A l'attaque !·Chez les chercheurs·Chez les collègues·Education·Enseignement·Evénement·Je suis fan·L'éducnat·Lire·Message·Réformes·Tous ensemble !

La valse des dispositifs dans l’Education : et si on prenait le temps de réfléchir ?

Une pétition est en ligne pour défendre le dispositif PDMQDC (Plus De Maîtres Que De Classes). Un collectif de professionnels de l’éducation a rédigé la tribune que vous pourrez lire en suivant le lien et dont je cite des extraits. Parmi eux, Marie Toullec-Théry (Maitre de conférences qui a présidé la conférence de consensus sur la différenciation pédagogique), Patrick Picard (Centre Alain Savary, IFE Lyon), les chercheurs Roland Goigoux, Christine Félix, Sylvie Cèbe, Dominique Bucheton, Fanny Delahaye, Philippe Tremblay, Anne Gombert, Philippe Watrelot (professeur ESPÉ, ancien président du CRAP-Cahiers Pédagogiques), Guillaume Caron (enseignant de mathématiques et formateur éducation prioritaire) entre autres. Je présent mes excuses aux autres rédacteurs (la liste est longue et j’ai choisi de faire figurer les noms des personnes que j’ai pu rencontrer. D’ailleurs à cette occasion je mesure ma chance).

La problématique :

« Après quatre années d’expérimentation du « Plus de maîtres que de classes » (PDMQDC) et avant toute évaluation de ce dispositif, E. Macron propose, dès la rentrée 2017, de substituer à ce dispositif des CP à effectif réduit, de 12 élèves dans les REP et REP+. »

Qu’est-ce que le PDMQDC ?

Le dispositif Plus De Maîtres Que De Classes est « implanté depuis 2013 en REP mais aussi dans certaines écoles hors REP présentant des besoins particuliers. (…) Un maître « en plus » facilite la variation des formes de travail. Il peut ainsi intervenir au sein de la classe aux côtés de l’enseignant, mais aussi encadrer une demi-classe, en parallèle de l’enseignant, ou agir auprès d’un petit nombre d’élèves repérés. Son intervention, en priorité en Cycle 2, peut néanmoins s’élargir parfois aux cycles 1 ou 3 quand l’équipe le juge nécessaire, tout en étant attentif à éviter le « saupoudrage » des actions du maitre supplémentaire.
Chacune de ces modalités de travail est guidée par l’analyse des besoins des élèves ou des classes et engage les équipes à hiérarchiser des priorités, dans les apprentissages fondamentaux. »

Quels effets ?

Certes, c’est difficile à dire aujourd’hui en s’appuyant sur des mesures : l’évaluation nationale du dispositif PDMQDC est en cours, et elle est difficile à effectuer car divers facteurs se conjuguent (heureusement) pour converger à accroître la réussite des élèves. Il faut donc réussir à isoler un facteur parmi d’autres. « Pour autant, les équipes ont l’impression que des progrès sont perceptibles: moins d’élèves non lecteurs en fin de CP, des élèves qui produisent plus volontiers des écrits. Ils disent aussi voir des progrès sur leur engagement et leur motivation. » C’est aussi ce que j’ai entendu souvent lors de mes formations en tant que formatrice REP+. Les maîtres sont très attachés à ce dispositif, car ils l’identifient comme efficace, mais pas seulement. Dans les écoles et les collèges dans lesquels j’ai pu travailler, il apparaît que ce dispositif permet aussi de faire bouger naturellement, assez vite mais sans heurts, les pratiques pédagogiques. Le travail collaboratif, les échanges de pratiques sont favorisés, d’autant que les maîtres supplémentaires sont volontaires, et tout le monde y gagne.

12 élèves par classe ?

« Envisager des CP à 12 au détriment du PDMQDC: 
– C’est une opération simple, qui présente le risque de ne pas agir sur une modulation des pratiques, mais seulement de rendre, par la réduction du nombre d ‘élèves, la classe plus supportable ; 
– Même si le climat de classe a effectivement des effets favorables sur les apprentissages des élèves, un groupe classe réduit de 12 élèves pourrait reléguer à un second plan la vigilance sur l’hétérogénéité et laisser croire aux enseignants que le petit nombre ne nécessiterait pas de différenciation effective, que tout pourrait s’effectuer à 12 ;
– C’est s’écarter du co-enseignement. Ses bénéfices sont donc à nouveau dilués voire perdus et un enseignant-une classe est à nouveau remis au devant de la scène ;
– C’est aussi laisser penser que le professeur peut conserver sa posture centrale de distributeur de parole et d’évaluateur des réponses des élèves. Il n’y a en effet pas de nécessité de modifier les pratiques « ordinaires » où souvent les interactions entre élèves ne sont pas prioritaires ;

– C’est une recentration vers l’éternel « 1 maître = une classe » sans plus d’échanges pour confronter ses pratiques.
– C’est remiser la dimension « travail collectif », tout comme le travail conjoint. 
– C’est augmenter le nombre de classes de cycle 2, avec le risque de faire le choix de regroupement d’élèves homogènes (mettre ensemble dans une classe de CP les élèves les plus en difficulté). 
– C’est ne pas rendre nécessaire l’élaboration d’un plan collectif de cycle 2 et d’école et rompre alors avec la continuité des parcours d’élèves.

Les auteurs concluent :

Après avoir expérimenté le dispositif « Plus de maîtres que de classes » nous nous inquiétons donc de lui voir substituer « Moins de salles de classes que de maîtres » ou « Plus de classes que de salles de classes » !

Nous sommes favorables à une réduction générale des effectifs, mais nous ne souhaitons pas que le dispositif « Plus de maîtres que de classes » serve de réservoir de postes et préférerions la pérennisation de celui-ci afin de pouvoir en mesurer les effets à moyen terme. Détricoter un dispositif dans lequel les enseignants se sont fortement engagés et qui montre ses premiers effets sur la réussite des élèves nous semble précipité. Le temps de l’école n’est pas celui du politique et les enseignants ont besoin de sérénité pour accomplir leur mission. 

Publicités

Une réflexion au sujet de « La valse des dispositifs dans l’Education : et si on prenait le temps de réfléchir ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s