A l'attaque !·Allez les jeunes !·Décrochage·Formation·Question de grand·Tous ensemble !

Aider à cesser les bêtises, aider à être plus heureux

Une collègue m’a écrit pour me poser une question très intéressante : que proposer à un élève en commission éducative, lorsqu’il y paraît parce qu’il a transgressé des règles de l’école ?

C’est intéressant, parce que c’est une très bonne et difficile question. Mais je me suis trouvée embêtée, car la collègue ignore le profil de l’élève et quelles transgressions il y a eu. De ce fait, trouver la « bonne » réponse est difficile. Et puis je suis toujours un peu impressionnée que des collègues me demandent un avis ou un conseil, que ce soit sur ce sujet, sur de la pédagogie ou sur de la didactique, parce que je n’en sais pas plus qu’eux. Mais comme j’aime vraiment beaucoup rendre service, que j’adore réfléchir et apprendre et que je n’ai pas de complexes face à mes propres erreurs, voici ce que je lui ai proposé :

  • le tétra aide est un chouette soutien si l’élève est du genre explosif ou introverti. Il permet aussi à l’enfant de réfléchir sur soi, d’analyser son état d’esprit, de se responsabiliser.
  • un journal des apprentissages peut permettre de rétablir le dialogue (lire aussi ici)
  • un tutorat avec un référent aussi, et il permet de travailler la méthodologie, de parler des règles, de leur raison, de proposer des outils pour gérer la colère ou la frustration.
  • dans certains cas, on peut envisager aussi des aménagements d’emploi du temps
  • il faut s’assurer que l’élève a les bases : sait-il lire, comprend-il l’écrit, a-t-il les bases en maths, etc. ?
  • une grille de suivi, c’est efficace parfois à court terme. mais cela ne favorise pas l’autonomie et a des effets un peu durables si la famille est aussi partie prenante.
  • un PPRE et/ou l’aide aux devoirs pour accompagner l’enfant dans son travail, histoire de l’aider à travailler, à être dans les clous, à réussir, et lui donner des éléments de méthodologie de travail encore.

Ce qui est important à mon avis, c’est de ne pas se transformer en psy, ce que nous ne sommes pas, mais de réfléchir à quels dispositifs sont adaptés pour aider l’enfant à travailler et réussir au collège, et donc à être un élève le plus compétent, heureux et serein possible. Pour ça, souvent, il faut un cadre rigoureux. Boimare parle très bien de tout ça.

Je continue de réfléchir.

Une réflexion au sujet de « Aider à cesser les bêtises, aider à être plus heureux »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s