A l'attaque !·Actualité·bac·L'éducnat·Lycée·Réformes·Tous ensemble !

Réformes et crises de nerfs

La réforme du bac et du lycée fait parler d’elle, et de façon enflammée. C’est même difficile de dire quoi que ce soit qui ne soit pas forcément interprété dans des directions opposées. C’est vrai que nous sommes un métier d’inquiets, qui a subi quelques douches froides, et puis l’éducation et l’enseignement, on le sait, cela concerne tout le monde. Mais est-il utile de paniquer ? Peut-être le faudrait-t-il, peut-être le faudra-t-il, mais à mon sens il est trop tôt. Et puis la panique est en général contre-productive.

  • D’abord, notre système a besoin d’être réformé. Pas seulement le lycée, pas seulement général ;
  • Le rapport publié est assez flou sur certains points pour qu’il soit impossible de deviner comment ses propositions seraient mises en application ;
  • Entre les textes et la réalité, il y a un monde… Prenons l’exemple actuel et frustrant de l’AP, belle idée très et trop diversement appliquée ;
  • L’épreuve orale cristallise l’attention, mais il existait déjà une épreuve orale, celle de TPE. Qu’elle soit plus longue, dans le cadre d’un échange, n’est pas bien gênant ;
  • Les filières pourraient disparaître, et alors ? Pourquoi est-ce si grave ? Ce qui compte c’est ce qu’on transmet, la façon dont on amène les jeunes vers l’âge adulte,  pas l’étiquette qu’on colle sur leur dossier d’élève ;

Je pourrais continuer, mais je vais maintenant exposer mes inquiétudes :

  • J’ai peur qu’on conserve/aggrave/ne réduise pas assez les inégalités. C’est un peu obsessionnel, mais c’est un enjeu de société brûlant. Pour ma part, j’ai parfois du mal à assumer de faire partie d’un système aussi inégalitaire ;
  • J’ai peur des réformes qui visent avant tout à faire des économies, et là je m’interroge. D’autant que les répercussions sur notre métier peuvent être importantes, et qu’un bon enseignant est un enseignant heureux. Le stress empêche de bien raisonner, des conditions de travail abîmées aussi. Je rappelle la crise de recrutement que nous vivons actuellement : elle n’est ni anodine ni le fruit du hasard ;
  • Je trouve caricatural de parler de concertation et de mener des réformes aussi vite. Réfléchir dans le bon sens, cela demande du temps et une réflexion véritablement collective. Pas seulement de la concertation formelle, mais une réflexion partagée, de façon intercatégorielle. D’ailleurs de tels dispositifs existent aussi, en ce moment même, dans d’autres domaines.

Ne faisons pas de procès d’intentions, mais exerçons notre vigilance. Ni crier au loup, ni idéaliser. Réfléchir, ensemble, pour nos élèves, car c’est bien pour eux que nous sommes là.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s