A l'attaque !·Actualité·APMEP·Ca fait pas du bien aux maths·Chez les élèves·Chez les cadres·Chez les collègues·Chez les parents·Culture mathématique·Décrochage·Dur dur·Enseignement·L'éducnat·Lire·Maths et société·Maths pour tous·Réformes·scandale·Tous ensemble !

Colères

L’APMEP a publié le 25 janvier, avec des sociétés savantes et des associations de mathématiques (l’ADIREM, l’ARDM, la CFEM, Femmes et Mathématiques, la SFdS, la SMAI, la SMF, l’UPS) un communiqué intitulé : Réforme du lycée et mathématiques, 25 ans de recul sur les inégalités filles/garçons. Il est à lire ici. Il souligne « l’anéantissant brutal plus de 25 ans d’efforts » pour pallier les inégalités filles-garçons en mathématiques, données des notes d’information de mai et décembre 2021 de la DEPP à l’appui.

Les conséquences de cette rupture sont désastreuses, tant pour l’avenir des filles que pour la formation en mathématiques de l’ensemble des citoyennes et citoyens.
En premier lieu, parce qu’en se coupant d’une formation mathématique au lycée, les filles se ferment les portes de la plupart des études scientifiques, qui mènent aux emplois et aux carrières parmi les mieux valorisés [6] [7]. La société se voit donc privée d’une part importante de jeunes scientifiques pour faire face aux nouveaux enjeux économiques, technologiques et environnementaux.

(…)

En second lieu, les métiers de l’enseignement, très fortement féminisés, en particulier dans le premier degré [9], risquent également de subir de plein fouet le défaut de formation dû à l’abandon massif des mathématiques par les filles en première. Alors que dans les études internationales les plus récentes [10], la France se trouve actuellement parmi les derniers des pays de l’OCDE en mathématiques à l’école et au collège, on ne peut que s’inquiéter de l’avenir.

La bagarre fait rage, ces temps-ci. Notre ministre ou ses représentants s’élèvent contre ce type de communiqué, s’indignent, accusent de mauvaise foi et assènent d’autres interprétations, par méconnaissance de la réalité ou par opportunisme. Côté média, rares sont les journalistes suffisamment renseignés et courageux pour leur opposer de vrais arguments (alors qu’il n’y a qu’à lire sur le site de l’APMEP). C’est stérile, et ce sont les élèves qui en pâtissent. Et puis, comme me l’a récemment fait remarquer Alice Ernoult, pendant que cette bataille-là fait rage, on ne parle pas du lycée professionnel, où c’est une véritable catastrophe qui se joue pour les enseignements généraux, ni et de la voie technologique qui devrait être valorisée mais recrute moins. Les élèves de seconde, parasités par les questions de spécialités, n’ont plus d’espace mental pour s’y ouvrir.

Ca ne va pas fort, quoi.

Une réflexion au sujet de « Colères »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s