A l'attaque !·Ca fait pas du bien aux maths·Chez les chercheurs·Décrochage·Maths pour tous

Maths et anxiété

Sur le site Contact de l’Université de Laval, un article interroge : « Qui a peur des mathématiques ?« . Il y est question d’anxiété mathématique, concept qui est évoqué de façon assez récente. J’en avais parlé ici.

« Ce trouble bien réel (…) se manifeste surtout au début du secondaire, avec les premiers cours d’algèbre, mais peut se développer tôt au primaire, dès l’âge de 6 ans. «L’anxiété mathématique apparaît lorsque l’élève est déstabilisé par un nouveau concept sans lien apparent avec les apprentissages antérieurs, indique Bernard R. Hodgson, professeur au Département de mathématiques et de statistique. Par exemple, quand on introduit les fractions ou encore les “lettres” comme a, b, x et y en algèbre.»« 

« L’anxiété mathématique vient en quelque sorte mettre hors d’usage la partie du cerveau nécessaire pour réaliser une opération mathématique. La science tente encore de comprendre ce qui se passe, mais il semblerait que le stress, en monopolisant une partie de l’attention et de l’énergie du cerveau, diminue l’efficacité de certaines facultés comme la mémoire, la pensée critique et la capacité de résolution de problèmes.« 

« «Tous les gens normalement constitués sont capables de faire des mathématiques, soutient cependant Jean-Marie De Koninck, professeur émérite du Département de mathématiques et de statistique. Tous les enfants ont une affinité naturelle pour les nombres et les formes. Ils apprennent même à compter avant d’écrire. Malheureusement, certains perdent cette capacité à cause de préjugés et d’influences négatives extérieures.» Les mathématiques sont en effet associées à plusieurs stéréotypes: les maths sont complexes et difficiles à maîtriser, les garçons sont meilleurs que les filles. » «C’est faux, s’insurge Bernard R. Hodgson. (…) La réussite en mathématiques ne dépend pas tant de l’intelligence que de la discipline et du travail. Tous les grands mathématiciens expliquent leur succès par leur travail acharn黫 

consequences-anxiete2

Dans la suite de l’article, l’auteur explique que le fait que les mathématiques soient une discipline obligatoire pour tous les niveaux d’enseignement (question d’actualité chez nous…), élitiste (ici elle va le devenir encore plus sans doute, puisque certains élèves feront peu de maths) et verticale (les nouveaux apprentissages s’appuient sur les apprentissages antérieurs, le plus souvent) sont des causes de difficultés. Il cite aussi le manque de lisibilité de l’utilité des mathématiques, le fait d’enseigner les techniques plus que le sens. 

Conclusion : « il faut rendre les mathématiques plus humaines, plus sympathiques« . Pour ma part, je pense qu’il faut s’employer à montrer à quel point les mathématiques sont humaines, utiles, et les enseigner de façon vivante, chargées d’histoire et prometteuses pour l’avenir. Elles deviendront « sympathiques », naturellement.

Et même, peut-être, les élèves auront envie d’en faire, même quand ce n’est pas obligatoire. Et même, peut-être, des adultes auront envie de les enseigner.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s