Allez les jeunes !·Au collège·Cycle 4·En classe·histoire des maths·Manipuler·Maths pour tous·Mes projets

Le principe de réalité

Pour répondre à deux questions en une fois et réfléchir moi-même, voici un petit bilan de début d’année. En quatrième, voici ce que j’avais prévu :

Plan de séquence_Page_1Plan de séquence_Page_2

Le plan était de faire rentrer tout ça en 14 heures, sachant que c’est un plan vague malgré la précision annoncée, car si j’ai besoin de davantage de temps je le prendrai.

Depuis la rentrée, j’ai vu mes quatrièmes cinq heures. Je suis obligée de m’adapter pour plusieurs raisons :

  • c’est la vie, on est toujours obligé de s’adapter ;
  • j’ai les élèves quatre heures le lundi, ce qui fait qu’un lundi qui a sauté a zouillé pratiquement une semaine, et que celui qui arrive doit être aménagé, parce que c’est un chouillat indigeste ;
  • ma classe est sympa comme tout mais il faut déployer beaucoup énergie pour faire vivre la classe.

Première séance : j’ai expliqué mon fonctionnement, nous avons mis le cahier de leçons en route, collé les feuilles de perso, le sommaire, les feuilles de problèmes, écrit les titres des domaines, et nous avons regardé la vidéo problème et rempli la feuille de visionnage, qui m’a donné des infos sur l’attention, la capacité à extraire les informations utiles et le rapport à l’écrit de mes élèves.

Deuxième séance : re-visionnage, bilan collectif, et représentation à main levée.Nous avons analysé la nature de la figure obtenue, fait remonter les connaissances sur les triangles particuliers (avec la leçon), l’inégalité triangulaire (avec la leçon aussi), la somme des angles. Les élèves avaient à découper un triangle pour préparer cette manip, à représenter la situation des Dudu à l’échelle et nous avons prévu un Plickers sur tout ce qui venait d’être dit sur les triangles.

Troisième séance : nous commenté la leçon sur la somme des angles, avec notre petit pliage. Ensuite, nous avons fait le point de ce qu’il fallait savoir et fait le Plickers. Nous avons corrigé à l’oral chaque question au fur et à mesure, les élèves débattant rapidement entre eux, se référant si besoin au cahier de leçon. Nous avons ensuite étudié la leçon sur les échelles et traité des exercices de la fiche associée. Les élèves avaient des exercices à terminer pour la fois suivante.

Quatrième séance : nous avons corrigé les exercices, et j’ai dû bien faire le guignol pour réveiller tout le monde et avoir une autre impression qu’une masse d’adolescents endormis en face de moi. Du coup, j’ai interrogé à l’oral les élèves, façon quiz. Ils sont revenus à moi et nous avons continué de traiter les exercices restants. Du coup je n’ai pas eu le temps de finaliser les deux derniers, qu’ils ont eu à rédiger en DM pour la fois suivante.

Cinquième séance (aujourd’hui) : d’abord je me suis énervée parce que sept élèves n’avaient pas leur devoir. Ensuite, j’ai construit et projeté une figure sous geogebra, qu’une collègue utilise en classe et que j’ai trouvé pertinente :

Certains élèves ont formulé déjà une conjecture, et d’autres ne voyaient pas.

Ensuite, j’ai projeté water démo. Ça, ça marche toujours d’enfer. Nous avons regardé deux fois, et les élèves ont parlé d’égalité de « capacités », pour ensuite se dire que si l’épaisseur était la même partout, ce qui était probable, on pouvait parler d’égalité d’aires. Là, ils m’ont bien surprise, à aller si vite et à écouter les uns les autres : les interventions ont rebondi de l’un à l’autre et c’était plié.

Nous avons donc émis une conjecture, à laquelle cette fois tout le monde disait adhérer. J’ai alors posé au tableau le puzzle, et quatre élèves ont eu comme consigne d’illustrer la conjecture. Elles ont compris rapidement que les pièces orange devaient être assemblées pour former un carré superposable au carré vert. Et elles ont réussi, vite mais pas trop, et bien.

Là, j’ai annoncé qu’il s’agissait du théorème de Pythagore et le reste de la séance a été émaillé d’éléments de l’histoire supposée du supposé monsieur. Nous avons collé et analysé la leçon, pour l’implication directe.

