Activité rigolote·Je suis fan·Manipuler·Merci les copains·Sixième

Permis de rapporteur

Je reviens sur le permis de rapporteur, au sujet duquel j’ai reçu quelques questions.

Ce sont deux collègues, au départ, dans des mails/commentaires à mes articles « c’est dans les tuyaux » et « j’ai un tuyau » qui m’ont fait découvrir cet outil de l’académie d’Amiens.

Nous avons travaillé sur les angles, mais pas comme d’habitude. D’habitude, je reviens assez longuement sur ce qu’est un angle. Cette année, j’en ai évidemment parlé, mais beaucoup plus brièvement : maintenant que ma collègue Edith (elle est chercheuse et vient dans ma classe mettre en oeuvre son protocole sur les constructions et la manipulation des outils de construction) m’a fait comprendre des tas de choses qui n’étaient vraiment pas abouties dans ma tête, je gagne un temps fou. Je peux, maintenant, faire comprendre par des gestes ce qu’est un angle aux élèves, et ça change tout. Cette année, presque tous ont su coder correctement ce qu’est un angle, un côté d’un angle, le sommet d’un angle, avec des couleurs, sur une figure. Les années précédentes, quand je demandais de colorier un angle, beaucoup d’élèves coloraient les côtés, justement. Je crois que cette fois je tiens une meilleure pratique, grâce à Edith. Et j’ai pu m’engager plus loin et avec plus d’assurance sur la transmission de la différence entre objet géométrique et mesure associée à cet objet. très peu d’élèves assimilent, dans l’évaluation, angle et mesure de l’angle.

La plus grande partie de la séquence est décrite dans les articles cités plus haut. Les objectifs, qui tenaient les élèves en haleine, étaient de passer le permis rapporteur et de construire les anges, puisque le programme de construction nécessite d’en construire. Une fois les mesures d’angles grâce au rapporteur travaillées en classe, et aussi les constructions d’angles de mesures données, nous sommes allés en salle info et nous nous sommes connectés ici. Les élèves se sont entraînés et ont passé le permis quand ils se sentaient prêts. J’avais prévu des activités pour ceux qui iraient vite, sur Mathenpoche. A la fin de l’heure, sur 24 élèves présents, 21 avaient tenté le permis, et 16 l’avaient obtenu (j’exigeais un taux de réussite supérieur ou égal à 85%). Lors des séances de maths de la semaine suivante, pendant que la classe cherchait des exercices par exemple, 5 élèves qui n’avaient pas eu le permis et qui se sentaient prêts l’ont passé et l’ont eu. Il en reste donc 3 qui ne l’ont pas encore, et qui vont travailler la manipulation du rapporteur en PPRE et/ou en dispositif Devoirs faits, puisque mes collègues travaillent en lien direct avec ce qui se fait en classe.

C’est ainsi que les élèves ont obtenu leur permis, imprimé et plastifié… Ils ont eu l’air très contents, et leur permis avait de l’importance pour eux. Je procèderai de nouveau ainsi l’année prochaine, et ce sera encore plus simple, maintenant que nous avons les tablettes : la mise en oeuvre sera encore plus souple !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s