A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·APMEP journées 2021·Apprendre·Chez les chercheurs·Culture mathématique·Expo de maths·Lire·Maths et arts·Maths par les jeux·Si si c'est drôle

1, 2, 3, 5, 6, 9… et après ? Une réponse poétique par Michèle Audin

Michèle Audin est mathématicienne, professeure à l’université de Strasbourg et oulipienne. Alors pour les notes qui suivent, j’ai fat ce que j’ai pu, mais ça n’a pas été facile du tout du tout.

Elle a d’abord présenté l’Oulipo. Elle nous a par exemple lu une aventure potagère sur fond des quatorze coups de midi, qui a fini sur le centre de gravité du triangle. Ca m’a bien plu.

Ensuite, une petite mise en facteur :

Nous avons spiralé des n-ines en procédant à des permutations spiralaires :

photos 1, 2, 3.

Avec 4, on a un souci : la permutation spirale à 4 éléments est d’ordre 3, ce qui est inacceptable. Il n’existe donc pas de quatrine. Une quatrine est une nonine, en fait (non-ine).

https://www.oulipo.net/fr/le-monde-des-nonines/des-petits-nombres-et-de-leurs-proprietes

Connaissez-vous la Queninisation de La Cène, de Jacques Prévert ? La voici :

Non mais, merde enfin où avez-vous la tête ?
Allez ! à table
Serrez-vous d’abord à gauche et puis à droite
Ne charriez pas
Mettez-vous devant votre assiette

Là au milieu d’eux la grande assiette
Avec du jambon et un pâté de tête
Ne leur parle pas
Et pour la table
Un pied trop court la fait pencher vers la droite

Le pichet de vin glisse donc vers la droite
Suivi prestement par l’assiette
Mais ceux à table
Ils ne relèvent aucunement la tête
Et ils ne voient pas

Quand on ne voit pas
On prend quelquefois la gauche pour la droite
Ou bien plus bêtement son cul pour sa tête
Sinon carrément une assiette
Pour une table

Ils sont à table
Ils ne mangent pas
Ils ne sont pas dans leur assiette
Et leur assiette se tient toute droite
Verticalement derrière leur tête

Ian Monk
Le poème a été écrit pour
l’Abécédaire provisoirement définitif
de l’Oulipo
en 2014

Nous avons conclu par un zeugme d’Etienne Lecroart :

Madame Audin est une sacrée personnalité. Je suis fan. Entrer dans les journées par pareille conférence, c’est une belle promesse.

Et dans le genre, le collègue qui est intervenu sur sa version oulipienne d’un air de hautbois sur l’irrationnalité de racine de 2 en base 25, c’était grand.

Une réflexion au sujet de « 1, 2, 3, 5, 6, 9… et après ? Une réponse poétique par Michèle Audin »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s