Actualité·Chez les collègues·Lycée

Une pétition contre la réforme du lycée

Trois collègues enseignants en lycée dans le Var,  Cathy Martin, Stéphane Favier et Laurent POLI, ont lancé une pétition contre la réforme du lycée engagée. Ils écrivent :

Capture d_écran 2018-04-24 à 11.33.51

Le Café pédagogique leur consacre un article ici.

Ils concluent leur argumentaire ainsi :

« Une culture mathématique est nécessaire pour que chaque citoyen puisse exercer pleinement et librement son esprit critique »

Actualité·Chez moi·Je suis fan·Patatipatata

Printemps de prof

Les arbres devant le collège sont couverts de fleurs roses dont les pétales volent par vaguent

Je dis plus souvent « l’année prochaine, en 4ème… »

Les petites feuilles se défroissent sur les branches

Les visites évaluatives des stagiaires profs de maths et professeurs des écoles sont finies

Il y a des petites fleurs qui pointent partout dans le jardin

Les CM2 sont venus au collège

La pollution remonte

Les élèves de terminale paniquent

Sur mes programmations, il y a beaucoup de choses surlignées : c’est fait

Tout le monde parle mutation

Les écrits des concours sont passés

Les gros manteaux dorment au placard

Il faut descendre les stores dans la classe, sinon les élèves sont tout éblouis

Pour déjeuner à la cafet de l’ESPE, on ne fait plus la queue

Nos deux grands commencent à stresser pour les examens

Les élèves me liquident une boite de mouchoirs par semaine, merci les pollens

Dans mes classes j’ai dépassé la séquence 10

Quand on me propose une date pour une formation, elle est plus souvent libre

J’ai mille projets dans la tête

Capture d’écran 2018-04-13 à 07.16.56.png

A l'attaque !·Actualité·Chez les chercheurs·Dur dur·Evénement·Réformes

Les raisons de la colère

Le Café Pédagogique s’est procuré des notes de services écrites par notre ministre, Jean-Michel Blanquer, sur l’enseignement de la lecture, de la grammaire et du vocabulaire, du calcul et de la résolution de problèmes. Le Café pédagogique propose son analyse ici (pour le français) et là (pour les maths). Pour ma part, je n’ai pas encore tout lu. En revanche j’ai lu la réaction de Dominique Bucheton. En voici juste l’introduction :

« Soyons clair, c’est un texte très politique !  Les injonctions  du ministre ne tiennent pas la route et   sont en contradiction complète  avec les textes officiels, les avancées scientifiques et la culture  professionnelle qui n’est plus celle des années soixante. La visée centrale est électoraliste.  Il s’agit de plaire à un public nostalgique , conservateur, bourgeois ou non, mais attaché à la tradition, à l’image rêvée de l’école de pépé !   Plaire  aussi à ceux ou celles qui n’ont pas la moindre idée de ce qui se passe à l’école, qui ne comprennent souvent pas comment ni pourquoi leurs enfants sont orientés. Le   ministre leur  joue le jeu  des choses simples,  des évidences café du commerce « ah , la grammaire, ils en font plus assez, je vous le dis ! Ne dit-on pas que ce sont les plus gros mensonges qui passent le mieux ?« 

Madame Bucheton est en colère, et cela ne manque certainement pas de panache. J’ai hâte de lire tout cela de façon approfondie, mais avant tout je suis désolée. Désolée de voir comme le dialogue est rompu, désolée de voir comme les personnels de l’Education Nationale (à tous les niveaux) se sentent maltraités et méprisés, désolée de voir cette énorme fracture détruire encore les liens humains, désolée pour les enfants, qui sont ceux pour qui nous travaillons tous. Madame Bucheton prône que « ensemble on est plus intelligents« , que « le développement singulier a besoin du collectif« , je l’ai vue mettre toute son intelligence et son énergie à former les enseignants pour faire réussir tous les enfants. Quand on lit aujourd’hui sa tribune, on mesure la violence de la politique actuelle, dont j’espère qu’elle ne la découragera pas.

A l'attaque !·Actualité·ça m'énerve·C'est pas des maths!·Chez les chercheurs·Dur dur·Tous ensemble !

Cerveaux pollués ?

