Activité rigolote·Chez les collègues·Mes projets

Dudu power

Ils sont trop fort, ces Dudu… Ah tiens, ils seront là aux journées nationales de l’APMEP, chouette ! Voici leur dernière idée : après l’Albert Clock, l’Albert Chrono. La description est ici de façon complète.

On rentre le nombre de minutes qu’il reste avant telle ou telle échéance, et hop, on obtient un chronomètre qui indique ce temps sous forme de fraction d’heure.

Prenons un exemple tout  fait au hasard : à l’heure où j’écris, il reste 4h30 avant l’ouverture des journées. J’entre cette durée dans l’appli des Dudu, et hop :

Capture d’écran 2017-10-21 à 08.30.13.png

Essayons autre chose. Maintenant, si je suis mon horaire, il me reste 29 minutes avant d’aller fureter au château des Ducs de Bretagne. Cela donne :

Capture d’écran 2017-10-21 à 08.32.32.png

Ah bin oui, c’est moins rigolo, mais rien qu’avec ça je peux réfléchir avec mes élèves: pourquoi est-ce une fraction « transparente » ? Maintenant qu’il me reste 27 minutes, pourquoi vais-je obtenir :

Capture d’écran 2017-10-21 à 08.33.41.png

Je pense que je vais utiliser cette appli à la rentrée, comme réactivation de ce que nous avons vu en cinquième avant les vacances, sur les fractions mais aussi sur les critères de divisibilité et les nombres premiers. En dix minutes je pense que j’attrape mon auditoire, ils réfléchissent, les souvenirs remontent et la parole se réveille.

A l'attaque !·Activité rigolote·Actualité·Allez les jeunes !·Au collège·Chez les élèves·Chez les parents·Evénement·Je suis fan·Mes projets

Les journées de Nantes

Ca approche… La semaine prochaine, je serai en train d’animer un atelier, à cette heure-ci. Je dois mettre la dernière main à un de mes diapos, mais j’ai réussi à finir le montage du film de mes élèves hier, pour l’un des ateliers. Je suis très contente du résultat, et mes élèves ont été absolument super. Ils ont tout compris, et sont d’une bonne volonté touchante pour me rendre service en témoignant. Ainsi que leurs parents, qui ont accepté que leurs enfants soient filmés et que le résultat soit diffusé et mis en ligne. J’ai même des enregistrement en plus pour illustrer les compétences vues par les élèves, pour de futures formations.

J’ai hâte de leur montrer, à mes élèves, en avant-première !

Alors les jeunes, vraiment,

Unknown

Activité rigolote·Chez les élèves·Dans les copies·En classe·Evaluer·Maths en vidéo·Maths pour tous·Mots de maths·Sixième·Télévision

Kaamelott en sixième

Aujourd’hui, nous avons travaillé sur une séance de géométrie. Je voulais réactiver perpendiculaire, parallèle, sécant, et inciter encore sur l’importance du langage.

J’ai donc proposé de nouveau (je fais ça tous les ans) un extrait de Kaamelott. Et les élèves avaient une « fiche de visionnage » à remplir :

Fiche vision Kaamelott.jpg

Cette année, j’ai eu envie de consigner les réponses obtenues :

Première question : globalement, j’ai eu comme réponse « trois hommes » ou « quatre hommes », dont parfois « le roi », « le prince », « le sire » ou « le seigneur » voire « un des personnages est de haute importance », ou des précisions du type « ils sont plutôt chevaliers », ou « l’aubergiste », « l’écuyer », « deux prisonniers », et « deux esclaves tout nus ». Ouhlala, que vont imaginer les parents…

Deuxième question :

J’ai obtenu :

  • 10 « dans un château », ou « dans le sous-sol d’un château »
  • 5 « dans la cave »
  • 3 « dans un bar/une auberge »
  • 3 « dans une prison/un cachot »
  • 2 « Au Moyen-Âge » / « Au Moyen-Âge-Antiquité »
  • 2 sans réponse
  • 1 « dans un chêne » (???)

Les deux réponses qui en fait répondent à « Quand se déroule la scène ? » m’intéressent : voilà de quoi retravailler en AP.

Pour la troisième question, le résumé, voici des extraits :

  • « Ce sont des personnes qui discutent de géométrie »
  • « Deux personnes disent n’importe quoi et le roi les contredit »
  • « Deux hommes discutent de comment casser la pierre et ils se trompent de mots. Le roi explique comment employer les bons termes « parallèles » et « perpendiculaires » »
  • « Deux personnes inventent des mots qui n’existent pas »
  • « Ils veulent tracer des parallèles et des perpendiculaires mais sur la pierre on peut pas »
  • « Ils croient que 22 c’est impair »
  • « Ils disent comment se taper dessus »
  • « Ils s’embrouillent. Il y en a un qui a raison et l’autre qui se complique la vie »
  • « Ils font une démonstration de karaté en utilisant des mots inexistants »
  • « Ils sont en désaccord sur des termes géométriques »
  • « Ils veulent couper un taureau »

J’ai obtenu beaucoup de réponses correctes, voire très bien exprimées. A la première fiche de visionnage, sur une autre vidéo, ce n’était pas le cas. Je pense que mes petits élèves commencent à comprendre ce que je veux : ils s’expriment bien davantage.

