C'est pas des maths!·Chez moi·Question de grand

Mes mots qui n’existent pas

J’utilise régulièrement des mots, auxquels j’accorde un sens déterminé, associés àtous_les_mots_n_existent_pas_4 une orthographe mentale, qui n’existent pas. Mes interlocuteurs sont interloqués, mon mari me demande ce que j’ai voulu dire au juste, mes enfants sourient avec tendresse, mes élèves laissent glisser… Et le dictionnaire refuse obstinément de leur accorder une existence, à ces mots. Même google me boude, c’est dire.

C’est assez curieux, comme sensation, car déjà j’ai l’impression d’être très décalée avec ce qu’on appelle la réalité.

Je vous prends deux exemples, parce qu’ils sont récents, et vous me direz si vous connaissez ces mots. Peut-être je me trompe sur leur orthographe : je ne les ai jamais vus écrits. Ce sont rodillonner et fouassou. Je vous les donne sans contexte, car sinon vous feriez des inférences tout de suite.

Vous connaissez, ces mots ? Ou bien rien qu’un ?

tous_les_mots_n__existent_pas_int_m

Publicités

5 réflexions au sujet de « Mes mots qui n’existent pas »

  1. Bonjour. Jamais entendu ni l’un ni l’autre… Mais peut-être que ce sont des termes spécifiques à la région ? Il y en a apparemment chez nous que nous utilisons dans le langage courant mais qui font qu’on nous regarde avec des grands yeux en vacances par exemple !

    J'aime

    1. J’use aussi de « localismes » (je demande régulièrement à mes élèves d’arre^ter de se plaindre comme une vache qui a mal aux cornes, par exemple), mais là même ans les dicos de patois normand je n’ai rien.

      J'aime

  2. En maths, j’utilise un mot qui n’existe pas en français, mais qui existe en allemand et que je trouve pratique : « erweitern ». Je m’explique… j’enseigne en classe bilingue franco-allemand. La moitié des cours sont en alld et nous utilisons ce verbe qui est le contraire de « simplifier » pour une fraction. Je trouve ce terme pratique lorsqu’on veut mettre deux fractions sur le même dénominateur, au lieu de dire « je multiplie le numérateur et le dénominateur par 3 », on « erweite la fraction par 3 ». (les élèves sont moins tentés de « multiplier la fraction par 3 » 🙂 )
    Sinon, j’utilise d’autres mots peu usités par mes élèves, parfois… je suis ch’ti en Alsace 🙂 (en parlant vocabulaire, savez-vous comment on dit « sécher » un cours en Alsace ? et en Belgique ?)

    J'aime

    1. Ah non, je ne sais pas… Comment dit-on?
      Erweitern est un mot qui nous manque, c’est vrai. Je le connais car j’ai enseigné plusieurs années en euro maths-allemand, expérience dont je garde un excellent souvenir. Cela doit être super d’enseigner en école bilingue !!!

      J'aime

      1. En Alsace, beaucoup de collèges proposent des sections bilingues 🙂 c’est très courant !
        Alors, sinon :
        * dans le Haut-Rhin : bleuter un cours
        * en Belgique : brosser un cours

        🙂

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s