chouette. j’y ai laissé ma petite marque, pour le plaisir de jouer avec les enfants et de m’amuser.

Dans le dossier de presse, j’ai lu ceci, ce matin :

IMG_5291

Pari réussi. D’ailleurs, ma fille, qui a 15 ans et plus 2 ou 7, m’a demandé, en passant : « Alors, tu as dit qu’on a adoré ? »

 

Activité rigolote·Allez les jeunes !·Au collège·BRAVO!!!·Chez les élèves·Culture mathématique·En classe·Expo de maths·Je suis fan·Maths pour tous·Mots de maths

Nos histoires de palindromes

Le 2 février dernier, nous étions les 02/02/2020, ce qui, écrit en succession directe de chiffres, constitue un joli palindrome : 02022020.

J’avais sauté sur l’occasion et proposé ceci à mes élèves de sixième :

Capture d’écran 2020-02-02 à 13.43.36

Je leur ai proposé le 3 février (le lundi), et je voulais le corriger avec eux le vendredi. Et puis, une chose en entraînant une autre, nous n’avons pas eu le temps. Mais aujourd’hui, mes trois classes m’ont réclamé de revenir sur cette histoire de palindromes, et c’était manifestement pressant. Alors nous avons débattu. Plusieurs choses m’ont frappée :

  • Alors que cette tâche était facultative, non évaluée, sans rendu spécifique, énormément d’élèves avaient cherché. Ils avaient leurs petites notes, leurs traces de recherche dans le cahier d’exos ou de brouillon, c’était très chouette ;
  • Beaucoup avaient mobilisé papa ou maman, comme je le leur avais suggéré ;
  • Ils avaient réfléchir de manière très organisée, j’en suis restée baba. Je vais même attribuer le Graal du degré de compétence, le carré bleu, à plusieurs élèves qui ment scotchée ;
  • Nous avons travaillé activement sur cette tâche, et été vraiment en activité mathématique. Heureusement que je n’ai pas loupé cette belle occasion !

Alors, que m’ont-ils dit ? Citations d’élèves :

  1. « Un palindrome, c’est une idée de symétrie, et on peut tracer un axe pour voir le milieu. Mais c’est pas de la vraie symétrie, parce que les chiffres ils sont pas dessinés à l’envers. C’est une symétrie pour montrer voir ce qu’on va entendre de pareil. » Je vous avoue que j’adore leurs formulations.
  2. « En 2 020, il ne peut y avoir qu’un palindrome, parce que quand à droite du trait droit (ndlr : l’axe de symétrie) on écrit une année, on n’a pas le choix de ce qu’on écrit à gauche. Donc ça fait un seul palindrome par an, et encore, on n’est pas sûr qu’il soit bon ».
  3. « Il n’y a pas un palindrome tous les ans, parce que les deux derniers chiffres de l’année donnent le numéro du jour à l’envers. Mais du coup ça fait des chiffres des unités d’année avec 1, 2, 3 sauf en février parce qu’il y a que 28 ou 29 jours, et sinon ça peut pas« . Ouhaou, bravo.
  4. « 2 021 ça marche, avec 12022021. 2 022 aussi il y aura un palindrome, le 22 février. Et 2 023 déjà ça marche plus parce que 32 jours dans un mois ça existe pas« .
  5. « Donc la réponse à vot’ question c’est le palindrome de 2 021, et ensuite celui de 2 022, mais après il faut attendre forcément 2 030 parce que les unités au-dessus de 3 pour l’année c’est pas possible. »
  6. « Mais 2 030 ça marche avec le 03/02/2 030. Et ce qui est drôle madame, c’est que comme on a passé dix ans, ça fait passer un jour par rapport au nôtre, de palindrome. Ça veut dire que le 4 février 2 040 ça marchera aussi« .
  7. « Et moi j’ai trouvé autre chose : sur les années qui commencent par « deux mille », ce sera forcément soit en février, soit en décembre, les années de palindromes, parce que le mois doit se finir par un 2.« 

Non mais franchement, c’est pas le bonheur, ça ? Des élèves motivés, avec tous des choses à dire, qui jouent avec les chiffres. Pas un seul pour me prendre pour une gentille hurluberlue, avec mes années palindromiques.

Ou alors ça ne se voyait pas du tout.

A quoi ça sert les maths ?·BRAVO!!!·C'est bien pratique·Chez les chercheurs·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Maths pour tous·Tous ensemble !·Vidéos

Mathématiques : « une tempête à laquelle s’habitue ».

Christian Mercat a signalé sur Tweeter une vidéo d’Olga Paris-Romaskevich, chercheuse en mathématiques. Son intervention est tout à fait magnifique pour sa première partie. Je pense qu’elle est adaptée à mes élèves et je vais leur diffuser cette première partie pendant la semaine des mathématiques.

J’aurais bien cité quelques extraits, mais il y en a trop que j’ai envie de retranscrire. Je vous conseille donc d’aller l’écouter de poésie, de violences, d’amour et de beauté des mathématiques. En particulier, la description de la compréhension est magnifique.

En revanche, je ne suis pas d’accord avec la description des mathématiques scolaires, ni avec une perception qui me semble désuète du rapport aux mathématiques.  Nous ne punissons pas les erreurs, nous ne mettons pas tous des notes. Nous ne travaillons pas tous de la façon décrite, en travaillant le « combien » au lieu du « pourquoi ». La grande majorité d’entre nous, enseignants, travaillons justement le « pourquoi », et même le « comment faire pour répondre au pourquoi de toute question ? »

Capture d’écran 2020-02-12 à 07.44.06

A quoi ça sert les maths ?·Apprendre·BRAVO!!!·Culture mathématique·Ecouter·Expo de maths·Lire·Maths pour tous

Les probabilités bayésiennes de Thierry Lhermitte

Sur Europe 1, Thierry Lhermitte a participé en janvier à l’émission « Culture médias », et a promu les maths : oui, on peut aimer lire des maths même quand ce n’est pas son métier. D’ailleurs Philippe Vandel montre que lui aussi s’y intéresse.

Merci messieurs, voilà qui va à l’encontre de clichés, et c’est bien de rétablir naturellement les équilibres.

En dehors de cela, qu’est-ce qu’un « intello » ? Et quels sont les symptômes, à part avoir recours à son cerveau pour utiliser son intelligence ?

41rIeVlHVZL