La question 4 a été réussie par presque tous les élèves, avec des degrés de précision variés. Un élève a écrit :

« Je pense que mon professeur veut que je comprenne que les mots c’est important. Si on ne dit pas les bons précisément on ne comprend pas. Mon professeur veut aussi qu’on ne s’ennuie pas (vidéo marrante) ».

On avance.

A l'attaque !·Activité rigolote·Apprendre·ça m'énerve·Chez moi·Dur dur·Je suis fan·Merci Pierrick

Quand mon cerveau dit non.

Je révise aujourd’hui une formation que je présente mardi, et qui s’appuie sur des expérimentations de Stanislas Dehaene. J’ai le texte que voici, de Raymond Queneau :

Poor lay Zanglay

Ung joor vare meedee ger preelotobus poor la port Changparay. Eel aytay congplay, praysk. Jer mongtay kang maym ay lar jer ay ger vee ung ohm ahvayk ung long coo ay ung chahrpo hangtooray dunn saughrt der feessel trayssay. Sir mirssyer sir mee ang caughlayr contrer ung ingdeeveeduh kee luhee marshay suhr lay peehay, puhee eel arlah sarsswar.

Ung per plus tarh jer ler rervee dervang lahr Garsinglahzahr ang congparhrgnee d’ung dangdee kee luhee congsayhiay der fare rermongtay d’ung crang ler bootong der song pahrdessuh.

Ce qui est intéressant, c’est que cela fait plusieurs fois que j’essaie de le lire, et que je rame sévèrement. Je m’arrêtais systématiquement à « ung long coo« , jusqu’ici. mais comme je vais devoir être capable de remédier aux difficultés des collègues formés, aujourd’hui j’ai décidé d’aller au bout, persuadée que j’avais laissé tomber par manque de temps, par paresse… Hé bien non. J’ai laissé tomber parce que l’effort demandé à mon cerveau es trop important.

Lorsque tout à l’heure je me suis attaquée à la lecture, il s’est produit la même chose que d’habitude : j’ai calé à « ung long coo« , et pas moyen de redémarrer. Je lui ai pourtant intimé l’ordre de se reprendre, à mon cerveau, perplexe devant sa mauvaise volonté. Pas moyen. J’ai fait une pause, lancé une lessive, et je suis revenue à la charge. Mais non, toujours pas moyen. J’ai dû appeler mon mari à l’aide.

Peux-tu lire ce texte, lui ai-je demandé ? Alors il l’a lu, comme ça pouf, d’une traite. La seule différence est qu’il l’a lu à voix haute alors que je le lisais mentalement, car nous travaillons dans la même pièce et que je ne voulais ni le déranger, ni avoir l’air ridicule à galérer (!). Mais je ne pense pas que ce soit suffisant pour expliquer l’énorme différence.

Maintenant qu’il me l’a lu, je peux le relire. Il me faut me concentrer fort, mais j’y arrive.

Il faut que je réfléchisse à tout cela, mais je trouve ça en même temps très intéressant, hyper frustrant et c’est une expérience inédite pour moi. ne pas comprendre quelque chose, ça m’arrive tout le temps. Mais sentir mon cerveau caler et se mettre en veille, refuser franchement une activité, c’est une première de cette façon.

Activité rigolote·Calcul mental·Chez les collègues·Maths par les jeux·Maths pour tous·Merci Pierrick

Encore un jeu, mais intersidéral !

Mon mari m’a signalé le jeu Multiplicaboost, qu’il a découvert sur le précieux blog Lutin Bazar.

 

Comme je réfléchis à perfectionner un module pour réapprendre le nombre et le calcul, je me dis que ce serait une acquisition intéressante. Je vais attendre les journées de l’APMEP, au cas où je concepteur soit présent là-bas et consente une petite ristourne pour l’occasion : 27€ le jeu (avec frais de port), ce n’est pas du tout excessif, mais si on veut s’équiper de plusieurs exemplaires, tout de suite ça tape fort !

Capture d’écran 2017-09-30 à 11.52.10.png

Un des atouts principaux, outre évidemment l’aspect ludique, me semble la possibilité de faire jouer des élèves de niveaux différents ensemble en leur proposant à chacun une règle adaptée à leurs difficultés.

A l'attaque !·Activité rigolote·Au collège·Chez les collègues·Je suis fan·Maths par les jeux·Maths pour tous·Mes projets

Mastermind in de gymles, wat een goed idee !

