Actualité·Chez les chercheurs·Dur dur·Je suis fan·Lire

Pas au-dessus, mais en avance

Dans le Monde du 31 octobre, Eirick Prairat analyse les facteurs qui ont contribué au recul de l’autorité de l’école.

Pour Eirick Prairat, l’autorité professorale s’est érodée au fil du temps, progressivement. Cette érosion est multifactorielle : « L’enseignant (…) est chahuté en tant que représentant d’une institution qui déçoit. Cette perte de confiance est ressentie de manière particulièrement aiguë par les familles les plus modestes, qui, en un siècle, ont inversé leur rapport à l’école. » D’autre part, il y a conflit entre les rapports d’altérité sur lesquels s’appuie l’autorité et « l’éloge de l’égalité » actuel. L’autorité et l’égalité ne vont pas simplement ensemble. Enfin, et Eirick Prairat le dit magnifiquement bien, nous vivons « la tyrannie de l’instant et de l’immédiat dans nos sociétés« . Même lorsque nous souhaiterions autre chose, tout nous y pousse. Même (surtout ?) nos politiques, nos décideurs, qui devraient être parmi les plus sages, bousculent les évidences pour construire un demain tout proche, au mépris d’après-demain, dont chacun se plaindra sans rien changer à sa méthodologie.

« D’un point de vue anthropologique, l’érosion de l’autorité professorale est à lire à l’aune de l’importance qu’a pris le présent dans nos sociétés. Nous sommes dans des sociétés où le temps – investi, habité, valorisé – s’est rétréci à la dimension du présent. Nous sommes coincés entre un passé, qui n’est pas oublié mais qui ne nous parle guère, et un avenir vidé des grandes espérances séculières qui ont longtemps structuré la première modernité. Passé lointain, avenir incertain, l’homme post- moderne vit dans un temps resserré. Ce sacre du présent fragilise l’autorité des éducateurs et des maîtres, car le temps fait autorité. La question de l’autorité n’est pas une question d’ordre, mais de temporalité. Si elle a rapport à l’ordre, c’est indirectement, c’est parce que le temps ordonne, c’est parce que le temps a une puissance distributrice.

Si le magister fait autorité, c’est parce qu’il vient de plus loin ; c’est son antériorité, son antécédence qui lui donne autorité. À proprement parler, il n’est pas au-dessus, mais en avance. En ce sens, l’autorité de l’éducateur n’est pas une autorité déléguée, mais une autorité inscrite dans l’ordre de succession des places qui garantit le fil de la continuité générationnelle. L’érosion de l’autorité apparaît alors comme l’envers d’une autre difficulté, la difficulté à transmettre. Car lorsque le présent devient l’ultime référence, lorsque le présent et ce qui l’accompagne (la mode, la consommation, la publicité, la médiatisation…) s’imposent aussi fortement, alors la culture des pères et des mères cède le pas devant le culte des pairs.« 

L-autorite-educative-declin-erosion-ou-metamorphose.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s