Actualité·Apprendre·Culture mathématique·Didactique·Education·Enseignement·Evénement·Expo de maths·Formation·Merci !

ICME14 : mon bilan

Ce matin, je commence à suivre la journée History and Pedagogy of Mathematics, qui fait partie de l’ICME14. Mais je vais tout de même faire le bilan de cette semaine écoulée.

Ma première observation, c’est que je trouve vraiment extra que la CFEM (commission française pour l’enseignement des mathématiques) se soit démenée pour que des profs du secondaire puissent assister à l’ICME14. Pour ma part, je m’étais inscrite par curiosité et par envie d’apprendre ; je n’avais pas mesuré le volume de présentations auxquelles j’assisterais. Je n’ai pas tout suivi, mais j’ai tout de même passé 22 heures de ma semaine à écouter des maths sous l’angle de l’éducation… Quel début de vacances !

Ensuite, je suis assez impressionnée par la diversité de sujets de réflexion autour des maths, au travers du monde. C’est étourdissant de penser au nombre de personnes qui cherchent, partout, sur tant de thèmes différents. Cette diversité m’a beaucoup plu. Je savais que la communauté de recherche sur l’enseignement des mathématiques est vaste, mais là je l’ai observée, écoutée, côtoyée. Elle existe donc différemment pour moi maintenant. Elle me semble beaucoup plus accessible.

Un autre point qui m’a frappée, c’est la convergence de thèmes étudiés entre chercheurs et enseignants. Nous ne nous penchons pas dessus de la même façon, évidemment, mais jamais je ne me suis sentie étrangère aux interrogations et je connaissais les concepts et les références. C’est rassurant, évidemment. Mais d’un autre côté je me suis interrogée sur ces questionnement parallèles le plus souvent : j’ai eu beau entendre sans cesse que les chercheurs avaient besoin des enseignants et vice-versa, force est de constater que de façon générale, cette collaboration n’existe pas. Naturellement, on trouvera des cas individuels (dont j’ai la chance de faire partie) de collaborations ou de collectifs qui rendent des collaborations possibles. Mais comme nous n’avons, dans le premier et le second degré, aucun moyen (il nous faudrait du temps !) mis à disposition, tout repose sur notre bénévolat, de notre côté. Or notre métier est très prenant et exigeant, et il n’est pas forcément possible de mettre en place des dispositifs en lien avec des chercheurs. Cela amène à la persistance de deux communautés qui convergent vers les mêmes objectifs (mieux faire réussir les élèves), avec des moyens, des méthodologies et des contraintes différentes, un langage assez différent aussi, une temporalité qui n’a rien à voir. Mais comme ce sont les enseignants du premier et du second degré qui sont devant les élèves, cela amène certains d’entre eux à avoir l’impression que les chercheurs parlent du métier de prof sans l’exercer. Je n’ai pas eu ce sentiment pendant la semaine, mais des collègues m’en ont fait part et je l’ai déjà ressenti ailleurs. C’est quand même bizarre, comme situation. J’ignore si elle existe dans l’autres métiers.

Enfin, je ramène de cette semaine des ressources, des réflexions, des questions, une bonne réactivation du vocabulaire anglais, de la satisfaction quant à mon niveau de compréhension de l’anglais, aussi. J’ai pu échanger avec quatre chercheurs, déjà, en dehors de mes deux petites interventions lors d’un groupe d’échange, dont je suis heureuse car cela m’a coûté. Mais pour aller plus loin, il faut toujours fournir un effort…

Je vous laisse, la journée histoire commence…

2 réflexions au sujet de « ICME14 : mon bilan »

  1. S’il n’y avait que les chercheurs qui parlaient de ce métier sans jamais l’exercer, ni l’avoir exercé…
    Toute la hiérarchie qui nous pond réformes et plans plus saugrenus les uns que les autres est, hélas, à des années-lumière de nous, pauvres praticiens !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s