Un article du Monde.fr daté du 5 avril dernier alerte sur les conséquences de la pollution de l’air sur le développement du cerveau des enfants : « des chercheurs ont établi un lien entre une exposition lors de la période fœtale et des altérations cérébrales chez les jeunes enfants. (…) Les particules fines auraient également des effets délétères sur le développement du cerveau lors de la période fœtale – même à des niveaux conformes aux limites réglementaires. » On connaissait déjà  le lien entre une mauvaise qualité de l’air et les cancers du poumon, les infarctus ou les accidents vasculaires cérébraux (AVC) ». Pour ma part, je vis au quotidien en surveillant l’indice ATMO de ma région, pour anticiper et brancher ma machine à respirer lorsque l’indice quitte le vert pour flirter avec le orange.   La pollution, je la sens, physiquement. Alors forcément, cet article ne me surprend pas outre mesure.

Dans l’étude mentionnée, 783 enfants nés aux Pays-Bas entre 2002 et 2006 ont été suivis par les chercheurs, qui ont mesuré leur niveau d’exposition à la pollution de l’air au domicile de la mère pendant la période prénatale, observé, par imagerie à résonance magnétique, le développement de leur cerveau entre l’âge de 6 et 10 ans, et soumis ces enfants à des tests cognitifs. Conclusions : « Les enfants exposés aux niveaux de particules fines les plus élevés pendant la période fœtale ont le cortex plus fin dans plusieurs régions du cerveau de chaque hémisphère ». « Une exposition aux particules fines durant la période fœtale est associée à un nombre plus élevé d’erreurs » sur des tâches complexes, ce qui  a aussi des conséquences négatives sur le contrôle de soi et est en lien avec des risques de comportements addictifs, des déficits de l’attention ou à l’hyperactivité. « Ces retards cognitifs observés dans les premières années de l’enfant pourraient avoir des conséquences significatives à long terme (…) Il y a des risques accrus de problèmes de santé mentale et de moins bonnes performances scolaires. »

Ces résultats doivent maintenant être confirmés par d’autres études : « C’est un champ émergent. Contrairement aux conséquences respiratoires ou cardio-vasculaires, il manque encore un niveau de preuve élevé concernant les effets de la pollution de l’air sur le neurodéveloppement. »

Atmo Normandie

A l'attaque !·Actualité·Allez les jeunes !·ça m'énerve·CRPE·Patatipatata·Tous ensemble !

Un CRPE haut en couleurs, c’est possible.

Soyons clairs, soyons brefs : pour le concours, les consignes figurent toutes sur la convocation.

Capture d’écran 2018-04-08 à 14.02.43.png

Sur ces consignes, aucun type de stylos, aucune couleur ne sont proscrits.

On peut donc écrire de toutes les couleurs si on en a envie, et utiliser le crayon à papier.

Soyez juste sympas pour vos correcteurs : s’ils pouvaient corriger dans avoir les yeux qui pleurent ce serait sympa. Et ok pour des couleurs, mais à bon escient, si c’est pour clarifier ou structurer votre propos. Pour le reste, c’est le contenu (et sa lisibilité) qui est important.

On peut aussi, pendant qu’on y est, arrêter de stresser tout le monde dans tous les sens et rester raisonnables. Et peut-être se déconnecter des réseaux sociaux jusqu’à mercredi.

A l'attaque !·Actualité·Allez les jeunes !·CRPE·Evénement·Pour mes étudiants

Conseils pour l’épreuve de maths du CRPE

Attendez-vous à une déception, chers étudiants : je ne vais vous livrer aucun scoop. Rien que mon avis (donc parfaitement contestable) et du bon sens.

Pour réussir l’épreuve de maths du CRPE, je vous conseille de :

