Allez les jeunes !·C'est bien pratique·Calcul mental·Chez les collègues·Cycle 3·Cycle 4·Je suis fan·Maths pour tous·Merci les copains·Nouvelles technologies

La fiche des applications de monsieur Auclair, pour le cahier de leçon

Un collègue m’a suggéré de fabriquer une fiche pour répertorier les activités de Dijon que j’utilise en classe. J’ai trouvé ça une très bonne idée : cela me permet de préciser quelles applis, quelles activités dans ces appli, quels réglages, d’informer les parents et de laisser une trace. Ce document viendra donc prendre sa place dans la partie « Numérique » du cahier de leçon.

Capture d’écran 2019-09-16 à 09.19.30Des applications pour s’entraîner en calcul (en pdf)

Des applications pour s’entraîner en calcul (en modifiable)

Activité rigolote·Allez les jeunes !·Chez les collègues·Culture mathématique·Mots de maths·Sixième

Mais pourquoi parasite ?

J’ai lu hier sur Twitter ce qu’est un nombre parasite. J’ignorais tout à fait que cette catégorie eût existé…

Capture d’écran 2019-09-15 à 18.22.32.png

Sur Wikipedia, j’ai trouvé ça :

Capture d’écran 2019-09-15 à 18.24.47

Je pense que je vais proposer un petit exercice à mes élèves :

Exercice :

Pose et effectue les multiplications suivantes :

  1. 102 564 × 4
  2. 142 857 × 5
  3. 1 012 658 227 848 × 8

Que remarques-tu ?

Actualité·Allez les jeunes !·Cycle 3·Evaluer·Sixième

Les évaluations nationales de sixième

À partir du 30 septembre et jusqu’au 18 octobre auront lieu les évaluations nationales, en CP, CE1 et 6e. Aujourd’hui, je me penche sur les 6e.

L’évaluation consiste en deux heures non consécutives d’évaluation sur support numérique, sur ordinateur, en ligne. Une heure concerne le français, l’autre les maths. La correction est automatisée et les résultats sont transmis à l’établissement (les élèves elles parents bénéficieront d’un retour). Ils sont destinés à guider l’enseignant dans ses créneaux d’accompagnement personnalisé, et dans des dispositifs facultatifs comme Devoirs faits, les stages de réussite ou les PPRE.

En mathématiques, les thèmes abordés sont le nombre, le calcul, la résolution de problèmes, la géométrie, grandeurs et mesures.

Sur Eduscol, des pages sont dédiées à présenter ces évaluations. Ici, vous trouverez des exemples d’items de l’évaluation de l’année dernière, avec des précisions. Par exemple, pour la question :

Capture d’écran 2019-09-14 à 18.14.55

on a ensuite la réponse, le domaine, les compétences associées et un descriptif.

Capture d’écran 2019-09-14 à 18.15.11

On peut aussi accéder à des critères de positionnement pour l’évaluation. Ici, on est sur une question liée aux fondamentaux, au premier niveau :

Capture d’écran 2019-09-14 à 18.15.31

Autre exemple, en calcul toujours, au niveau 2 (maîtrise satisfaisante) :

Capture d’écran 2019-09-14 à 18.22.16

Et un exemple au niveau 3 (maîtrise très satisfaisante) :

Capture d’écran 2019-09-14 à 18.22.40

Cette dernière question, ci-dessus, je ne l’aime pas : elle est technique, et ça, pourquoi pas, mais elle impose le tableau de proportionnalité. Or certains élèves pourraient sans doute résoudre ce genre de question autrement que sous la forme d’un tableau, même sas contexte. Et puis les valeurs proposées ne me convainquent pas, non plus. Mais bon, tout se discute, peut-être je passe à côté de l’intention des concepteurs, et puis je suis facilement grognon quand il s’agit de l’enseignement de la proportionnalité.

Quelques autres exemples :

Capture d’écran 2019-09-14 à 18.31.17
Une autre question de proportionnalité, qui n’est pas dans nombres et calculs comme la précédente parce qu’elle est contextualisée et assortie d’unités. Moui…
Capture d’écran 2019-09-14 à 18.30.54
Les ordres de grandeurs, voilà qui est important ! Mais est-on dans la compétence, ou dans la connaissance ?

Capture d’écran 2019-09-14 à 18.30.33Capture d’écran 2019-09-14 à 18.30.20

Capture d’écran 2019-09-14 à 18.29.27
Pourquoi cet ordre dans les réponses proposées ?

Mais en même temps que je râle, je sais bien qu’il faut faire des choix, et que moi-même je fais parfois des choix avec lesquels, plus tard, je ne suis plus en accord. Mais je râle quand même, un peu.

Ce document présente une liste d’items rassemblés.

Ce que j’espère, c’est que nous aurons accès à toutes les questions. L’année dernière, je n’ai pas pu les consulter, et j’aurais aimé faire une analyse plus fine, et par mon filtre à moi, aussi.

A l'attaque !·Allez les jeunes !·Calcul mental·Cycle 3·Mes projets·Sixième

Pour le moment, les nombres courent plus vite que mes élèves.

