Activité rigolote·Allez les jeunes !·Au collège·Chez les élèves·Club maths·Compétences·En classe·Je suis fan·Manipuler·Maths par les jeux·Maths pour tous·Mes projets·Sixième·Tous ensemble !

Mathiavélique, le jeu diabolique !

En AP en sixième, mes élèves ont fabriqué un jeu, du début à la fin. J’ai beaucoup aimé ce moment avec eux, et ils ont produit un travail d’une grande qualité.

Nous aurons consacré neuf heures au collège à élaborer Mathiavélique, le jeu diabolique, plus plusieurs heures pendant le week-end, où ma fille, élève de cinquième, est passée à la réalisation des plans de la classe de sixième.

Voici notre planning de séquence :

Capture d’écran 2017-06-21 à 15.45.08.png

Nous avons utilisé 5 heures d’AP (pendant lesquelles pratiquement toute la classe est venue systématiquement, alors que la séance concernait des groupes), 3 heures de cours, 2 heures de club maths, et pas mal de temps perso, sur un week-end.

Nous avons remobilisé ou mobilisé beaucoup de notions mathématiques. Nous avons parlé pourcentage, aire, fluctuation… Les élèves ont été très investis, ce qui a permis d’obtenir un beau résultat, dont je suis vraiment très fière, même si je n’ai été que chef d’orchestre.

Ce matin donc, les élèves ont présenté le jeu à notre chef et à des surveillants. Ils ont été très bien : nous avions préparé la présentation, un élève se chargeait d’expliquer les règles, chacun a lu des questions. C’était très chouette et je crois que nous avons réalisé un beau boulot.

Ce qui est amusant et qui m’a évidemment beaucoup plu, c’est que les élèves ont choisi, outre un super titre et un parcours en forme de π, des catégories correspondant aux compétences. Ils se sont donc approprié ces compétences : lorsqu’ils créaient leurs questions, ils savaient me dire à quelle compétence elles se rattachaient. Je pensais qu’ils auraient préféré des domaines du programme, tels que espace et géométrie ou nombres et calculs, mais non.

Autre surprise : ce ne sont pas les compétences modéliser ou raisonner qui les ont embêtés, mais la compétence chercher. Pour celle-là, ils ont eu du mal. En revanche dans représenter ils ont mis sans hésitation les questions liées aux écritures des nombres. Ils ne se sont pas cantonnés à des représentations statistiques ou de géométrie.

Quelques photos de notre week-end, avec le passage au concret par ma fille :

Elle est restée avec nous ce matin pour l’heure de test, du coup, les sixièmes l’ont applaudie, tout contents de son travail. C’était très sympa, et est représentatif du bon esprit dans lequel ils terminent l’année, alors que leurs qualités en matière collaborative étaient plus que limitées en début d’année. Ils ont grandi, ces jeunes gens !

À l’avenir, j’aimerais que la réalisation aussi soit faite par les élèves de la classe. Là, nous étions contraints par le temps et je voulais que ce soit tout beau… Car mine de rien, il nous a fallu plusieurs heures pour réaliser le plateau !

Allez les jeunes !·Au collège·Chez les élèves·Chez les collègues·Formation·Je suis fan·Lire·Tous ensemble !

Réapprendre à lire : capsule lancée !

Hier, l’équipe de Canopé venait au collège pour tourner une capsule autour du dispositif réapprendre à lire. Valérie Vilmain, qui a pensé le dispositif, sa mise en oeuvre et la formation des enseignants qui va avec, était là pour être interviewée, ainsi que ma collègue documentaliste, qui anime l’atelier avec moi.

Au départ, ça partait carrément mal : quatre absents, et parmi les autres, seuls deux élèves avaient le document autorisant à être filmé. Ouille, l’angoisse ! Heureusement A et E étaient là, avec leur document tout bien rempli. Ils ont donc été filmés, eux, et ont été interviewés. J’était déçue car ce sont deux élèves qui se sont débloqués assez brutalement en lecture, et que nos élèves allophones n’étaient pas filmables, ce qui est bien dommage. En plus cela a été très compliqué d’un point de vue logistique. Heureusement les surveillants ont été super et m’ont gardé les élèves lorsque j’avais  besoin de m’éclipser pour répondre aux questions. Valérie et ma collègue doc ont été évidemment super, mais ça c’était plié d’avance ; mais le bonheur du jour a été les deux élèves qui se sont exprimés. Ils ont été formidables, authentiques et tellement émouvants ! Du coup, ma déception de na pas avoir d’élève encore en difficulté à filmer en lecture s’est envolée.

