A l'attaque !·Allez les jeunes !·Chez les élèves·Dur dur·Mes projets·Télévision

Quand on diffuse une vidéo, que regardent les élèves ?

Voilà une question dont la réponse est assez désagréable. Je m’explique.

Mes séquences commencent par un problème ou une question qui va nous amener à devoir découvrir de nouvelles notions, apprendre des nouveautés. Et régulièrement, je commence par une problème en vidéo. Dès que j’ai commencé à procéder ainsi, il y a quelques années, j’ai associé à chaque visionnage une « fiche de visionnage ». Je pose des questions simples aux élèves, pour évaluer ce qu’ils ont compris, retenu et réussi à exprimer.

C’est assez dramatique, en général.

Non, je me corrige : c’est toujours un désastre en début d’année.

Et pourtant, je leur distribue la fiche avant de diffuser la vidéo. Nous la lisons ensemble, et j’explique ce que j’attends. La vidéo ne dure que quelques minutes, et je la diffuse deux fois. Je laisse le temps nécessaire pour remplir le document. Et tout est explicite avant de débuter : j’explique aux élèves comment cela va se passer, pourquoi je procède ainsi. Je leur dis que lorsque nous regardons une vidéo, ce n’est pas pour se distraire ou s’occuper, mais pour s’engager dans un travail. Je leur explique que c’est important de comprendre ce qu’on regarde et ce qu’on écoute, qu’il faut réussir à mobiliser sa concentration. J’annonce que j’accepte dessins, phrases bancales et fautes d’orthographe.

Bilan des courses : 41% de réussite dans une classe, 52% dans l’autre. J’ai été souple : j’ai privilégié d’évaluer le sens et non la forme. Parce que souvent, il faut s’accrocher quant à l’expression. Même 52%, c’est très très peu, sachant que l’expression écrite elle-même, le fait de répondre aux questions posées sans être tout à fait à côté rapportait des %.

Mais je relativise : c’est toujours comme ça en début de sixième. Et ensuite, les élèves s’améliorent : ils comprennent ce que j’attends, ils parviennent à se concentrer, ils n’ont plus peur de répondre des bêtises, ils reconnaissent un style général… Je ne suis donc pas angoissée, là n’est pas mon propos.

Mon propos, c’est que beaucoup d’enfants ne comprennent pas ce qu’ils regardent et ce qu’ils entendent à la télé, en gros. Or ils passent souvent un temps considérable devant. Il y a donc matière à s’interroger : quelle plus-value y a-t-il à les laisser regarder la télé ? Sans doute si on regarde avec eux, si on discute de ce qu’ils regardent, si on vérifie leur compréhension et qu’on régule leur choix de programmes c’est sans doute largement mieux. Mais ça fait un peu peur, quand même. Car cela signifie aussi que ces enfants supportent de ne pas comprendre. Je crois que c’est ce qui m’effraie le plus : qu’ils ne comprennent pas, qu’ils le sachent et qu’ils le supportent.

Unknown.jpg

Bon, en attendant j’ai hâte de les voir progresser.

 

Une réflexion au sujet de « Quand on diffuse une vidéo, que regardent les élèves ? »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s