Là, tout me semblait trop facile. Prise d’un doute, je me suis dit que j’avais peut-être en fait perdu tout le monde, mais que pour ne pas me contrarier ils donnaient le change, ou bien qu’ils roupillaient. J’ai donc projeté une succession de triangles rectangles en demandant aux élèves que je n’avais pas entendus de m’énoncer l’égalité de Pythagore, et cela m’a rassurée.

Les élèves ont pour la fois prochaine à refaire à l’écrit ce que nous avons fait à l’oral : ils ont les triangles sur papier et doivent écrire les égalités.

Au final, je ne suis pas si éloignée que ça de ce que je visais. Pourtant j’ai eu l’impression de me dégager de ce que j’avais planifié, c’est curieux. Et je trouve que nous avançons bien, en fait. Là aussi, j’avais le sentiment de lambiner.

Lundi, je les vois quatre heures profs, trois heures élèves. Voici ce que j’ai prévu, et là, pour le coup, je dévie de mes prévisions, parce que je veux proposer une évaluation dans une semaine et que cela n’a pas de conséquences sur le plan péda à mon avis :

Sixième séance : nous corrigeons rapidement les égalités de Pythagore, et nous passons aux applications numériques. Cela nous amène aux racines carrées. Nous parlons valeur exacte, valeur approchée, carré et racine carrée, carrés parfaits. Nous nous entraînons. Nous visionnons le conte mathématique.

Septième séance : nous finalisons la résolution du problème Dudu, nous élaborons la trace écrite de la racine carrée, et ensuite je démontre le théorème, sous la forme d’un diaporama. Je laisse pour plus tard la leçon sur les quadrilatères particuliers. Nous visionnons la vidéo Dudu président. S’il nous reste su temps nous commençons à traiter d’autres exercices.

Huitième séance : séance sur les échelles, pour consolider et remédier, puis bilan pour l’évaluation (que doit-on savoir ? Quelles compétences seront traitées ?) puis peut-être le début de la leçon sur les puissances.

Voilà. Et le vendredi suivant, évaluation sur les échelles, les triangles et l’égalité de Pythagore dans un triangle rectangle.

Il me restera cinq séances pour respecter mon timing, avec l’utilisation de l’égalité pour montrer qu’un triangle est ou n’est pas rectangle. Je pense que cela devrait aller, vu ce qui s’est passé jusqu’ici.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Le principe de réalité »

  1. 3h de maths la même journée, pas cool…
    En plus une absence ou une sortie scolaire, ça pique !!!

    En tout cas comment fais-tu pour faire autant en 1h ?
    « Deuxième séance : re-visionnage, bilan collectif, et représentation à main levée.Nous avons analysé la nature de la figure obtenue, fait remonter les connaissances sur les triangles particuliers (avec la leçon), l’inégalité triangulaire (avec la leçon aussi), la somme des angles. Les élèves avaient à découper un triangle pour préparer cette manip, à représenter la situation des Dudu à l’échelle et nous avons prévu un Plickers sur tout ce qui venait d’être dit sur les triangles. »

    Tu leur as fait écrire le cours avec les différents triangles selon le tri des côtés et des angles, la somme des angles et l’inégalité triangulaire + discussion sur les échelles et le bilan sur la vidéo en 1 séance.
    Soit je m’y prends comme une bille soit tu dépotes grave !

    En tout cas merci pour ce compte rendu…
    Bon WE

    J'aime

    1. Toutes les leçons ont été distribuées. Nous avons rempli les catégorisations de triangles, mais pour le reste c’était déjà écrit, et nous avions réactivé, alors c’est allé assez vite. La leçon sur l’inégalité triangulaire n’était pas finie, puisque nous n’avions pas le triangle à coller. Et cette séance-là, ils étaient en groupe. Bon en plus j’ai une grosse moitié de la classe qui m’a déjà eue, et ils sont hyper bien dans le rythme. C’est vrai qu’il n’y a pas trop de temps mort… Et la classe est calme : pour le moment, je n’ai presque pas de discipline à faire. En plus ils participent. Pas forcément bien qualitativement, mais ils y vont, et c’est le principal.
      Ils sont drôlement chouettes, ces gamins, dis donc… 🙂
      Bon pis après c’est vrai que je dépote grave de nature, ce qui a ses défauts…
      Et non, tu ne t’y prends pas comme une bille, banane !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s