A quoi ça sert les maths ?·Allez les jeunes !·Au collège à la maison·Chez les parents·Chez moi·Compétences·Culture mathématique·Décrochage·Maths pour tous·Tous ensemble !·Vidéos

Conseil aux parents : laissez le temps de comprendre à vos enfants

Je reçois depuis deux jours quelques messages de parents inquiets : ces parents s’aperçoivent que leur enfant n’est pas compétent face à certaines tâches mathématiques, jugées simples par leurs parents. C’est une conséquence du confinement, qui lui-même entraine un suivi différent du travail scolaire dans beaucoup de foyers.

Cette question est au fond complexe. Elle renvoie à l’angoisse de performance scolaire de nos enfants que la plupart d’entre nous, parents, ressentons. Et pourtant, la performance scolaire ne suffit pas, voire n’est pas nécessaire pour vivre bien dans tous les domaines.  Elle est rassurante et libératrice, puisque la validation scolaire est un sésame pour avancer et avoir le choix de sa formation. Mais être « mauvais élève » n’est pas synonyme d’être idiot, n’implique pas d’être « sans avenir ». Alors ne pas réussir en maths encore moins. Et ne pas comprendre un concept ou ne pas savoir mettre en oeuvre une procédure, encore, encore moins.

Alors j’ai réalisé une vidéo pour les parents, cette fois. Je la poste plus bas, mais pour ceux qui n’ont pas envie de la regarder, ou qui en ont ras le bol de voir ma tête sur les ordis de leurs enfants, je résume :

  • Lorsque votre enfant ne comprend pas, c’est parce que ce qu’il étudie est complexe. Vous ne vous en souvenez peut-être pas, vous n’avez peut-être pas vécu la même difficulté, mais cette difficulté est légitime ;
  • On ne peut pas retenir et intérioriser en mathématiques sans comprendre (sauf mot de vocabulaire, définition, bref les fondations, ça s’apprend, d’accord). Et une fois qu’on a compris, là on peut commencer le travail indispensable d’automatisation, qui permettra d’aller plus loin, plus haut, plus vite, plus facilement ;
  • Faire des mathématiques, c’est faire. On ne sait pas les mathématiques, on les pratique, on les prend avec soi, pour soi. C’est très intime, en fait, car on est seul face à sa compréhension. C’est aussi ce qui permet d’avoir autant de plaisir à comprendre. Le moment où on comprend est magnifique, et relève d’une satisfaction incroyable. Il se voit dans le regard des enfants, en classe, et c’est une fierté pour l’enseignant, en même temps qu’un moment de profonde connivence.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s