A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Apprendre·Chez les collègues·Culture mathématique·Expo de maths·Faut que je fasse mieux·Je suis fan·Maths et arts·Merci !·Mes projets

Abstrait, concret : de l’art, des maths

Un collègue m’a malicieusement lancée sur l’art concret, il y a quelques semaines. C’est resté sur ma liste de choses à faire, et aujourd’hui, enfin je peux y mettre le nez.

Théo van Doesburg a fondé l’art concret peu avant sa mort. J’ignorais complètement l’art concret, et les connexions avec l’art abstrait sont très intéressants à observer et à penser. Il y a là une réflexion en lien direct avec les mathématiques. Il faut absolument que je creuse, car je manque de culture sur l’art moderne et l’art contemporain.

manifeste-francais-vecto

Cet article de Registre des arts m’a aidée à comprendre et en même temps établit un parallèle frappant avec l’exercice des mathématiques :

Le terme « art concret » est introduit dans le langage artistique en toute conscience par Theo van Doesburg en opposition au terme d’ « art abstrait » en 1924. « Art concret » ne signifie cependant pas « art figuratif » ; au contraire, le terme « concret » caractérise clairement un art qui n’est pas abstrait dans la mesure où il n’abstrait ni ne déforme les modèles empruntés à la nature.
Par conséquent, l’art concret opère une différenciation entre l’art abstrait et non figuratif. Le terme d’ « art concret » signifie plutôt tout art basé sur les lignes, les surfaces et les couleurs et qui suit le plus souvent un principe géométrique clair.
Les principes fondamentaux importants de l’histoire de l’art furent par conséquent ceux du mouvement de Stijl et du Bauhaus.
L’art concret matérialise le spirituel et n’a aucune signification symbolique. Doesburg explique que « la peinture est un moyen de concrétiser la pensée de manière optique ».
Max Bill écrit en 1947 : « Le but de l’art concret est de concevoir des objets destinés au spirituel, de même que l’homme crée des objets destinés à un usage matériel. (…) La dernière conséquence de l’art concret est la pure expression d’une mesure et d’une loi harmonieuses ».

C’est fou, non ?

Ici, j’ai lu ceci :

C’est l’artiste suisse Max Bill qui donne une réelle impulsion à ce mouvement dès 1936 en diffusant en Suisse les thèmes de l’art concret à travers diverses manifestations et publications. Il publie en 1949 un texte significatif : la Pensée mathématique dans l’art de notre temps qui transforme la conception mathématique en champ d’investigation artistique.  Les œuvres peuvent alors, selon Max Bill, faire « l’économie de l’abstraction », puisqu’elles sont « issues de leurs moyens fondamentaux et suivent leurs lois propres, sans références extérieures à l’apparence naturelle ». (…) Il s’agit dès lors de « réaliser un art mesurable, valable pour tous, avec des formes qui pourront s’adapter à toutes les situations, être comprises de tous les publics, afin de créer un langage universel, identique à celui de la science ou de la musique ». (Serge Lemoine)

Ouhaaa. Voilà que mon univers s’élargit encore… Mais là, j’ai l’impression d’avoir ouvert une grande porte, annoncée en particulier par ma découverte de Morellet. Il faut que je voie. Il faut que je trouve où voir de telles oeuvres.

 

 

2 réflexions au sujet de « Abstrait, concret : de l’art, des maths »

  1. Si tu passes des vacances du côté de Mouans-Sartoux, alors tu pourras voir des œuvres d’art concret.

    Et la région est magnifique., surtout au printemps !

    Belle journée 😉

    Guillaume B

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s