A l'attaque !·A quoi ça sert les maths ?·Activité rigolote·Allez les jeunes !·école·Calcul mental·Chez les élèves·Chez les collègues·Chez moi·Compétences·Culture mathématique·cycle 2·Cycle 3·Didactique·En classe·Expo de maths·Formation·Manipuler·Maths pour tous·Mots de maths·Tous ensemble !

La baleine (4) : de la proportionnalité

Les objectifs :

  • Travailler la notion de proportionnalité ;
  • Travailler la notion d’agrandissement-réduction ;
  • Calculer dans une situation de proportionnalité ;
  • Développer et consolider le vocabulaire et le langage mathématique ;
  • Résoudre des problèmes.

Le déroulement de l’activité :

On propose aux enfants un questionnement de ce type :

prop titre 

Volontairement, la comparaison baleine à bosse-orque et la comparaison orque-dauphin ne sont pas l’une en dessous de l’autre : le but n’est pas de montrer aux enfants que la baleine à bosse est longue comme six dauphins, mais qu’ils parviennent, d’une façon ou d’une autre, à le calculer.

Différentes stratégies vont être utilisées par les enfants : utiliser le matériel plastifié, représenter en dessinant (il faudra éviter que cela s’éternise, car dessiner des animaux marins n’est pas un exercice mathématique), représentant en s’engageant dans un début de modélisation (les animaux sont représentés par des disques ou des rectangles), calculer.

Sur la photo de l’ardoise à craie, on notera que l’élève qui a répondu a plus ou moins posé une opération (dont le signe n’apparaît pas), et ce après avoir répondu « 6 ». L’utilité de l’addition posée peut être interrogée dans ce cas ; cette activité permet donc naturellement, en fonction des réactions des enfants, d’aborder d’autres points didactiques.

Au moment de la mise en commun, il sera intéressant d’expliciter la proportionnalité, sans la nommer forcément, puisqu’elle n’apparaît pas dans les programmes et attendus de cycle 2. Au cycle 3 on pourra la nommer explicitement en revanche. On pourra amener les enfants à réfléchir au pourquoi du bien-fondé de leur 3+3 ou de leur 3×2 : comme l’a dit un élève d’une classe qui a testé l’activité, « ça ne marche que parce que tes orques elles sont pareilles tout le temps, et aussi les dauphins et tout. Si les animaux ils n’étaient pas pile les mêmes, on pourrait pas ». C’est précisément une idée de proportionnalité qui est formulée ici, et cela revient aussi sur l’idée d’étalon.

Ce sera également l’occasion de parler d’agrandissements-réductions : la baleine à bosse est 6 fois plus longue que le dauphin, le dauphin est 6 fois plus court que la baleine à bosse.

Une réflexion au sujet de « La baleine (4) : de la proportionnalité »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s