Actualité·Culture mathématique·Lire·Maths et société

Paolo Giodano, Contagions

Dans le Monde, aujourd’hui, un article présente des extraits d’un essai intitulé « contagions », du romancier italien féru de mathématiques Paolo Giordano.

Avant d’être des urgences médicales, les épidémies sont des urgences mathématiques. Car les mathématiques ne sont pas vraiment la science des nombres, elles sont la science des relations : elles décrivent les liens et les échanges entre différentes entités en s’efforçant d’oublier de quoi ces entités sont faites, en les rendant abstraites sous forme de lettres, de fonctions, de vecteurs, de points et de surfaces. La contagion est une infection de notre réseau de relations.

Sur l’évolution de l’épidémie :

L’augmentation des cas est de plus en plus grande. Elle semble incontrôlable. J’aurais tendance à ajouter : c’est un des moyens que le virus a trouvés pour nous désarçonner, mais ce serait une concession excessive à son intelligence limitée. En réalité, la nature elle-même n’est pas structurée de façon linéaire. La nature préfère les croissances vertigineuses, ou résolument plus douces, les exposants et les logarithmes. La nature est par nature non linéaire.

Le titre de l’article est :

Je ne  veux pas passer à côté de  ce que  l’épidémie nous dévoile de nous-mêmes.

Il n’a rien de mathématique, ce titre, mais je le comprends profondément.

94336-une-giordano_456_660x281

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s