L’année prochaine, on recommence ce dispositif. Mais dès le début de l’année, de façon plus carrée et en reprenant toutes mes notes pour être sûres de tout bien faire : comme Valérie était là, nous nous sommes rendu compte que nous faisions des choses de travers. Mais nous avons prévu du temps, avec ma collègue doc, pour reprendre tout ça. Et elle va suivre elle-même la formation de Valérie, pour que nous consolidions notre méthodologie.

Plusieurs capsules seront bientôt disponibles sur le site de Canopé, sur des sujets divers, tels que la co-intervention, le lire-écrire-parler. J’indiquerai les liens à ce moment là.

Allez les jeunes !·Chez les collègues·Evénement·Je suis fan·Maths par les jeux·Tous ensemble !

Pour Navadra ?

Lundi prochain, Navadra entame la phase de collecte qui lui permettra, j’espère, de se développer en restant autonome. Or pour qu’une campagne de crowdfunding réussisse, il est impératif qu’au moins 20% du montant recherché soit atteint pendant les 2 premiers jours… Gros stress pour les concepteurs du jeu !

Si vous en avez envie, ce sera ici, dès lundi !

PS pour mes élèves : hé, les jeunes, vous êtes dans la pub de Navadra… Trop la classe, non ?

Capture d_écran 2017-06-11 à 18.42.35

Capture d_écran 2017-06-11 à 18.43.20

A l'attaque !·Allez les jeunes !·Au collège·C'est pas des maths!·Chez les élèves·Chez les collègues·Décrochage·Formation·Lire·Tous ensemble !

Un sourire pour Valérie

Valérie, c’est une super prof des écoles en charge de SEGPA qui a mitonné le dispositif Réapprendre à lire au collège. Ce dispositif est maintenant bien lancé dans mon établissement. D’ailleurs grâce à Sandrine, qui y est documentaliste, ce dispositif va se développer l’année prochaine, et en plus nous allons pouvoir à nouveau travailler ensemble. C’est chouette.

Aujourd’hui j’ai donc mené une nouvelle heure dans le cadre de ce dispositif. les gamins font des progrès épatants, et ils s’en aperçoivent. Cela développe leur volonté de bien faire d’aller plus loin encore. Ils sont passés de 39 fautes en 17 minutes à 4 fautes en 3 minutes, par exemple. Epatant, je vous dis.

Et ce qui est encore plus beau, c’est qu’aujourd’hui, un de mes élèves du dispositif, habituellement muet et que je n’avais jamais vu sourire, s’est exclamé avec enthousiasme  » Madame Lommé, j’ai fait deux fautes et j’ai mis 2 minutes !  » Je me suis retournée pour le féliciter :  » Bravoooo ! Tu te rends compte comme tu as progressé en si peu de temps ?  » Mon élève m’a répondu  » Oui !  » en se déployant, lui qui est assez replié sur lui-même. Et il avait un large sourire vraiment, vraiment magnifique. Je suis tellement contente de l’avoir vu, ce sourire. Alors je l’envoie à Valérie.

 

A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Allez les jeunes !·Chez les élèves·Chez les collègues·Culture mathématique·Je suis fan·Lire·Maths pour tous

Des p’tits poèmes pour faire (aussi) des maths

La vidéo suivante provient de « Incl@ssables mathématiques », et elle est vraiment très sympa. Elle propose de réfléchir à l’oeuvre de Raymond Queneau (membre de l’OuLiPo) en mobilisant les arbres de dénombrement, les calculs de puissances et éventuellement la notation scientifique, et aussi les conversions d’unités. Il y a de quoi faire… Une idée d’activité pour l’année prochaine ?

A l'attaque !·Allez les jeunes !·CAPES·Evénement·Je suis fan·Pour mes étudiants·Tous ensemble !

Bravo !

Aujourd’hui, les résultats du CAPES sont parus, pour l’admissibilité. Deux de nos étudiants ne sont pas admissibles, malheureusement. Tous les autres le sont. Alors bravo à tous ! Pour ceux qui ont la chance d’être admissibles, foncez. Bossez, bossez, bossez. C’est vraiment une question de préparation, et le jeu en vaut la chandelle. C’est maintenant, la dernière ligne droite, et quelle que soit votre situation il faut tout donner. Capture d’écran 2017-05-22 à 15.29.01.png

Parce que si vous passez la barre de l’admission, vous serez enseignant stagiaire l’année prochaine. Une formation, et en parallèle des classes. Enfin la professionnalisation que vous attendiez. Et au bout, un métier, magnifique, passionnant, parfois envahissant et épuisant, mais toujours beau.