Actualité·ça m'énerve·Chez les cadres·Evaluer·L'éducnat·Lire·Réformes

Faux buzz, vrai immobilisme

Allez savoir pourquoi, en rentrant de ma journée bien pleine, je me suis mise à lire le rapport de la cour des comptes sur les enseignants. C’est une drôle d’idée, mais j’en ai entendu beaucoup de commentaires en deux jours et j’avais envie de me faire mon opinion.

Il semble qu’il faille être choqués par le titre, « Gérer les enseignants autrement : une réforme qui reste à faire ». Dans un sens, l’expression « Gérer les enseignants » peut choquer en effet. Dans un autre, on comprend l’idée, et aucun enseignant ne peut sérieusement prétendre que TOUT l’argent mis dans l’Education Nationale n’est QUE bien employé, ni d’ailleurs qu’il en manque à des tas de niveaux. Comme partout sans doute, mais j’ai des exemples plein la tête qui relèvent clairement d’une gestion irrationnelle sur le moyen et le long terme. Sans doute n’est-ce pas le cas sur le court terme, mais justement, gérer un budget, c’est tenir compte du temps. Quant à parler de « l’immobilisme », « les rigidités », « l’uniformité » du système, c’est vrai aussi.

Maintenant, toute la question, c’est quoi faire pour faire mieux. Car faire mieux n’est pas faire différemment à tout prier à tout crin. Ce serait faire mieux pour le bien des enfants qui vont devenir des citoyens bientôt. On n’est pas juste là pour faire des économies, ni pour dépenser à tout va. Notre but, c’est éduquer, enseigner, former, préparer à la vie d’adulte du mieux possible. Mais ça, ce n’est pas trop le but de la cour des comptes.

 

Quelques exemples lus dans la synthèse :

Capture d_écran 2017-10-06 à 18.11.15

Ok.

Non mais oui, bonne idée. Pas hyper neuve hein, mais qui correspond à un besoin, voire une déficience.

Mais donc, on fait comment pour faire ça ? J’ai dû rater la bonne section dans le rapport complet.

Capture d_écran 2017-10-06 à 18.11.09

Ah ça, ça me plaît. Je connais plusieurs enseignants à qui cela plairait aussi.

Capture d_écran 2017-10-06 à 18.10.51

Oh quelle bonne idée !

Mais heu attendez, on ne pratique pas déjà ça depuis longtemps, avec toutes ces évaluations diagnostiques que nous faisons passer aux élèves ? Ah mais si. En revanche que faisons-nous de toutes ces évaluations ? Parce que mesurer, c’est facile. Analyser, c’est très complexe et chronophage, et cela ne peut se faire efficacement qu’en équipe. Mais remédier, c’est encore plus délicat. Il faudrait du temps, une réunion massive de cerveaux, et donc forcément aussi des sous… Il faudrait prendre cela en compte dans notre temps de travail global. Parce que si on veut parler de ça, on peut : nous sommes nombreux à bosser très très dur, à ne compter ni notre temps, ni nos efforts. Et s’il est question d’annualiser notre temps de travail en y intégrant nos missions diverses, ça va faire un paquet d’enseignants à payer beaucoup plus, ou à mettre en vacances nettement plus souvent, façon RTT.

Et la notion de compétences, ne serait-ce pas un peu du pédagogisme ? Mmmmh, la cour des comptes serait-elle un repaire de pédogogos ? Brrr….

La bivalence, si elle ne me plaît pas à moi personnellement, ne m’a pas frappée car il m’a semblé qu’elle était proposées, pas imposée. Elle ne me plaît pas car je ne connais pas la didactique des autres disciplines, car j’ai conscience que des choses « apparemment simples » ne le sont pas du tout à enseigner (que mes étudiants se remémorent leur réflexion quant à la technique de la soustraction à retenue et q’imaginent devoir l’expliquer à de petits élèves, ou bien qu’ils réfléchissent aux dégâts des tableaux de proportionnalité auprès des jeunes esprits…). J’ai déjà encore tant à faire pour comprendre comment enseigner les maths dans le second degré, je ne me sens pas compétente pour enseigner autre chose. D’un autre côté, j’interviens sur réapprendre à lire, par exemple, ou j’anime des formations à destination d’autres disciplines et champs disciplinaires ; mais c’est sur des thèmes très circonscrits, auxquels j’ai été formée, et face auxquels je me sens à l’aise. Mais si on n’impose pas la bivalence, pourquoi la refuser à des enseignants compétents et qui en ont envie ? La physique et la chimie, l’histoire et la géo sont déjà des bivalences, dans le fond. Et quid des professeurs des écoles qui sont plurimultivalents ? Le rapport évoque d’ailleurs la bivalence en particulier pour les 6èmes, donc le cycle 3. Est-ce parce que le cycle 4 fait travailler davantage le logico-déductif, l’argumentation ? Il y aurait matière à débat.

Il me semble que ce rapport enfonce beaucoup de portes ouvertes et ne propose que fort peu de remédiations ni de nouveautés : parlons-en, d’immobilisme. Pas de quoi faire le buzz…

PS : la cour des comptes a-t-elle déjà produit un rapport sur elle-même ?

Publicités

2 réflexions au sujet de « Faux buzz, vrai immobilisme »

  1. Bonjour Claire,
    Si tu trouves un peu de temps parmi toutes tes activités, pourrais-tu développer un peu le passage  » qu’ils réfléchissent aux dégâts des tableaux de proportionnalité auprès des jeunes esprits… ».
    Je trouve que beaucoup d’élèves sont rassurés par le cadre du tableau de proportionnalité mais j’exècre le recours systématique de beaucoup au produit en croix auquel ils ne donnent aucun sens. Et pour beaucoup aussi, tableau signifie ensuite  » tableau de proportionnalité », ce qui pose des soucis lorsqu’on complète le tableau de valeurs d’une fonction par exemple. Est-ce que ce sont ces points que tu places dans les dégâts ou y en a-t-il d’autres auxquels je n’ai jamais prêté attention ? Ca m’intéresse bigrement parce qu’il est toujours bon de connaître certaines mauvais usages que les élèves ont tendance à utiliser comme recettes dans leur travail, et je trouve que tes avis sont toujours éclairés et éclairant… Je me régale à suivre ton blog et celui de Joan Riguet qui sont une intarissable source de réflexion et de renouvellement pour moi !
    P.S : Je suis content comme un gamin parce que je vais accueillir des étudiants d’ESPE dans mes classes cette année ! J’adore ces échanges qui sont instructifs dans les deux sens et qui nous font nous poser de nouvelles questions sur nos pratiques !

    J'aime

    1. Bonjour Steph,
      Oui, c’est bien à ces travers que je pense pour les tableaux de proportionnalité. Je vais faire un petit article dessus.
      Merci de ton message, et de me lire. Et c’est super que tu accueilles des étudiants : c’est vrai que cela permet des échanges qui font autant avancer les étudiants que les tuteurs !
      A bientôt,

      Claire

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s