  • Commencer par la partie 2 si vous êtes d’un niveau « standard » ou « expert » en maths : en général, la partie 2 regroupe des exercices type tâches intermédiaires. Les exercices sont assez courts, indépendants entre eux. Vous allez trouver de quoi faire, forcément.
  • Bien lire, analyser la consigne de la partie 1. Souvent elle comporte des exemples ; testez votre compréhension de la consigne en vérifiant que vous êtes en accord avec ces exemples. Illustre, représentez-vous mentalement la situation, soyez souples et restez ouverts. Ça résiste ? Vous pouvez surmonter la difficulté, à condition de ne pas bloquer votre réflexion par un stress contre-productif.
  • Répondre à tout, en particulier dans les parties 1 et 2, même si l’on n’est pas sûr de soi : il n’y a pas de points négatifs, on ne risque donc rien de rien. Lancez-vous et ne décrochez pas d’un exercice parce qu’une question vous a bloqué. Au pire, si vous avez besoin d’un résultat précédent non trouvé, vous déclarez une valeur arbitraire pour continuer l’exercice.
  • Veiller aux valeurs approchées. Sauf mention contraire, on vous demande les valeurs exactes.
  • Faire figurer les unités, autant que possible. D’abord c’est important pour donner du sens à vos raisonnements et résultats, et en plus cela va vous aider à suivre le fil de votre pensée et savoir à quoi correspond ce que vous écrivez.
  • Commencer par décrire, dans la partie 3, ce qui vous est proposé dans les annexes. Décrivez tout. Par exemple, dans les productions d’élèves reformulez la démarche, expliquez ce qui est représenté sous forme de schémas, soulignez la présentation des calculs, évoquez les ratures et ce qui est barré, remarquez la présence d’une phrase de conclusion. Ensuite, analysez et proposez des conjectures. Vous pouvez en proposer plusieurs : on veut voir que vous savez réfléchir. En revanche, attention aux jugements de valeurs, aux phrases contenant « avec des élèves de bon niveau », « selon le niveau de la classe », et aux certitudes. Un « bon niveau », je n’ai aucune idée de là où ça commence, et puis rien n’est sûr : vous examinez des traces de recherche, nous n’avez pas l’enfant sous ma main. Ne jugez pas, ne concluez pas de façon univoque.
  • Soigner votre écriture. C’est fatigant, de corriger une copie difficilement lisible, et cela risque de jouer en votre défaveur, même si ce n’est pas volontaire chez votre correcteur. De même, n’hésitez pas à barrer proprement, mais ne gribouillez pas. Numérotez vos copies au fur et à mesure.
  • Ne pas passer trop de temps sur une question, mais ne zappez pas non plus en permanence entre les exercices ou les parties. Il faut pouvoir vous concentrer dans la durée sur une même tâche.
  • Vous relire, en particulier du point de vue de l’orthographe.
  • Ne pas chercher à étaler des pseudo mots clefs comme de la confiture sur une tartine. Avoir des connaissances en didactique, c’est bien. Nous avons beaucoup travaillé en ce sens. Mais attention, ne faites appel à ces connaissances que lorsque vous êtes sûrs de vous et que c’est pertinent. En cas de doute, expliquez par des périphrases plutôt que d’avoir recours à des termes inadéquats.
  • Toujours penser que vous êtes corrigés par des professionnels sérieux, motivés, et qui sont au point sur tous les axes du sujet. N’essayez pas de leur bourrer le mou : vous allez perdre, à ce jeu-là.

images

A l'attaque !·Actualité·Allez les jeunes !·CRPE·Evénement·Pour mes étudiants·Tous ensemble !

Clap de concours

Une année de préparation au concours de PE, voilà. Ca s’est terminé aujourd’hui, pour moi : le concours a lieu lundi et mardi. Aujourd’hui, c’était la dernière séance, avec Scratch et le tableur, et mes étudiantes ont vraiment bien bossé, encore une fois. En les regardant, je me suis dit de chacune « Oh oui, elle, elle va l’avoir »… Comme j’espère que ce sera le cas, que tous au moins, de tous mes groupes, signeront une performance en maths dont ils seront fiers par rapport à leurs espoirs !

De mon côté, notre année s’est terminée avec des mots doux, des remerciements pour avoir fait changer les regards, les envies sur les mathématiques, et puis avec des cadeaux (qui se mangent, miam !). Cela m’a touchée, vraiment.

Maintenant, il faut donc se tourner vers la toute dernière et courte ligne droite :

  1. on se couche tôt ;
  2. on mange équilibré ;
  3. on voit du monde, on papote, on écoute la vie des autres ;
  4. on se livre à ses activités favorites, celles qui font du bien ;
  5. On s’empêche de stresser, de cogiter, de tourner à vide. On va chercher au fond de soi la volonté pour se contrôler. Oui, c’est facile à dire, oui c’est difficile à faire, mais c’est vraiment un bon conseil ;64745654.jpg
  6. on prépare ses affaires une bonne fois pour toutes : convocation, carte d’identité, trousse complète, compas, rapporteur, règle, équerre, correcteur, stylos de couleur, crayon à papier, stabilo, calculatrice, piles de rechange, éventuellement calculatrice de rechange, un petit truc sympa et pas bruyant à grignoter, à boire, une montre ou un réveil ;
  7. si on révise, c’est de façon précise et avec parcimonie. Par exemple :
  • Comment apprend-on les techniques opératoires ?
  • Les typologies de Vergnaud
  • Les méthodes de calcul dans des cas de proportionnalité
  • Les formules d’aires et de volumes
  • Les définitions des figures de référence, à distinguer de leurs propriétés
  • L’apprentissage du nombre : l’ordinal, le cardinal, le principe itératif
  • on peut relire les programmes, en se limitant aux chapeaux si on veut une vision synthétique

Demain, je vous donnerai mes conseils pour l’épreuve.