J’ai découvert ici une vidéo qui fait jouer les enfants au mastermind en leur faisant aussi faire du sport :

 

Alors là, je suis franchement fan. J’ai trouvé une collègue d’EPS qui veut bien a priori organiser cette activité avec moi, à condition que je sois présente. Cela tombe bien : j’avais envie de l’organiser, mais à condition d’être présente.

Pour mon autre classe, pour laquelle les créneaux horaires ne sont pas compatibles, je pense que je vais l’organiser dans la cour. Mais j’ai peur qu’ils tombent et se blessent. Je dois me renseigner sur ce que j’ai le droit de faire :

  • Puis-je organiser une telle activité dans la cour, et les faire courir sur le goudron ?
  • Dois-je préférer l’étendue d’herbe au fond de la cour, mais qui normalement n’est pas autorisée ?
  • Ou bien dans le hall, mais alors cela va être très très sonore…
  • Que fais-je si des enfants ne sont pas en tenue de sport (et je n’ai pas accès aux vestiaires) ?
  • Puis-je trouver quelqu’un qui m’aide à l’encadrement ? Si bobo il y a, je préfèrerais être deux. Et aussi pour évaluer, d’ailleurs, car je ne pourrai pas avoir les yeux partout.

Il faut donc dès à présent que je réfléchisse à la mise en oeuvre.

D’abord, les règles. Sur la vidéo, l’enfant qui fait deviner lève de petits morceaux de bois lorsque le plot est à sa place. C’est possible car manifestement les enfants partent d’une situation de départ où ils disposent d’un plot de chaque couleur, et l’enfant qui fait deviner a lui aussi pour contrainte de choisir une suite dans laquelle aucune couleur ne se répète. Cela me semble très adapté à une situation de départ.

Mais ensuite, j’irais bien plus loin : je pourrais ajouter une couleur supplémentaire et laisser la contrainte « pas de double ». Dans ce cas, je pense prévoir une autre signalétique pour signifier qu’une couleur est proposée à tort. C’est sans doute plus simple que de procéder comme au vrai mastermind, en indiquant « blanc » pour une bonne couleur mal placée et « noir » pour une bonne couleur bien placée. Mais je pense conserver l’idée de lever le morceau de bois indiquant une proposition exacte devant la couleur correspondante : il faut garder un rythme de partie court.

Par la suite, je verrai si je complique encore en enrichissant le champ des possibles. Je peux prévoir une autre couleur encore, au cas où, pour ceux qui tourneraient vite. Ou bien les doubles deviennent possibles.

A ce stade, il faut penser au matériel :

  • des cartes de couleur, plastifiées, c’est facile.
  • des plots de mêmes couleurs que les cartes, ça doit se trouver, mais je n’arrive pas à en trouver de plus de cinq couleurs différentes jusqu’ici. Je cherche.
  • il faut que je dégotte quelque chose qui serve de support en même temps que de cache pour les devineurs. Un carton ne suffit pas, car il faut que ce soit assez long. Là aussi, je dois réfléchir.
  • des plaques de bois : il faut qu’elles soient assez grandes pour être vues de loin, et le bois permet une masse qui doit stabiliser.
  • des chronomètres, je vais en trouver auprès de mes collègues profs d’EPS.

Liste des choses à faire :

  • Consulter la vie scolaire et les chefs pour savoir comment je peux m’organiser : question du lieu ;
  • Trouver le matériel ;
  • Entrainer une ou deux fois mes élèves, sans l’aspect course ou temps limité. Pour cela, préparer une activité de classe ou de groupes. Ou les deux : d’abord de classe, ensuite de groupe, une autre fois, et nous réserverons l’activité combinée logique-EPS pour une autre fois encore. Comme j’ai pas mal de Mastermind dans ma classe, cela me donne un peu envie d’organiser un petit tournoi à partir du matériel dont je dispose, avec le « vrai » jeu. Mais en même temps l’idée est que toute la classe voie ce qui se passe, et ile st sans doute préférable d’utiliser un matériel unique de bout en bout.

Quelles compétences pourrai-je chercher à évaluer ? Par exemple, ça :

Capture d_écran 2017-09-29 à 19.39.05

Bon, je continue à mettre cette « goed idee » en forme.

 

Activité rigolote·Apprendre·Chez les collègues·Culture mathématique·En classe·Je suis fan·Maths en vidéo·Maths pour tous·Pour mes étudiants·Sixième·Télévision

Les shadoks comptent aussi

Alors que j’ai traité il y a une semaine de la numération shadok, un article sur blogdemaths propose une explication très complète de leur système, qui revient sur ce que nous avons vu en classe avec mes sixièmes, et avec de très belles maths ensuite.

Capture d_écran 2017-09-26 à 07.24.16

Capture d_écran 2017-09-26 à 07.24.31

Il y a là matière à concocter des activités de la sixième à la spé de terminale S !

Demain, on regarde la vidéo avec mes sixièmes :