Actualité·Apprendre·ça m'énerve·Chez les cadres·Chez les chercheurs·Dur dur·Merci !·Vidéos

La minute Pap vs le billet Lelièvre

Lorsque j’ai vu « la minute Pap », j’ai été consternée. Je n’ai rien écrit, je n’en ai parlé qu’à mon mari. Mais entre ce titre, la réalisation-maison et le contenu (la construction est à interroger je trouve, par rapport à l’objectif, et puis le vocabulaire m’a heurtée à un moment donné), c’était douloureux. Je me suis tue parce que je ne veux pas râler dès que le ministre fait ou dit quelque chose. Dans le fond, c’était tellement peu important.

Mais en fait non. En fait c’est significatif et important. Claude Lelièvre a écrit un billet de blog sur cette « minute Pap ». Je suis donc officiellement atterrée et ce que je ne faisais que pressentir, faute d’avoir creusé, Claude Lelièvre le met très explicitement en mots.

Allez lire son billet, c’est éclairant. Je le résume mais c’est justement pour vous donner envie de le lire :

Jules Ferry, n’a jamais sorti sa montre à 11 heures, puis déclaré  »à cette heure tous les enfants de septième sont en train d’écrire le même mot de la même dictée’‘. D’une part, il n’y a jamais eu de classe de « septième » dans les écoles communales publiques, chères à Jules Ferry. D’autre part Jules Ferry n’était pas un fan des dictées : 

A la dictée – à l’abus de la dictée – il faut substituer un enseignement plus libre […]. C’est une bonne chose assurément que d’apprendre l’orthographe. Mais il y a deux parts à faire dans ce savoir éminemment français : qu’on soit mis au courant des règles fondamentales ; mais épargnons ce temps si précieux qu’on dépense trop souvent dans les vétilles de l’orthographe, dans les pièges de la dictée, qui font de cet exercice une manière de tour de force et une espèce de casse-tête chinois.

Discours de Jules Ferry au Congrès pédagogique des directeurs et directrices d’écoles normales, et des inspecteurs primaires du 2 avril 1880

Et enfin Jules Ferry encourageait l’initiative des instituteurs et institutrices.

Claude Lelièvre étaie son article par des citations et rétablit la paternité des pseudo-citations de monsieur le ministre (ou de ses avisés conseillers). Ce n’est pas la minute Claude, c’est un article de monsieur Lelièvre.

Une réflexion au sujet de « La minute Pap vs le billet Lelièvre »

  1. Mouais… Pas convaincue. Bon nombre d’enseignants chevronnés, très investis, très impliqués, enseignent encore et toujours les « styles d’apprentissages » et les « intelligences multiples » quand on sait que ce sont des neuromythes. L’erreur commise par Pap Ndiaye est ici du même acabit : la formule est attribuée à Jules Ferry dans bon nombre de sources… C’est comme tirer sur un enseignant qui aurait le malheur de croire un neuromythe toujours partagé par 80 % de la communauté éducative, encore et encore utilisé en vie de classe et en A.P.

    J’étais aussi très convaincue à la lecture du billet cité. Mais… je ne m’y connais pas assez pour doser la part d’erreur, d’où elle vient, comment elle a pu se construire. J’ai été atterrée à la lecture de ce billet, et puis j’ai cherché d’autres sources. Qui expliquent, elles, citation de travaux à l’appui, que bon nombre de sources attribuent la formule à Jules Ferry. À tort, certes. Mais est-ce le rôle d’un ministre d’aller refaire toute l’historiographie concernant l’histoire de l’École ? Finalement, je crois qu’il n’y avait pas de quoi s’alarmer ici (et bien d’autres sujets, de vrais sujets, sur l’École, sont en jeu à l’heure actuelle et mériteraient plus notre attention que cette erreur).

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s