A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Allez les jeunes !·Approcher les maths·Au collège·BRAVO!!!·Chez les élèves·Culture mathématique·Cycle 3·Je suis fan·Maths en vidéo·Maths par les jeux·Sixième

Le chaperon rouge dans Minecraft

Mes élèves ont été quelques-uns à trouver des idées très rigolotes pour réaliser le devoir maison que je leur avais proposé à partir de la super activité du petit chaperon rouge de Bernard Blochs et Jacques Lalande ; j’en ai parlé ici et . J’ai commencé à regarder un peu ce qu’ils m’ont rendu ces jours-ci et il y a des productions réjouissantes…

Exemple avec une réalisation Minecraft :

Activité rigolote·Apprendre·Chez les collègues·Culture mathématique·Expo de maths·Maths en vidéo·Partager les maths·Si si c'est drôle·Tous ensemble !·Vidéos

L’égalité de Pythou, épisode 8 !

Voici la démo de Eljj, alias Jérôme Cottanceau, entre autre Youtuber et auteur de l’ouvrage Les maths font leur cinéma, qui est sur ma liste de livres à acheter (il me faudrait une augmentation tellement j’en ai à acheter, mais celui-ci est en haut de la liste donc ça devrait bientôt venir) :

C’est à retrouver ici. Quel plaisir toutes ces démos…

La conclusion m’a bien fait rire !

A l'attaque !·Activité rigolote·Allez les jeunes !·Au collège·BRAVO!!!·C'est bien pratique·Chez les élèves·Chez les collègues·Compétences·Cycle 4·Je suis fan·Maths par les jeux·Maths pour tous·Merci !·Numérique·Tous ensemble !

Apprendre à se passer des tableaux de conversion

En cinquième, nous avons fini de travailler sur les aires, pour le moment. Alors il est temps de développer un peu la technique et de s’entraîner à convertir des aires. Mais mes élèves sont accros aux tableaux, et moi pas : je voudrais qu’ils convertissent sans. Pour cela, il faut être progressif, leur permettre de décrocher en douceur pour donner un sens différent aux conversions, aux unités d’aires : je voudrais qu’ils les relient au calcul, au sens des unités produit, à la dimension 2, pas au « j’écris des zéros » ou « je décale des trucs par-ci, par là », ou « je mets la virgule là et j’en mets une autre là ».

Premier niveau, avec tableau de conversion, on place le nombre donné au bon endroit. La virgule disparaît dès que le nombre prend place. Si on se trompe, on peut l’attraper de nouveau pour le replacer. Et on change son regard pour lire dans l’unité annoncée. Ce n’est pas simple pour tout le monde : certains élèves veulent absolument trouver une écriture décimale, même quand il s’agit d’un entier. Il y a deux niveaux et je laisse pour le moment les élèves gérer le niveau de difficulté et le passage au niveau suivant.

Deuxième niveau : sans tableau, et si on veut on s’appuie sur le tableau de conversions collé dans le cahier de leçons, dans une pochette plastique pour pouvoir écrire dessus au feutre et effacer. Mais ce document n’est qu’un appui, annoncé comme peu souhaitable à long terme, et temporaire. Et les élèves jouent le jeu : ils l’utilisent, puis s’en défont volontairement. Là aussi, il y a deux niveaux possibles et entre 5 et 20 questions par niveau.

A chaque fois, les élèves obtiennent un bilan simple à lire :

Et puis pour ceux qui ont fini, il y a les comparaisons, que j’aime beaucoup : cela permet de mobiliser le principe de comparaison et même temps les conversions.

A quoi ça sert les maths ?·Allez les jeunes !·Au collège·Chez les élèves·Chez moi·Culture mathématique·Maths pour tous·Question d'élèves

Questions étourdissantes

En mai, nous nous connaissons bien, les élèves et moi. Tous ne partagent pas mon amour des maths, mais la plupart l’ont perçu, le comprennent parfois, l’acceptent toujours. Alors cela me vaut des questions profondes et importantes. Rien que ce matin, dans deux classes de sixième :

Madame, qu’est-ce que vous préférez dans les mathématiques ?

Aujourd’hui, j’ai répondu que ce que je préfère, c’est démontrer quelque chose que je ne savais pas ou que je ne savais pas démontrer, quelque chose d’un peu résistant ou de pas évident, et ressentir la lumière de la compréhension : cette lumière intérieure qui éclaire tout et procure un tel plaisir.

Madame, vous pensez qu’il y a des mathématiques dans tout, dans le monde, dans tout ce qui nous entoure ?

Aujourd’hui, j’ai dit non, je ne crois pas. Mais je crois qu’on peut ramener beaucoup de choses à des idées mathématiques ou à des parallèles avec les mathématiques. Ce qui est concret contient en général une dimension mathématique. Mais l’amour ou la liberté ?

Madame, vous pourriez vivre sans faire de mathématiques ?

Oui, bien sûr. J’en serais malheureuse car je les aime et j’aime faire des mathématiques. Elles embellissent mon univers, me permettent de mieux comprendre le monde et de mieux réfléchir. Elles ne s’opposent pas à d’autres pans de la culture, qui agrandissent encore ma vie. Et comme je les enseigne, elles me permettent aussi d’être utile. C’est important pour moi d’être utile.

Allez les jeunes !·Au collège·BRAVO!!!·Chez les élèves·Culture mathématique·Expo de maths·Je suis fan·Lire·Merci !·Quel beau métier

Maths lover

Aujourd’hui, l’élève passionné de maths qui était venu fureter dans ma bibliothèque est revenu et m’a déposé son précieux classeur de découvertes mathématiques, avec un petit mot assez extraordinaire. Je suis flattée de sa confiance. Evidemment, j’ai mis le nez dedans avec gourmandise dès cet après-midi… Déjà, avoir un tel classeur est une merveille en soi, particulièrement à son âge.

Pour chaque page, j’ai envie de lui raconter plein d’histoires en plus, d’agrandir son regard… Mais je vais voir ce qui l’intéresse le plus et veiller à ne pas lui farcir le crâne, déjà bien rempli.

A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Actualité·Chez les collègues·Culture mathématique·Cycle 3·Evénement·Expo de maths·Maths pour tous·Merci !·Tous ensemble !

Maths la tête dans les étoiles et les pieds sur Terre

Avec ma collègue Audrey Saubadu, nous entretenons le Twitter de M@ths en vie cycle 3. Et Audrey a eu une chouette idée de projet, qu’elle a mis en forme aussi sec : un parcours de problèmes de maths autour du voyage de Thomas Pesquet, sous forme de Genialy. Mais nous manquons de munitions : peu de collègues nous ont envoyé leurs idées.

En auriez-vous, vous qui me lisez ? Si oui, vous pouvez les envoyer à cycle3@mathsenvie.fr, et nous les intègreront au document en cours, pour bien sûr le partager avec les classes. Merciiiiiii !