J’ai aujourd’hui fait le bilan de deux de mes classes après le premier entraînement de la course aux nombres. Cela m’a pris un petit moment, mais rien d’affreux. J’ai rempli un tableur de ce type pour chacun de mes élèves :

Capture d’écran 2019-09-12 à 18.38.54

À chaque fois, j’ai obtenu une validation ou une invalidation pour neuf domaines : système décimal, tables de multiplication, calcul mental, repérage avec des entiers, calcul réfléchi, arithmétique, repérage avec des décimaux, unités de capacité, unités de longueur.

J’ai obtenu des résultats intéressants : des élèves qui atteignent une médaille figurent tout de même dans des domaines de base, ce à quoi je m’attendais. Tous les élèves qui pêchent en repérage pêchent sur les deux repérages systématiquement. C’est d’ailleurs le repérage qui est le mieux réussi, suivi par les unités de longueur.

La surprise, c’est que seuls 4 élèves sur mes deux classes ont réussi à atteindre le cap que je m’étais défini quant à la maîtrise du système décimal. 13 n’ont pas besoin de réviser les tables et 12 sont au point en calcul mental en général.

Je vais pouvoir commencer les remédiations que j’ai prévues à la prochaine séance d’AP. J’ai hâte de voir en combien de temps mon dispositif sera efficace de façon mesurable…

 

A l'attaque !·Allez les jeunes !·école·Chez les collègues·cycle 2·Cycle 3·Faut que je fasse mieux·Formation·Mes projets

Continuité, des réels et le l’enseignement

Aujourd’hui, j’ai passé la journée à l’école, en CE1 et en CE2. Plein de projets, de beaux échanges, des réflexions collectives pointues, des enseignantes extra. Et une élève qui a du mal avec la numération en CE2, que la maîtresse aide grâce à l’affiche de la bande numérique. En voyant le regard de cette enfant, qui d’abord ne comprend pas, balayer la bande sans but, et puis au fil des questions et des explications se fixer au bon endroit, j’ai repensé aux difficultés de mes sixièmes pour donner des valeurs approchées pertinentes.

IMG_3167.JPG

Alors j’ai fait tourner la plastifieuse. Je vous montre ça en place dans la classe demain,et je le teste dans la foulée.

A l'attaque !·Allez les jeunes !·Chez les élèves·Dur dur·Mes projets·Télévision

Quand on diffuse une vidéo, que regardent les élèves ?

Voilà une question dont la réponse est assez désagréable. Je m’explique.

Mes séquences commencent par un problème ou une question qui va nous amener à devoir découvrir de nouvelles notions, apprendre des nouveautés. Et régulièrement, je commence par une problème en vidéo. Dès que j’ai commencé à procéder ainsi, il y a quelques années, j’ai associé à chaque visionnage une « fiche de visionnage ». Je pose des questions simples aux élèves, pour évaluer ce qu’ils ont compris, retenu et réussi à exprimer.

C’est assez dramatique, en général.

Non, je me corrige : c’est toujours un désastre en début d’année.

Et pourtant, je leur distribue la fiche avant de diffuser la vidéo. Nous la lisons ensemble, et j’explique ce que j’attends. La vidéo ne dure que quelques minutes, et je la diffuse deux fois. Je laisse le temps nécessaire pour remplir le document. Et tout est explicite avant de débuter : j’explique aux élèves comment cela va se passer, pourquoi je procède ainsi. Je leur dis que lorsque nous regardons une vidéo, ce n’est pas pour se distraire ou s’occuper, mais pour s’engager dans un travail. Je leur explique que c’est important de comprendre ce qu’on regarde et ce qu’on écoute, qu’il faut réussir à mobiliser sa concentration. J’annonce que j’accepte dessins, phrases bancales et fautes d’orthographe.

Bilan des courses : 41% de réussite dans une classe, 52% dans l’autre. J’ai été souple : j’ai privilégié d’évaluer le sens et non la forme. Parce que souvent, il faut s’accrocher quant à l’expression. Même 52%, c’est très très peu, sachant que l’expression écrite elle-même, le fait de répondre aux questions posées sans être tout à fait à côté rapportait des %.

Mais je relativise : c’est toujours comme ça en début de sixième. Et ensuite, les élèves s’améliorent : ils comprennent ce que j’attends, ils parviennent à se concentrer, ils n’ont plus peur de répondre des bêtises, ils reconnaissent un style général… Je ne suis donc pas angoissée, là n’est pas mon propos.

Mon propos, c’est que beaucoup d’enfants ne comprennent pas ce qu’ils regardent et ce qu’ils entendent à la télé, en gros. Or ils passent souvent un temps considérable devant. Il y a donc matière à s’interroger : quelle plus-value y a-t-il à les laisser regarder la télé ? Sans doute si on regarde avec eux, si on discute de ce qu’ils regardent, si on vérifie leur compréhension et qu’on régule leur choix de programmes c’est sans doute largement mieux. Mais ça fait un peu peur, quand même. Car cela signifie aussi que ces enfants supportent de ne pas comprendre. Je crois que c’est ce qui m’effraie le plus : qu’ils ne comprennent pas, qu’ils le sachent et qu’ils le supportent.

Unknown.jpg

Bon, en attendant j’ai hâte de les voir progresser.